Une petite semaine à Seoul

La Corée. Après le Japon, c’était la destination forçément à faire. J’en avais entendu que du bien.

Un de mes meilleurs pote m’a décidé. On est donc parti tous les deux début décembre… avec les températures qui vont avec. Proche de 0 degré, on a fait nos emplettes niveau manteaux avant de partir pour un long week-end de 4 nuits et 3 jours et demi.

On a réussi a trouver un vol pas trop cher sur une compagnie tout à fait inconnue : Jeju Airlines, destination Incheon Airport, l’aéroport international de la région de Seoul. Arrivée sur place, j’ai pu tout de suite admirer la modernité de ce dernier qui d’ailleurs et l’un des meilleurs d’Asie. Direction la gare pour prendre le train qui nous mènera à la capitale. Avant ca, deux petits points : ils ne vendent pas de carte sim seule en Corée (aux étrangers), donc on peut louer des téléphones mobiles directement à l’aéroport. Deuxième point, ne faites pas comme nous poru la carte de métro, prenez la T-money et pas la carte pour touriste Korea Pass. Ca change pas grand chose, à ceci près que la KoreaPass comprend deux balance de crédit qui ne sont pas forcement remboursable partout…

On a donc pris le train régulier car le train express ne fait que deux arrêts et celui de la capitale se trouve à la station centrale tandis que notre station Hongik University, se trouve un peu avant. Après ces 45 minutes de train, on a pu sortir et trouver, assez facilement notre guesthouse qui bien que modeste, était pas si mal du fait de son faible prix et de son emplacement plutôt pratique.

On a décidé de commencer directement à gouter à la culture coréenne en allant faire un BBQ coréen. On choisi la viande (environ 10e de boeuf chacun) et l’accompagnement est inclu (kimchi). La ou l’on a pas vu venir le traquenard (comme on dit), c’est lorsque l’on nous a demandé ce qu’on voulait boire. Il faut préciser que le personnel ne parlait pas anglais (comme la plupart des coréens… dont le niveau est plutot faible – mais bon après avoir fait le Japon, on s’y attendait) et que voulant faire comme des coréens on a indiquer à la serveuse vouloir la même boisson que les coréens à la table d’a coté. “Korean Soda ?” … “Ok ok, korean soda”…
Sauf que le Korean soda, apparemment on le boit dans des petits verres à shot… On s’est rapidement rendu compte de notre erreur. On venait de demander du Soju, la boisson coréenne par excellence. Une bouteille chacun. Certes, 20 degrés et environ 30cl. Mais sans rien boire d’autre, on l’a vite senti venir. Forcément, échauffés, on a décidé de sortir après ca. Pour se garder au chaud, on a repris une bouteille de Soju et on est parti en boite dans le quartier étudiant de Hongik University. On a rejoint le M2 qui nous avait été conseillé. 10e avec une boisson et un vestiaire a 2euros.

La boite est spacieuse et on a pu commencé à apprécier la nightlife de Seoul. Les verres sont généralement aux alentours de  7.5euros/10euros, comme dans tous les clubs de la capitale. Malheureusement un jeudi soir, elle ne se remplie pas complètement mais suffisamment pour danser.

Il y a deux trois points importants, que je n’ai jamais remarqué dans aucun pays sauf en Corée :

  • les filles viennent bien habillées de la tête aux… à non, pour les pieds elles sont en baskets New Balance ou Nike fluo (rose, verre, jaune…)
  • les mecs dansent d’un coté, les filles de l’autre
  • les gens viennent pour danser et ne cherchent pas trop à draguer. Très difficile d’approcher une coréenne (barrière de la langue comprise) et les coréens ne cherchent même pas à draguer les filles plus que ca…

Pour terminer avec le point clubbing, la musique est électro, très électro… ca m’a fait penser à de la dutch house avec beaucoup de basses (pléonasme). J’ai vraiment beaucoup aimé, surtout que personne ne se prend la tête, tout le monde danse comme des fous. Et il adorent l’électro français comme les artistes EdBanger Records.

Pour en revenir rapidement au traquenard du Soju précédemment cité. On ne sais pas vraiment combien on a dépensé dans le club, mais on sait que le lendemain, on s’est tapé l’un des plus gros mal de crane de notre vie. Il faut dire que l’on a pas été malin puisque deux amis qui étaient déjà allé en Corée auparavant nous avais prévenus… sans succès.

Le lendemain, la tête dans le … bus, direction la DMZ. On est parti pour le trip d’une demi-journée qui coute la bagatelle de 70e par personne et qui comprend bus, repas, visite de la Joint Security Area et retour. Malgré ce tarif élevé, je conseille vraiment de faire la DMZ. Alors je ne sais pas si les tunnels ou le point d’observation de la DMZ compris dans le tour d’une journée valent le coup, mais la JSA, c’est déjà particulièrement intéressant. On a donc pu arriver en plein milieu des deux Corées, escortés par l’armée américaine et visiter la Joint Security Area, emplacement gérer par les deux armées et ou les soldats se font face 24/7.

Enfin, les soldats sud-coréens surtout qui se trouve d’un coté des baraquements des Nations Unis et qui se tiennent à moitié caché par le mur pour éviter de se faire tirer dessus. Quand on voit ca au début, on pourra croire à une représentation théâtrale (comprendre, cela parait insensé, irréel, même risible…), mais quand on y réfléchit vraiment, on se rend compte du drame de cette réalité ou un peuple est déchiré de part et d’autre d’une des plus dangereuse frontière du monde. Un des points les plus marquant de ce qui se passe en Corée du nord est très certainement le village de la propagande nord corée, visible depuis la JSA ou se trouve l’un des plus grand drapeau du monde, monté sur une tour de 120m de haut. Village évidemment vide de ses habitants.

Lors de la visite de la JSA, on a le droit à un petit récapitulatif de la guerre de Corée et de la DMZ, un tour de la JSA et la visite des baraquements ou l’on peut franchir pendant quelques minutes la ligne de démarcation et mettre un pied en Corée du Nord. On peut aussi voir le pont du non-retour ou se fait l’échange de prisonnier.

Cette visite très intéressante permet d’en savoir plus sur l’histoire et de poser des questions aux soldats américains sur cette ligne de démarcation entourée d’un champ de mines de plusieurs km.

En revenant à Seoul, notre guide, nous a emmené dans un magasin de bijoux pour touristes… histoire de toucher sa commission. Point qu’il aurait peut-être du éviter.

Le soir, nous avons décidé de visiter rapidement Itaewon (quartier expat) ou nous avons mangé… fast-food. J’en ai profité pour acheter des gants très utiles pour le reste du voyage.

Ensuite nous sommes rentrés à la guesthouse pour mieux repartir en soirée. Direction cette fois-ci le quartier de Cheongdam pour aller tester le club Answer. Coup de coeur pour ce dernier. Que ce soit niveau musique, niveau décoration, ambiance, animations ou même public. Par contre, c’est cher (20e l’entrée et minimum 10e par verre, je ne donne même pas les prix des tables…). Surement l’un des plus cher de la capitale (c’est le quartier qui fait ca apparemment). Même le vestiaire à 5e le box pour la nuit…

On est rentré en Taxi qui n’est d’ailleurs pas si couteux que ca puisqu’on a du payer 12e pour traverser toute la ville (sur le moment mon calcul m’indiquait qu’il était moins cher qu’a HK pour les longues distances… et je peux vous dire que HK c’est rien comparé à l’Europe).

Le lendemain levés assez tard, on est parti faire la visite de la ville. On a commencé par faire les différents palais du centre-ville.

Tout d’abords le Deoksugung : ou l’on peut contempler à la fois de l’architecture asiatique et de l’architecture europénne. Un changement de la garde se faire vers 15h je crois. On est tombé dessus par chance et c’est vraiment sympa.

On est parti ensuite vers le National Museum et le palais Gyeongbokgung. Assez immense pour ce qui est du palais en extérieur, par contre le musée est assez rapide. Enfin, bon on est pas les mieux placés non plus vu que les musées, on a tendance a les faire… très rapidement. On est ensuite parti pour voir la maison du président, Cheongwadae ou Blue House, qui est plutôt très bien gardée et que l’on peut prendre en photo que depuis le trottoir d’en face.

On s’en ensuite dirigé vers un Hanok village, Samcheong-dong Bukchon, un petit quartier pittoresque très bas et donc les maisons abrites de temps à temps des petites boutiques joliment décorées.

Après avoir fait une pause dans le Starbucks qui nous a réchauffé pendant une demi-heure on s’est dirigé vers le : Changdeogung, un autre palais malheureusement fermé à notre arrivée. On est donc parti vers le sud pour tenter de faire le mémorial Chongmyo : fermé aussi.

Alors il faut savoir que la plupart des monuments ferment entre 17 et 18h. Que le mémorial nécessite un guide obligatoire pour les touristes et la visite dure environ 45min (au cas ou vous prendriez coréen comme un de mes amis, vous saurez à quoi vous attendre).

On est donc parti visiter un peu le centre ville avec par exemple, le musée du Kimchi (enfin c’est une petite boutique) et le quartier d’Insa-dong. Quartier touristique, pas mal de boutiques pour y faire les achats de souvenir. On s’est promené et on est descendu vers le sud et on a continué jusqu’à Lotte.

Le soir on est parti voir la NSeoul Tower. On a donc pris le téléphérique qui coute d’ailleurs assez cher, puis après il faut rajouter le prix de la tour ou l’on doit faire la queue. Au passage, j’ai été interviewé pour une télévision dont je ne me rappelle plus le nom… bref. C’est vrai que c’est le seul endroit duquel on peut observer la ville, mais vu que celle-ci est plutôt noire… très noire. Il n’y a pas grand chose à voir.

On est ensuite rentrés à la guesthouse pour repartir en soirée, cette fois-ci, on a choisi le quartier Itaewon, considéré comme le quartier “western” de Seoul. On avait un nom de boite en tête, le Volume. On a bien galérer à trouver alors on est allé manger dans un fast-food américain qui n’existe nul part ailleurs à part en Amérique et… apparemment en Corée : Taco Bell. Ensuite on est reparti faire un tour et finalement il s’avérait que le club se trouvait un peu excentré du quartier, il est adossé au Crown Hotel. Le club est assez grand, la musique reste électro. On a du payer 20e l’entrée et les verres étaient aux alentours de 7.5/10e. Bon c’était plutôt crado (le club), pas très rempli et on croyait y voir plus de westerners… ratés. Alors on aurait peut-être du allé au B2 devant lequel est on passé et il y avait une queue de 50m… mais bon on peut pas avoir tout bon du premier coup.

Le lendemain après s’être reveillé encore plus tard… On a souhaité faire ce qu’on avait raté au premier coup, on a donc fait le Changdeogung, qui est un palais plutot grand. Alors forcement quand on n’y connait rien, tout nous parait pareil… On a voulu faire le mémorial, mais on est arrivé trop tard. On est reparti manger un Kimchi friedrice au sud d’Insa-dong et on est allé voir le Namdaemun market. Vraiment grand, il y a de quoi trouver quelques petits trucs sympa. Enfin les marchés en Asie, c’est souvent la même histoire (fake et souvenirs).

Après cette escapade en centre ville, on s’est dirigé complètement au Sud direction le plus grand mall de la ville, le Coex mall. Bon venant de Hong Kong, il n’y a rien d’impressionnant mais ce qui est intéressant c’est qu’on a finalement compris ou se trouvait les coréen. Parce que se balader en ville et trouver les rues presque désertes quand on sait que la population de la région est de 22 millions, ca parait bizarre. Mais finalement au sud, le quartier de Cheongdam abrite les grands boulevard commerçant et les coréens y viennent faire leur shopping. Après avoir mangé japonais dans Coex, on est parti au sud ouest de la ville, sur l’ile Yeouido pour essayer de s’approcher de la plus haute tour (commerciale – 63 building) de Seoul, sur la petite ile. Malheureusement, le quartier était trop grand et étant trop tard (lumière de la tour toutes éteintes) on est parti faire une balade nocturne sur le bord du fleuve Han avant de rentrer en métro à la guesthouse.

Le lendemain réveil difficile a 5h du mat pour rejoindre l’aéroport. Je bossais a 14h à Hong Kong…

Budget : 550 à 600 euros

Transport : JeJu Air, Korea Pass pour le métro, c’est la tourist card qui a deux credits : l’un pour les conveniences stores de 50kWons et l’autre qu’il faut recharger pour le métro. Mieux vaut prendre la T-money card qu’utilisent les coréens avec une seule balance de credit. Mais bon … on savait pas.

Hotel : Big Choi’s GuestHouse, près de Hongik University

Album Photo

3 comments

  1. Charlène · January 29, 2012

    Merci pour ton article sur Séoul. Très intéressant. Comment avez-su quoi visiter ? Un guide du routard ou autre ?

    Like

  2. Antoine · January 29, 2012

    on avait pas de guide, on a imprimer les infos d’internet avant de partir comme sur : http://wikitravel.org/en/Seoul

    Like

  3. Lucas · January 29, 2012

    C’est vrai que l’on trouve très peu de guides sur la Corée du Sud. Heureusement qu’il y a internet et des blogs comme celui là

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s