Un week-end à Xiamen

Au mois d’avril, on a décidé de prendre un jour de congé et de partir visiter Xiamen et sa campagne environnante. En effet, la ville de Xiamen, appelée Amoy dans sa version romanisée, se trouve à une heure d’avion (ou 4/5h de train) de Hong Kong et s’avère être une bonne destination pour un week-end culturel et calme. Et notre point de vue, c’est que l’endroit est sous-estimé par les guides de voyage.

On est donc parti depuis Hong Kong, avec Cathay Pacific pour un vol d’une heure. Cela passe vite, c’est assez agréable. Arrivée sur place, on a fait la queue pour un taxi, vu que cette dernière avancait vite. On aurait pu aussi prendre Didi…

Notre hotel, le Swiss Grand Xiamen, se trouve non loin de Zhong Shan road vers le sud de la ville. Il avait une bonne réputation et s’est avéré un bon choix. On a du payer environ 70RMB de taxi pour le trajet depuis l’aéroport. Le staff de l’hotel, très sympa et parlant anglais, a fait son possible pour nous aider tout au long du séjour, même si niveau organisation, il aurait des améliorations nécessaires. Notre chambre (comme toutes celles de l’hotel) était immense, avec une vue sur l’ile de Gulangyu (on a demandé a se faire upgrader coté mer). Le premier soir, arrivant très tard, on s’est donc couché directement.

Sans titre
Zhong Shan Road

Le samedi matin, premier jour de notre week-end à Xiamen, on décide de visiter le centre ville. Direction donc Zhong Shan road, la rue commerçante principale de la ville. La rue est piétonne et regorge de magasins pour touristes. Les bâtiments du centre ville sont d’architecture coloniale et les jeux de lumière la nuit, leur rendent toute leur splendeur, donc je conseille d’y passer plutôt après 17h. Suite à notre tour rapide du matin, peu de magasins sont ouverts et on ne trouve pas de restaurants intéressant ouvert. Malheureusement, il y a peu de recommendation sur TripAdvisor ou Foursquare et mon niveau de chinois ne me permet de pas d’utiliser Dianping correctement. On prend donc un taxi pour le coté nord du lac Yundang ou se trouve un restaurant cantonais. Oui je sais, on arrive de Hong Kong et on vient manger cantonais… mais faut dire que les spécialités locales semblent être que des fruits de mer.

Sans titre
Lac Yundang

L’après midi on se promène dans le quartier du restaurant qui semble être le quartier huppé ou se trouve le Marco Polo hotel par exemple. On longe le lac et on traverse par la petite ile. C’est un coin très agréable, il y a peu de monde, c’est très calme et il fait super beau. On prend un petit jus pressé dans une échoppe et on rentre direction Zhong Shan pour faire quelques photos du centre. A coté se trouve un énorme centre commercial de luxe et bon nombre de restaurants de fruit de mer dans les rues adjacentes.

Sans titre
Binhai Night Market

On décide de prendre un taxi pour aller du coté de l’université de Xiamen ou devrait se trouver un marché de nuit. On tombe en plein embouteillage et on décide de sortir de la voiture sur le periph (comme à peu près tout le monde) et on rejoint la plateforme construite sur pilotis au bord de l’eau qui permet d’admirer le coucher de soleil sur l’ile de Gulangyu. A coté se trouve un centre commercial avec 2 immense tours de bureau toute neuve. En haut de l’une d’elle se trouve un observatoire. Etant donné que le prix était de 150rmb par personne on a passé notre tour et on a marché direction l’université. D’ailleurs cette dernière est visitable en prenant un group tour, mais il faut s’inscrire sur WeChat plus de 48h à l’avance. Après quelques arrêts a gauche et a droite, une pause recherche sur internet et quelques questions au gens du coin, on apprend que le marché de nuit de Siming n’est pas du tout a Siming… Il faut dire qu’il doit y avoir plusieurs night markets mais celui que l’on cherche nous était indiqué proche de l’université. Finalement on prend un bus à 1rmb et on descend au milieu de nul part. On commence à marcher dans un quartier plutôt sombre… pour finalement demander à une personne dans la rue, qui, coup de chance, parlait super bien anglais. On apprend donc que le marché est encore plus au sud dans le quartier de Binhai. L’entrée principale (photo si dessous) est proche d’un KFC : Baidu Map.

Sans titre
Binhai Night Market

Le quartier est rempli de touristes qui viennent tous gouter les sucreries et autres snacks des innombrables stands. On s’y perdrait. Cela ressemble fortement aux marchés de nuit de Taiwan (faut que dire c’est juste en face, de l’autre coté de la mer). Le quartier est principalement un alignement de restaurant et de vendeurs de souvenirs. Il y a aussi quelques hotels et auberges dans le coin. On aura eut du mal à le trouver mais semblerait que ce soit un coin connu par les chinois. Durant notre tour, on goutera quelques snacks et on fera surtout quelques photos marrantes avec déguisements maoïstes avant de repartir pour le centre ville. Pour notre diner on mangera dans le centre commercial dans le restaurant Grandma’s home qui propose grillades et autre riz fris.

Le lendemain, on se lève tot pour notre tour dans la campagne du Fujian. On avait réservé un chauffeur sur Klook pour aller visiter les Hakka Tulous, des immense bâtiments ronds ou carrés où vivent tout un village, construits par l’éthnie Hakka entre le 12e et le 20e siècle. Certains sites sont reconnus au patrimoine mondial de l’UNESCO et c’est ces derniers que nous sommes aller visiter en premier.

Notre chauffeur Mr. Wang, nous a récupéré à 8h pétante a notre hotel. Et nous voici parti pour 3h de route en direction de la campagne du Fujian. Ce dernier ne parle pas anglais mais a plus d’un tour dans son sac : des applications de traduction chinois-anglais, qui fonctionne plutot bien. Il nous explique que nous ferons plusieurs stops (au moins 5) dans la journée.

Sans titre

Arrivée au premier village tulou, on doit payer 90RMB/pax pour le ticket UNESCO qui nous donne le accès à Yun Shui Yao tulou. C’est l’un des deux cluster que l’on peut visiter dans la journée. Mr Wang vient avec nous, sans payer son ticket. Lui et son collègue se font réprimander par les gardes à l’entrée. Après des négociations intenses, ils repartent et nous rejoignent plus loin en toute discrétion.

Sans titre
intérieur du Tulou Yun Shui Yao

Le premier tulou que l’on visite est carré. De 4 étages, avec au milieu de la cours un temple. Comme tous les tulous, le rez-de-chaussé sert pour les cuisines. Le 1er étage sert à stocker les denrées et les étages supérieurs sont les parties résidentielles. Moyennant 5 rmb, on peut monter dans les étages supérieur du tulou. Il faut dire que la plupart d’entre eux sont encore habités. Fort heureusement les guides de groupe utilisent des casques et les megaphones sont interdits (chose qui, au passage, devrait être appliqué dans toute la Chine selon moi…).

Sans titre
au centre d’un Tulou

On continue notre marche et nous passons devant d’autres tulous. Longeons une rivière et ses fameux arbres jumeaux centenaires. Le coin est très joli et propice aux photos. Il n’y a pas trop de touristes, c’est agréable (ca change !). Le guide nous conduit à un petit restaurant du village d’à coté. On sélectionne les légumes/viandes que l’on souhaite manger et notre hôte nous concocte trois plats. Simple mais efficace et peu cher (150RMB pour 2). On reprend la voiture pour aller visiter d’autre tulous, cette fois-ci, nous somme presque seul. C’est un coin que notre guide connait, qui n’est pas fréquenté par les groupes. Et pourtant il comporte plusieurs immenses tulous dont l’un a accueilli Mao et son armée durant sa campagne. Les gens qui y vivent, sont principalement des séniors et des enfants en bas-age. Les parents étant à la ville pour travailler. On se promène dans le village pour prendre des photos de chacun, puis on repars pour un dernier cluster, cette fois-ci avec 2 grand tulous ronds. Encore une fois quelques photos discussions avec les gens du coin en utilisant l’application de traduction de notre chauffeur. Dans l’un d’entre eux, on se fait inviter pour gouter le thé local. Evidemment on en achète un avant de partir.

Avant de repartir pour Xiamen, notre chauffeur nous suggère un spot photo depuis une colline. On le motive à monter avec nous tout en haut. Il y a environ 80m de dénivelé et la vue donne sur le cluster de Tian Luo Keng (photo ci-dessous). Ce dernier est visitable pour 90RMB/pax mais il se fait tard et on a 3h de route. De toute façon on en a vu déjà pas mal. On rentre donc pour Xiamen.

Sans titre
Tian Luo Keng Tulou Cluster

Verdict : une super journée, avec un super chauffeur/guide. On aurait pu faire cela sur deux jours et dormir sur place (certains tulous ont été transformé en auberge) mais finalement en une journée on pu quand même bien apprécier la visite, du coup cela fut un bon compromis pour notre court week-end.

Sans titre
Nanputuo temple

Sur le chemin de retour on demande à notre chauffeur de nous déposer directement au temple de Nanputuo, juste au nord de l’université. Ce dernier est particulièrement grand et composé d’un monastère, d’un jardin au sud et d’une colline au nord ou il est possible de monter, avec un peu de temps et de courage (ca grimpe). On a profité d’arriver avant la fermeture pour aller y jeter un coup d’oeil. C’est un temple bouddhiste chinois bien entretenu avec de superbes statues en or. Les bassins à l’entrée et la pagode lui donne un certain prestige. A faire lors des festivals religieux à mon avis.

Sans titre
Zhong shan road de nuit

En redescendant du temple, on marche donc vers l’hotel lorsque l’on tombe sur “cat street”, une rue minuscule connue pour ses nombreux chats. Alors je n’en n’ai pas vu dans la rue mais tous les shops du coin vendent des souvenirs avec des images de chats. L’un des shops se considère même comme un musée du chats et certains sont tranquillement installé derrière des vitres dans ce qui ressemble à un compartiment de train… pour chat. L’entrée de cette rue piétonne se trouve sur Nanhua road, à l’ouest de l’université/du temple. Après ce detour “animalier” on est parti marcher du coté de Zhong Shan road pour aller acheter des souvenirs culinaires dont des magnifiques pineapple cake et des coconuts cake, que je conseille. Ils sont immanquables sur cette rue. Pour diner on mangera… hong-kongais dans le centre commercial au nord de la rue (faut dire qu’il y a un étage entier de restaurants).

Pour lundi notre dernier jour de notre week-end à Xiamen, on avait booké nos tickets pour la fameuse île de Gulangyu, sur Klook. En effet, cette petite ile qui se trouve à 15min de ferry, est l’attraction principale de la ville et il y a beaucoup de monde à faire la queue pour le ferry tous les jours. On a donc bien fait de prendre nos tickets un jour ouvré, même si… on est jamais vraiment tout seul en chine. Pour info, il faut arriver 1h avant car il faut pouvoir retirer les ticket en caisses, puis passer la sécurité.

Alors pourquoi l’ile de Gulangyu est-elle connue ?

C’est l’un des site les plus visités de Chine, reconnu et protégé par l’UNESCO, car ce fut l’un des ports qui, suite au traité de Nankin (1ère guerre de l’opium) fut ouvert au commerce avec les nations coloniales. L’île a donc abrité pendant de nombreuses années les résidences coloniales consulaires des pays européens. Ces dernières, ont pour la plupart été conservés et 20 000 personnes habitent aujourd’hui sur cette ile, dans ces anciennes demeures coloniales. L’ile est 100% piétonne et interdite aux voitures et vélos. L’architecture détonne donc par rapport à la Chine d’aujourd’hui et de nombreux chinois viennent pour y faire leur photos de mariage. On était très surpris que ce site, qui est très connu en Chine, ne le soit pas plus des étrangers et de tours-opérateurs européens.

Sans titre
Ile de Gulangyu

On s’est promené dans les rues. Il n’y a pas beaucoup de chose à voir en intérieur à part quelques musées comme le musée de l’orgue ou le musée de la calligraphie sur bois. C’est surtout l’ile en elle-même et les maisons qui sont magnifiques. La verdure et le charme du coin. Je suis très surpris que cela ne soit pas plus rénové et transformé en auberge, restaurant ou café. Il y a de quoi faire pour en faire. Cela permettrait de retaper les bâtisses qui commencent a être envahie (pour certaines) par la jungle environnante.

Sans titre
Anciens batiments coloniaux de l’ile de Gulangyu

Il est possible de monter tout en haut de la colline au centre de l’ile pour avoir une vue sur cette dernière. Avec la chaleur écrasante du jour on a évité. La plage, bien que belle sur le coté ouest, n’est pas praticable et il est interdit de s’y baigner (je pense que l’eau des l’estuaire ne doit pas être très propre). Bizarrement l’ile a un gros potentiel, il y a du monde, mais a part s’y balader (ce qui est déjà bien), il n’y a pas grand chose d’intéressant. J’espère que cela changera à l’avenir car l’endroit est superbe. En tout cas cela peut être super pour une balade, à condition de choisir un jour ou il y a le moins de touristes possible.

Sans titre
Plage du nord de Gulangyu

On est ensuite rentré après notre déjeuner vue sur la plage. La chaleur était pesante et ma copine ne supportait plus d’être au soleil a monter et descendre les ruelles de l’ile. On a donc repris le ferry puis on est allé au Starbucks près de l’hotel se rafraichir. Ayant encore quelques heures à tuer on a pris un taxi pour le jardin botanique de la ville qui se trouve à flanc de montagne au nord de l’université. Ce dernier est très grand et il faudrait plusieurs heures pour le visiter. Notre vol étant le soir, on a fait un petit tour tranquillement. Il n’y avait pas grand monde et ce fut bien agréable. Après une heure et demi de marche parmi les plantes, on est rentré a pied à l’hotel et on a repris un taxi pour l’aéroport, direction maison!

Budget : 3500HKD

Transport :

  • Cathay Pacific HKG – XMN : 1250 HKD/pax
  • Ferry pour l’ile de Gulangyu (Klook) 64HKD/pax
  • Chauffeur privé pour visiter les Tulou pendant 1j (Klook) : 984HKD
  • Taxi sur place et Didi.

Hotel : Swiss Grand Xiamen (2370HKD/3n), bien placé et de bonne facture. Le staff parle anglais et a été très serviable.

Album Photo

Les maisons Diaolou de Kaiping dans le Guandong

Le week-end dernier, profitant d’un jour férié (Dragon Boat Festival), on est parti non loin de Hong Kong, en Chine continentale, et plus précisément dans la province de Guangdong, visiter les fameux Diaolous, drôles de maisons de compagne à l’architecture occidentale.

Il faut dire qu’autour de Hong Kong il n’y a pas beaucoup de sites atypiques à visiter. La Greater Bay Area comme on l’appelle, est une vaste mégapole en plein essor, où les buildings se suivent à perte de vue.

Après avoir visité Hong Kong, Macao et son quartier portugais, Shenzhen et ses quelques parcs d’attraction et enfin, Guangzhou (Canton), on pourrait croire que l’on a tout fait. Et bien non ! Il faut bien chercher mais il y a quelques endroits intéressants qui peuvent être visités sur un week-end, comme par exemple les diaolous de la ville de Kaiping, au sud de Canton.

C’est l’un des rares sites mentionnés sur les sites de voyages pour la province de Canton. Il a donc fallu qu’on y aille !

Pour s’y rendre, on a pris des tickets de bus partant de Wanchai avec l’agence : Trans-island Chinalink (en face du Novotel de Wanchai) . Aller-retour par personne de 350HKD, environ 4h de route par aller.

Sans titre
Jinjiang li

On est parti le jeudi matin à 8h40, jour férié. On a passé la frontière de Shenzhen Bay une heure plus tard et sauté dans le bus suivant au pylône #4. Ce deuxième bus ne fait que deux stops avec le premier descendant au Country Garden Jade Bay Phoenix Hotel où nous résidions. Au lieu des 4 heures prévus, on a mis 6h heures, du aux nombreux embouteillages sur les voies rapides (jour férié en chine…).

Arrivés sans trop de problème, on a fait notre check-in, puis pris un petit plat au restaurant de l’hotel (qui nous a enflé sur les prix, on a pas trop compris pourquoi…), avant de repartir avec un taxi direction l’un des sites (120RMB aller, 10RMB négocié pour l’attente et 120RMB de retour… je pense qu’il y avait moins cher mais c’était le taxi fourni par l’hotel).

Il y a 4 sites officiels reconnus par l’UNESCO : Li Garden, Zili Village, Majianglong et Jinjiangli. Le prix par personne sur 2 jours est de 180RMB pour accéder à tous. On a donc pris nos ticket au premier site, le Li Garden.

Ce site qui est l’un des plus grand et comprend un petit musée raconte le pourquoi du comment. A noter qu’il ferme a 17:15.

Sans titre
Zili Village

Pour la petite histoire donc : les diaolous de Kaiping sont des maisons construites au début du 20e siècles par des chinois revenus de l’étranger après y avoir fait “fortune”. Ces derniers inspirés par les architectures occidentales des pays où ils avaient travaillé (Australie, USA, Canada, Mexique mais aussi Indonésie, Malaisie etc) ont fait construire des maisons de plusieurs étages dans leur province natale.

Ces dernières se trouvent principalement autour de la ville de Kaiping au sud-ouest de Canton (et au nord de Zhuhai). Les maisons faites de briques grises ou de ciment, entre 3 et 6 étages font à la fois office de demeure familiale mais aussi de tour de garde. Elles ressemblent pour certaines à la tour de Belem au Portugal, forteresse qui protège l’entrée du port de Lisbonne. En effet lorsque les propriétaires ont construit leur diaolous l’insécurité régnait dans la région avec de nombreux “bandits de grands chemins”, accoutumés aux cambriolages et enlèvements. Les maisons servaient donc à la fois de tour de garde mais aussi permettait de se protéger en barricadant chaque étage et en se defendant grace à des meurtrières.

Sans titre
Li Garden

A la suite du Li Garden, on est rentré à l’hotel et on a essayé de faire un tour à la piscine. Cela n’a pas été un franc succès. Pas de serviette, pas de peignoir de bain pour l’une des chambres. Il fallait aussi acheter un bonnet de bains à 10RMB par personne, sauf qu’évidemment on avait laissé notre argent dans la chambre. Bref, déception. Pour le diner, on est allé dans le restaurant chinois de l’hotel et après moult tentative de traduction avec Google, on a commandé 3 plats histoire d’aller dormir le ventre plein.

Sans titre
Li Garden

Le lendemain, on se lève aux aurores pour profiter du buffet de l’hotel. Il faut y être avant 8h pour éviter la foule. Effectivement a 8h30, cela commençait à être bien rempli. On avait gardé le numéro du taxi la veille et négocié 400RMB pour la journée. Direction les 3 autres sites : Zili Village, Majianglong et Jinjiangli.

Sur chacun des sites il y a au moins une des diaolous ouvertes au public ce qui permet à la fois de voir l’architecture intérieur avec les nombreux meubles qui ont été disposés dans chaque pièce, mais aussi d’avoir une vue du “quartier” et des alentours. Il a fait très beau et on a été particulièrement chanceux car on a évité totalement la pluie sur ces deux jours.

Sans titre
Li Garden

C’est assez agréables de se promener dans la campagne et de visiter tranquillement ces anciennes demeures mais aussi de se balader dans les ruelles des quartiers encore habités autour de ces dernières.

A midi notre chauffeur nous a emmener dans un petit restaurant dans l’un des villages ou l’on a commandé quelques plats simples avant de repartir finir les 2 autres sites.

Sans titre
Zili Village

Finalement on est rentré à l’hotel avec quelques coups de soleils. On a attendu notre bus qui est arrivé a 16:20 directement devant l’entrée et on a fait 4h de route retour avant de retrouver wan chai.

A faire donc sur un week-end où il fait beau, tant que vous êtes prêts à faire les 4h de bus.

Un dernier point très positif (pour une visite en chine) : il y avait peu de touristes et les locaux nous demandaient même ce qu’on faisait la. Et cela, je peux vous dire que ca fait du bien ! J’ai encore en tête le cauchemar des Montagnes Jaunes (Huan Shan) en jour férié…

Budget : 1000HKD

Transport :

  • Bus aller/retour (Trans-Island Chinalink) : 350 HKD/pax
  • Taxi sur place : 150RMB/pax

Hotel : Country Garden Jade Bay Phoenix Hotel (600HKD/chambre) pratique car c’est l’un des stops du bus, grande chambre, mais laisse a désirer niveau service.

Album Photo