Une semaine entre Chiang Mai – Luang Prabang – Baie de Ha Long

Nouvelle année, dit aussi, nouvel an lunaire fêté comme il se doit en Chine (et un peu partout en Asie). A Hong Kong, c’est 3 jours fériés et un super feu d’artifice, que j’ai encore manqué cette année pour aller me me promener en Asie du Sud-Est.

Cette fois-ci, une semaine de 8 jours pour faire 3 pays (oui, ce fut assez rapide) en commençant donc par la Thailande puis le Laos pour finir par le Vietnam.

Alors pourquoi 3 pays en une semaine ? En fait je voulais absolument aller voir le Laos mais il n’existe pas de vol direct (pour l’instant) depuis Hong Kong. Il fallait passer par la Thailande. Vu que Chiang Mai est proche de Luang Prabang (ville laotienne que je voulais voir) et que je n’y étais jamais allé, c’était l’occasion de la visiter aussi. De même, pour ressortir du Laos, j’avais le choix entre la Thailande et le Vietnam (Hanoi) et comme j’avais loupé la baie d’Ha Long (près de Hanoi), ce fut l’occasion.

Sans titre

Départ donc le jeudi matin sur HKexpress en direction de la plus grande ville du nord de la Thailande, la très touristique Chiang Mai. A la sortie de l’aéroport, on souhaitait prendre un shuttle bus a prix fixe de 40baht/p mais vu qu’il fallait attendre une bonne demi-heure ou payer 10 places, on est parti a la recherche de notre taxi. On a pris un songthaew pour 50baht chacun (semblerait qu’une autre voyageuse avec nous dans le songthaew avait payé 20baht). Bref, 10min plus tard on était rendu à notre hotel, le Chana Place, au sud de la vieille ville. Staff cool, hotel correct mais honnêtement, ca aurait été a refaire, j’aurai pris un hotel dans l’est de la ville proche du night bazaar ou se trouve la plupart des activités (marchés, restaurants, bars).

Sans titre

On pose nos affaires dans la salle des bagages (car notre chambre n’était pas disponible en check-in le matin) et on part visiter la vieille ville. Carte en main, on est parti pour faire la la visite des temples de la ville. La vieille ville n’est pas très grande mais il faudra marcher quand même un peu. On verra donc Wat Phra Singh, Wat Chedi Luang, Wat Chiang Man qui sont les principaux temples de la vieille ville. Honnêtement ils sont très beaux et bien entretenus et le flot de touristes était (étonnamment) supportable. On est resté manger dans une sorte de foodcourt pas loin de Wat Chedi Luang, ou j’ai pu prendre mon curry vert au poulet “habituel”. Par la suite, on visitera aussi deux temples au nord des remparts.

Sans titre

En fait il y a tellement de temples dans et autour de la ville que l’on pourrait y passer des jours pour tous les voir. Mais ce qui est donc intéressant c’est qu’on est souvent presque seuls dans certains plus petits temples et on peut donc prendre notre temps dans le calme pour apprécier les différentes fresques et sculptures. Honnêtement, après plusieurs années en Asie, les temples, j’en suis “rassasié”, mais ceux de Chiang Mai valent le coup sans aucun doute.

Sans titre

On rentre faire une sieste et on repart le soir en touk touk (50THB) direction le Night Bazaar ou se trouve le marché… enfin les (nombreux) marchés pour touristes. C’est assez fou, il y a un boulevard entier rempli d’étals mais aussi des immenses marchés couverts de chaque coté de ce boulevard sur près d’un kilomètre. On trouvera un restaurant dans le grand marché du nord-est, puis après avoir fait un grand tour, on part en direction de la vieille ville pour aller au fameux “Zoe in yellow” bar. En fait le bar est en extérieur et dans un espace ou doit y avoir près d’une douzaine de bars avec ambiances différentes (rock, reggae, rnb, rave). Le Zoe est le bar “mainstream”. Alors ce qui est assez chiant, c’est que chaque bar à ses tables mais que la delimitation n’est pas claire et on s’est retrouvé a prendre une bière dans un bar et s’asseoir sur une table d’un autre pour se faire jeter par un serveur… Et l’autre point noir… tout ferme a minuit. Et quand je dis minuit, c’est minuit pile. Ils coupent toute l’électricité, c’est le couvre-feu.

Sans titre

Le lendemain matin on prendra un touk touk qui nous amènera a une station de songthaew pour Doi Suthep, le fameux temple/pagode d’or sur la montagne, à l’ouest de la ville. Cette station de songthaew, dites des “bus rouges” est a la bordure de la vieille ville donc notre touk touk nous a demandé 50THB et ensuite le prix du songthaew est de 50THB par personne pour monter sur la montagne jusqu’au temple. Bien ce soit surement la solution la moins chère, c’est aussi la plus longue car il faut attendre a la station que le songthaew se remplisse et ca peut prendre… une bonne demi-heure comme pour nous (mieux vaut bien prévoir, c’est évidemment la même chose pour redescendre. Après une petite demi-heure, nous arrivons la haut, il reste une centaine de marches a monter pour arriver au temple de Doi Suthep (30THB/p). Le temple est rempli de touristes qui tournent autour de la pagode appareils photo en main. Sur le coté droit (vis à vis de l’entrée), il y a une plateforme qui donne une vue panoramique sur toute la ville, à ne pas manquer. Le tour du temple est donc rapidement fait mais la vue est imprenable. On redescend pour retrouve la station de bus rouges et on décide de se rentre un “cran” plus haut, direction le palace du roi, . 40THB/p pour monter, il faut 10min pour y arriver. Cette fois-ci l’entrée est a 65THB par personne et il faut louer un pantalon long en tissue pour ceux qui seraient en short (en fait, c’était le cas pour le temple aussi mais personne pour verifier ni pour louer des pantalons).

Sans titre

Le palace est une résidence royale qui est souvent habiter par le roi durant l’hiver et le printemps mais étant malade cet an ci, il est plus souvent à Bangkok. On peut donc visiter les jardins (seulement) de la résidence, qui sont très bien entretenus et très fleuris. Des militaires jalonnent le parc pour nous éviter de trop nous approcher des différentes maisons et bungalows.

A la suite de cette promenade champêtre. On reprendre un bus direction la ville et le quartier de Nio Man, assez chic avec différents cafés, hotels et residences. On marchera jusqu’à la vieille ville pour s’arrêter dans un salon de massage à la décoration impeccable. 400THB le massage thai classique en “cabine pour 2” (sorte de chambrée fermée par un rideau), avec lavage des pieds au début et thé offert à la fin. Rien à redire, je recommande : Spa Sense au milieu d’Arak Road.

Sans titre

On rentre à pied a l’hotel pour faire une petite sieste bien méritée. On ressortira quelques heures plus tard pour aller manger notre diner au Night Bazaar autour d’un live band. Vers 23h30 on repartira vers le centre pour essayer de trouver un bar (certes un peu tard pour ca) et on s’arrêtera au THC bar, ou le rooftop était toujours rempli, de jeunes backpackers pour la plupart, dans un style hippie/full moon party (peinture fluo garantie).

Sans titre

Le lendemain, dernier repas pas loin de notre hotel puis notre hôte nous conduira pour 50THB à l’aéroport a 10min de la. Cette fois-ci, vol Lao Air direction Luang Prabang au Laos.

Sans titre

Le vol ne durera que 45min et on atterrit entre les montagnes dans la ville de Luang Prabang, deuxième ville du pays. Pour le Laos il faut un Visa, fait à l’arrivée, à peine sorti de l’avion. Le prix est de 30USD pour les français, avec 1 USD de service charge et 1 USD pour ceux qui n’ont pas ramené de photo d’identité (autant le faire). Le visa prend une page entière, c’est un sticker, donc mieux vaut prévoir. Le process est assez rapide mais 95% des gens qui arrivent avec vous dans l’avion vont devoir y passer. Très peu de laotiens et très peu de gens qui ont pu le prendre en avance, alors mieux vaut se presser. Après avoir reçu le visa, on passe l’immigration puis la douane. A la sortie de la douane, il y a un seul bureau de change (tout petit) qui permet d’acquérir des Kips (LAK), monnaie locale. Le taux de change est plus que correct avec l’USD. Mieux vaut donc en ramener et échanger. Juste à sa droite se trouve le stand pour les shuttles/taxi officiels. Le prix est fixe pour 3 personnes (50k LAK), il est donc judicieux, surtout si on est seul, de s’arranger avec un autre passager du vol pour partager la note (le shuttle ira faire tous les hotels demandés du centre-ville sans restriction).

Sans titre

Nous avons été déposé au debut de la Tourist street, qui est la rue principale du centre et qui est piétonne. On a un peu galéré à trouver notre hotel, car le marché de nuit était déjà installé et il s’étend sur plusieurs centaines de mètre de “tonnelles” nous empêchant de repérer facilement la rue de notre hotel. Après avoir fait notre check-in avec Bill, notre hôte super sympa, nous repartons dans le marché et la Tourists street pour trouver un restaurant laotien. Le soir on ira dans le bar le plus connu du coin, le Utopia qui se trouve sur le bord d’un affluent du Mekong (Nam Khan River). Le bar est atypique, avec des décoration datant de la guerre (des motos, des obus, des pales d’avion…). Le tout fait en bambou et autres arbres exotiques. Avec une zone ou l’on peut s’allonger pour regarder la rivière, une zone de danse, un terrain de volley en sable ou ils font des feux de bois, une zone ou se trouve un rétroprojecteur sous un dome qui ressemble beaucoup à des scènes du film “La Plage”. Malheureusement, comme en Thailande, le bar a fermé aux alentours de minuit.

Sans titre

Le lendemain matin, réveil avec petit déjeuner de fruits et pancakes préparé par notre hôte Bill. Puis on part marcher en direction du temple principal de la ville Wat Xieng Thong, qui est aussi le plus beau (20k LAK/p). Cela dit le tour est rapide, alors on en profite pour revenir tranquillement vers le centre en s’arrêtant pour apprécier les autres temples le long de la rue Sakkaline.

Sans titre

Nous arrivons bientôt au Royal Palace qui est un musée a part entière et qui possède un très jolie temple dans son enceinte. Il est interdit de prendre des photos à l’intérieur du musée. Il faut acheter un ticket a l’entrée du parc pour 30k LAK par personne, même si le check se fait a l’entrée de la bâtisse. Il y a des lockers pour les appareils photos (et il faut aussi enlever ses chaussures). Le palace est vraiment bien décoré, avec bon nombre de pièces au style francais et des pièces laotiennes très bien conservés. Le palace n’est pas très grand et il en faut à peine 20min pour faire le tour.

Sans titre

Notre hotel se trouvant à une centaine de mètre, nous y retournons pour prendre un bus pour aller à la cascade Kuang Si, la plus belle et la plus grande cascade du coin (apparemment il y en a 3 autour de Luang Prabang). On prend un mini-bus avec d’autres voyageurs pour 45km de route (50k LAK/p). Avant l’entrée de nombreux shop et restaurants sont disponibles pour les voyageurs comme nous qui mourrions de faim. On en profite pour se prendre un petit sandwich et tant qu’a faire, une petite crêpe banane-nutella. Bon comme a s’en douter, il y a du monde, pas mal de monde et encore que c’est l’hiver et qu’en été c’est bien pire. On prendre notre entrée a 20k LAK/p et on rentre dans le parc, pour visiter d’abords un refuge pour ours (une espèce menacée, je ne sais plus laquelle malheureusement).

Sans titre

Ensuite on se dirige vers les cascades d’eau turquoise. Les photos sont plus parlantes mais c’est magnifique. Malgré la temperature de l’eau (autour de 15 degrés) je me change dans un cabanon et je vais piquer une tête. Il faut avoue que l’on était peu a avoir franchi le pas. Il y a un tronc d’arbre qui permet de sauter, le problème est que l’eau, bien que turquoise n’est pas transparent et donc aucune idée si c’est du sable ou des rochers, ni de la profondeur alors on saute les pieds en avant en espérant en pas toucher le fond trop tôt.

Sans titre

Je ressors après mes photos de “courageux” bravant tous les dangers d’une eau “très froide” et on continue vers le haut jusqu’au vrai point de vue sur la cascade de plus de 50m. Sur la droite et sur la gauche, il y a deux chemins très pentus (surtout à droite) qui permettent de monter jusqu’en haut de la cascade. On redescendra de l’autre coté, ou se trouvent des escaliers… La montée prend bien une dizaine de minutes.

Sans titre

Apparemment, plus au nord, il y a une cave mais les 2km de marches jusqu’à la cave auraient été de trop pour revenir à notre bus à l’heure. On reprend le bus en sens inverse et retour à l’hotel pour une bonne douche.

Sans titre

On se dépêche pour profiter du coucher de soleil sur la ville en montant Phousi Hill la colinne au milieu de la ville ou se trouve un temples. C’est la ruée. Il doit bien y avoir 150 personnes sur les 60 mètre carrés de terrace, chacun essayant d’avoir la meilleure photo. Ca pousse et joue des coudes, ce qui nous fait redescendre un peu avant, ayant un peu marre. Le soir, on mangera dans un restaurant de la tourist street et on ira finalement se coucher vers 23h.

Sans titre

Pour notre dernier jour à Luang Prabang, je me suis réveillé très tot pour aller voir la procession des moines. Dès le levé du soleil, les moines sortent de l’enceinte des temples pour marcher le long des routes et recevoir des offrandes de la population. En effet, ces derniers subsistent grace aux dons que font chaque matin les croyants. Evidemment cette procession est très/trop touristique : certains commercants vendent de quoi donner à manger aux moines afin que les touristes puissent s’asseoir se long de la route et faire comme la population. C’est assez denaturé, mais le pire c’est surtout les photographes… Une horreur. Alors, d’un coté, il y a les chinois qui ont cette mauvaise habitude de jouer des coudes même quand il y en a pas besoin, de l’autre ceux qui n’ont pas compris que le flash à 6h du mat c’est pas vraiment ce qu’il y a de plus respectueux (c’est interdit en fait). On se croirait sur le tapis rouge de cannes mais avec des gens qui ne se respectent même pas. Dégouté, je suis parti au bout de 10min avec ma pauvre photo :

Sans titre

On avait booké, un tour d’éléphant avec l’hotel (30usd/p). Il semblerait qu’il n’y ait que 2 compagnies, qui de toute facon proposent plus ou moins la même chose. On a pris l’une d’elle pour le tour d’une demi-journée qui comprenait un tour d’éléphant (2 personnes par éléphant) et soit : une visite d’une grotte remplie de buddhas (un lieu saint dans la montagne), soit apprendre a contrôler l’éléphant avec le mahout (le dompteur). On a choisi la deuxième option et on a bien fait. Donc direction le nord de la ville pour 45min de route. On s’arrête à un village pas loin ou l’on pourra gouter dès 10h du matin du whisky local (enfin de l’eau de vie) a toutes les sauces, et ou l’on observera les femmes tisser des chales/écharpes avec des métiers à tisser en bois. Le but étant évidemment d’acheter si on veut et faire profiter la population locale (je suis reparti avec une petite écharpe).

Sans titre

On retrouve ensuite le camp des éléphants ou l’on fera donc 2 fois le même tour, une fois à deux sur un banc accrocher au dos de l’éléphant, et la deuxième, chacun avec son éléphant, assis sur son coup, les jambes derrières les oreilles (c’est loin d’être confortable, j’avais l’impression que j’allais tomber a chaque instant vu que j’étais assis sur l’équivalent des os des épaules). La partie marrante fut lorsqu’ils nous ont amené dans la rivière (Mekong) et ont demandé aux éléphants de s’asseoir dans l’eau. Bien trempés, les mahouts ont ensuite ordonnés aux éléphants de prendre de l’eau avec leur trompes et de tout nous envoyer dessus. Un conseil, pensez au maillot de bain ! Le repas nous a aussi été fourni dans le tour et le voyage de retour, qui devait se faire en bus, on l’a fait en bateau en descendant le Mekong, car on apparemment on aurait du attendre d’autres gens ce qui nous aurait retarder.

Sans titre

Cela dit, on a quand eut une petite frayeur car le moteur ne voulait pas démarrer et le capitaine a du aller sous l’eau le réparer (à l’arrache). Finalement on est rentré a temps, on a payé en vitesse notre dû à l’hotel, récupérer notre linge (qui n’avait pas eut le temps de secher, ils nous ont un peu laisser tomber sur le coup, alors qu’on avait demandé a l’avoir sec pour 14h, on est arrivé a 15h et ca sortait de la machine). Bill nous a commandé un touk touk en dernière minute et on est arrivé a l’aéroport à temps (heureusement, il n’y avait pas grande monde). On a pu même nous changer a l’aéroport (on sentait la vase du Mekong et l’éléphant…) et terminer nos LAK dans la sandwicherie.

Sans titre

Une heure plus tard, nous voila arrivés dans le nouveau terminal, tout neuf, de Hanoi. J’avais demandé a notre hotel (Hanoi Chic) de nous envoyer un chauffeur pour le trajet (20USD pour la voiture). On est donc arrivé à bon port sans encombre. Le manager plutôt bien cool, l’hotel bien placé dans la vieille ville. Personnellement je connaissais mais mon pote non, donc on est parti faire un tour du lac et on s’arrêter manger des bun ca dans un boui-boui du coin. Une fois n’est pas coutume, le patron a “fait semblant d’oublier” de me rendre toute ma monnaie … c’est un peu ce que je n’aime pas au Vietnam, ils sont souvent plus fourbes que dans n’importe quel pays d’Asie du Sud-Est. On est rentré assez tot se coucher histoire de se réveiller à l’heure pour notre bus pour la baie d’Ha Long.

Sans titre

Pour cette excursion, nous avions choisi Ethnic Travel qui m’avait été recommandé par des amis. J’avais payé en ligne la moitié (98USD/p pour 2n/1j) et le reste le matin vers 8h lors du pick-up. Ensuite 4heures de route pour rejoindre le port ou se trouve les bateaux. C’est assez impressionnant, ils sont tous dans une nouvelle marina construite récemment à cet effet.  Après un check-in auprès des autorités par le guide, on est parti, vers les coups de midi. Direction la baie d’Ha Long. Bon alors, premièrement, c’est magnifique.

Sans titre

C’est un espace immense avec que des petites montagnes qui sortent de l’eau et qui sont inhabité et plein de vegetation. Les points noirs, sont qu’ils y a beaucoup de bateaux (mais la zone est tellement grande et Ethnic Travel avait bien choisi ses endroits) et que l’eau est quand même pas très propre. On a donc naviguer tranquillement sous le soleil (qui est rare en février normalement) et on s’est arrêtés pour faire 40min de canoe kayak. Il faut donc prévoir le maillot. J’ai pu piquer une tête dans l’eau aussi rapidement. Je fut le seul, car l’eau n’était pas chaude (15/16 degrés).

Sans titre

On est ensuite aller s’ancrer dans une crique au calme. Vu que l’on était que 9 voyageur on a rapidement fait connaissance et pu discuter autour de bière le soir. Pour infos le package comprend donc le bus, le bateau et les repas (qui sont plutôt corrects) mais pas les boissons, et quand je dis les boissons je parle de tout, même l’eau. Donc assurez-vous d’avoir du cash pour payer au besoin et de prendre au moins une bouteille d’eau dans le sac. Le lendemain matin, après une soirée arrosée, ce fut réveil aux aurores pour admirer le lever du soleil, puis petit dej et hop, un saut dans le kayak pour cette fois-ci aller crapahuter dans une grotte immense pas loin de notre point d’ancrage. Mieux faut avoir prévu des bonnes chaussures qui prennent l’eau (mes converses ont pris l’eau dans le kayak et je me voyais mal prendre des tongs pour la grotte dans tous les cas). On est ensuite remonter sur le bateau. Et le bateau est reparti direction le port. En gros 24h a bord (de midi à midi). On prendra le lunch juste avant d’arriver et direction le min-van pour 4h de route, déposés dans la vieille ville près de l’agence. On est rentrer à l’hotel, fait quelques emplettes et on a pris notre diner dans le nord de la vieille ville, près des bars et ensuite on a retrouver deux britanniques qui étaient sur la même croisière que nous, pour quelques bières jusqu’à 1h du mat. Le lendemain fut un réveil aux aurores, le manager de l’hotel nous avait gentiment préparé des sandwich et booké une voiture (20USD) direction l’aéroport.

Sans titre

Budget : 5300HKD de vols, 8000/8500HKD en tout

Transport : HKExpress HK-CNX, Lao Airline CNX-LPB et LPB-HAN, Jetstar HAN-HKG

Hotel : Chana Place Chiang Mai (33USD/n), Golden Lotus Luang Prabang (43USD/n), Hanoi Chic Hotel (27USD/n), Ethnic Travel (Ha Long Bay Tour 2d/1n for 98USD/p)

Album Photo : Chiang Mai  – Luang PrabangHanoi Ha Long Bay

Advertisements

Une semaine à Bali

A Hong Kong tout comme en Chine, la principale periode de vacances est durant (à la suite) du nouvel an chinois. Ce dernier étant basé sur le calendrier lunaire, les dates changent chaque année mais pas le remplissage des avions et trains au départ de Hong Kong

Il faut donc “maliner” pour trouver des vols pas cher au tout du moins abordables en cette periode. Lorsque j’ai vu, un peu hasard, en testant HKG-DPS sur Skyscanner, un vol aller-retour en direct pour 400 euros, j’ai sauté sur l’occasion.

Denpasar (Bali) est a 5h de vol de Hong Kong et les vols direct sont soient opéré par Cathay Pacific soit Hong Kong Airlines. Ou alors il faut prendre une escale à Singapour ou Manille ou Jakarta. Mais ca, c’etait avant. Puisque Tiger Air Mandala a ouvert une ligne Hong Kong – Bali en direct. Ce qui est une bonne nouvelle. A la base Tiger Air Group est un holding Singapourienne, dont j’avais déjà pu prendre un vol avec mais pour Singapour (bien évidemment).

Bref, on a réservé nos billets dans la foulée. Coup de chance supplémentaire, les horaires du vol : départ de nuit de Hong Kong pour arriver à 7h du matin a Bali et retour vers 1:30 du mat sur Hong Kong. Ce qui nous donnait 5 jours complets ou presque pour 1 jours de congés posé. Et tout expat en contrat local en Asie comprendra de quoi je parle, quand je dis “efficience de la pose de jour de congés”.

Nous voila donc arrivés à Bali le jeudi matin, plutôt complétement crevé car étonnement, ils n’ont pas éteint les lumières dans l’avion durant les 5heures de vol de nuit… sans parler d’un A320-200 habillage low-cost (= peu des place pour les jambes).On cherche les taxis. Il semblerait qu’il n’y ait qu’un stand avec prix fixes bien élevés. Après avoir tenter de faire le tour de l’aéroport pour prendre un taxi avec le meteur qui coutrait moins cher, on finit par negocier le même prix que celui affiché (wouhou…) de 70k roupies, direction Legian et notre hôtel Ananta. Ce dernier n’est pas trop mal pour le prix (moins de 50e la nuit), avec une piscine et son bar, et le petit dejeuner buffer compris (la bouffe n’est pas folle mais ils ont fait l’effort de varier le buffet un tant soit peu).

Petit sieste et piscine avant de prendre un taxi pour notre premier temple hindu, Tanah Lot. Ce dernier est posé sur un rocher qui est englouti par les eaux à la marée haute. La vue est superbe et on a pris pas mal de photos du littoral. Cela dit, c’est assez petit et après s’être rendu aux abords qui rocher qui est n’est pas visitable, on est allé prendre un verre a l’un des bars sur la falaise. Le taxi nous avait attendu pour 30k roupies durant cette petite heure. Il nous as ramené a l’hotel. Après s’être changé, nous nous somme dirigés vers la plage. Je n’avais jamais vu une plage aussi sale de ma vie. Le sol était jonché de détritus plastiques tout comme la mer. A peine rentrés dedans, l’on sentait tous les sacs plastiques nous passer entre les pieds. En fait, on l’a appris par la suite, cela se passe que durant la saison humide ou la mer est généralement agités et ramène vers la côte tous les déchets des iles… (les locaux n’ayant pas de systèmes d’égouts et d’ordure, jettent les déchets dans les rivières… qui s’écoulent ensuite). Apparemment c’est beaucoup mieux en été (enfin cela ne règle pas le problème non plus).

On a donc marché tous le long de la plage jusqu’a Kuta dans la rue marchande de Jalan Legian, ou se trouve la plupart des magasins, bars, restaurants et boites de l’ile. On a pu voir le monument aux morts de l’attentat de 92 qui avait fait près de 200 morts. Puis on s’est rendu sur la plage pour le couché de soleil. On est reparti à pied jusqu’à l’hotel, dans la nuit presque noire. Il faut dire qu’il y a un bout de chemin entre Legian et Kuta et que faire ca a pied, nous a bien pris 2 heures aller-retour pour faire le tour de la ville.

Un tour dans la piscine, une douche et on est reparti pour aller diner dans un restaurant indonésien-chinois. Pas forcément fou, faut dire que l’on n’a pas payé cher non plus (3 euros par personne). Puis direction la baie ou l’on a trouvé un restaurant plus sympathique qui nous a servi le dessert : crêpes, banane, chocolat, glace… carrément.

Le lendemain, après un bon petit dejeuner copieux, direction le sud. Nusa Dua ou la plage est apparemment bien : Geger beach. Taxi pendant une bonne demi-heure, jusqu’à l’hotel The Mulia (enfin a gauche juste avant, entrée de la plage payante). C’est vrai que cette fois-ci, l’eau est propre et l’on en profite pour se baigner tranquillement. Les sièges privées coutent presque rien (moins que la bière en tout cas), donc on se pose, histoire de bien prendre des coups de soleil.

Puis après s’être fait jeter du Mulia alors qu’on voulait juste prendre un taxi, on repart par la ou l’on est venu. En effet, les taxi peuvent déposer sur la plage, mais ensuite ce sont des chauffeurs privée qui ramènent, avec des prix évidemment différents… On remonte donc sur la route principale a 400m pour prendre un taxi. Direction le GWK (Garuda Wisnu Kencana Cultural Park) ou se trouve une statue de Garuda et autres. On fait donc nos touristes a prendre des photos de l’immense statue du dieu Garuda et de la statut d’un aigle (j’imagine). Et, coup de bol, on tombe sur des amis de Hong Kong… comme ca, par hasard. On décide alors de continuer la journée ensemble, il faut dire qu’on avait prévu le même parcours. On passe voir le spectacle traditionnel assez marrant puis direction la cote ouest de la partie sud de Bali, vers Blue Point (près de la fameuse plage de Padang Padang ou se retrouve les surfeurs).

La vue est superbe, on décide de manger à flanc de falaise dans un petit boui-boui ou le vent ferra des siennes. Après quelques photos, le temps pressant on repart, cette fois-ci dans la voiture de nos amis, direction le spectacle du temple d’Uluwatu, la danse Kecak.

Le prix par personne n’est pas donné, mais le spectacle est assez long. C’est une histoire chantée et jouée par les homme-singes (si j’ai bien compris) avec des acteurs représentant les dieux. Un méchant, une gentille, un singe sauveur, bref. Assez atypique et finalement, cela valait le coup, malgré l’ondée que l’on s’est pris pendant 5 min. Après quelques rapides photos de la falaise et du temple perché dessus, on repart pour notre hotel. Et la… 2h pour faire les quelques 20km qui nous sépare de Legian. Il faut dire les routes sont minuscule et tout le monde prend la voiture pour se déplacer.

Le soir, on retrouve nos amis à Seminyak ou ces derniers avaient pris une villa (ils avaient je pense eu tout a faire raison, vu le prix). Seminyak semble plus calme, plus classe et l’architecture beaucoup plus sympa que Legian ou Kuta. Il faut dire c’est le St Tropez local. On dine dans un restaurant italien (… pas très original je l’accorde mais carrément bon – Trattoria). Puis direction le Ku De Ta, un café lounge très classe et sophistiqué au bord de l’eau ou les cocktails coutent 15 euros. C’est le même groupe que celui de Singapour (en haut du Marina Bay Sands) ou de Bangkok. Un groupe français ? Je n’ai pas réussi à trouver de preuve mais ca ne m’étonnerai pas. En tout cas c’est très haut de gamme et forcément plus âgé. Après un petit verre dans ce bar, on a voulu aller en voir un autre, le Potato Head Beach Club… qui franchement met lui aussi la barre très haute en terme d’architecture. Vide on n’est pas resté, on pensait que c’était une boite mais en fait ce n’est qu’un bar-lounge sur la plage (certe de qualité). On a donc trouvé de la musique et un dancefloor digne de se nom à deux pas, au Hu’u. Ici encore, les prix sont les même qu’à Hong Kong, mais on s’est bien amusé et la musique était plutôt sympa (électro).

Le lendemain, direction Ubud ou l’on passe nos deux autres nuit. Le Sri Ratih Cottages est l’établissement, certes un poil excentré mais à la décoration très sympa, mélangeant cottage et jungle avec la piscine en arrière plan. Bon ce n’est pas non plus un resort mais ca nous suffisait largement. A noté, le temps mis pour s’y rendre de facile 1h30-2h, du encore une fois aux embouteillages. Il faut dire c’était le nouvel an chinois et les touristes chinois ont l’habitude de se balader en groupe et qui dit en groupe, dit en bus et qui dit en bus… dit embouteillages vu les petites routes de Bali.

Arrivés à Ubud dans notre cottage, on profite du jour pour aller directement visiter la “Monkey Forest”, sorte de parc au centre de la petite ville, ou se trouve quelques temples et beaucoup de singes en liberté. Les arbres de la jungle du parc ont une certaines majesté mais on passe surtout son temps a regarder autour pour éviter que l’un des macaques vienne nous sauter dessus. En réalité, ils sont juste intéressés par les gateaux. Quelques photos sympa et on part faire du shopping. Je passe chez Quicksilver ou les prix ne sont pas forcément exhorbitant (30euros). Contrairement aux magasins Polo Ralph Lauren, QuickSilver et RipCurl (et les surement les autres magasins de surf) ne sont pas des fakes. En effet Ralph Lauren n’a pas la marque en Indonesie et ne produit/vend rien. Ce n’est donc que de pale copie, vendus à un prix exhorbitant. Après quelques souvenirs, une glace, direction l’hotel pour profiter de la piscine. On ressortira manger dans le centre sur la rue principale avant d’aller se coucher.

Le lendemain, on avait booké un chauffeur pour faire le tour d’une journée qui fait : les rizières en terrasses, le temple de l’eau Tirta Empul, les plantations de café/cacao, la vue sur le volcan Batur, le temple Pura Besakih et finalement le Elephant cave Goa Gajah. Ce qui s’est passé c’est que notre chauffeur, très gentil nous a baratiner un truc pour nous emmener d’abords dans un shop de peintures puis dans un autre de sculpture sur bois. Malheureusement pour lui, on n’avait besoin de rien. On est allé dans les rizières se balader, ou il faut évidemment commencer par payer le péage du gouvernement puis mettre une donation pour la fabrication du pont en bois qui permet de traverser le ruisseau… bref, mais à part ca, super jolies et très calmes. Les gens y travaillent toujours (enfin semblerait). Pour ce qui est du temple de l’eau, il est assez atypique et les plus courageux/les bon vieux touristes qui aiment le pseudo sensationnel, iront se baigner avec les locaux pour prier sous les fontaines d’eau sacrée. Ensuite viennent les plantations de cafés. En gros il y en a tout le long d’une route. L’intérêt majeur de la visite, à part si vous voulez acheter le café le plus cher du monde (Kopi Luak), est d’apprendre comment on fait le café, comment est le cacao lorsqu’il est cueilli, quelle tête a la racine de ginseng etc. Ensuite une dégustation est offerte pour tous les produits vendu sur place (Organique… oui il parait) à des prix plutôt bien élevés. Surtout que bon le café venait de Java (l’ile d’a coté) mais cela ne veut pas dire qu’il est mauvais. Quand au café le plus cher du monde, celui dont les grains sont d’abords digérer par le petit animal qu’est le Luak, il serait fait sur place.

Suivant cette visite, on est parti monter sur la colline en face du volcan Batur, qui donne une vue imprenable surtout des restaurants. Un buffet pour 8 euros, pas forcément folichon mais ce n’est pas tous les jours que l’on mange devant un volcan (toujours actif). En repartant le conducteur nous indique que l’on ne devrait pas tenter le Pura Besakih, le plus gros de tous les temples car il y a un célébration et que les embouteillages sont présent sur 30km. On a bien voulu le croire, en voyant les voitures de locaux en habit de prière revenir sur la route. Il nous a amené à un autre temple à la place dont je ne me souviens plus du nom. On a raté le principal, on n’a pas pu vérifier. En gros ca peut très être une excuse car il ne voulait pas aller si loin… Bref on ne le saura jamais. On est tout de même passer voir un “centre” ou l’on peut monter a dos d’éléphant, pour 90 usd, soit 3 fois le prix de la thailande environ, on est reparti en courant. Finalement on a visité le dernier temple, l’éléphant cave, moins bien que les précédent je trouve, rien de bien spécial a part son petit chemin dans la rizière. Le soir, on a profité de la piscine puis on est allé manger dehors.

Le lendemain, dernier jour de notre voyage, on a reprise notre chauffeur pour aller vers Sanur, sur la cote est (contrairement a Kuta sur la cote ouest). On a manger tranquillement au bords de la plage dans l’un des restaurant d’hôtel, qui courent le long de ces 5km de sable. Puis on a marché tranquillement avant de reprendre le taxi pour l’aéroport. A l’aéroport, il ne faut pas oublier d’avoir encore sur soi 150k roupie pour payer les taxes de départ (comme aux philippines).

Finalement un voyage sympa qui permet de voir pas mal de paysage, de jolis architectures et toutes sortes d’activités. Cela dit je m’attendais a quelques chose de beaucoup moins construit, plus petit, plus haut de gamme. Quand on entend parler de Bali généralement, on n’imagine pas cela aussi construit que la Thaïlande… et pourtant si, même voir pire. J’y retournerai bien, mais plutôt au nord faire de la plongée ou alors sur l’ile de Lombok a l’ouest qui est beaucoup plus calme.

Budget : 800 euros

Transport : Tiger Air Mandala (400 euros) vol direct

Hotel : Ananta Legian et Sri Ratih Cottages Ubud

Album Photo