Voyager pas cher en Asie : compagnies aériennes low-cost et agences de voyage

Un an a Hong Kong c’est bien, mais un an à visiter les autres pays d’Asie c’est encore mieux.

Durant mon premier semestre j’ai pu partir à Macau, aux Philippines et en Thaïlande. Pour mon second semestre je compte aussi bouger en Asie du Sud-Est dans d’autres pays ou d’autres villes.

L’Asie est un continent en plein développement et même si certains pays comme le Japon et la Corée du Sud ont un niveau de vie supérieur ou égal à celui de la France, ce n’est pas le cas des autres… Qui dit pays en développement dit niveau de vie assez bas et donc vie très peu chère. C’est l’avantage pour nous autres étudiants avec un petit budget.

Cela va sans dire, si nous n’étions pas à Hong Kong, même si la Thaïlande ne coute pas chère, on n’y serait pas aller. Car l’Asie du Sud Est compte, elle aussi, bon nombre de compagnies aériennes low-cost. Et lorsqu’il est difficile de trouver un prix correct avec une compagnie low-cost, il existe les agences de voyage.

Car ici, à Hong Kong, on fait ca à l’ancienne. Internet n’est pas très utilisé (enfin ca vient) pour la recherche de vols ou package vol+hotel, tandis que les agences de voyages sont nombreuses et compétitives. Alors n’exagérons rien, pour un vol simple sur une destination desservie par une compagnie low-cost, l’agence ne fera pas mieux, mais pour le reste…

Voici donc les compagnies low-cost internationales d’Asie du Sud-Est qui desservent Hong Kong que j’ai pu noter et leurs spécificités :

  • Air Asia : sans doute la plus connue. Hub basé à Kuala Lumpur en Malaisie. Intéressante pour voyager vers la Thailande (Bangkok et Phuket), l’Indonésie (Medan) et la Malaisie bien sur (Kuala Lumpur, Penang)
  • Cebu Pacific : 2e compagnie des Philippines, elle dessert des destinations internationales et est immanquable pour se rendre partout aux Philippines en passant par l’un des deux principaux hub de la compagnie : Manille (capitale) et Cebu (principale station balnéaire)
  • Dragon Air : compagnie hong-kongaise low-cost, elle propose des vols peu chers pour un peu partout en Asie, les vols les plus intéressants semble être ceux partant dans le nord : Chine, Corée, Japon…
  • Hong Kong Airlines/Express : compagnies faisant parti du même groupe que Dragon Air, elles proposent des vols promotionels et peu chers de tant à autre.
  • Tiger Airways : basée à Singapour, cette compagnie low-cost est connectée à toute l’Asie du Sud Est et l’Océanie. Pratique pour tous les résidants à Singapour, elle ne dessert que Singapour et Perth (Australie) à partir de Hong Kong. Par ex. un vol HKG-SIN A/R ne coute que 90 euros.
  • Jet Star Asia : compagnie low-cost basé à Singapour, de même que Tiger Airways propose des vols en Asie et Océnie. Bon nombre de vols intéressants et pas cher au départ de Singapour. Au départ de Hong Kong, Singapour, l’Australie et l’Indonésie. Plus cher cependant que son concurrent principal pour l’ile de Singapour.
  • Eva Air : deuxieme compagnie aérienne de Taiwan. Elle n’est pas forcément considérée comme du low cost mais ces prix sont assez bas au départ de Hong Konh pour rejoindre l’ile.

Lorsque vous prenez un vol en low-cost faite attention aux assurances par défaut, au surplus sur bagages, choix de siège etc.

Quand on ne trouve pas son bonheur chez les compagnies low-cost asiatiques, et qu’il faut absolument prendre une compagnie aérienne classique bien plus chère, il reste une solution : les agences de voyage.

Ici à Hong Kong, les agences de voyage tournent à plein régimes et sont les meilleures placées pour dégoter des prix auprès des compagnies aériennes classique comme Cathay Pacific (compagnie hong kongaise).

Exemple personnel : nous souhaitions rejoindre Ho Chi Minh Ville (Saigon) au Vietnam. Hors cette destination n’est desservie que par les compagnies traditionnelles et les prix avec Cathay Pacific montaient par ex a plus de 400 euros (AR). Avec une agence de voyage pignon sur rue à Hong Kong, on a eu pour proposition : 270 euros avec Cathay Pacific et deux nuits dans un hôtel 4 étoiles. Bon malheureusement elle souhaitait nous placer en overbooking sur le vol, donc on a prix notre deuxième solution pas chère : l’agence de voyage en ligne/comparateur de compagnies aériennes : Zuji.com (Travelcity).

Agences et comparateur de prix online

Zuji est pratique pour trouver un vol ou un package pas cher en comparant les compagnies aériennes et les hôtels, cependant le site n’inclut pas les compagnies low-cost, donc il convient de l’utiliser en deuxième recours.

Dans le même genre, Elong.com qui appartient aujourd’hui à la compagnie Expedia et propose des prix intéressant pour la Chine et le nord de l’Asie (tandis que Zuji semble mieux placé pour l’Asie du Sud-Est en général appartient à Lastminute). Sans oublier un des plus connu pour la Chine continentale : Ctrip.com qui est la plupart du temps moins cher que ses concurrents pour les vols domestiques.

Petit nouveau (enfin pas si nouveau, mais il a changé de nom), Wego est une startup basée a Singapour qui a été crée par des pros du secteur (Yahoo, Intercontinental…). Le site est bien fait et se charge de comparer les prix des airlines en Asie (mais aussi hotels et packages). C’est un peu ce qui manquait en Asie.

Sortant un peu du lot, mais à regarder de près, Groupon.hk qui propose aussi des packages de temps à autres.

Pour les ferrys destination Macau, plusieurs compagnies s’occupent du trajet mais celle la plus classique est TurboJet qui propose l’aller entre 14 et 17 euros vers Macau (péninsule). Pour se rendre à Taipa, prenez CotaiJet. First Ferry Jet propose elle, des aller-retour pour Macau au départ de Tsim Sha Tsui (sud de Kowloon).

Advertisements

Infos-Pratiques : la traversée Stockholm-Helsinki

Au premier abords, une semaine entière à Stockholm nous a paru assez long pour pouvoir visiter une autre ville. Nous hésitions donc avant de partir sur quelle nous aurions pu faire en plus de Stockholm.

Au départ nous pensions à Kiruna dans le grand nord afin d’y aller admirer les aurores boréales et la splendeur d’un paysage blanc et pure. Les vols par SAS (skandinavian airlines), permettent aux étudiants de s’y rendre pour 100€. Nous avons aussi pensé à Lulea qui se trouve un peu moins au nord et près de la côte. Très étudiants apparemment.

Finalement, nous avons décidé de changer d’aventure, une aventure un peu moins cher et nous permettant de voir une autre capitale : la traversée pour Helsinki.

Notre choix a été de partir sur 4 jours et 3 nuits. Soit 2 nuits pour la traversée aller-retour et une nuit à Helskinki, en Finlande.

En effet, la traversée permettant aux suédois et finlandais de se ravitailler en alcool et cigarettes en zone internationale, les prix des cabines ne sont pas très chères pour les plus basses. 40€ par personne est le prix plancher. Nous avons réussi a prendre une cabine pour 4 au prix de 60€ par personne, ce qui n’est pas si mal. 2 compagnies se partagent ce juteux marché : Silja Line (départ dans le port à Nord-Est) et Viking Line (départ au Sud-Est). Tallink Silja Line est sensiblement moins chère.

Alors avec un prix pareil, ne vous attendez à rien de plus qu’une cabine sans vitre au niveau des machines. Et oui, même en dessous des parkings voitures ! S’il un problème c’est la mort assurée (oui j’ai trop regardé Titanic). Trève de plaisanterie, ces cabines comportent 4 lits, et une “cabine salle-de-bain/toilette”, comme dans les hotels genre B&B/ibis.

Confort sommaire mais amplement suffisant pour tout étudiants. D’ailleurs ce niveau en accueillait pas mal. Ce qui fut sympa de demander un coup de main à nos amis espagnols.

Alors pour des prix si bas, vous n’aurez rien de plus. Et la traversée dure 16h ! De 17h de l’après-midi à 10h du matin (comptez l’heure de décalage entre les 2 pays). Alors vous aurez surement faim, soif… Bref, vous trainerez surement dans l’immense Hall en bavant devant les restaurants chics aux prix exhorbitants. Même les snacks ont des prix de “voleurs”. Mais c’est le jeu.

Si vous arrivez à manger des sucreries pendant 16h, et bien vous pourrez toujours vous en acheter par paquets de 600g dans le supermarket duty free (j’en reparle plus bas). Sinon vous faites comme nous, vous préparez vos sandwitchs et vos jus d’orange (il n’y a pas de soft dans le supermarket à par la redbull) pour les 2 repas : le diner et le petit dej.

Alors 16h de voyage, on peut y faire quoi ?

Et bien sachez que bon nombre des locaux qui seront dans le bateau, le prennent en mode “Cruise” c’est à dire qu’à peine arrivée à Helsinki, ils repartent par le même bateau 6 plus tard (départs toujours à 17h quelque soit le port). Ils y vont juste pour faire le plein d’alcools et cigarettes en tout genre. C’est la ou les compagnies gagent énormément d’argent.

Dans notre bateau : Silja Symphony ou Silja Serenade (les mêmes) il y a un petit supermarché  sur un étage avec caddie (et tout et tout…) ou vous pourrez acheter en grande quantité tous les produits détaxés ! Alors en plus de l’alcool et des cigarettes, vous trouverez de la boisson énergisantes est des paquets de bonbons énorme. De quoi grignoter et ne pas mourir de soif sur le bateau 😉

Un magasin de parfum et un autre de fringues, le tout hors taxe évidemment sont aussi présents mais dans le hall principal.

Ajouter quelques restaurants, quelques bars, accès internet et un casino comprenant des machines à sous en fonction 24/24. Les tables quant à elles, seront ouvertes (et surveillées contrairement aux machines) durant la soirée. Dans la salle du casino, 2 bars et une scène de cabaret avec un show tous les soirs. Vous ne vous ennuierez pas de la soirée.

Si vous êtes d’humeur dansante, le dernier étage accueille une “boite de nuit”. Sympa quand il y a du monde, elle fait aussi office de karaoké et le jour, il y a une salle de jeux vidéo ouverte à coté.

Sans oublier la piscine et le spa… normal quoi. Ouvert en journée bien sur !

Bref, la traversée c’est sympa et cela permet de voir pas mal de paysage lorsque l’on quitte les ports. Après on évite de sortir en tee-shirt sur le pont, même si on a forcé sur la vodka… ou alors il faut être du pays !

De belles photos et de bon souvenirs. Nous on a bien aimé, même si on était crevés lors du retour. Beaucoup de choses à dire sur ces 2 traversées, donc j’ai raccourcis pour aller à l’essentiel, mais sachez que c’est vraiment sympa à condition qu’il y ait du monde le bateau (surtout si vous êtes étudiants, c’est toujours mieux quand on en rencontre d’autres).

Infos-Pratiques : Beauvais-Stockholm

Pour rejoindre Stockholm, nous avons décidé de prendre l’avion via la compagnie Ryanair.

Seul départ possible de France (qui vaille le coup pour nous), Beauvais à quelques dizanes de km de Paris. Nous avons donc pris la voiture pour Cergy ou nous avons passé une nuit. Puis direction Beauvais en un peu plus d’une demi-heure.

Petit aéroport, le simple nécessaire. D’ailleurs pour le rejoindre au départ de Paris, les cars Ryanair, partent de Porte Maillot à 2 arrêts de métro de la gare Montparnasse. Comptez 13€ l’aller.

Pour ce qui est de l’aéroport de Beauvais, nous n’y avons même pas changer notre monnaie, les change étaient beaucoup plus défavorables qu’un paiement par CB la-bas.

Petit achat Duty Free puis c’est partie pour 2h30/3h de vol direction le Nord.

A l’arrivé, Skavsta Airport, près de Nykoping direction le car pour 80 min de trajet (tickets achetés à la borne Flygbussarna pour 23€ AR) direction Stockholm.

Total : 126€ AR Beauvais – Stockholm.

Vous pouvez aussi partir de Toulon pour rejoindre Stockholm Skavsta avec Ryanair.

Pour les infos concernant le nombre, les tailles et le poids des bagages, je vous conseille mon précédent article sur la compagnie Ryanair lorsque j’étais partie à Londres.

Voyage à Stockholm : les Transports

Les Transports en Commun

slblaIci je ne parlerai même pas de la voiture. A Stockholm, comme à Londres, la voiture n’est pas très apprécié en centre-ville. Je crois qu’un péage a été installé à l’entrée du centre et y ait toujours présent (à vérifier).

Evidemment si vous souhaitez vous promenez dans toute la Suède ou même dans le compté de Stockholm, la voiture est intéressante, mais je ne pourrai vous en dire plus.

Pour les urbains, voici les petites infos intéressantes pour les transports dans Stockholm :

Le métro et Bus

Le métro est assez grand, dessert à peu près bien toutes les iles mais est assez cher. Pas “d’Oyster Card” comme à Londres, vous serez obligé de vous rabattre sur des cartes 24h/72h/semaine…
Les bus tournent bien et s’occuperont des zones délaissées par le métro : comprenez bien que le métro ne passe pas sur toutes les iles (comme Djurgarden par ex.). Vous aurez surement le droit aux vieux trams très sympathiques sur la-dite ile.

Métro/Subway/Tunnelbana

t-bana-logo

Train de banlieue, sigle :

jlogo

Les tickets simples coutent 2€ et vous payez au trajet comme à Londres. Inutile de vous dire que si vous souhaitez profiter, il faudra se rabattre sur les cartes tout compris : métro, bus, train de banlieue. Elles vous permettront de vous balader dans les 3 zones A, B, C, se qui vous permettra d’aller visiter quelques châteaux comme celui de Drottningholm.

Voir tous les prix de Storstockholms Lokaltrafik (Stockholm Public Transport).

Carte du métro de Stockholm (cliquez pour agrandir) :

stockholm-subway

Le vélo

Une bonne idée aussi au printemps ou en été sont les vélos. Ils ont aussi leur vélo en location (non je ne dirais pas vélib !) nommé Alvedon. Je ne me souviens plus trop des prix, mais je crois qu’avec une réduction touriste, ca coutait quelque chose comme 3€ la journée. Sinon ca doit être légèrement plus cher (12.5€/les 3 jrs).

Perso nous n’avons pas testé. Pas vraiment besoin, entre le métro, le bus et nos jambes, on avait suffisamment de quoi faire !

Le bateau

Sachez que si vous partez en été à Stockholm, vous pourrez aussi prendre un bateau qui descend d’un bout à l’autre Stockholm.

Mon Expérience

Bon venant au principal, parce que ce que je ne vous ait pas encore dit c’est que nos premier jour à Stockholm, nous n’avons pas utiliser de carte de métro classique. Nous avons pris une carte spéciale touriste qui permettait pour 60€ par personne, de visiter tous les musées et la plupart des places importantes ainsi que le transport sur tous les lignes SL (métro, bus, train) pendant 72h. Cette carte existe aussi pour 1 ou 2 jours.

Chère ? Et bien non, car même si on a “merdé” pour la fin (on a pas pu visité le palais royal), on est largement rentré dans nos frais, car les visites coutent généralement 70kr soit 7€.

Alors, que faut-il savoir si cette carte si spéciale :
elle peut vous être envoyé par la poste. C’est une carte à puce activé à votre première utilisation (que ce soit un musée ou un métro). La date et l’heure de l’activation sera noté au bic sur la carte (année/mois/jour/heure dans cette ordre, quoi qu’on était pas sur pour mois/jour ou jour/mois).

Donc en gros, faites bien attention, car c’est la première activation qui compte, même au métro. Nous on s’est fait avoir en pensant que la date/l’heure n’était pas rentrée sur la puce et finalement on a pas pu faire le palais royal…
Pourquoi on a pensé ca ? Et bien parce que pour l’utiliser dans le métro et le bus, vous montrer la carte au contrôleur de la station/du bus. Il vérifie seulement ce qui est écrit au bic. Tandis que si vous l’utiliser dans un musée, c’est le boitier de paiement par carte bancaire qui est utilisé pour lire la carte.

Bon maintenant, âme sensible, sautez ce passage et passez directement à la photo de la jolie carte et le paragraphe qui suit.
En gros, il est assez simple de gruger si vous voyez ce que je veux dire. Dans le métro, les stations centrales sont assez contrôlé, donc à T-Centralen par ex, votre carte sera bien regardée en détail. Gamla Stan, ça sera surement la même. Pour le reste, c’est limite s’il regarde que vous avez une carte. Pour le bus c’est encore pire… il regarde quedal… En fait, c’est tout con, mais comme la date écrite est la date de l’activation, il faut qu’il regarde ça, calcule que ça fait bien 3 jours, regardent l’heure, en déduise que c’est toujours dans le créneau horaire… Pfff, ils ont autre chose à faire surtout quand il y a 10 personnes derrière. Ils regardent le mois au mieux. Donc facile de gratter un jour. Au pire, vous jouez le français qui n’avait pas compris que c’était l’heure d’écrite en dernier. Enfin je dis ca, je n’incite pas à gruger hein (si vous vous faites piquer, c’est votre problème) ! Nous on ne l’a pas fait, au grand jamais ! De toute façon, on s’est fait dégager au palais royal alors…

Photo de la Tourist Card :

touristcard-stockholm

Pour notre retour après notre visite à Helsinki, nous avons du reprendre de quoi utiliser le métro et le bus. Nous sommes arrivée à pied avec les valises à la station Ropsten (nous revenions du port).

Malheureusement, le guichet ne prenait pas la carte bancaire (on avait pas assez de cash, 100kr par personne… cher) , la supérette à coté oui. Direction celle-ci. On devait faire la queue puisque tout le monde arrivait du bateau, imaginez. Le mec nous sort : “how many under twenty ?”. On ne capte pas tout de suite. Je dis que je suis le seul à avoir 19 ans. Le gars nous sort les cartes : “three under twenty and 1 up to twenty”. Ok, merci. Alors la je sors : “c’est moi ou le mec nous a mis l’inverse”. Le prix : 280kr au lieu des 400kr prévu. On pose pas d’autre question et on se barre. De toute façon il n’y a aucun contrôle à l’intérieur des stations et les conducteurs de bus encore moins.

Pour info, la carte 24h c’est bien 24h d’affilées et non une journée comme à Paris (oui le nom aurait été carte à la journée sinon).

Finalement grosse économie, même pas fait exprès. Bon, après à faire volontairement… pas si simple, on peut toujours jouer le touriste et dire que c’est le gars de la supérette qui s’est trompé mais qu’on a pas compris sur le coup… Enfin sinon, je pense qu’il y a quelques controleurs pour les bus car j’ai vu des mecs en jaune fluo dans les arrêts de bus.

Photo de la carte 24h :

oneday-card-stockholm

Info-Pratique : les Transports à Londres

Inutile de préciser que lorsque vous bougerez à l’intérieur de Londres, vous devrez emprunter les transports en communs.

Pour ceux qui pensait encore à la voiture, je vous le déconseille pour le “downtown London”, enfin pour la zone 1 qui correspond au coeur de Londres et qui n’est autorisé aux voitures qu’après acquittement de quelques livres. Vous comprendrez rapidement pourquoi vous n’y voyez que des Mercedes, Ferrari ou taxis…

Plus d’infos sur la Central Zone. Je ne vous conseille pas d’outrepasser la loi, les cameras enregistrent les numéro de plaque. Le week end vous pouvez vous déplacer librement sans payer.

Donc, revenons-en a nos moutons : les transports en commun. 3 types de transports existent : le métro (underground : rond rouge et trait bleu), le bus (rond rouge et trait rouge) et le DLR (équivalent au RER : rond vert-bleu et trait bleu).

Pour utilisez ces transports en commun, vous devrez acheter soit des tickets, soit une carte nommée Oyster Card (carte huitre). Vous choisirez vos tickets ou carte en fonction des zones que vous devez traverser. Plus vous avez de zones (= plus vous êtes loin du centre de Londres), plus cela sera cher. La carte et les tickets vous permettent d’emprunter métro, bus, dlr et même certains railway.

Petit memento :

Si vous restez de 1 à 3 jours dans Londres, vous devez opter pour les tickets. Si vous rester 4 jours et plus, choisissez la carte Oyster. Si vous ne restez qu’une ou 2 semaines, prenez la carte à la semaine, si vous rester plus longtemps, il vous sera sans doute plus économique de prendre la Oyster classique sur laquelle vous mettez de l’argent qui est débité a chaque trajet. Pour que cela reste valable, vous ne pourrez pas dépasser les 4.6£ par jour qui correspondent au ticket journée illimité.

Si vous souhaitez payer directement dans le bus, sachez que vous payer pour votre trajet. Pas question d’heure comme c’est le cas chez nous (chez moi en tout cas). Evidemment il y a de nombreuses options qu’il vous faudra étudier un peu si vous souhaitez économiser au maximum.

Infos Importantes :

Le métro s’arrête à minuit (différent le week end) tandis que certains bus roulent 24/24. Si vous sortez de boite/bar dans la semaine, vous serez obligé de prendre le bus ou de faire comme nous : marcher. A vrai dire, je vous conseille de préparer vos trajets en bus à l’avance parce qu’ils sont très nombreux et quand il est 3h du mat, c’est pas le meilleur moment pour trouver quels bus prendre.

Mind The Gap : faites attention à la marche entre le train et la station, c’est sans doute l’expression que vous entendrez le plus dans le métro.

On passe sa carte ou son ticket à l’entrée comme à la sortie. Inutile de tricher il y a du personnel partout et si vous avez raté votre station et que vous vous retrouvez dans une zone que vous n’avez pas prise sur votre Oyster, reprenez le métro en sens inverse car vous ne pourrez pas sortir.

Taxi et Tricycles :

Les taxis sont très largement présent dans Londres. Ils ne payent pas le péage de la central zone, donc il font partie des voitures que vous verrez le plus souvent. Ils proposent jusqu’à 4-5 places en tête à tête (étonnant je sais). Ils sont généralement assez cher, alors à moins que vous soyez dans l’obligation d’en prendre un… il faudra oublier.

Les Tricyles, qui commencent à apparaitre dans certaines villes en France (Nantes par ex), sont des indépendants qui vous proposeront de vous emener ou vous le souhaitez dans le centre de Londres pour quelques £. Une banquette protégée de la pluie et vous voila parti. Bon ca coute assez cher et ca ne sert a rien quand vous avez payer votre Oyster… alors ne vous laissez pas racoler par leur sonnettes ou leur sourire…

Ca sert à rien de faire du stop dans le métro… il n’arrivera pas plus vite.

Info-Pratique : le trajet Aéroport-Londres

Si vous souhaitez partir à Londres en avion et que vous prenez une compagnie lowcost, vous avez de fortes chances d’atterrir a Stansted. Je crois que cet aéroport a été créé exprès pour les compagnies low cost comme c’est arrivé pour Montpellier en France (si mes souvenirs sont bon).

Et oui, pour avoir des prix si bas, les compagnies demandent souvent aux aéroports certaines conditions que seul certains peuvent suivre. Sans compter que pour Londres, un aéroport en plus n’est pas de trop, vu le trafic aérien de celui d’Heathrow …

Bref, Stansted c’est à plus de 40km de Londres et il faut donc prendre un bus ou un train en arrivant. Les compagnies sont nombreuses. Nous avons choisi de prendre le National Express bus (coaches) qui est sans doute le moins cher (et public ?). A vrai dire nous avons eut des publicités a la sortie de la zone internationale qui nous proposait une autre compagnie au même tarif, donc a vous de voir.

le bus de retour pour Stansted

Pour les bus compter 17£ par personne pour un aller-retour (dites return). On vous proposera de réserver le retour. Il vous demanderont l’heure de partance de votre avion et vous bookeront pour arriver 2h avant. Donc évitez de faire comme moi en disant que votre avion est a 17h alors qu’en fait il est a 15… parce qu’après cette belle boulette nous avons du aller changer les billets pour 5£ de pénalité à la station Victoria.

Le bus vous déposera donc à Victoria (c’est le seul arrêt en zone 1) après 1h45 de route (oui oui…). Vous pouvez aussi choisir de prendre le train qui s’arrête à Liverpool Street après 45min mais qui coute plus cher.

Un dernier conseil : lorsque vous prenez vos billets, regarder tout de suite l’heure à laquelle part le prochain bus car vous n’aurez peut être pas le temps de flâner dans l’aéroport (nous avions a peine 8 minutes pour rejoindre le bus). Et oui, les billets d’aller sont pris pour l’heure ou vous les commander.

Voyage à Londres : les Transports

Les Transports en Commun

Si vous prenez l’avion, je crois qu’il est inutile de penser à une location de voiture (sauf si vous ne restez pas à Londres) car c’est très cher et vous devrez payer pour rentrer dans le downtown (péages). La ville est bien pourvue tel Paris. Metro + Bus + DLR (équivalent du RER). Des cartes et tickets différents existe en fonction des besoins.

Par contre 2 spécificités : la première, plusieurs compagnies (pas qu’une comme la RATP à Paris) donc plus de concurrence ! alors on pourrait se dire : “faut payer un truc différent pour chaque compagnie” … et bien non ! Ca c’est bien, si vous prenez une carte ca marche partout : metro, bus et DLR quelque soit la compagnie.

2e spécificité, vous payez le trajet. Admettons, vous prenez le bus, et bien vous paierez votre trajet et non un temps comme c’est le cas à Nantes par ex.

Pour le métro, inutile de tricher : les amendes sont fortes et ensuite, vous devrez passer la carte à l’entrée et la sortie ! Pour le bus, seulement l’entrée, mais le conducteur regarde tout, pas comme chez nous…

Notre choix : la carte semaine One-Week Travel Card pour la zone 1 à 35€ par personne ou le ticket journée zone 1&2 à 9€ (plus cher) (plus d’infos)

Carte métro avec zones