Quelques jours dans le sud de Taiwan : Kaohsiung

Fin juin, histoire de prendre un petit week-end de congé en amoureux, nous sommes parti dans le sud de Taiwan.

Au départ, je voulais partir à Bali, mais étant en haute saison et s’y prenant au dernier moment, les vols était rendu à des prix exorbitant.

On est donc parti de Hong Kong pour Kaohsiung, la plus grande ville du sud de l’ile, juste au moment ou un ouragan se déplaçait vers la mer de Chine (entre la Chine et Taiwan…). Prenant de plein fouet la tempête, le premier jour se passa donc à l’hôtel et dans le centre commercial relié a l’hôtel… La loose quoi.

Pour ce week-end, on a choisi de prendre un package, hôtel assez chic (Grand Hi-Lai) avec vol (China Airlines). Histoire d’être plutôt tranquille et finalement heureusement, vu le temps pourri.

Le lendemain, on est parti visiter les points culturels de la ville dont le Lac au Lotus (Lotus Pond) ou se trouve près de 3 temples les uns à la suite des autres avec des pagodes sur le lac. Assez jolis a voir, on avait la chance d’être presque seuls. Semblerait que les touristes du “mainland” (RPChine) sont de plus en plus nombreux à venir visiter l’ile de Taiwan.

Point transport : on avait pris la carte de métro pour touristes… qui sert que pour le métro. Cependant, j’ai vu des récepteur pour “Easy Card” dans les 711, carte qui est utilisée a Taipei, la capitale, pour le métro est les convenience store. Donc je pense qu’il est plus judicieux de demander celle-ci, si c’est possible. Le métro est tout neuf mais semble largement sous-utilisé… On dirait qu’il a été crée pour 3 fois la population actuelle de la ville et il ne la couvre pas complètement. Donc on a pas mal utilisé les taxis pour se rendre aux points inaccessible en métro.

On a continué notre visite par Cijin, l’ile a l’ouest de la ville qui est accolée au port. On a pris un taxi puis le ferry et on est ensuite parti chercher un restaurant de fruits de mer, spécialité de l’ile. Personnellement n’étant pas fan, je m’en fichait, mais comme on n’a pas été très bien accueilli par les restaurateurs, on a finalement fini dans un petit bouiboui curry-house, avec un plat de porc-pané au curry et riz (plutôt bon). Ensuite, sous la pluie on est allé voir le fort, qui était fermé, et on n’a pas eu le courage d’aller de l’autre coté de la colline voir le vieux phare. On est donc rentré sur la terre ferme ou on a rejoint l’ancien consulat britannique, transformé en musée et qui donne une vue assez sympa de la baie. Le bâtiment est plutôt bien conservé avec ses briques rouges : à ne pas manquer.

On est ensuite reparti vers le métro ou l’on s’est arrêté à la station centrale nommée Formosa Boulevard et qui possède un dôme lumineux assez impressionnant. On est ensuite allé au marché de nuit, Liuhe Market, où on a acheté quelques spécialités culinaires. Je m’attendais à quelque chose de plus grand comme a Taipei, mais finalement, on l’a fait en 15/20 min… Ensuite, histoire de ne pas s’arrêter la, on a pris un taxi direction le plus grand mall d’Asie du Sud-Est (bien que je pense que CentralWorld à Bangkok… doit être plus grand), nommé Dream Mall. Faut dire qu’il est grand, composé de deux parties et sur 10 étages avec une mini fête foraine sur le toit (ou l’on a d’ailleurs fait un tour de roue… pour voir la ville sous la pluie). Au final, un mall vide de monde ou j’ai pu trouver un tshirt en solde et ou on est allé au cinéma, histoire de terminer la journée. Enfin avec ca, ils sont préparé à vendre aux touristes du mainland.

Le lendemain, on s’est réveillé un peu tard, et on a décidé d’aller à Kenting (la pointe sud de Taiwan). Il faut dire que jusque la, le temps n’était pas avec nous et lorsque l’on a demandé ce que pourrait être le temps sur la cote sud… cela ne nous a pas aidé a se motiver. On est donc allé prendre un mini-bus. On a réussi a prendre un ticket aller retour pour deux. Ici, il ne faut pas se fier au ticket : on en a avait un seul pour 4 voyages (2 personnes / aller-retour). En fait les compagnies privées font l’aller retour en continue 24h/24 et prennent les gens intéressés sur la route. Mais ca se fait à l’arrache. Pas d’arrêt prédéfinis, à part les terminus, pas de prix si c’est pour faire une partie du chemin et pas de grille horaire… et comme il faut parler mandarin… Mais bon les gens sont super sympas, comme partout à Taiwan, donc on se débrouille.

Après deux heures de mini-bus, on est arrivé à Kenting et on s’est dirigé a pied vers la petite plage du Caesar Resort (la plus proche du “centre-ville”). On s’y ai baigné pendant une demi-heure puis on est allé faire le marché de nuit. Alors faut dire que c’est vraiment mal foutu. Les bars, restaurants, hôtels et shop du marché sont le long de la route qui est la “nationale” qui descend tout le long de l’ile. On ne traverse pas la route comme ca … Rien n’est au bord de l’eau, c’est pas très pratique. On est loin des petites villes que l’on a sur la cote en France, ou il y a des rues piétonnes, une promenade sur le bord de mer et ou l’on peut se balader tranquillement… Donc finalement, après avoir testé les spécialités culinaires (gong tcha, sweet potatoes…), on a demandé à rentrer sur Kaohsiung. On a eu de la chance, un bus partait 15 min plus tard. 2h et demi de route (sous la pluie), on arrive à notre hôtel où forcement le conducteur, n’ayant pas réussi à prendre d’autres voyageurs sur la route, nous demande un tips pour les 500m de plus afin de nous ramener à l’hôtel, que l’on ne payera pas d’ailleurs (c’est peut-être la seule fois, avec le restaurateur de fruit de mer, que l’on s’est engueulé avec un taiwanais – ce sont généralement des gens super gentils).

Après une bonne douche, on a décidé de partie en boite. Vendredi soir, on est allé au club : Dreams près du mall Sogo. Soirée étudiante : 20 euros pour deux, open bar. Je devais être le seul “western” de toute la boite. On a dansé, bien rigolé en regardant le concours de “boite un litre de bière à la paille par équipe”, on a aussi discuté avec un groupe de taiwanais super sympa dont certains apprenaient le français à l’université. La boite était plutôt sympa, on a pas regretté du tout. On est ensuite rentré à l’hôtel.

Le lendemain, dernier jour, avant de rentrer sur Hong Kong, on est allé voir la course de dragon boat sur la Love River. Rapidement fait le tour des attractions de la journée puis direction l’aéroport pour rentrer à Hong Kong.

En conclusion, ce fut un petit week-end assez reposant. Malheureusement deux points noirs : le temps pluvieux suite à l’ouragan et le manque d’activité culturelle dans la ville. Cette dernière semble très vide (faut dire que lorsque l’on vient de Hong Kong…) et je pense qu’il faut trouver des spots intéressant à aller faire dans les montages ou aller surfer au sud. Bref, faut bouger et ne surtout pas rester dans la ville. Heureusement que les taiwanais sont des crèmes et que c’est un bonheur de visiter le pays.

Budget : 320 euros pour le package (vol+hotel), au moins 150 euros pour le reste

Transport : China Airlines, MRT card et taxi

Hotel : Grand Hi-Lai

Album photos

 

 

Advertisements

Un long week-end à Taipei, Taiwan

A peine revenu sur Hong Kong que je profite d’un long week-end pour repartir visiter l’Asie. Un de mes potes étant en exchange dans l’une des universités de Hong Kong, il m’a poussé à partir avec lui pour une destination en Asie du Sud-Est.

Taiwan, ou République de Chine (nom politique officiel), était l’une des destinations qui m’intéressait que je n’avais pas fait l’année dernière. J’ai profité d’un long week-end (Mid-Autumn Festival) pour me rendre sur Taipei, la capitale, avec lui.

Ayant décidé à la dernière minute, et ayant donc raté toute occasion de vol pas cher sur Internet, on a réservé un vol sur Eva Air, la deuxième compagnie taiwanaise via Elong.net et un hôtel (Dong Wu hotel) sur Booking.com pour 4j/3n sur Taipei. Cher le vol, cher… (220e/pers)

Samedi midi, direction l’aéroport de HK pour se rendre à TPE, l’aéroport international de Taipei, qui se trouve à près d’une heure du centre ville. On a donc pris un bus à 3.5e qui se rendait directement à Taipei Main Station après avoir retiré quelques Taiwan Dollars (TWD, ou 41TWD=1EURO).

Puis premier coup de métro, appelé MRT (comme à Singapour). Achat de la Easycard (équivalent de l’Octopus) qui permet de payer le métro et autres convenience store (711 par ex). Direction l’hôtel, mais avant cela, on décide d’aller voir le Carrefour d’à coté pour voir comment s’est implanté la chaine française à Taïwan (elle est aussi présente en RPC ou elle est numéro 1). On y a acheté les produits d’entretien que l’on ne pouvait transporter en cabine, ce qui s’avouera inutile puisque l’hôtel fournissait tout. D’ailleurs, l’hôtel, bien que cher et un peu éloigné du métro, est une vrai surprise. Chambre propre et SdB impeccable avec tout le nécessaire et même une TV 40″. Wifi offert et petit dej compris. Rien à dire, mais bon, à 50e la nuit quand même.

Après s’être installé, on décide de sortir directement pour profiter de la Saturday nigh fever de Taipei. Direction la station Taipei City Hall ou se trouve la plupart des clubs. Bon c’est un bien grand mot parce qu’il y a quand même 10 min de marche entre la station et le quartier ou se trouve les plus grosses boites et quelques bars. On testera donc le LAVA pour 1000TWD soit 25e avec 3 consos, ce qui est le prix d’une ville en France. Le club est à la chinoise, c’est à dire avec beaucoup de tables, mais un dancefloor assez grand est au milieu de la salle devant la scène. Animations et jeux durant la soirée. On a passé une bonne soirée. Les taiwanais sont sympas même si peu de western était dans ce club.

Le lendemain, réveil de bonne heure pour allé visiter la ville de fond en comble. On commence donc avec le : National Palace Museum ou l’on paye l’entrée pour faire le musée qui regorge d’objets anciens. Malheureusement, très pressés, on a fait le musée en moins d’une heure alors qu’il faudrait y passer une demi-journée. On mange au salon de thé du dernier étage puis on prend un taxi directement pour le National Revolutionary Martyrs’ Shrine, ou l’on assistera à la relève de la garde. On passera en taxi devant le Grand Hotel, magnifique palace immanquable érigé par la femme du General Chiang Kai Shek.

Puis direction le sud avec le Longshan Temple tout d’abords. Vu que c’était le week-end, le temple était bondé. On a fait un petit tour du quartier puis on s’est rendu au Chiang Kai Shek Memorial Hall. On a cette fois-ci raté la relève de peu… Avant la tombé de la nuit, on s’est rendu rapidement au Presidential Office Building ou la sécurité est de mise : un mec tous les 25m tout autour du building, photos interdites aux abords du bâtiment. Puis on est rentré en passant par le quartier dit de l’électronique près la Main Station.

Étant donné que le jour férié pour le Mid-Autumn Festival s’avérait être le lundi à Taïwan, le dimanche soir, on est allé clubber. Un barbecue + soirée était organisé au Room 18, sur le rooftop. 800twd par personne, il faut dire qu’ils ont du rentabiliser, parce que niveau bouffe, on a galéré à manger quelque chose au départ. Ensuite la soirée a continué dans la boite. Plus de westerns cette fois-ci, mais pas non plus une pléthore. On est ensuite rentré dormir. D’ailleurs au passage, les taxi ne sont pas plus cher qu’à Hong Kong, c’est à dire, 2e de base puis une augmentation tous les 200m (je pense). Les voitures sont neuves et silencieuses par contre !

Le lendemain, on avait décidé de faire les alentours de Taipei, avec les sources d’eau chaud et le parc national mais aussi la cote au nord. Pour cela, on avait pris une agence proposée par l’hôtel. Il s’avère que ce fut une très mauvaise idée  parce qu’on a du payé environ 60e par personne pour la journée et on a regretté nos visites. Le matin, la cote avec un temple buddhiste et Yeh Liu Geopark. L’un présente une statue toute blanche de buddha, tandis que l’autre est un parc au bord de mer qui met en avant les formations rocheuses sculptées par la mer. Bon, ca se fait, mais vu le temps passé dans le car pour ca…

Le midi, entre les deux excursion, on se rend très rapidement au Sun Yat Sen Memorial Hall pour prendre quelques photos. L’après midi, on est passé chercher dans les hôtels de la ville les autres touristes et on a eut la chance de s’arrêter au Grand Hotel que l’on a pu contempler en intérieur comme en extérieur. Puis on est parti faire très rapidement, un bout du Yangmingshan National Park et on s’est rendu ensuite vers les sources d’eau chaudes de Bei Tou. Ou on est allé faire des bains taiwanais (mixtes). Avec un peu de rénovation des bains, ca aurait pu être sympa comparé à un spa… Un peu déçu de notre journée tout de même.

Finalement, le soir, on décide de se rendre au marché de nuit de Shilin qui s’avère être grand et bondé ! Des stands de snacks au magasins de vêtements en passant par les stands type fête foraine. On s’est ensuite rendu à la station Taipei City Hall pour aller faire la Taipei 101, la 3e plus grande tour du monde qui culmine a 509m. Malheureusement celle-ci n’accueille que des bureaux et 3 restaurants qui fermaient lorsqu’on est arrivé. On est donc allé boire un verre dans un petit bar et on est rentré.

Le lendemain, on décide de se lever tôt : c’est raté. On se lève a 9h au lieu de 8. On aura donc que peu de temps pour rejoindre et faire le deck d’observation de la Taipei 101. Arrivé à la Taipei City Hall, on laisse nos bagages au locker et on prend un taxi pour faire les 800, qui nous séparent de la tour. Résultat, on paiera 400twd chacun pour 8 min passé dans la tour à prendre quelques photos a plusieurs centaines de mètres de haut. L’étage en extérieur était fermé vu les conditions climatique. A l’arrivée, on a tout de même raté notre bus pour l’aéroport… On a préféré prendre le taxi pour ne pas rater notre avion. Résultat 1200twd pour les 40 min de route. Retour sur Hong Kong dans la foulé sans plus aucun twd en poche.

Finalement, ce petit week-end a été bien sympa, et on a pu découvrir Taipei, ville de 2 millions d’habitants qui est quand même bien calme par rapport à notre Hong Kong habituel. Les gens sont gentils et la ville est agréable (transports peu cher et efficaces). Ca manque un peu d’animations. C’est un peu un mix de la Chine et du Japon dans le sens que la culture est chinoise, mais la ville est plate et les gens sont plutôt calme comme au Japon. De plus, la différence du fait de la démocratie et du niveau de vie s’en ressent aussi. Bien que les jeunes baragouine l’anglais et que tout soit écrit en chinois et anglais, il est plutôt pratique de savoir aligner quelques mots de mandarin (ce qui n’est pas encore totalement mon cas).

Budget : 400e facile vu que l’on a tout payé (vol + hôtel + vie sur place et booké au dernier moment).

Transport : Eva Air via Elong, EasyCard pour utiliser le MRT (métro de Taipei)

Hotel : Dong Wu Hotel (conseillé par TripAdvisor, et par moi maintenant)

Album Photo

et une semaine à Beijing, Pékin !

Parti d’Osaka, destination la Chine et plus particulièrement Shanghai. En effet, notre Osaka-Beijing passait par Shanghai. Mauvais plan pour nous.

Un ami qui devait nous rejoindre a Pékin avait une escale a Ningbo. Arrivés a Shanghai, ce dernier se trouvait lui a Ningbo. On est rentrés dans l’avion et … on n’a pas décollé. Notre ami aussi, bloqué a Ningbo. Apparemment engorgement/problème à l’aéroport de Beijing. Verdict : 8h d’attente dans l’avion à Shanghai… on est arrivés à minuit dans la capitale. De même pour notre ami que l’on a rejoint à l’hôtel. Pour se faire rembourser… nada. A part une possible nuit d’hôtel a coté de l’aéroport.

Bref à peine arrivé sur le territoire, on retrouve la vie à la chinoise … aucune queue pour acheter des tickets et quand tu ne parles pas mandarin, forcement on s’en fout un peu de ta tronche. Donc en gros, on a un peu galéré à avoir notre ticket de bus, ce dernier qui nous déposa près de notre hôtel, au Beijing City Central Youth Hostel près de la gare principale.

A la fois hostel et hotel, grand et proche de petit supermarchés et autres fastfood, cependant, pas forcement très propre dans les parties communes (pour l’hostel). Son gros avantage est son placement proche du métro et en centre ville.

Beijing c’est grand… très grand… très très grand. Alors on a fait ce qu’on a pu entre une semaine. Par exemple, nous avons pris une bonne journée pour faire un tour dans l’hypercentre, histoire de faire : la Cité Interdite, la place Tienanmen, le mausolée de Mao et une balade dans le quartier à coté. Pour ce qui est de la Cité interdite, c’est un must. Certes il y a du monde, mais avec le plan en main, on est parti découvrir les nombreux palais. On a vraiment l’impression que ce ne s’arrête jamais. C’est assez impressionnant. Comme dans tout Beijing, il faut faire attention aux arnaques. Il y a des guides plus ou moins cher, plus ou moins bons, plus ou moins officiels. On a choisit d’éviter de payer pour quelque service dont on ne connaitra jamais la véracité des propos. Si des gens, propose en bon anglais, de venir voir une galerie d’art gratuite (que ce soit dans la Cité ou hors), sachez que ce n’est qu’un attrape touriste pour vendre des produits hors de prix. La place Tienanmen est immense et vaut le coup pour les photos ou pour faire un tour au mausolée … Des centaines de chinois font la queue pour aller voir le corps (apparemment, vu la conservation j’ai du mal à y croire) de Mao derrière des vitres. Très strict sur le dress-code et interdit aux photos… bref, on avance et on ne s’arrête pas, propagande quand tu nous tiens… Près de la place, il y a aussi le National Museum que malheureusement on n’a pas fait vu qu’il était fermé le jour de notre passage.

On a aussi fait avec une amie qui travaille près de Pékin, le Temple of Heaven, immense parc ou se trouve de nombreux temple, agréable pour échapper tant bien que mal à la pollution de la ville. Puis on est aussi allé voir les stades Olympiques, que ce soit le nid d’oiseau ou le cube d’eau. Le parc autour des stades est littéralement immense !

Un point important à Beijing, il faut savoir que c’est une ville touristique surtout pour ses nombreux chinois qui viennent y visiter la capitale. Et quand je dis nombreux, je pèse mes mots ! C’est bien pire que Shanghai, alors il ne faut pas croire que seul les western viennent visiter les nombreuses attractions culturelles de la ville… c’est bien l’inverse.

On a aussi décider de faire une journée Muraille de Chine. Donc on a pris un tour guide à l’hôtel pour aller visiter les Ming Tumbs (ou l’on voit rien d’ailleurs), un passage dans une usine de production d’objets en jade (attrape touristes), la grande muraille de chine à Mutianyu ou l’on peut aussi prendre les cable cars et redescendre en luge. On a pu marcher pendant 2 heures sur la muraille, c’est plutôt fatiguant vu la construction de celle-ci. On a fait quelques achats de souvenirs (qui coutent moins cher qu’en centre-ville), puis après un repas au restaurant on est ensuite reparti à Beijing ou le van nous déposa pour une bijouterie spécialisée en perles d’eau douce. Attrape touriste encore.

On a pris une demi-journée pour visiter le Summer Palace au nord de Pékin, immense parc ou l’on peut déambuler. De même, le parc était rempli de groupes de touristes chinois venu pour visiter. Parc à faire, mais il faut décidément y passer du temps pour voir toutes les architectures intéressantes.

On a aussi fait des journées ou l’on a déambuler dans la ville pour découvrir le centre, plus particulièrement au nord de la Cité Interdite pour voir par ex la Drum Tower et la Bell Tower et les quartiers alentours, très bas et très typiques. On est aussi passé au Silk Market, qui vend plus de fake qu’autre chose. J’en ai profité pour faire deux chemises sur mesure pour 100 yuans chacune. Ce qui me semble être un bon prix. Il faut savoir négocier dur. Généralement ils savent bien que les français sont dures en négociation contrairement aux américains qui payent le prix indiqué. Difficile de pouvoir négocier lorsque l’on ne connait pas trop les prix asiatiques mais vu que tout est du faux ou du produit de piètre qualité, il faut savoir dire non lorsque le prix est trop élevé. Partir est généralement, le meilleur moyen de le voir descendre tout seul.

Que serait une semaine de voyage sans sortir en soirée ? On n’a pas perdu une occasion et j’ai personnellement enchainé 3 soirées sur cette semaine. Pour sortir à Pékin, il y a un endroit incontournable qui est le Workers Stadium ou se trouve une pléthore de boites. Le stades en question sert aussi pour les concerts. En gros, c’est le point ou sortir. On a décidé de faire les deux gros clubs du stadium qui sont le Mix et le Vics (l’un en face de l’autre). Généralement entrée gratuite ou quelques yuans (le soir ou l’on devait payer 30 yuans, on nous a faire rentrer par l’autre porte sans payer). Les prix des boissons sont proches de Hong Kong (60-70 rmb). Ces deux clubs sont immenses avec 2 à 3 salles chacun. Vraiment sympas, mise à part la dernière soirée ou j’ai eu la chance de me faire voler mon téléphone portable sur la piste de danse. En un quart d’heure à danser, je me suis fait voler. J’ai beau avoir signalé le vol, rien n’y fera. En plus de Hong Kong je n’ai même pas pu bloquer le téléphone (les polices ne coopèrent pas). Heureusement j’ai récupéré mon numéro (piètre satisfaction). Point important donc, faire attention à ses affaires, ne pas demander un pastis (ils vous servent un shot et ils se foutent de votre gueule si vous leur demander un verre avec de l’eau avec le pastis), et ne pas chercher à prendre un taxi à la sortie du stadium, ces derniers font des tarifs fixes pour les westerns. La solution : marcher 200m dans la rue et appeler un taxi qui passe par la. Il mettrait le compteur lui.

A propos des taxi, même si Shanghai ca allait à condition de donner le nom de la rue en chinois, Beijing, c’est tout autre chose. On s’est vu des fois perdre 10 bonnes minutes voir plus pour prendre un taxi. Ces derniers ne voulant pas de nous ou demandant un tarif fixe deux fois supérieurs au montant normal.

Personnellement devant rentrer à Hong Kong je n’ai pas pu continuer le voyage avec mes compatriotes qui sont eux parti voir Xian, Shaolin et Guilin avant de rentrer sur Hong Kong.

J’ai donc prix un vol pour Shenzhen sur Shenzhen airlines qui m’a couté tout de même 120e. Arrivé la-bas, à Boan International Airport, j’ai pris un bus qui allait à la frontière avec Hong Kong.

Budget : 300 euros durant la semaine + les vols

Transport : China Eastern (via Zuji.com.hk pour les 3 premiers vols) et Shenzhen Airlines via ctrip pour Beijing-Shenzhen

Hotel : Beijing City Central Youth Hostel

Album Photos

Un week-end à Shenzhen

Habiter à Hong Kong et ne pas aller en Chine continentale serait une hérésie, donc après s’être procuré des visas pour le continent, nous nous sommes rendu dans la ville cousine qu’est Shenzhen.

Nous avions réservé une nuit dans un hôtel via internet et nous prévoyions de rester une nuit de plus, si possible, dans un spa que “nos anciens” nous avaient fortement conseillé. En effet, il ne nous as fallu que 40 min de MTR de notre station pour atteindre la frontière la plus utilisée au monde.

Parti le samedi matin après avoir changer un millier de Hong Kong dollars en RMB (renmibi, la monnaie du peuple littéralement, le nom du yuan) dans un bureau de change du coin, nous prenons le MTR direction le nord et la Chine Continentale.

La frontière est assez atypique puisque c’est une frontière entre deux lignes de métro. La séparation entre Hong Kong et la Chine est faite par une rivière (détournée de son lit pour fabriquer la frontière). Il faut donc sortir de Hong Kong d’un coté, passer la zone duty free, traverser la rivière, arriver en zone duty free chinoise et ensuite passer l’immigration chinoise (petit papier de l’immigration à remplir comme partout avec le nom de l’hôtel important à mettre).

Nous étions donc rendu en chine continentale. Premier problème, la langue. Pour l’anglais c’est plutôt mort. Heureusement la plupart des directions – à la sortie de la frontière – sont écrites avec les sinogrammes et notre alphabet latin. On se dirige vers les taxis et c’est parti pour une explication sur papier en montrant les adresses. Il vaut mieux avoir la version en chinoise plutôt que le nom latin… ou savoir le dire en mandarin. Direction le quartier ou est censé se trouver notre hôtel, puisque le taxi ne comprend pas le nom de la rue. Mon pauvre mandarin ne sera donc pas suffisant, même si j’ai pu capter quelques petites choses durant le week-end, il faut s’avérer que fort heureusement les jeunes chinois parlent l’anglais – ou tout du moins le baragouine.

Arrivés dans la rue de l’hôtel, on questionne en anglais pour savoir dans quel sens marcher et une vingtaine de minutes plus tard on arrive enfin à notre Green Tree Hotel, qui s’avère être une grosse chaine chinoise. L’hôtel est plutôt propre même si certains points laissent à désirer (moquette pourrie). J’en profiterai pour glaner le max d’infos de la part de la réception de l’hôtel, c’est à dire les noms en chinois des endroits que l’on souhaite visiter (je n’avais malheureusement pas tout pris avant de partir).

Conseil : un papier et un crayon toujours sur soi vous sauve la vie. Si vous connaissez des bribes de mandarin ca sera toujours utile pour écrire lorsque l’on vous comprend pas ou vice-versa. Pratique pour les adresse en chinois à montrer aux taxis.

L’aventure, un peu mais pas trop, mourant de faim on se dirige vers un macdonald. La rue est en plein travaux, enfin la rue… le boulevard style ex-URSS… On sent bien l’architecture froide du communisme. Bon le bon point c’est que les travaux en cours c’est pour y mettre un tram ce qui rendra surement le quartier plus convivial parce que c’est leur fort, et ce, dans toute la ville. Ville moderne et jeune mais moche et sans vie… (pour ce qu’on aura vu)

Je continue mon histoire. Au macdonald ils parlent un peu anglais, de toute façon c’est comme à HK, il faut donner les chiffres et le mieux c’est de connaitre la version cantonaise de faire les chiffres avec une seule main (version chinoise standard). Ensuite on prend deux taxis pour se rendre a Window of the World, un parc d’attraction de reproduction miniature des monuments du monde entier. 140 RMB pour un adulte, c’est vraiment cher pour la Chine et pourtant c’est plein à craquer. Je reviens rapidement sur le taxi, on paiera 50rmb pour le trajet qui s’avère est particulièrement long, il faut dire, qu’au risque de me répéter… la ville est grande et étendue. Un autre point aussi, il ne savent pas conduire en Chine, taxis compris (surtout), mais bon c’est toujours la même histoire en Asie du Sud-Est.

Window of the World, c’est un grand parc d’attraction qui se trouve d’ailleurs juste à coté des autres parcs que sont Happy Valley (rollercoasters et animations) et Splendid China (reproduction de villages typique chinois). Il faut bien une bonne demi-journée pour tout faire. En plein week-end du nouvel an chinois, le parc était over-peuplé et certains attractions demandaient de faire queue pendant une heure. On a fait le tour  de tous les monuments miniatures jusqu’à la tombée de la nuit. Il faut dire qu’il y a aussi un cinéma dynamique, un rollercoaster dans l’eau, des murs d’escalades, des spectacles de danse, du tir à l’arc, des bars et même une piste de ski style Dubai… Par contre tout est payant ou presque (vive le communisme lol). Nous rentrerons vers 21h sans regarder le spectacle (les estrades étant déjà complètement remplies). On négociera un retour pour 100rmb à notre hôtel a 9 dans le mini-van (sérrés comme des sardines).

Un ami grec qui passait le week-end avec nous a contacté une de ses amis vivant sur Shenzhen et nous sommes donc parti en sa compagnie manger dans un mall. Au menu : spring roll, fried rice, noodle soup etc. Puis on fera un tour rapidement dans le coin. La différence avec Hong Kong : trop de place. Trop grands boulevard, ville trop espacée ce qui fait que les gens sont éparpillés et la ville n’est pas vivante. On a est donc parti à la recherche d’une boite pour passer la soirée dont on nous avait parlé. On a donc retrouvé le Cash Club. Arrivé en boite, on rencontre un italien qui organise des soirées et nous négocie notre open-bar pour 100rmb chacun (au lieu des 150). Shot, cocktail, mixes… tout est compris dedans, plutôt pratique et pas cher. On passera la soirée. Le club est pas mal, mais les chinois ont une autre façon de faire la fête (comparé au style occidental qui est celui de Hong Kong), ils jouent tous à des jeux à boire à tables à plusieurs (bouteilles de cognac) et ne dansent pas. Ce qui fait que les pistes de danse sont soit inexistantes soit minuscules. On change de club pour se rendre vers 4h au Rich Baby Club. Cette fois-ci le club est bondé et il n’y a pas un européen (gros avantage de la chine continentale par rapport à Hong Kong). On y restera une heure avant de partir dormir.

Le lendemain, je retrouve une chinoise rencontrée la veille en boite qui nous propose un restaurant typique (il est toujours très pratique d’avoir quelqu’un qui parle la langue), malheureusement à 15h de l’aprem, ils n’ont pratiquement plus rien, on se rabat donc vers un fastfood chinois. Il faut dire que l’on a du faire le checkout de l’hôtel pour se rendre au Queen Spa, l’endroit ou on passera la nuit. Spa qui s’avère être à deux pas des clubs de la veille. Après manger, on se décide pour aller faire le viewpoint le plus haut de Shenzhen, au 69e étage de la plus haute tour (Shun Hing Square) pour 60rmb par personne. Une vue a 360 degré de la ville, un petit cinéma et c’est à peu près tout.

On décide de rentrer au Spa pour profiter du complex sur 5 étages de détente et relaxation qui est malheureusement comble pour ce week-end du nouvel an chinois. Pas de chance aussi pour la partie piscine mixte qui est rénovation. On se contentera donc de la partie réservé aux hommes qui proposent plusieurs bains à différentes températures, un hammam et un sauna. Puis on mettre un pyjama pour monter au étages supérieurs qui proposent fruits et boissons à volonté, un restaurant, une salle de jeu, des salles de repos, des lits avec télévision à la demande, salle de massage, salles privées, salles business… On a donc mangé dans le restaurant pour pas trop cher puis certains sont allés faire leur massage. En effet, le prix du SPA est de 100rmb pour 24heures (oui c’est bien prévu pour dormir dedans) mais ce prix disparait si on prend un massage ou tout autre service a plus de 160rmb. Donc en gros en payant 160rmb on a 90 minutes de massage (différents styles) et l’accès pendant 24h au Spa. Personnellement j’ai souhaité reporté le massage pour sortir avec l’ami grec et retrouvé l’amie chinoise pour boire un coup en ville.

Cette fois-ci elle nous a emmener dans un coin plutôt sympathique ou plusieurs grands bars se trouvent les uns à coté des autres proposant de prendre un verre sous des vrais arbres … près des centres commerciaux fermés a cette heure. J’ai donc pu apprendre le jeu de dés (jeu à boire) auquel jouent tous les chinois. Après deux petites heures on est rentré au Spa faire notre massage. Bon personnellement j’avais demandé le massage chinois mais j’ai pu avoir aussi le massage dit Hong Kongais avec les pieds (la masseuse marche sur le dos en se tenant à des barres au plafond). La mauvaise surprise est que les masseuses forcent la main pour avoir un tip/pourboire et vu que l’on paye tout dans le Spa avec un bracelet magnétique (qui permet d’ouvrir le casier ou on laisse nos affaires), il leur suffit de faire signer une feuille et de cocher une case pour obtenir leur tip. Bon 40rmb c’est pas non plus… après tout ca, on est parti dormir dans la salle de repos en demandant le réveil a 9h histoire de pouvoir faire un tour dans le mall près de la frontière. En effet a Lo Wu se trouve un immense mall de petit commerçant vendant… du fake (contrefaçon) la plupart du temps. Bon à 11h ils étaient presque tous fermés donc on est reparti à Hong Kong directement.

Prochaine étape, demander un visa multiples entrées pour pouvoir faire des aller-retours plus souvent car Shenzhen c’est grand et il reste des choses à faire. Sans compter Guangzhou qui se trouve à 3h de train.

L’arrivée à Hong Kong, les premières semaines

Départ de Paris, CDG vers 22h30. C’est parti pour un an, en Asie et plus particulièrement à Hong Kong, le New York asiatique. Première place financière d’Asie, Hong Kong c’est une part d’occident en orient, une place de superlatif dans cette partie du monde en ébullition.

Pour ce voyage de près de 20h (tout compris), nous sommes parti à 5 sur la compagnie aérienne Emirates. Après de nombreuses comparaison de prix, il s’avérait qu’Emirates offrait le meilleur rapport qualité/prix, en effet le service est l’un des meilleurs, mais aussi le meilleur prix tout confondu. Escale à Dubaï de 3h. On a donc embarqué sur un Boeing 777-300 pour plus de 6h de vol.

Arrivé à Dubai au petit matin (6h), heure locale, on a pu apercevoir The World et les nombreuses tours dont le Burj Kalifa (plus haute tour du monde). L’aéroport de Dubai, DBX, est vraiment grand mais composé, a première vue, que d’avion de la compagnie locale… Emirates. Tellement d’avion, que l’avion ne vous dépose pas directement au terminal mais se gare sur un parking et c’est un bus, qui au bout de 15 min (clim à fond), vous amène a l’aérogare. On a pu déjà apprécié le climat du Moyen Orient… sec et très chaud. L’aérogare est moins beau que je le pensais. Petit checkup de sécurité à l’arrivé. On se rend bien compte que DBX est un gros hub pour l’Asie et que la part de voyageurs qui s’arrêtent sur Dubaï est minime. Nous sommes resté 3h dans l’aéroport à attendre notre prochaine avion pour Hong Kong. On a vite fait un tour dans l’aérogare, pas si grand que ca et plutôt classique. Un étage au dessus est réservé au client Business ou Première. On a donc pu voir le Macdo spécial Moyen Orient par ex. Malheureusement, vu que la monnaie locale est l’AED (dirham) et qu’ils avaient pas l’air de prendre autre chose, on a laissé tombé le petit dej.

Après nos 3 heures d’attente plutôt crevé (dormi 2h les dernières 48h pour ma part), on a embarqué dans notre avion Boeing 777-200ER pour 8h de vol direction l’Asie, direction Hong Kong ! On a continué a profité des services d’Emirates, c’est à dire les films et musique disponible (j’ai pu regarder Iron Man 2 par ex). Bon le son est toujours pourri dans les avions, donc c’est limite, mais ca fait passer le temps. Les repas sur les deux vols étaient vraiment bien. Sur Paris-Dubaï on a eut le droit à du camembert+beurre (sans sel :s )+vin rouge (à demander en boisson illimité). Copieux et goutu, rien à dire. Arrivée sur Hong Kong (HKG) vers 22h30 heure locale. L’aéroport est vraiment grand et on commença déjà a expérimenter les escalators sans fin. Au final après avoir attendu nos valises pendant une bonne demi-heure, on a pu partir.

Même à 23h, l’aéroport est en pleine effervescence… Les nombreux cafés et fast-food semblent bien remplis. Après renseignement auprès de nos anciens (ceux qui ont déjà fait leur année à City University of Hong Kong), ils nous avaient conseillé de prendre le bus. Malheureusemnt, on a du changer d’hôtel à la dernière minute et on avait le numéro du bus pour le précédent hotel alors, on est allé au plus simple. On a choisi de prendre l’airport express. 100HKD (soit environ 10€) pour aller à Central, c’est à dire sur l’ile de Hong Kong (la partie riche comprenant tous les buildings, les banques etc). 24 min plus tard, nous arrivions sur Central, arrêt de métro (ou MTR comme on dit ici, pour Mass Transit Railway, la société de métro de HK). On a donc acheté la très connue Octopus Card qui correspond à la Oyster Londonienne (carte de paiement ou l’on met de l’argent dessus), mais qui est aussi utilisable chez tous les petits commerçants/711/Macdo. Une sorte de Monéo qui fonctionne, en somme.

Direction, Sham Shui Po district, avec toujours nos valises. Arrêt en pleine nuit dans un quartier de Kowloon (la presqu’ile). On a un peu galéré a retrouver l’hôtel, mais finalement on a réussi. L’Olympic Terrace Hotel, est un immeuble neuf (enfin en comparaison des autres bâtiments du quartier) et propose des chambres/mini-appartement plutot pour 25€ la nuit par personne. On est resté 5 nuits puis on a changé pour un hôtel moins cher, le Marco Polo GuestHouse à Tsim Sha Tsui (ou TST), au sud de Kowloon, dans un bâtiment qu’on appelle Chungking Mansion, building comprenant un nombre affolant de GuestHouse (hôtels low cost). Contrairement à l’Olympic Terrace ou l’on vivait dans le confort d’un petit appartement, cette fois-ci c’était 7m² pour 2. Perso, je touchais le mur largement (10cm de trop) dans mon lit. Au moins c’était propre et pour 12/13€ la nuit. Par contre, en plein sur Nathan Road, près des boutiques des indiens (vendeurs de fausses montres et autres fake), on se faisait harceler par les rabatteurs. Pratique pour dépanner, je conseille pas d’y rester trop longtemps.

Voila pour nos logements des deux premières semaines. Sinon, on a passé nos journées entre l’Université avec l’administratif (inscription etc), la recherche d’appartement et les formalités du pays, sans oublier les soirées organisées pour les internationaux de l’école. Mais je reviendrai sur chacun des points dans des billets spécifiques.

Au final, on a du quitter l’hôtel pour aller dormir pendant 1 semaine chez Guillaume et Boris qui avait trouvé leur appartement avant nous. A 500 mètres de Prince Edwards (station MTR), 8e étage sans ascenseur, on a fait travaillé nos mollets. On est passé chez Ikea pour prendre de quoi éviter le carlage et on y est resté le temps d’avoir notre appart. Finalement, on a trouvé un petit 50m² (un peu moins) à 150mètres de la station de métro, sur Lai Chi Kok Road. Trois chambres pour 10500HKD par mois et pour 10 mois (j’y reviendrai dans un billet spécial immobilier).

Quand a l’université, a part l’inscription la première semaine et la rencontre des autres étudiants, on y a surtout commencé les cours a partir du 30 aout. Cinq cours par semaine pour ce semestre. Quatre sont en soirée (Postgraduate, c’est à dire Bac+4, oblige) de 18h30 à 21h30 avec une pause. Le dernier est le samedi après-midi entre 14h30 et 17h30. On a donc pour ce semestre deux cours de business et trois cours d’engineering, à savoir : Corporate Finance (lundi), Information Security (mercredi), Digital Audio Processing and Applications (jeudi), Economics for Business (vendredi) et Advanced Internet Technologies (samedi). Pour l’instant, les cours de Business me plaisent vraiment, même si la Finance c’est un peu pointu quand on en a jamais fait et surtout en anglais. Les cours d’ingénierie, c’est soit du déjà vu soit plutôt chiant. Mais c’est que le début et ca devrait changer. A l’heure actuelle, on commence a avoir nos premier devoirs et test. On a aussi commencer à choisir nos cours du prochain semestre. Normalement, je devrais prendre Topics in Computer Graphics, GreenTech et Algorithms for Internet Market… dans ce genre la.

En ce qui concerne les formalités en tout genre, on est allé faire la demande pour une HKID, carte d’identité qu’on est obligé de demander puisque notre VISA nous permet de rester plus de 6 mois. Carte qui aura l’avantage d’être plus pratique à transporter que le passeport, surtout pour les contrôles à l’entrée des boites. On devrait la recevoir dans une semaine. On a aussi fait la demande de carte Octopus pour étudiant qui nous permet de payer deux fois moins cher le métro.

Mise à part ca, on connait maintenant les deux principaux Ikea de Kowloon comme notre poche. J’ai pu faire le temple des 10000 buddhas et une bonne partie des quartiers Prince Edwards, Yau Ma Tei et Tsim Sha Tsui. On connait aussi Wan Chai, le quartier des bars (le mercredi soir) et un peu LKF, autre quartier rempli de bars et boites (plus chic cette fois-ci). On fait l’Avenue of Star qui offre une vue incontournable sur l’ile de Hong Kong et ses buildings, ainsi que le lightshow (tous les jours à  20h). On est aller prendre un verre sur une des terrasses de l’IFC 2 (2e plus grande tour de HK). On a pris le Star Ferry permettant de traverser la baie. On a fait rapidement Ocean Park. On est allé se baigné aux plages de l’ile de Peng Chau… On aussi a mangé du riz quasiment tous les jours et si c’est pas du riz, c’est des noodles ou du macdo a 3€. On a rencontré bon nombre des français mais aussi des anglais, des suédois, des américains, des allemands, des chinois et évidemment des hong kongais. Ce soir on est allé au festival de mid-autumn avec ses nombreuses lanternes et son dragons de feu (fait de bâtons d’encens). En fait, on a fait tellement de choses que je ne me rappelle pas de tout. Et il en reste tellement … Mes prochains billets seront portés sur des points pratiques précis. Peu de photos, mais ca devrait venir. Il faut que je m’achète mon reflex d’abords.

Préparer son Roadtrip en Europe

La préparation d’un roadtrip en Europe ce n’est pas très compliqué, ni forcément très long, encore qu’il ne faut pas oublier certains choses essentielles.
Si vous souhaitez partir en voiture/camion faire le tour de l’Europe, il y a certains points auxquels penser bien avant le départ. Voici donc mes conseils et indications.

Les Visas

Si vous êtes citoyen européen, pas besoin de visa, pas besoin de passeport, juste une carte d’identité valable (je ne sais pas s’il faut 6 mois de décalage de validité au moment du roadtrip, mais veillez quand même à ce qu’elle ne soit pas périmée). Si vous sortez de l’UE : Norvège, Suisse… que sais-je : vérifiez le site du gouvernement, mais normalement les citoyens de l’UE n’ont généralement aucun problème. Merci l’espace Schengen et la coopération européenne.

Pour ceux qui ne font pas partie de l’UE mais de pays comme la Suisse, je crois qu’il n’y a pas de problème non plus (à vérifier), surement le passeport à prendre à la place. Pour les autres, hors UE… je crois qu’il va faut voir au cas par cas, il y aura peut-être des Visas à demander.

Le Logement

Le logement tout au long de la route, c’est certainement ce qui coute le plus cher. Si vous êtes en voiture, vous pourrez toujours passer par les campings. L’avantage : le prix. Le désavantage : généralement loin du centre des villes. Dans les pays d’Europe Centrale et de l’Est, les hôtels ne coutent pas forcément très cher, c’est donc peut être l’occasion. Sinon, il y a toujours les hostels (auberges de jeunesse). Veillez à bien vous renseigner en commandant sur les sites spécialisés comme HostelWorld ou les sites de bookings d’hôtels habituels comme Venere… (Hotels.com est ultra cher puisqu’il prend des commissions énormes).

Si vous voulez de l’aventure, de la rencontre et un guide local, l’une des meilleurs alternatives, que je n’ai pas essayé mais dont j’ai entendu le plus grand bien, c’est le Couchsurfing. Si vous êtes 2 à partir, vous trouverez surement une personne prête à vous accueillir sur son canapé pour une nuit ou plus et qui saura vous conseiller sur les visites de sa ville. Rendez-vous donc sur CouchSurfing.org pour découvrir le mouvement et vous inscrire. L’Europe regorge de couchsurfer, vous n’aurez surement pas de mal à trouver quelqu’un dans chaque ville.

Si vous êtes en camion aménagé, le camping sauvage peut aussi être une solution.

La Voiture et les Déplacements

La voiture ou le camion, c’est une chose à ne pas négliger. En effet, si vous comptez rouler quelques milliers de bornes, il vaut mieux que la voiture soit en bonne état et d’une marque connue dans toute l’Europe, car en cas de panne vous aurez plus de chance de trouver un garagiste qui pourra remplacer la pièce abimée (si tel est le cas). Veillez aussi à ne pas faire des trajets trop longs chaque jours surtout si la voiture à quelques années, ca serait bête de niquer le moteur (enfin c’est de l’évidence).

Quelques petites choses à ne pas oublier dans la voiture : gilet, lampe, triangle, kit de premier secours… Une des choses qu’on oublie souvent c’est que dans chaque pays les lois sont différentes et les objets à avoir dans la voitures changent… wai c’est génial surtout quand les flics dans certains pays en profitent pour pruner les touristes à tour de bras. Donc pour le kit de premier secours par exemple, ce n’est pas quelque chose d’obligatoire en France mais en Rep. Tchèque si. De plus concernant les médicaments, c’est une nécessité absolu pour tout voyageur donc ca ne fera pas de mal d’avoir un kit dans la voiture.

Prévoyez votre chemin à l’avance si possible. Enfin c’est vous qui voyez, mais c’est toujours plus pratique pour se renseigner sur les pays et prévoir l’hébergement. Comme je l’ai dit au-dessus, les lois changent, par exemple pour le degré d’alcool dans le sang. Dans les pays d’Europe Centrale il est égal à 0g. En gros, pas même une petite bière avant de conduire !

Un petit point aussi sur les feux de croisement, ils sont obligatoires dans la plupart des pays d’Europe centrale et en Italie sur les routes quelle qu’elles soient.

Renseignez-vous sur les autoroutes. En France, elles sont payantes (surement les plus chères d’Europe), en Allemagne c’est gratuit. Dans les pays d’Europe Centrale : Rep Tchèque, Slovakie, Autriche, Hongrie, Slovénie … que j’ai pu emprunter, il faut payer une vignette pour l’autoroute (pas de péage par contre). Pour cela, après la frontière, dirigez-vous dans la première station essence et vous pourrez l’acheter. Il y a, pour chaque pays, des vignettes dont la durée de validité change et le prix avec. On a pris les plus courtes à chaque fois (4 jours, 5 jours, 10 jours… ca dépend des pays). En générale, la plus courte coute environ 10€.

D’ailleurs voici les prix que j’ai du payé pour les vignettes :

  • République Tchèque : 11€
  • Autriche : 7.9€
  • Hongrie : 7.5€
  • Slovénie : 15€

Alors pour la traduction, Vignette ca se dit “vignette” en Autriche, mais sinon vous pouvez dire “label” c’est le mot anglais. Il faudra préciser le type de véhicule et la durée de validité. Ne l’oubliez pas, car en République Tchèque, l’amende est de 600€… à payer sur place évidemment.

Et comme je l’ai dit plus haut, ce n’est pas la peine de tenter le diable, les flics en Europe Centrale ont la fâcheuse tendance à vouloir “sacquer” les touristes et demander des paiements en liquide qui varient souvent … corruption quand tu nous tiens ! Donc respecter le code de la route surtout la-bas et soyez vigilant en ce qui concerne les voies réservés en ville.

Vitesse

N’oubliez pas de vous renseigner sur les limitations de vitesses. Elles changent souvent de pays à pays pour les autoroutes en tout cas. Pour les autres routes, je n’ai pas remarqué de différences (à vérifier à la frontière cependant). Par exemple, en France c’est 130km/h, en Belgique c’est 120km/h, en Allemagne c’est soit 130 soit illimité. Des fois c’est 110 dans d’autres… En italie, contrairement à ce que j’avais entendu, c’est bien 130km/h et pas 150.

Parking

Vous devrez surement garer votre bolide. En ville, sachez que les parkings sont payant comme chez nous. Au Pays-Bas bon courage pour y rouler d’ailleurs (ils ont un faible pour les vélos et une dent contre les voitures), c’est un vrai calvaire. Si vous souhaitez vous garer, trouver des places gratuites. En Rep. Tchèque, les marquages bleus indiquent des zones dites “réservé”(es) qui veulent dire que seul les Tchèques peuvent s’y garer. Si vous souhaitez faire les malins et ne pas payer le parking, vous pouvez tenter. Pour les pays frontalier, je crois que des arrangement ont été faits de manières à ce que les amendes soient transmises. Sinon, n’oubliez pas que les sabots et la fourrières existent dans tous les pays…

L’Assurance Santé

Si vous êtes citoyens français, sachez qu’une carte européenne d’assurance maladie existe, elle vient remplacer le formulaire E111. Elle permet de remplacer la carte vitale en Europe (je crois qu’elle comprend plus de pays que l’UE). Il faut la demander à votre organisme d’assurance maladie. Pour ma part, j’en ai fait la demande à ma sécu étudiante, la SMEBA. Ca prenait environ 15 jours. Donc ne l’oubliez pas, elle simplifie grandement et vous protège en cas de coup dur.

Dans les autres cas, renseignez-vous auprès de votre organisme.

La Banque

Un roadtrip, ca signifie voyager dans plusieurs pays. Qui dit différent pays, dit aussi différentes monnaies avec tous les problèmes que cela inclu. Il est donc conseillé de consulter les conditions relatives à un voyage sur le site de sa banque. Normalement dans la zone Euro, vous n’aurez pas de frais pour les retraits (à confirmer avec votre conseiller), par contre, les paiements bancaires sont à éviter. D’ailleurs, pour le voyage, préférez les retraits et le paiement en liquide partout. Oubliez le paiement par carte bancaire. Certains pays comme les Pays-Bas n’accepte pas les CB, les allemands ne payent jamais par carte donc les restau n’ont pas la machine… enfin bref. Le cash, il n’y a que ca de vrai, même en zone euros.

Donc maintenant que vous savez comment éviter les frais en zone euros, pour les pays qui ne l’ont pas encore, je vous conseille de retirer une somme fixe et de laisser votre banque faire la conversion. Les bureaux de change, c’est souvent une grosse arnaque. Préférez les grosses sommes pour éviter les frais. Enfin, éviter de prendre trop non plus, histoire que vous ayez dépensé tout à la fin de votre passage dans le pays. La petite technique sympa pour écouler les dernières monnaies, c’est de les dépenser en essence. Pas besoin de faire de change ensuite.

Les banques internationales comme HSBC permettent de retirer gratuitement dans leur distributeur, mais bon comme celle-ci ne dispose pas d’agence en europe centrale ni de l’est, c’est souvent à oublier.

Le Budget

Un roadtrip, ca coute cher. Il est facile de dépasser les limites fixées. Dans notre cas, on retrouvait des potes de promo donc forcément, ils étaient tous chauds pour sortir dès qu’on arriverait… hors nos budgets n’étant pas extensibles, sortir chaque soir peut rapidement plomber le budget.

Préparez-le avec soin en prenant comme exemple le mien pour ne pas oublier de point de dépense. Si vous couchsurfer, vous économiserez sur le logement, si vous faites des achats avant de partir vous pourrez économiser un peu sur la nourriture.

Les bons plans économie : l’Allemagne est le pays des supermarchés discount (créé la-bas), l’Autriche et la Hongrie propose une essence moins chère qu’ailleurs. Évitez les stations essence d’autoroute et leur restau/sandwiches. Préférez la Rep Tchèque et la Hongrie pour la bière. De toute façon, plus vous serez à l’est, plus les prix seront bas. Prenez les vignettes les plus courtes, préférez le cash à la CB et la banque aux bureaux de change. Ne payez pas le parking préférez les parkings gratuits un peu plus éloignés.

S’il vous manque des infos, si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser dans les commentaires.

1 semaine à Marrakech : presque tout compris

En Aout dernier, j’ai décidé avec un ami, de partir découvrir le Maghreb. Ayant un budget serré, c’était une destination plutôt exotique et dépaysante qui ne coute pas forcement très cher.

J’avais donc le choix entre la Tunisie et le Maroc, deux pays très touristiques mais assez différents en terme de possibilités culturelles. On m’a plutôt conseillé le Maroc pour la découverte.

Bref, on est donc parti à deux avec un pote à la découverte de LA capitale du tourisme au Maroc, j’ai nommé : Marrakech, la ville rouge.

Et pour partir au Maroc (ou même en Tunisie), il y a des tour-opérators spécialisés bien connu tel que Marmara, mais aussi Nouvelle Frontière, Fram, Thomas Cook, Club Med… sans compter les sites de voyage généralistes. Un marché ultra-concurrentiel. Il y a tout type de produits comme les All Inclusive, les séjours ou les Circuits, de quoi faire, pour qui veut découvrir le Maghreb.

Pour notre petit budget, on a choisi de quand même faire appel à un tour-opérator, généralement plus cher qu’un vol sec+hôtel. Mais cela nous sécurisait un peu dans le sens que le gros du budget était ainsi bloqué et prévu. De plus on avait un accès à des excursions. Donc cette fois-ci, pas en mode “routard”.

Au final, voici le séjour choisi :

  • 7 jours/6 nuits, dernière semaine d’Aout 2009
  • à l’Hotel 3* Marmara “Le Marrakech”
  • placé dans la nouvelle ville (Gueliz), près de l’entrée de la Medina
  • demi-pension
  • vol : Orly-Marrakech via Atlas Blue (low cost de Royal Air Maroc)
  • 340€

On a pris notre billet 1 semaine avant le départ. On savais déjà qu’on voulait y aller, on avait juste remarqué la jute vertigineuse des prix. On aurait pu attendre encore jusqu’à 3 jours avant le départ, on aurait gagné 40€.

On a retrouvé des copines sur places, qui elles avaient pris le vol et l’hotel en séparé. Au final, on a payé moins cher qu’elle… Alors, faut bien faire attention, on a pas pris le Marmara chic (Madina 4* Tout compris), on a pris (selon nous) le plus pratique pour les visites et donc le plus proche de la Medina (au meilleur rapport qualité/prix).

Plus d’infos dans les prochains billets (et bientot toutes les photos sur Flickr).

Info-Pratique : l’Hotel à Londres

Le Logement… surement la partie la plus chère du voyage. Il faut bien la préparer et bien chercher l’hotel qui conviendra à la fois a votre budget, aux réservations du vol, au nombre de personne et a votre idéal de logement bien sur.

Admettons que vous puissez moduler les dates, 3 points à prendre en compte :

  • le prix
  • l’emplacement (surtout pour le métro)
  • la qualité

Nous avons choisi de commencer en filtrant par prix dans les hotels qui proposait des chambres triples. Ensuite nous avons regarder les commentaires (très importants, n’hésitez pas a en mettre après votre séjour sur le site chez vous avez réservé).

Nous n’avions pas d’appriori en terme de sites, donc nous avons tout fait y compris les sites de chaines (Ibis, Accor Hotel, Holiday Inn…). Au départ nous étions sur un Ibis, mais le problème est que les chaines ne proposent que des chambres doubles. Or nous étions 2 au départ puis 3… et de toute facon, c’était trop cher.L’avantage des chaines est que l’on peut compter sur un minimum d’hygiène et que les salle de bain/toilettes sont intégrés à la chambre. Finalement je ne conseille pas les chaines. Les moins cher étant les Formule 1, mais le problème est qu’ils ne sont que 2, l’un est très très loin du centre tandis que l’autre est très bruyant (un ami y travaillait).

Finalement, rabattez-vous sur les B&B (Bed and Breakfast) pas trop cher et qui se trouve dans le centre. Le petit dej compris, ca fait ca de moins à payer !

Nous avons faits tous les sites possibles, les spécialisés comme les plus généralistes. Finalement l’hotel que nous avons trouvé est : Hotel MacDonald près de St Pancras et ceci sur le site Venere.com

L’emplacement en zone 1 est très intéressant puisque cela réduit les couts de transport. L’Hotel est assez propre même s’il était en plein travaux de peinture au moment ou nous y étions. Le petit déjeuner anglais était finalement proposé contrairement a ce qui était précisé sur venere.com. Les douches et les sanitaires en commun était assez propres. Des chambres avec salle de bain intégrées existent mais elles coutaient 100£ plus cher pour les 4 nuits.

En résumé, nous avons payé 230£ (au lieu des 234£ indiqués sur venere.com … tant mieux) pour 4 nuits dans une chambre triples (lit simples + armoir + lavabo + thé !) avec douche et wc sur le palier. Ce qui revient a 25€ par nuit par personne.

De nombreux hotels du même acabi étaient présents dans le quartier et il doit être possible d’en trouver pour le même prix. Par contre, réservez bien à l’avance car ils étaient tous complets pendant les vacances. En tout cas nous conseillons l’Hotel MacDonald pour tous les étudiants ou les personnes souhaitant y loger quelques jours et qui ne viennent pas pour l’hôtel.

(demandez, quand c’est possible, a ne pas être près des toilettes : pour le bruit la nuit)

Voyage à Londres : l’Hotel pas cher

L’Hotel

Pour ce qui est des hôtels, on aura tout fait ! Tous les sites spécialisés, les chaines d’hôtels… On était parti pour un Ibis mais les chambres sont par deux… ce qui revenait trop cher.

Il faut aussi et surtout faire attention à l’emplacement de celui-ci car pour le déplacement dans Londres, c’est métro+bus, ce qui implique un changement des prix du tickets en fonction des zones (j’expliquerai plus tard).

Il existe des Ibis, 2 Formule 1 (trop loin), des Best Western (trop cher), des Holiday In (trop cher)… Et ce qui marche bien, c’est les B&B, pas la chaine (qui est implantée qu’en France et Allemagne), les vrais, les originaux ceux qui font Bed and Breakfast. Les vielles maisons bourgeoises du centre, transformée en hotel ou maisons d’hotes. Les loyers étant tellement cher à Londres (pour savoir pourquoi), beaucoup de personnes loue des chambres ou transforme carrément toute leur maison en hotels.

On a donc trouvé un 2 étoiles (MacDonald Hotel) qui proposait des chambres triples pour pas trop chères avec salle de bain en commun chez Venere.com. Gros avantage : proche métro et en zone 1 surtout ! (à coté de St Pancras)

Prix pour 4 nuits : 234£ soit 295 €

On a pas choisit de prendre une auberge de jeunesse car cela ne nous enchantait guère vu ce qu’on nous a dit (et pas forcement moins cher).