Jakarta, Yogyakarta et Gili Trawangan

Début octobre fut la Golden Week en Chine. Golden Week, ou “semaine dorée” est tout simplement une semaine de vacances du au positionnement de plusieurs jours fériés côte à côte. En Chine continentale, c’est même une semaine de vacances entière offerte à tous les travailleurs, tandis qu’à Hong Kong, il fallait poser 3 jours au lieu de 5.

Profitant de ces 10 jours de vacances, j’ai décidé de partir un peu plus loin que d’habitude histoire de faire plusieurs villes, direction l’Indonésie.

J’ai retrouvé à Jakarta, la capitale du pays, un ami me rejoignant depuis Londres. Un peu hasard, des collègues prenaient aussi le même vol que moi. On a donc passé un week-end à Jakarta tous les 4.

IMG_5553

Jakarta, est connue pour ses embouteillages. Heureusement on a atterri assez tard le vendredi soir – vers minuit – et on a pas eut besoin de taxi car mes collègues avait des amis locaux qui nous ont emmené en voiture. 45min d’autoroute pour rejoindre le Central Business District ou on est allé boire un verre sur le rooftop du Westin hotel. Ce dernier est flambant neuf et possède un petit bar avec une terrace qui était fermée pour cause de pluie, mais ou on a pu prendre quelques photos l’ondée passée. J’ai ensuite pris un taxi pour aller a mon hotel, le Mercure Sabang du centre ville de Jakarta. J’avais pas entendu que du bien de Jakarta mais finalement, j’avais surestimé le “bazar”. Certes il y a beaucoup de trafic, mais moins que je ne l’imaginais. Niveau urbanisation, il y a beaucoup de building neufs – condo, centre commerciaux – , même si la voirie laisse a désirer. Disons que la ville n’est pas faite pour les piétons. Les locaux utilisent souvent des “Jek”, scooter, pour se déplacer et les nombreux services type Uber, Grab et GoJek (service indonésien) permettent à tout à chacun de prendre rapidement une voiture ou un scooter. Après une bonne nuit de sommeil, je suis donc parti à pied visiter le MONAS, la tour centrale de la capitale et le musée national. Ce dernier est minimaliste et mériterait qu’on s’en occupe un peu plus car je pense qu’il y a montrer sur un pays aussi grand. Je ne conseille pas, même si l’entrée est très peu chère. Après ce petit tour culturel, je suis descendu au shopping mall Plaza Indonesia et à son cousin adjacent Grand Indonesia. Ils méritent le coup d’oeil. Ce sont des centres énormes et modernes. Le premier est le mall “luxe” tandis que le second comprend toutes les marques internationales milieu de gamme avec un immense food court aux derniers étages et une décoration qui mérite le coup d’oeil. J’en ai profité pour déjeuner et acheter une carte sim pour 4 euros les 5GB.

IMG_5649

Je suis ensuite retourner à l’hotel pour attendre l’arrivé de mon pote venant de Londres. Après nos retrouvailles de longue date, on a décidé de partir diner avec les collègues dans un restaurant indonésien haut de gamme dans le CBD, puis on est parti boire une bière au Beer Garden du South CBD, sorte de bar d’extérieur, spécialisé dans les bières du monde entier, avec deux piscines et DJ. Les indonésiens savent faire la fête. Suite à cet apéro, on a marché jusqu’au Dragonfly, l’un des clubs huppé de la ville. Décoration très sympa et moderne. On a pu rentrer gratuitement grace à une connaissance des collègues, et je ne sais pas du tout combien il fallait payer en entrée, cela étant dit, les prix a l’intérieur étaient digne des boites de Hong Kong… cher, très cher. 12-14 euros le verre… Finalement avait le decalage horaire pour l’un et le contre-coup de la soirée précédente pour les autres, on est rentré assez tôt car le lendemain un vol nous attendait.

IMG_5661

Le dimanche, on se lève tot et on part visiter le parc MONAS puis la mosquée immense de Istiqlal. La visite guidée est gratuite pour tous, une donation est cependant attendu a la sortie (voir largement suggérée). On ne peut pas aller partout mais on a une vue sur toute la pièce principale depuis l’un des balcons. On peut aussi faire le tour dans la cours. De l’autre coté de la route, se trouve la Cathédrale de Jakarta de style néo-gothique. On arrivera après la cérémonie et il y a du monde à en faire la visite. Après un peu de marche, on recupère finalement un taxi qui n’essaiera pas de nous voler (contrairement aux touk-touk) et on part manger au mall Grand Indonesia. Après quelques emplettes (une valise pour mon pote), on recupère nos affaire à l’hotel et on part pour l’aéroport, bien en avance, direction Yogyakarta, la ville culturelle et religieuse de Java. On avait prévu 1h a 1h30 pour le trajet. Finalement on le fera en moins d’une heure, sauf qu’on sortira au mauvais terminal. Le terminal pour Lion Air domestique est le terminal 1. Heureusement il y a un shuttle gratuit entre les 3 terminaux qui tourne tous les 10min. Arrivés a notre terminal, on fait la queues avec … beaucoup de monde. On check-in et on part direction la sécurité. Tout se fait rapidement. Il n’y a pas de restaurant mais des vendeurs de gateaux et autres confiseries près de chaque gate. Il semble y avoir beaucoup, beaucoup de monde a attendre dans le terminal et on va l’apprendre a nos dépends. Sur les écrans tous les vols semblent à l’heure mais personne ne semble embarquer. Lorsque l’on approche de notre heure d’embarquement, toujours rien sur l’écran. Puis viens l’heure du départ, 18:05. A 18:06, notre vol, qui apparaissait comme “à l’heure”, disparait de l’écran. On a donc la confirmation que la plupart des vols sont en retard, mais comme personne ne parait choqué, on se dit que ca doit être habituel. Sauf que l’on recoit aucune news. De temps à autre, des vols réapparaisse sur l’écran, toujours “à l’heure” et embarque… 4h après leur départ orignal. On y croit. Le temps passe. Cela fait près de 4h30 qu’on attend. On commence à sympathiser avec les autres européens qui prenait le même vol que nous : des francais, des belges, des allemands. On est tous dans la même incompréhension. Alors on décide de sortir du terminal et d’aller demander ou on a fait notre check-in, au customer service. On fera ca 2 ou 3 fois. Avec une réponse : “on ne sait pas” et après avoir un peu poussé : “l’avion est a jakarta, restez près de votre gate”. Le vol précédent direction Yogyakarta, qui devait décollé à 17h, finalement est annoncé à 23h30. Les belges avec nous, décident de faire le forcing et de trouver des places dans ce dernier. On est les perds de vue et on en conclu qu’ils ont du y arriver. Vers minuit et demi (on était à l’aéroport depuis 15:50), on les voit revenir, verdict : “impossible de décoller, l’aéroport de Yogyakarta est fermé”. Conclusion, notre vol ne partira jamais. Et semblerait 40 autres vols non plus. C’etait le chaos dans l’aeroport. Faut dire que passé la sécurité, il n’y a aucun staff nul part. Les gens peuvent aller sur le tarmac, aller dans des avions qui ne leur correspond pas… tout le monde fumait à l’intérieur, sous les panneaux interdictions de fumer et un groupe de 50 mec étaient descendu au customer service demander réparation. A tel point que la police sur place commencait a stresser. Finalement après attente, on est allé aux arrivés et on a demandé au mec de l’aéroport de nous sortir nos baggages. Certains on réussit a se faire rembourser en cash mais nous non, vu qu’on avait commandé via une agence en ligne (Ctrip.com). On récupère donc nos valises directement à la main, on commande des billets pour le prochain vol sur une autre compagnie, 6h du mat, Air Asia. Tous les européens feront comme nous et on se retrouvera tous cote a cote dans l’avion. Il était donc 2h du mat, on change de terminal, part manger dans le seul fast-food ouvert, avec les autres francais et on décollera a l’heure sur Air Asia. Arrivés, après une nuit blanche, dans notre hotel à 8h30.

Pour info, Lion Air ne nous a jamais remboursé. Ctrip.com non plus, prétextant que le vol avait décollé à l’heure selon les informations qu’ils avaient reçu de la compagnie aérienne. Donc quand tout le monde ment… difficile d’en tirer quoi que ce soit. Je boycott donc maintenant Lion Air et Ctrip.com et vous en invite a faire autant. C’est tout simplement du vol.

IMG_5811

On décide donc de faire une sieste jusqu’a 13h, histoire de récupérer. Loupé. Le réveil sonna mais on ne la pas entendu et je me suis réveillé en sursaut a 17h30. On part donc visiter la ville à pied, de nuit, direction le palace au centre-ville, qui est bien entendu fermé et la rue du shopping de Malioboro ou se trouve un marché de nuit pour touristes. On retrouve les collègues qui n’ont pas eut de problème d’avion eux et n’avait pas perdu leur journée. Une petite bière puis une fantastique pizza chez Nanamia Pizzeria dans un cadre tropical.

IMG_5786

Le lendemain, réveil aux aurores vers 3h30. J’avais réservé sur internet (trouvé sur TripAdvisor), pour la veille théoriquement, une voiture avec chauffeur pour visiter les temples principaux que sont Borobudur (bouddhiste) et Prambanan (hindouiste), pour 500 000 IDR la journée. Heureusement j’avais contacté l’organisateur pour repousser à ce jour. On part donc de nuit pour faire le lever du soleil depuis le temple. On arrive dans un hotel adjacent au temple qui propose, semblerait de manière privée, l’accès au temple avec une lampe torche et un thé offert à la sortie. Le package Borobudur + Prambanan est impossible pour la visite du matin, c’est donc une entrée a 450 000/personne pour le lever du soleil. On monte dans le noir et on essaye de trouver une place parmi les touristes pour voir le soleil se lever. Il y a du monde, mais bien moins que plus tard dans la journée, ce qui nous permet de faire quelques belles photos. Ce temple est assez particulier car il de forme pyramidale à niveau avec de nombre statues de bouddha sous cloche en son sommet. La vue depuis ce dernier sur la ville et la jungle donne quelques photos très mystiques. On a fait le tour plusieurs fois, sur chaque étage et on est partie monter sur une butte plus loin dans le parc pour avoir une vue d’ensemble. On redescendra pour une pause petit-dej à l’hotel avant de retrouver notre chauffeur. Ce dernier ne nous avait pas vraiment dit combien de temps on avait alors on avait pas perdu trop de temps. Au programme pour la suite, le volcan Merapi. Naif que je suis, je pensais que vu que c’était dans le programme, c’était compris dans le prix. Pas vraiment. En haut du volcan se trouve bon nombre de vendeur de “jeep-tour”. Des tours à quelques km du volcan dans des vieilles jeep de la 2nde guerre, restaurées pour l’occasion. Pas le choix, on prend un tour d’une heure pour 360 000IDR. Alors il faut dire que c’est assez marrant et bien “tape-cul”. On s’arrête a des spots photos avec des points payants (rien de nouveau), dans un musée qui rappelle la dernière eruption subite qui a fait beaucoup de dégats, et devant un abri en béton de secours, qui a été recouvert de lave et vu la mort de deux personnes (du à la temperature et le manque d’oxygène). IMG_5769

Suite a ce petit tour bien fun, on est redescendu pour manger chez des amis du chauffeur qui revendait des billets pour le temples de Prambanan pour 10 000IDR de moins (on a vérifié) que le prix officiel. On avait vu sur les rizières, pas désagréable. Pour le repas, on a allé a l’essentiel avec des nouilles et du poulet. Après cette pause rafraichissante, on a repris la voiture pour arriver à Prambanan qui se trouve au nord-est de Yogyakarta, avec … un peu d’avance. Disons qu’on avait un peu plus de 3h pour visiter le parc.

IMG_5889

Prambanan est un parc de 3 temples hindouistes, construits au 9e siècle, les plus à l’est de l’Asie. L’entrée est payante 325000/pax IDR avec la reduction du copain du chauffeur. Evidemment, 3h c’est beaucoup trop mais 2h pour faire le parc tranquillement, c’est bien. On a donc déambulé tranquillement quitte à se faire des petites siestes sur les bancs alentours. La première partie est la plus impressionnante avec les plus gros temples dédiés aux principales divinités hindou : Shiva, Vishnu, Brahma. Tout autour des centaines de petit temples dont la plupart n’ont pas survécu aux tremblements de terre de la région au courant des siècles.

IMG_5993

Plus loin, à quelques centaines de mètres, se trouve deux aux temples dont l’un était sous importante rénovation. Peu de monde dans ce coin et il est donc agréable de s’y balader dans les allées. Sur le 3e, beaucoup de petits temples n’ont aussi pas encore été reconstruit. On a essayé ensuite de faire le musée fermé. A cours d’idée, on est sorti et on est allé manger dans l’un des boui-boui qui longe la sortie du parc. Tous sont offrent les même plats basiques à des prix plancher (les prix pour locaux quoi). On a donc repris une petit casse-croute pour 10 000IDR. A la sortie du parc se trouve aussi un immense marché de souvenirs avec à peu près tous les bibelots habituels à prix négociables évidemment. On a repris la voiture direction l’aéroport ou nous avons laissé notre chauffeur après l’avoir payé.

IMG_5952

Une fois n’est pas coutume notre vol Lion air a 90 min de retard. Cette fois-ci on l’apprend durant le check-in. On s’est donc fait une pause au Starbuck, puis on attend dans le terminal. A l’heure ou l’avion est censé décollé, on nous annonce que nous pouvons récupéré un petit sandwich pour nous faire patienter. On en aura passé du temps dans les aéroports à attendre. Finalement on embarque, direction Lombok International Airport. Après un peu plus d’une heure de vol, on arrive de nuit donc. Sorti de l’aéroport, c’est un peu le bazar avec, semblerait, aucune ligne de taxi officiel. On parle donc a un rabatteur qui nous confirme que ca sera le prix du meter. Il nous conduit à son pote taxi 10m plus loin. Un petit jeune, qui nous emmene avec le meter, au Kila Sengiggi Beach, notre resort/hotel pour la nuit. On passera un peu plus d’une heure dans le taxi et on s’en sortira pour à peu près 160 000IDR. Arrivé au Kila Resort, on fait notre check-in, prend la petite voiture de gold pour nous rendre a notre bungalow. On déposer rapidement nous affaire et on retourne au restaurant de la piscine ouvert 24/24 pour un diner de minuit avant d’aller se coucher. Le lendemain on se lève tot afin de profiter du resort, qui est l’un des meilleurs du coin. Palmiers, herbe verte, piscine, vue sur la mer, bungalow… on n’avait pas choisi le pire des hotels. L’avantage c’est qu’il se trouve a 3min à pied du port d’ou partent certains ferrys pour les iles Gili (Scoot Cruise par eg). On a donc bien profité de la plage, de la piscine avant d’aller se faire le buffet du petit déjeuner, plutot sympa. Puis vers 11h, on a check-ou, pris nos valises et marché jusqu’au ferry pier. Une fois n’est pas coutume, notre ferry pour Gili Trawangan était 1h en retard. On avait réservé en ligne sur Scoot Fast Cruises, une des compagnies qui proposent des tours entre Bali, Lombok et Gili. Je conseille de réserver tous ses billets de ferry en avance sur internet pour éviter les mauvaises surprises, il y a souvent du monde. Finalement on embarque, les sièges sentent un peu la sueur, mais bon on en aura que pour 30min pour arriver à Gili T, notre destination. En arrivant au premier stop (le notre), petite surprise : on ne débarque pas sur un ponton mais sur la plage. Mieux vaut avoir prévu les chaussures (tong) adequate pour prendre l’eau sur les premiers mètres. L’équipage s’occupe heureusement des gros sacs qui sont en cale.

IMG_6050

Finalement arrivé sur Gili Trawangan, ou Gili T pour les intimes. Pas de voiture mais des charrettes tirées par des chevaux/poneys qui ont l’air d’avoir quand même bien chaud les pauvres. L’autre solution, c’est le vélo et mieux vaut en louer un pour faire le tour de l’ile car même en vélo, il y en a pour une bonne heure. On a marché jusqu’à notre hotel, un peu plus loin au sud… un peu plus que prévu en fait, surtout avec les valises. Le Trawangan Resort, dans un coin un peu plus calme, sans être trop loin non plus du centre-ville (l’est de l’ile), juste en face du spot de surf. Ce dernier est assez bizarrement fichu, car les chambres sont toutes dans des sortes de bengalow en dur, à l’arrière de l’hotel. On déposera nos affaires avant d’aller manger dans l’hotel d’a coté : The Pearl, qui lui ne paye pas de mine (c’est l’un des meilleurs de l’ile) avec son immense restaurant tout en bambou et ses plats plutot bons il faut le dire. Après cette pause dej, on part vers le nord et on se fait tous les centre de plongée histoire de comparer les prix. Soit-disant aligné, c’est finalement le Buddha Dive club qui s’avère être le moins cher avec des Fun Dive à 200 000IDR. Je book pour une plongée le lendemain après-midi et on repart ver le nord-est de l’ile pour aller nager sur une plage ou se trouve apparemment des tortues. On n’avait pas choisi la bonne période apparemment, car un local nous a indiqué qu’il fallait venir a marée haute. Le soir, on retrouve des amis de Hong Kong pour un repas barbecue, très copieux (et très cher du coup) au Scallywags, le restaurant/hotel australien. On choisit ses brochettes de viandes ou de crustacés et ensuite on a accès illimités au buffet de salade. Autant dire qu’on a eut les yeux plus gros que le ventre.

IMG_6110

Le lendemain, après un petit-déjeuner au bord de l’ocean, avec la vue paradisiaque associée, on loue deux vélos au shop d’a coté pour 250 000IDR pour deux jours et on part faire un tour vers l’Ouest. C’est le coin plus calme ou se trouve quelques resorts mais surtout des “sunset bars” ou la moitié de l’ile se retrouve pour la tombée du soleil un cocktail à la main. On s’arrêtera a l’un des restaurants pour prendre un cocktail et aller plonger avec masque et tuba. Les plages sont pleines de rochers/coraux et mieux aller en marée haute ou prendre avoir soi des chaussures adaptées. Après le repas du midi, nous partons pour le centre de plongée en faisant le tour complet de l’ile d’abords. Arrivés au Buddha Dive Center, on enfile nos combi et nous voila parti avec un petit groupe en bateau pour Sunset point. Pendant que je descend en bouteilles, mon pote pars nager avec son masque et tuba en pleine mer. La plongée sera très décevante, non pas pour l’endroit qui était plutot sympa mais car mon masque n’arrêtait pas de faire de la buée… Le soir, on a décidé de manger la meilleure pizza du coin. Un restaurateur italien s’est installé ici et a créé un restaurant de pizza napolitaine qui s’appelle Pizza Regina. Je conseille grandement. Difficile de trouver des pizzas aussi bonnes, en Asie en règle générale, donc ici perdu sur une petite ile en Indonésie, c’est une agréable surprise (cuites au feu de bois dans un four en brique). Et puis, pour un prix quand même très bas : 80 000IDR la pizza. Après cette bonne découverte, on rentre a l’hotel après un petit cocktail au bord de l’eau. Il faut dire qu’il y a de quoi faire la fête avec tous les bars/boites le long de la cote est de l’ile. Certains sont plein à craquer !

IMG_6115

Vendredi, réveil assez tot pour ma deuxieme plongée, cette fois-ci sur shark point. Bonne surprise, c’est la ou se trouve l’un des seul wreck (épave) dans les Gilis. C’est un remorqueur qui a été acheté par les centres de plongée de l’ile, vidé de tout materiel et coulé par 30m de fond. On peut passer facilement a l’intérieur. Une nouvelle expérience pour moi. Alors évidemment il faut faire attention de ne pas se couper les doigts ou de taper avec la bouteille. Le spot est aussi un repère pour requins a pointe noire. Malheureusement, j’ai loupé celui qui est passé a coté de nous mais je n’ai pas raté les nombreuses tortues (deux grosses). Vers midi je retrouve mon pote et on reprend le vélo pour aller a nord-ouest de l’ile faire un tour de snorkeling après un repas au restau d’un resort. La marée a deja baissé et il devient très compliqué de passer le reef. On nage dans 40cm d’eau. Enfin je nage dans 40cm d’eau car mon pote a des chaussures, heureusement pour lui. Finalement 200m plus loin, on arrive dans une zone avec du fond et la zone est vraiment sympa. Un conseil, prendre des chaussures de plongée pour éviter de se blesser avant de rejoindre une zone potable pour snorkeler. Pas de tortue cette fois-ci. On a quand même passé quelques heures a nager dans le coin avant de rentrer à l’hotel. Le soir on décide d’aller manger thai en ville et de prendre une dernière bière dans un des bars du centre ville.

IMG_6146

Le lendemain, c’est le départ pour Bali avec Blue Water Express. Cette fois-ci, on commande un taxi-poney. On part pour être au ferry (dans le centre-ville) une demi-heure en avance et, … on doit être les derniers du groupe. Il y a une foule de gens, entre ceux qui arrivent et ceux qui attendent leur ferry. Mieux vaut arriver en avance pour le check-in (qui se fait dans l’un des bars). On embarque de la même façon que l’on avait débarqué, c’est à dire, via la plage. Cette fois-ci le bateau, similaire, est un peu mieux géré avec des télévisions qui diffusent un dvd en anglais, du staff sympa et un message de sécurité, très certainement fait par le gérant du business. On a même le droit a une petite serviette fraiche et des bouteilles d’eau. 3h de bateau environ, avec un stop au port de Bangsal (Lombok) pour le check avec les autorités portuaires. Arrivés à Bali Serangan, à l’ouest de Kuta. On est accueillit par du staff de Blue Water qui s’occupe de nous dispatcher dans des mini-vans dépendamment de notre hôtel de destination (compris dans le prix du ferry). On passe donc à l’hotel de Seminyak ou résidera mon pote pour la semaine qui vient et on décide d’aller manger au bord de la mer dans un restaurant italien fusion tout en bambou, au bord de la plage, avec une très belle présentation et un service excellent : La Lucciola. Après notre tour de plage, on remonte direction le fameux Potato Head. On se perd en cours de route et on tombe sur le Mrs Sippy, un genre de pool-bar (à defaut de beach) avec plongeoir, DJ et bouées dans tous les sens. L’entrée est payante quelques 100 000IDR par pers, mais ca semble valoir le coup pour une aprèm au bord de la piscine. Finalement on retrouve notre chemin et on va prendre un vers au Potato, très certainement le plus mythique bar de Bali. Il faut dire qu’il a une architecture sans-pareil, avec une piscine au bord de l’océan, parfait pour le coucher de soleil. C’est aussi évidemment, un restaurant (en vrai plusieurs zones de restaurant) et un club. Après un cocktail on pars sur la plage et on remonte via le W hotel ou le vigile n’était pas très serein de nous laisser entrer. Puis après être repassé par l’hotel, on prend un taxi. On a du tomber sur le plus roublard de tous… direction mon hotel à Kuta, près de l’aéroport, pour ma dernière nuit. On passe à l’aéroport domestique pour récupérer la copine de mon pote avant de prendre un dernier verre tous ensemble.

IMG_6197

Dernier jour de vacances pour moi, réveil assez tot direction le terminal domestique de Bali, pour un vol Lion Air (encore… ) cette fois-ci à l’heure ! pour Jakarta. C’est à Jakarta que mon vol Cathay Pacific pour Hong Kong aura 2h de retard. Un conseil, mangez avant de rentrer dans la zone de sécurité, il n’y a rien après. En réalité, il vaut mieux manger avant même de passer l’immigration, vu le nombre limité de restaurants dans la zone internationale du terminal 2 (environ 4 petits boui-boui). Retour à la maison, après une longue journée de trajet, vers 22h.

Budget : 6000HKD

Transport :

  • Cathay Pacific (36000 miles + 800 HKD en Premium Eco), 3 vols Lion Air (400HKD/vol) mais je déconseille cette compagnie et ce groupe en fait, préférez Air Asia ou Scoot si possible.
  • Scoot Fast Cruises pour faire Senggigi Lombok – Gili T (correct pour 30min) 16USD/pax
  • Blue Water Express pour Gili T – Bali Serangan (bonne qualité) 52USD/pax.

Hotel : Mercure Sabang Jakarta (bien), Gallery Prawirotaman Yogyakarta (bien), Kila Senggigi Beach Lombok (super), The Trawangan Resort (ok)

Album Photo

Advertisements

Un week-end à Busan au sud de la Corée

Petit break à Busan, deuxième ville de Corée du Sud.

Busan se trouve au sud-est de la péninsule, c’est la plus grosse ville après Seoul et la principale station balnéaire de Corée (après Jeju island). En effet, elle se trouve le long de la cote, juste en face du Japon, possédant plusieurs plages éparpillées dans la ville.

Haeundae Beach

J’y suis donc parti pour visiter la ville. J’ai pris un hôtel a Haeundae, ou se trouve la plus belle plage. Beaucoup d’hôtel et de restaurant dans le coin, cela dit le temps était un peu maussade. J’ai retrouvé une amie sur place et on s’est donc baladé pour visiter la cote. Parti de la plage de Haeundae, on a longé la cote vers la presqu’ile de Dongbaek, passant près de la statue de la petite sirène (fable coréenne notable, copié sur celle de Copenhague ?), puis du siège de l’APEC, pour se retrouver en face d’immense tours résidentielles construite pour accueillir à la fois les résidents et les touristes durant l’été. Très modernes, ces skyscrapers, coupe un peu avec l’architecture de la ville aux alentours. On a continué notre chemin le long de la cote pour rejoindre la deuxième plage principale de Gwangalli, très grande et bien entretenue, qui donne une vue sur le pont du même nom qui propose un show de lumière tous les soirs. Après avoir longé tout la cote, on est parti se perdre dans les petites rues derrière la plage pour finalement renter dans un barbecue spécialisé dans le “Eonyang Bulgogi”. Pour faire simple, c’est de la viande de boeuf préparé façon bulgogi (mais “oldschool” apparemment) que l’on met au barbecue. C’est délicieux. Après ce bon repas, on est reparti à pied pour une marche digestive. On est allé faire un tour à la micro fête foraine du coin puis on s’est enfilé des grosses gelato bien mérité après les kilomètres de marche de la journée.

Gamcheon

Le lendemain, on prend le métro pour aller visiter le mémorial des Nations Unies, érigé en souvenir des soldats qui sont tombés durant la guerre de Corée et qui n’ont pu avoir de tombes. Le mémorial est donc géré par des soldats de l’ONU. Ils veillent à ce que les gens qui y rentre soient correctement habillés pour ce lieu de respect. Le soldat m’a aussi demandé mon pays, j’imagine soit pour des fins statistiques ou peut-être parce que les pays non adhérents ne peuvent y entrer… mystère. Ensuite on a pris un taxi pour mon coup de coeur du week-end, le quartier de Gamcheon (Cultural Village), dit le Santorin de l’est. Il faut savoir que durant la guerre de Corée, les communistes avaient pris plus de 75% de la Corée et les coréens du sud (on va dire) qui ont fuit leur terres à l’époque, se sont rassemblé autour de Busan, seul bastion protégé par les USA qui avait subsisté à l’envahisseur. Ils vivaient donc dans des bidonvilles qui sont restés tel quel durant plusieurs décennies le temps que la Corée se transforme économiquement. Le quartier de Gamcheon était l’un des bidonvilles de Busan. Cependant au lieu de le raser pour en faire des tours, le village a été gardé et les habitations reconstruites en dur et de multiple couleurs, ce qui donne un village magnifique à flanc de colline ou bon nombre d’artistes s’adonne à la creation pour les visiteurs. On a donc déambulé dans ce quartier, pris quelques photos et visiter les quelques maison-attractions puis on est descendu tout en bas du village pour prendre un bus direction le vieux centre de Busan et son fameux marché de poisson Jagalchi.

Jagalchi Market

Les poissons et autres crustacés sont vendus à deux pas du port d’ou arrivent les bateaux des pêcheurs au petit matin. Il y a donc des calamar vivant à tester. C’est la spécialité du coin, manger des tentacules qui bougent encore dans la bouche et s’accroche au parois du palais, quitte a presque s’étouffer, j’ai évité. On a continué a pied jusqu’au Lotte department store qui se trouve a 500m du marché pour monter sur le toit. Il y a une vue à presque 360 degrés à la fois sur le port et sur les montagnes qui entourent la ville. Le soir on décide d’aller manger dans le “nouveau centre”, plus animé de Seomyeon qui ressemble plus à un Gangnam, rempli de restaurant. Pour ce diner (à 18h) on est allé faire un  spicy chicken-fried rice.  Une plaque chaude avec du poulet et des légumes (dont du kimchi) le tout bien épicé avec le chili coréen habituel, auquel on rajoute par la suite en option, du riz ou des nouilles (il vaut mieux, c’est quand même bien épicé). Un petit tour dans le quartier puis on est rentré sur Haeundae. Le soir, ayant encore une petite faim (c’est ca de manger trop tot), on est reparti sur le bord de mer pour se faire un soju + chimek (du soju, de la bière et du poulet fris… un délice).

Busan

Dernier jour, réveil difficile du au soju … direction Seomyeon pour y déposer mon sac dans un locker puis ligne 1 vers Beomeosa. Le temple du même nom se trouve en haut de la montagne. C’est un très joli temple bouddhiste qui propose même aux plus aventureux des retraites avec les moines pour vivre comme eux pendant quelques jours. Sur la gauche du temple est le depart d’un chemin de randonnée qui monte tout en haut de la montagne et possède plusieurs points de vue sur la ville de Busan. Malheureusement, limités en temps et n’ayant pas du tout les chaussures adéquates, on a fait qu’une heure et demi de randonnée jusqu’à la “porte nord”. Il faut dire que ca monte et vu la pluie les rocs étaient un peu glissant. Une petite promenade de santé quand même. Le soir avant de repartir on est allé manger à Seomyeon des nouilles froides avec du bulgogi, puis direction l’aéroport de Gimhae qui est accessible en métro en 35min.

Beomeosa

Se balader à busan : le bus et le métro accepte la T-money card, celle utilisée à Seoul, cependant il faut la recharger dans un convenience store car les machines du métro ne le permette pas. Pour les bus on bip a l’entée et la sortie.

Budget : 450 euros

Transport : Air Busan (270 euros)

Hotel : Haeundae On Hotel (75e/n)

Album Photo

Visite de Fukuoka et Nagasaki sur l’ile de Kyushu

Il y a quelques mois alors que j’atterrissais a l’aéroport de Yangon en Birmanie et j’ai rencontré en arrivant un japonais d’une vingtaine d’années avec qui j’ai pu sympathiser et visiter la capitale birmane pendant une journée.
Ce dernier m’avait invité à venir lui rendre visite dans sa ville de Fukuoka.
Je l’ai donc pris au mot en septembre. J’ai motivé un de mes potes et on s’est envolé pour Fukuoka, principale ville de l’ile de Kyushu, au sud du Japon.

Arrivé vendredi soir a l’aéroport de Fukuoka, on a pris un taxi (assez cher) pour le centre ville. Notre ami nous avait en fait dégoté un tatami chez un pote qui possède un appart en hypercentre de Fukuoka city. Sorte d’auberge espagnole, son ami, multi-entrepreneur, accueille dans son appart étrangers en vacances, amis pour collocation long-terme etc.

On pose donc nos affaires dans l’appartement et on part se promener dans le centre. On s’arrêtera manger dans un des typiques Yatai, stands-restaurant à ramen tonkotsu, spécialités de la ville. On choisit son type de nouille, sa cuisson (ferme, aldente, mou), sa sauce et sa viande, on a ensuite a disposition des condiments à rajouter.
Après ce rapide diner à base de ramen et bière, on repart se changer pour aller en soirée. Notre pote nous avait dégoté des places pour la grosse soirée étudiante du mois dans un club immense du centre ville, avec entre 1000 et 2000 personnes. Deux salles, deux ambiances, plutôt sympa. Et puis la musique au Japon, ils font généralement ca bien.

Yatai

Le lendemain, on se lève tant bien que mal, un peu tard et on part manger dans un bar a sushi classique. Puis direction le métro pour rejoindre l’est de la ville et aller visiter le quartier de Gion ou se trouve des temples bouddhistes et le tombeau Kushida. Ensuite on a continué vers l’ouest pour rejoindre le mall Canal City, qui est originalement disposé sur plusieurs étages avec une vue sur un canal artificiel. On en a profité pour faire une pause Time Crisis dans la salle d’arcade, histoire de rendre hommage aux jeux d’arcade dont les japonais sont des très grand fan. Puis après ce petit tour de Hakata, on est rentré via les boulevard et a traversé les shopping mall de Tenjin. La ville ayant deux centres : Tenjin et Hakata, qui sont divisé par la rivière. Le centre de Tenjin offre plusieurs shopping mall ainsi qu’un souterrain de boutiques, de quoi faire les magasins en été comme en hiver.

Gion

Le soir, on part manger avec un ami d’ami japonais ayant étudié en France. On discutera en français donc autour d’un bon repas. On a choisi l’un des meilleurs barbecue japonais de la ville ou le beef est délicieux mais pas à la portée de toutes les bourses. Quelque chose comme 100 usd par personne avec illimité de bière et suffisamment de viande pour 3. Cela dit, on a bien mangé et le boeuf wagyu fondait dans la bouche.
Après ce diner, on a pris quelques bières a l’appart puis on est parti en club au Infinity, un club plutôt sympa, pas très grand, avec de la musique assez classique par contre (les charts) et une population éclectique.

Beach

Après une longue nuit de clubbing, le lendemain on testera les kimonos de notre hôte qui ne jure que par cet habit traditionnel japonais. C’est d’ailleurs l’un de ses business, il achète des kimonos dans les dernières usines de production traditionnelles pour les revendre à ses amis en ville. Pour le déjeuner on va tester la chaine de ramen Ichiran, très connue dans l’ile de Kyushu et même à l’étranger. Le concept est assez particulier. Chaque personne a une cabine avec un volet a l’avant que le serveur ouvre pour vous apporter votre bol de ramen que vous désirez. Les choix sont simple, le type de ramen, leur cuisson, la viande (si porc ou non), les algues seches, le degré d’épices et si vous voulez un “refill” de ramen plus tard, un oeuf et autres side-dish. Un petit robinet pour se servir et il suffit d’attendre que le bol arrive pour manger… dans son coin. Les séparations entre personnes peuvent être ouvertes.

Kimono

L’après midi nous partons avec notre ami japonais réserver les billets de train pour Nagasaki directement à Hakata station ou se trouve les trains régionaux (et les Shikansen qui vont jusqu’à Tokyo). Ensuite on laisse notre ami pour aller faire un tour à la plage près de la Fukuoka Tower. La plage n’est pas très grande et il fait un peu froid mais ca peut être un endroit relaxant durant l’été. Et puis bon avec le port d’a coté l’eau ne doit pas être très propre. On repars en passant devant le Yahoo Statium (stade de baseball), on repasse a l’appart prendre nos sac et direction la gare. Après deux heures de train, nous voici arrivé a Nagasaki.

Arrivés le soir, on se dirige à pied vers notre Hostel, le Akari international hostel, basé dans un coin calme pas loin du centre ville. On part donc faire un tour dans le centre voir s’il y avait quelques bars ouverts ou autres. Visiblement, un dimanche soir, tout étaient fermés. On prendre un diner rapide et on rentre.

Nagasaki

Le lendemain, réveil aux aurores pour aller visiter. Direction les sites historiques. Avant de partir de l’hostel on récupère des coupons de reductions pour certaines attraction de la ville qui sont offertes à tout visiteur. On prend donc ensuite le tramway de la ville, qui a un style un peu old-school très sympa. Les musées et aux mémoriaux se trouvent plus au nord et il faut donc prendre le tramway pour remonter vers l’arrêt Hamaguchimachi. On commence par le Memorial Hall en hommage aux morts induits par la bombe atomique. Lieux très symbolique donc. Ensuite, juste à coté se trouve le musée sur la bombe atomique qui retrace la seconde guerre mondiale coté japonais avec surtout l’accent mis, évidemment, sur l’évènement de la chute de la bombe, ses dégats et des récits de survivants, Une mise en perpective et des explications scientifiques et diplomatique sur les effets de la bombe. Un musée très intéressant.

Peace Park

On sort du musée et on se dirige vers le parc de la paix ou se trouve la statue de la paix érigée 10 ans après la chute de la bombe en tant que mémorial. Elle se trouve exactement ou la bombe est tombé. La main gauche indique la paix tandis que la main droite pointe vers le ciel d’ou est venu la bombe et le danger de la guerre.
Après s’être promener dans le quartier on part manger dans un shopping mall se trouvant sur la route du retour. Une soupe de udon et une crêpe à la japonaise (c’est à dire avec plein de crème fouettée et des morceaux de brownies pour moi) et on est reparti pour aller sur l’observatoire du Mont Inasa. On choisi de prendre le cable car, qui est vide en cette journée… pour aller sur le toit de l’observatoire qui donne une vue sur toute la baie et la ville de Nagasaki. Soit disant l’une des meilleures vue du monde. Bon je préfère quand meme la skyline de Hong Kong mais bon. De l’observatoire on voit même l’ile de Hashima (Gunkanjima). Une ile minière abandonnée ou se trouve encore des immeubles entiers vides. Une ville fantôme visitable en une journée avec guide spécialisé. On peut apercevoir l’ile dans le dernier James Bond : Skyfall.
On redescend donc de notre mont pour aller visiter avant de partir un mausolé a la memoire des 26 martyrs (saints) du Japon qui furent crucifier au 16e siècle. Le musée derrière le monument contient de nombreuses lettres de St Francois Xavier.

Nagasaki

Fin d’après-midi, on re saute dans le train direction Fukuoka. C’est décidé pour le diner on fait un sushi et un bien. On choisit le meilleure restaurant à sushi de la ville. C’est ce qu’on appelle un : omakase. C’est a dire que le chef décide de ce qu’on mange, dans l’ordre ou on le mange et avec quel accompagnement. Pas question de tremper certains sushi dans la sauce soja. Les sushis sont fait par un unique maitre sushi, ils sont pas par paire et utilise les meilleurs ingrédient. Moi qui ait l’habitude de prendre des poissons habituels (saumon, thon, yellow tail …), cette fois-ci je me force a manger des poissons dont je n’ai jamais entendu parler et donc je ne pourrai donner le nom vu que personne ne parlait anglais. Faut dire que c’est bon, mais évidemment cher. 10000 yen par personne pour 9 sushi différents, et 400 yen pour le thé. Faut le vouloir.

Sake bar

Après s’être rempli la panse de bon sushis, on part prendre une bière dans un bar temporaire ouvert par Asahi, qui doit ainsi tester ses nouveaux produits. Pas donnée la bière quand même (600 yen le demi).On retrouve notre hote japonais qui décide de nous emmenez dans un bar avec ses amis, ce bar qui se trouve pas loin de l’appart propose un champ de tir avec cible et de nombreux pistolets/fusils airsoft. On est donc tout passé tester l’un des fusils et s’essayer a tirer sur des cible a 20 mètres. Evidemment, pour ceux qui connaissent l’airsoft, les répliques des armes sont extrêmement bien faites, elles font peu ou prou le poids exact d’une vraie.
Après cet entrainement au tir, notre hote décide de nous faire découvrir le pub crawl facon japonaise. C’est à dire, aller de bar en bar tester du saké ou sochu (plus fort) avec un petit plat spécifique au bar en question. Le premier est donc un bar à saké qui fait des tokoyaki, sorte de petite boule de farine remplie de crème et de calamar. Ensuite on passe à un autre niveau avec un bar qui propose du sochu et de la viande de canard crue en salade. Mieux vaut avoir l’estomac accroché.

Fukuoka

Le lendemain, mon pote repart pour Shanghai dans la matinée alors je pars visiter à pied le parc Ohori ou se trouve des reste d’un chateau. Je fais le tour tranquillement du lac et me balade dans le coin pour rejoindre le mausolée Gokoku.
Dernière courses puis direction l’aéroport en métro puis shuttle, vu que le terminal international est de l’autre coté du runway.

Budget : 650 euros

Transport : Hong Kong Express (300 euros)

Hotel : chez un pote (Fukuoka), Akari International Hostel (Nagasaki)

Album Photo

Taipei, Wulai, Hualien et les gorges de Taroko

Nous voila parti pour une petite semaine direction Taiwan.
Ca sera la 5e fois pour mois sur l’ile et la 3e fois à Taipei plus particulièrement, mais je ne m’en lasse pas.

Mes trois potes ne connaissent pas tous la capitale donc on a scindé le programme :

  • 2 jours à Taipei
  • 1 jour à Wulai (une après-midi)
  • 2 jours à Hualien/Taroko

Arrivés à Taipei Airport (Taoyuan, TPE) de nuit, on rejoins le taxi demandé à l’avance a l’auberge de jeunesse, direction le centre ville de Taipei, pas très loin de la 101, le JV’s Hostel. La chambre est plutôt grande avec salle de bain intégrée et même machine à laver. Cela dit, on n’est pas la pour admirer la chambre, alors on part rapidement en direction des clubs. On arrivera trop tard devant le Myst. Après discussion avec des jeunes près d’un Family Mart, on abdiquera. Un mercredi soir, vers 3h du matin, c’est trop tard.

Le lendemain on se reveille tranquillement, on mangera dans le coin après avoir récupéré le quatrième de la troupe qui venait de Shanghai. Petite visite du quartier sous la pluie puis on est allé prendre un verre au W hotel, au bar du dernier étage histoire d’avoir une vue – pluvieuse – de la ville.
Puis on partira retrouver une amie taiwanaise (une chanteuse) dans un bar à cocktail ou il n’y a pas de menu… cela dit, il y a des tournées de shot bien spécifique que l’on a commandé et je peux dire qu’ils sont originals, chacun ayant un nom bien à lui avait une décoration et un melange différent. Pour terminer on a pris la tournée mystère d’un bloc de 18 shots cachés sous une feuille de papier avec chacun un numéro, à nous de faire un jeu a boire qui permette de prendre aléatoirement un shot à la paille (en percant la feuille). Ensuite on sortira rapidement au Myst, le quartier de la 101 étant bien vide le jeudi soir, on a pris un verre et on est parti manger.

Wulai

Lendemain, rendez-vous avec notre amie qui nous fera découvrir une “fondue” (hot pot) taiwanaise, avec un coté épicé et un coté nature. On fait bouillir la viande et les légumes et on s’en met plein la panse (c’est souvent ce qui arrive avec les hot pots).
On part ensuite pour le Chiang Kai Shek Memorial pour faire visiter les monuments à mes potes qui y venaient pour la première fois. On remonte à pied vers le palais présidentiel puis vers Ximending. Ensuite on marchera vers le temple Longshan. Après cette après midi culturel, on part pour le marché de nuit de Shilin au nord. On cherchera un restaurant pendant une bonne demi-heure avant de se poser dans le pire que l’on aurait pu trouver. En effet, les plats, entre 200 et 250 ntd étaient afficher sur la devanture et à part que les portions et le gout n’etaient pas au rendez-vous, on a eu le droit à une grosse surprise. En effet, on a commandé des Taiwan Beer de 640ml. Bière qui généralement coute aux alentours de 2euros, même en restaurant. On s’est vu faire facturés 7.5e par bière (300ntd), dont une à 10euros (400ntd) car avec un gout mangue (c’était la version panaché). Evidemment, on a demandé a voir le menu pour trouver le prix que l’on avait raté. Et comme par hasard, aucun prix sur la carte. Les versions de 33cl était au prix de 100 ntd, donc on a demandé pourquoi, une bouteille deux fois plus grande, coute 3 fois plus cher. Le manager execrable, a fait comme s’il était bien énervé, et nous a descendu le prix des 7 bouteilles à 200 ntd, ce qui est déjà le double du prix habituel, mais n’a pas voulu descendre le prix de la bière a la mange, soit disant parce qu’elle était spéciale… 10euros la bière… franchement. Bref, heureusement pour ce restaurateur arnaqueur, on était déjà a la bourre pour rejoindre nos amis en boite, on a payé et on est parti, mais, on aurait eu plus de temps, je me serai fait un plaisir d’appeler les flics. Il nous a vu arriver avec nos gueule de touristes, il s’est dit, aller du fric facile… et il avait en plus de culot de nous faire l’énervé qui n’avait pas réussi a nous ponctionner suffisamment. Malheureusement, je n’ai pas le nom du restaurant mais en gros, il faisait des plats sur plaque chaude (hot plate) et se trouve sur une rue perpendiculaire a Dadong Road et Wenling Road (je pense c’est Anping Street). A éviter donc. C’est bien la première fois que je me fais arnaquer à Taiwan, les gens y sont si accueillants et si gentils… Mais il y a des cons partout alors a bon entendeur.
On repart donc en taxi direction le Myst ou s’est fois-ci le club est bien bien rempli. On retrouvera nos amis à une table ou un francophile nous paiera des verres de champagne.

Le lendemain, après une grasse matinée bien méritée, on part visiter le petit village de Wulai, dans les montagnes au sud-est de taipei, connu pour ses hot spring. On a pris directement un taxi de chez nous pour un prix fixé a l’avance de 600 ntd (même si finalement au compteur, ca coutait moins). On s’est baladé dans le village, on a mangé dans un restaurant typique. Ensuite on est monter prendre le petit train – de la mine – pour rejoindre la gondola (le téléphérique) qui monte dans un petit parc d’attraction. On a fait du tir a l’arc, avec des arcs en très mauvais état mais bon on s’est bien marré. On est redescendu et on est allé dans un hotel/spa qui possède ses propres hot springs (Gwoji Hotel). Les bains ne sont pas mixtes, il y avait un bain chaud, un bain froid et un a température du corps avec des jets d’eau pour le dos. Prix : 380ntd par personne. Puis on est rentré en taxi directement pour aller manger avec nos amis taiwanais chanteurs. On pu rencontré d’autres artistes dans un restaurant italien tout juste ouvert. (je ne me rappelle plus du nom, mais vu le rapport qualité-prix, ce n’est pas bien grave)
Le soir, direction cette fois-ci le Luxy près de la station Zhongxiao Dunhua. Il y a deux clubs en un, mais le deuxième est une partie VIP pour les membres. Finalement, on a pu rentré gratuitement dans la partie VIP qui s’avérait bien vide. J’y vois pas trop l’intérêt mais enfin. On a pris une bouteille a 4 (100euros environ la bouteille de gin). On rentrera a pied à l’hostel au levé du jour.

Dimanche, direction la Taipei Main train station pour prendre un train express vers Hualien. Environ 2h de route avant d’y arriver. Le temps pluvieux ne présageais rien de bon. On marche donc vers notre backpacker hotel, le Formosa. Le soir on est parti manger dans un restaurant d’extérieur typique taiwanais, pas trop loin de la mer, après avoir fait un tour au marché de nuit et nous être essayer au tir airsoft.
Le lendemain, comme prévu, la pluie était au rendez-vous. On a décidé de ne pas prendre de scooter pour visiter les Gorges de Taroko. Selon les dires d’un autre francophone sur place, il était apparemment quelque peut compliqué d’avoir un scooter pour les non-taiwanais, mais ca se fait, suffit de chercher parmi tous les vendeurs (le prix ne doit pas depasser 600ntd la journée). On a donc pris le bus, près de la gare qui coute un peu plus de 400 ntd par personne hop-on/hop-off. On est allé faire quelques randonnées le long des gorges, le tout sous la pluie. Et on est rentré en bus. Il vaut mieux ne pas rester trop tard, sinon il n’y a plus de moyen de rentrer. Le bus dure 1h30 aller environ. Je pense que j’y retournerai un autre jour, histoire de voir d’autres randonnées mais en été.


Le soir, on a fait pris une bonne dominos pizza que l’on a manger dans un bar du coin, avant de rentrer se coucher. Le lundi, dernier jour, on a pris le train, retour sur Taipei, on a mangé dans le mall et on est monté voir un film au cinéma (Amazing Spider Man 2) avant de repartir en taxi pour l’aéroport.

Budget : 400-500 euros

Transport : Hong Kong Airlines (1800hkd)

Hotel : JV’s Hostel, Formosa Backpackers Hualien

Album Photo

Une semaine en Asie du Sud-Est

Profitant des jours fériés du nouvel chinois, j’ai pris une bonne semaine de congé afin de partir visiter l’Asie du Sud-est.
Les prix durant cette période étant exorbitants, il a fallu ruser. J’ai donc recherché comment visiter le Cambodge et le nord du Vietnam, tout en prenant les billets d’avion les moins cher.
Finalement, après de nombreuses recherches sur tous les comparateurs possibles, les compagnies aériennes asiatiques low-cost et agence de voyage… j’ai pu dénicher un tour plutôt intéressant pour moins de 670 euros (vols seulement, ce qui n’est pas forcement très élevé pour la periode).

Le tour part donc de Hong Kong pour Bangkok sur HK Airlines, continue avec Cambodia Angkor Air pour faire Bangkok – Phnom Pen, puis la même compagnie pour Siem Reap (Angkor) – Hanoi, et enfin Vietnam Airlines pour Hanoi – Canton/Guangzhou. Pour la partie : Phnom Pen – Siem Reap, nous avons pris un mini-bus et pour la partie Canton – Hong Kong, nous avons pris le train (Guangzhou East – Kowloon).

Tout ca, du vendredi soir 8 février au dimanche 17 février 2013.

9 jours, 5 villes, 4 pays. Intense mais efficace !

Alors qu’en est-il de ce voyage express en Asie du Sud-Est ?

Je vais découper mon récit par ville.

Arrivé le vendredi soir (ou plutot samedi matin) a Bangkok, taxi depuis l’aeroport, puis bonne nuit de sommeil à l’hotel King Royal Garden Inn. Ce dernier ne paye pas de mine mais possède une petite piscine sur le rooftop et se trouve juste à coté de la station de BTS Surasak. Matin a la piscine, après midi shopping. On commence par Kaohsan road, puis direction central avec le MBK center, qui se trouve être immense et proposer tous les souvenirs pour touristes nécessaires, aux prix… touristes. On est ensuite aller faire un tour dans Siam, que l’on a visiter de long en large pour finalement rentrer en fin d’après midi à l’hotel. Le soir, on a décidé d’aller prendre un verre au Sirocco bar, tout en haut du Lebua. L’hotel qui est mis en avant dans le film Hangover 2 (Very Bad Trip 2). La vue est sympa, les verres sont assez cher (normal) et il y a un peu beaucoup de touristes mais c’est à faire.
Ensuite direction sukhumvit soi 14 (nana) pour aller boire un coup à un bar/volkswagen avec des connaissances expat de mon ami.
Après quelques buckets, nous partons pour RCA et le plus grand club que j’ai vu jusqu’à présent en Asie : Route 66.

 

Le club qui déborde très largement sur la route (pour pas dire : prend le trottoir et toute la chaussée) est composé de 3 ambiances. Payant pour les étrangers, on a pris une table avec bouteille. Je ne me rappelle pas du prix exacte de la bouteille mais on a payé 300 baht l’entrée qui nous donnais des coupons, ca nous a permis d’avoir la bouteille a 6 personnes. Malheureusement, assez difficile de danser dans 2 des salles et de ce fait, assez compliqué de s’intégrer, sans compter que les thai savent que beaucoup d’occidentaux sont la que pour les vacances et qu’ils se comportent n’importe comment.
On a finalement terminé dans un bar/boite d’after dont je ne me souviens même plus du nom. On a bien fait la fête quoi.

Lendemain, direction l’aéroport pour un vol rapide vers le Cambodge et la capitale Phnom Pen. Arrivée au Cambodge, direction les comptoirs de la douane acceptant le E-Visa (fait sur Internet au préalable pour 28 USD).
Puis taxi pour 9 USD (assez cher) vers le centre ville, à notre hôtel Golden Noura. Staff plutôt sympathique et hôtel correct mais surtout bien placé à coté du palais royal. Malheureusement ce dernier n’était toujours pas ouvert du fait de la mort récente du roi. Par contre son tombeau et le parc ou il se trouve est ouvert et gratuit, et c’est très joli la nuit.
N’étant présent qu’une seule nuit sur place, nous sommes allé voir le musée Tuol Sleng, ancien lycée transformé en prison de torture durant la dictature de Pol Pot (Khmers Rouges qui ont ravagé le pays…). Entrée pour 2 USD. Notre touk touk nous a fait le chemin aller-retour plus un détour au Wat Phnom pour 4USD. On a pu donc aussi visiter le temple qui est payant 1 USD pour les étrangers.

 

En fait tout est payant ou presque, alors ca reste peu cher pour nous mais comparé au pays, vu qu’ils payent tout en USD et que la base de tout service est de 1USD, ca commence à faire… souvent même plus cher que les pays voisins qui sont pourtant plus riches. Alors il faut tout tout tout négocier, et durement des fois.
On est ensuite aller faire un tour sur le quai Sisowat, au bord du fleuve Mékong, on s’est arrêté pour manger dans un petit restaurant, un Amok, spécialité du pays. Puis on s’est rendu au petit marché de nuit. La ville n’est pas très grande et le marché l’est en conséquence.
Enfin on est sorti le soir pour se rendre au Pontoon, seul vrai lounge/club de la ville. Entrée gratuite ce soir la mais généralement 6 USD. Le club est fréquenté par la jeunesse dorée locale. On a pris un cocktail (4.5 USD) puis on est rentré à l’hotel. Je pense qu’il doit valoir le coup du jeudi au samedi soir, + conseil de local.

 

Le lendemain matin, nous avons décidé de nous rendre au Russian Market pour acheter des souvenirs. Malheureusement ce dernier était a 80% fermé. Juste pour information, contrairement à ce qui peut-être écrit sur Wiki Travel et autre, le marché ne propose pas de “sorties d’usine de grande marque”, tout est de la contre-façon pure et simple.
Ensuite nous avons fait la visite du musée national tout proche qui est plutôt sympa. Puis nous avons continué à visiter le quartier et fait le tour du palais. On a réussi à trouver une vue sur la ville dans l’hotel d’a coté, ou personne n’a remarqué notre entrée. Alors on est monté a on a pu observé a 360degrés la ville.

Dès 14h, nous avons pris un mini-bus (20 places) pour se rendre à Siem Reap. On a mangé a toute vitesse dans le bouiboui d’à coté. Plutôt peu confortable, on avait choisi ce bus plutôt qu’un car pensant qu’il irait plus vite … Au final, 4h30 de route annoncé et on en a fait 6h30. Je préfère pas imaginer le car. 12USD par personne pour un confort très sommaire, mieux vaut rentrer dans le bus en premier et bien choisir sa place. Heureusement le chauffeur a fait 2 arrêts chez ses copains le long de la route.

Arrivés à Siem Reap dans la soirée. On a voulu faire les malins et chercher notre hôtel tout seuls, pas de chance, notre guest-house se trouvait plutôt loin du stop ou nous avons été déposés (près de la bar street). Donc mieux vaut demander à l’agence de bus puis décider touk-touk ou pas touk-touk.
Siem Reap, la ville ou se trouve les temples d’Angkor, tourne grâce au tourisme. Il y a de nombreux pubs et restaurants, ainsi que des marchés de nuits et autres shops de souvenirs. De quoi faire après les visites des temples.

On a dormi donc a Bou Savy Guesthouse qui s’avère être plus excentré que prévu. Arrivée impeccable mais hélas, mon lit était infesté d’insectes et je me suis fait piquer toute la nuit, impossible de dormir. L’insecticide n’ayant pas marché (il fallait jeter le matelas), j’ai du dormir par terre la nuit suivante. Bref pour l’hotel… on aura vu mieux.
On a donc fait la visite du petit circuit de temples en 1 journée. C’est très beau et on a accès aux temples du parc après avoir montrer le pass (pass 1 jours de 25 USD), il ne faut donc pas le perdre. Il est nécessaire bien évidemment d’avoir un touk-touk a la journée avant de faire le tour. On a failli perdre le notre sur un des temples, donc il est important de s’accorder avec le conducteur de l’endroit ou se retrouver après la visite du temple. Les prix a l’intérieur du parc sont bien sur, un peu plus élevés, cependant près des temples plus petits et plus éloignés, les prix descendent vite. Faites attention par contre aux racoleurs pour les restaurants qui vous montreront un menu avec des prix bas et d’un tour de passe passe vous donneront un autre menu bien plus cher. Ex. je voulais manger un Amok au poulet, ce dernier s’affichait a 3.5 USD sur le premier menu et a plus de 5 USD sur le menu servi a table…
On est parti tot pour éviter la marée humaine, mais je crois que durant le nouvel an chinois, c’est peine perdue.

 

La journée de touk touk nous a couté 12 USD, transformé en 15 USD parce qu’on est 3… évidemment on aurait été blonds, je pense qu’on aurait pu payer quelque chose comme 20 USD…
Le soir, on a fait restaurant et pubs tranquillement, ainsi que shopping de souvenirs.
Pour finir en beauté, on a voulu confirmer notre touk touk pour l’aéroport du mercredi matin et on a vu le prix passer de 3 USD à 5 USD comme ca… On a donc demandé au manager de l’hotel de voir avec son collègue qui nous avait assuré que c’était 3 USD. Évidemment, après quelques mots, le collègue est revenu en disant qu’il n’avait jamais dit 3 USD mais bien 5 USD, qu’il avait mal compris l’horaire, alors qu’on en avait parlé pendant 15min le premier jour, vu que notre vol était a 7 du matin… Bref, le lendemain, notre touk touk était fort heureusement la, malgré notre engueulade avec le manager. Direction Hanoi sur Angkor Air.

 

Arrivée a Hanoi, on prend un taxi pour un tarif fixe “pseudo-négocié” de 350kVND (au compteur, ca doit être moins cher). Notre hotel (Indochina Gold Hotel/Aquarius Hotel) se trouvant dans la vieille ville Hoan Kiem, on est au milieu d’un petit quartier plutôt sympathique. Dès le midi, on part visiter le quartier de la vieille ville puis ensuite le temple de la calligraphie Van Mieu avec la moitié de la ville … On assiste a un jeu d’échec chinois grandeur nature. Petite sieste dans l’après midi.
On continuera par visiter la ville en se dirigeant vers le boulevard Dien Bien Phu. Quelques photos puis on rentre manger. Un petit verre dans un des bars au 4e étage de la place … puis ont rentra dormir.
Le lendemain, visite du mausolée d’Ho Chi Minh (gratuit), ou appareil photo et autre telephones sont interdits. On peut y entrer que le matin. Le corps de l’ancien président y est entreposé dans un cercueil vitré. Ensuite on est parti visiter le musée national a coté, dont la deco est plutôt sympa (2USD). Puis on a pris un taxi (6USD) pour se diriger a l’ouest de la ville pour visiter le musée de l’ethnologie qui raconte l’histoire du pays et son mixage ethnologique. On peut aussi y voir beaucoup d’affiches françaises du à un partenariat d’échange culturel.
On est ensuite reparti. On voulait rejoindre le sauna/spa/massage de Huong Sen (68 An Duong, très conseillé par les locaux) mais ce dernier était fermé pour la fête du Têt (nouvel an lunaire). Direction donc la pagode sur le lac au nord de la ville, qui paraissait plus grande sur la carte touristique de la ville. Puis on est rentré à pied à l’hotel.

 

Le soir nous sommes allé tester le Bun Cha (vermicelle de riz au porc) ou le Pho, je ne sais plus trop mais en tout cas on a testé ce que l’on pouvait à chaque déjeuner et diner. Puis nous sommes retourné boire un verre près du lac, tester les deux bières viet : Ha Noi beer et Saigon beer. Au passage, nous trouvons une petite agence de voyage proposant la visite de Tam Coc (le Ha Long Bay terrestre) pour 18 USD, je crois que c’est le moins cher qu’on aurai pu trouver.
Le lendemain donc, réveil assez tôt, on embarque dans le bus qui fera le tour des hôtels puis c’est près de 3h de route pour aller visiter l’ancienne capitale du Vietnam avec deux petits temples. D’autres français qui étaient avec nous dans le bus ne faisaient pas la visite mais se rendait juste a Ninh Binh, la principale ville près de Tam Coc. Le guide leur a dit que la visite de l’ancienne capitale se faisait avant l’arrivé à Ninh Binh. Ils avaient donc soit le choix de rester dans le bus pendant 45 min soit de venir avec nous. Le guide leur a demandé 50 000 VND puis leur a donné le ticket avec écrit le prix dessus, de 10 000 VND. Vendu 5 fois le prix, le groupe de français s’est senti lésé et a demandé le remboursement de la différence… et bien le guide a fait comme s’il entendait pas et n’a rien rendu… C’est assez fou comment il a réussi à arnaquer 10 personnes. Je crois même qu’un autre couple s’est fait avoir.

En gros, il faut bien faire attention et toujours éviter les coups tordu. Par exemple, le restaurant du midi propose trois plat viet pour 6 personnes sur une table de 4… Le soi-disant buffet invisible coute 7.5 USD par personne (carrément) et les boissons ne sont pas comprises. Évidemment pas de boisson comprise. Mieux vaut avoir prévu le coup. L’après midi on est donc allé faire un tour de bateau à Tam Coc. Sur un petit bateau à rame avec un/une rameur qui nous emmène sur la rivière et nous fait découvrir le paysage fait de montagnes/rocs qui semblent avoir pousser de la terre. On a traversé 3 grottes et la balade a duré environ 2h. Autour de la rivière de nombreuses rizières. C’est beau et l’air est un peu plus pure que la ville évidemment. Ca vaut le coup, rien que pour le tour à la campagne. A la fin de l’aller, des bateaux remplis de souvenir et boissons nous attendent, pour nous vendre quelque chose que l’on devrait donner au rameur/rameuse. On a préféré ne rien acheter et laisser un plus gros pourboire. En effet, bien que le tour soit payé, le guide nous avait prévenu que les rameurs demandent un pourboire et qu’il est conseillé de donner entre 1 et 2 USD. Voulant faire un geste, mon pote a laisser 5USD. On attendait un sourire et un merci, on a eu le droit a une plainte et une main tendu vers ceux n’ayant rien donné demandant un pourboire… On a bien regretté. Voulant s’assurer tout de même que 5 USD était un gros pourboire, on a demandé aux autres et oui, la plupart n’avait laissé que 1 USD et n’avait pas eu de plainte.
Bref, on est rentré sur Hanoi tranquillement. Au final on était content de la journée qui nous a rempli d’air frais avec un beau paysage, même si la pluie était au rendez-vous.

 

Le lendemain, on se réveille tranquillement, le taxi commandé à l’hotel nous attend (même prix qu’a l’aller). Direction le petit aéroport d’Hanoi (ils construisent un deuxième terminal à l’heure actuelle). Vol pour Canton / Guangzhou.

Arrivé en Chine, changement de monnaie puis taxi pour notre hôtel le Tavernew Hotel (110RMB), pas facile à trouver car au fond d’une rue a coté d’un parking, mais plutôt propre car tout renové (a part l’odeur de cigarette habituelle en chine). Pour cette fin d’après midi on a décidé de se rentre à la Canton Tower, le plus grand building de Chine. Malheureusement, pour monter, c’est cher : 150 RMB par personne juste pour la vue du sky desk. Pour un peu plus, on a même la chute libre au Sky Drop en extérieur (attraction de l’ascenseur qui tombe). Pour les plus fous il y a le pack romantique à 488 RMB pour monter au tout dernier observatoire, a l’air libre avec un repas je crois.
On est donc juste allé sur la terrasse qui coute 20 RMB, puis pris une bière avec la vue sur la skyline. Ensuite direction notre restaurant préféré (si je puis dire), c’est le Teryo Teppanyaki, un restaurant japonais qui propose l’illimité pour 168 RMB, entre sushi, viande au teppan et bière… on a été bien servi et fini complètement plein.

 

Vers 22h, on se dirige donc, vers le club que je voulais tenter : le Catwalk. Un club tout propre, tout neuf, dans une sorte de mall, immense et avec un catwalk au milieu, en lieu et place du dancefloor. Assez cher par contre, 800 RMB minimum pour la plus petite table, avec pour ce prix, une bouteille classique de whisky et 8 coca + glacons. Soirée arrosé. Club pas forcément très plein mais avec quelques shows sympathique. Il faut dire que le restaurant nous avait bien cassé, donc on est ensuite rentré tant bien que mal a l’hotel (grâce a la business card de ce dernier, objet indispensable en chine quand on ne parle pas chinois).

Le lendemain direction Guangzhou East Railway Station (la gare de l’Est). On a pris notre billet pour Kowloon (Hong Kong) pour 154 RMB chacun, sans trop de problème. Un petit fastfood et “hop en voiture” pour 2h de train. Arrivé à Hong Kong dans l’après midi, complètement crevés.

Budget : 670 euros pour les vols. Environ 10e par nuit par personne. Proche des 1000 euros tout compris (shopping included).

Transport : Hong Kong Airlines pour HKG-BKK, Angkor Air pour BKK-PNH et REP-HAN, Vietnam Airlines pour HAN-CAN. Mini-bus pour PNH-REP.

Hotel : King Royal Garden Inn pour Bangkok, Golden Noura Villa Pub pour Phnom Pen, Bou Savy Guesthouse pour Siem Reap, Indochina Gold Hotel pour Hanoi, Tavernew Hotel pour Canton.

Album photo