Un week-end à Da Nang

Petit week-end à Da Nang, station balnéaire au centre du Vietnam, afin de retrouver un ami qui y vit désormais depuis quelques mois. Arrivé le vendredi soir, il m’accueille à la sortie de l’aéroport avec un petit taxi jaune (apparemment ils ont même le Wifi dans le taxi). Direction mon hotel qu’il a reservé. Petit immeuble de 5/6 étages, une chambre avec deux lits pour 12 USD/n, propre et avec la climatisation, rien besoin d’autre.

Sans titre

On partira prendre quelques bières au bord de la plage à l’hotel Holiday Beach, immanquable sur la cote est. 1,5 USD la bière environ. Après un tour sur le remblais et quelques km de marche le long de la plage, on rentrera manger un truc et dodo.

Le lendemain matin, direction le centre ville pour trouver un HSBC (en effet, je me promenais sans cash) puis degustation d’un pho épicé avec du pain de poisson dans un petit boui-boui de la ville. L’après midi se passera a boire quelques bières et discuter business et de la vie en générale, à l’ombre des palmiers. Un petit tour à la plage pour nager dans une eau très chaude avant de partir au centre ville le long de la rivière ou se trouve de nombreux bars dont le Bamboo 2 ou on retrouvera des amis locaux pour faire quelques parties de billard autour de bière locales. Bon nombre d’étrangers s’y retrouvent.

Sans titre

Après une grasse mat bien méritée, ca sera directement déjeuner assez tot dans un restaurant du bord de mer, beaucoup trop cher et pas vraiment bon à coté du Holiday Beach Hotel. Ensuite, nous partîmes en voiture pour Hoi An, la Venise vietnamienne. C’est le propriétaire de l’hotel/service apartment ou se trouve mon ami, qui nous y conduira pour 600k VND aller retour. Sur le chemin on longe tous les résorts en construction ou tout juste construit le long de la plage (sur plusieurs km). Un petit arrêt à Marble Mountain (la montagne de marbre, qui comme son nom l’indique a permis d’extraire du marbre pendant plusieurs centaines d’années). Un temple et plusieurs caves se trouve dans les montagnes. Je n’ai fait que les premiers temples et autres tours. Les couleurs sont assez atypique et je pense que ca vaut le coup d’y passer quelques heures. De mon coté, le temps étant compté (fallait visiter Hoi An dans la soirée), j’ai fait vite.

Sans titre

Après une demi-heure de plus de route on arrive à Hoi An pour le coucher de soleil. On gare le mini-van et on part a pied dans les rues de la vieille ville très charmante. Seul point noir, cette dernière a été transformé en un gigantesque supermarché puisque toutes les maisons sont maintenant soit des boutiques qui vendent plus ou moins les même produits (babioles souvenir) ou des restaurants. C’est ce qu’on imaginer d’une ville touristique mais la ca en devient assez choquant. Il faut noté qu’il faut payer pour rentrer dans la vieille ville. Enfin théoriquement puisque personne ne nous a demandé et je n’ai même pas vu les stands, cela dit, vu le nombre d’entrée et de sorties, ca parait complètement idiot. La ville est très jolie et les ponts qui traversent les canaux aussi. Mais à part les touristes et les boutiques de souvenirs… c’est dommage que ce soit à ce point car les ruelles ont beaucoup de charme. On a donc manger un plat local puis on est reparti direction Da Nang. Le soir passage rapidement chez un restaurateur français qui fait des crêpes. Bonne discussion avec les expats du coin qui sont pour beaucoup soit dans l’hôtellerie ou dans la restauration pour les resorts du coin. Le lendemain départ pour Hong Kong.

Sans titre

Budget : 3000HKD

Transport : HK Express (1600 HKD)

Hotel : un petit hotel a coté du Avatar Hotel (réservé par mon pote). 12 USD/n

Album Photo

Advertisements

Week-End à Puerto Galera, Philippines

Pour le nouvel chinois cette année, m’y étant pris au dernier moment, je n’ai pas pu partir très loin.

En effet, les prix des vols doublent sur cette période et il devient donc difficile de s’en sortir pour un prix raisonnable.
Les destinations les moins chères au départ de Hong Kong Airport sont d’habitude les suivantes (du moins cher au plus cher) : Manille, Cebu, Taipei, Chine Continentale, Kuala Lumpur, Bangkok…
La Chine continentale, c’est vraiment au cas par cas et durant le nouvel an, beaucoup de chinois rentre chez leur famille. Les prix s’envolent sur certaines destinations.
Voulant aller au moins cher, on a pris un vol pour Manille, à environ deux fois le prix habituel : 2300HKD, mais heureusement avec des horaires qui maximisent notre temps sur place.
Sachant que nous allions atterrir à Manille, j’ai cherché une station balnéaire pas trop loin, accessible par la route. Puerto Galera, sur l’ile adjacente de Mindoro, semblait pas mal pour ce week-end de 4 jours, avec apparemment des bons spots de plongée.

Le mercredi soir, nous arrivons donc a Manille, on prend un taxi pre-payé en faisant la queue. On paiera 500php environ pour rejoindre Makati ou se trouve notre auberge. Un de mes potes habite sur place et il nous emmène sur un rooftop bar, au Grand Mercy, à deux pas de l’auberge. La vue est bien, mais il fait très noir et le peu de gratte-ciels à Manille ne permet pas d’illuminer l’horizon.

2015-02-19 17.37.20

Le lendemain, réveil à midi, on prend notre petit déjeuner dans un boui-boui à coté puis taxi direction Buendia bus station. On prendra un bus bleu direction le port de Batangas pour 157php par personne. Après 1h30/2h de route, arrivé à Batangas, on se dirige vers les stands de vente de billet (à l’intérieur) pour prendre une place sur un bateau menant à Sabang beach (230php/pers environ – d’ailleurs ils nous ont pas rendu toute la monnaie, donc mieux vaut compter deux fois). 1h30 de bateau puis on arrive sur Sabang. Il faut payer 20php pour la protection de l’environnement. 150m de marche et nous voila arrivée a notre hotel qui donne sur la plage.

L’hotel est correct, avec une piscine, mais un peu cher pour les Philippines. Cela dit, ce ne fut pas le plus gros problème. En effet, c’est plutôt le public de l’hotel (voir de la station balnéaire ?). On a eut le droit a un group de coréen d’une 40aine d’années, qui se réveillaient tous les jours à 7h du mat pour jouer aux cartes sur notre terrace (partage avec le bungalow d’a coté) en gueulant, tout en attendant leur copines (payantes) qui arrivaient tous les jours à 9h.

La plage elle-même n’est pas une vrai plage, c’est plutot un port pour les barques des shop de plongée. En même temps, c’est pour ca que j’avais choisi ce spot, pour aller plongée.
Le premier soir, on fait le tour de Sabang. Premiere chose à faire, retirer du cash et il y a 2 ATM seulement sur un rayon de 30km, un à Sabang et un dans la vieille ville de Puerto Galera. Les deux acceptent les cartes Visa/Mastercard, mais pas de Union Pay… Ensuite on part manger dans un des restaurants avec terrace au bord de l’eau. Pour une fois aux philippines, la nourriture est pas mal (ce n’est pas souvent). Le service est toujours très lent et il manque toujours un ou deux trucs comparé à ce qui est écrit sur le menu, mais finalement les plats étaient très bons.
Le lendemain, pas de chance, il pleut un peu. Alors on se balade dans Sabang puis on décide d’aller voir White Beach, qui se trouve à 30min de tricycle. On essaye de négocier mais n’arrivant pas à un prix honnête, on prend un Jeepney pour Puerto Galera pour 20php/pax puis on prendra deux tricycles à Puerto Galera pour White Beach pour 120php/tricycle.

2015-02-20 14.05.49

La plage est belle (sable blanc) et fait quelques centaines de mètre de long. Il y a tout plein de restaurants tout le long et des activités nautiques (jetski, banane, paraglide…) à foison, mais très peu de diving shop en comparaison. Cela dit, on aurait mieux faire de rester dormir à cette endroit.
On a mangé un plat local sur la plage et on est tombé sur des amis de Hong Kong venus en groupe visiter à la même période. On décide d’aller faire du jetski. 1000php pour 30 min, deux personnes sur le jetski (15min chacun, ce qui suffit). Et la c’est bien cool. On a un bon jetski qui trace bien et on peut voir un morceau de la cote, avec la plage d’a coté qui est déserte et qui a l’air très sympa.

Après ce tour de jetski, on est rentré a Sabang pour le diner en reprenant deux tricycle négociés d’une main de fer pour 400php (ou 450).
Le soir on ira manger un BBQ coréen aussi bon que dans un vrai restaurant coréen avec tout les banchan et autre coupelles de kimchi obligatoires, sans oublier le soju. Il manquait juste de la bière coréenne importé. On est ensuite aller faire le tour des bars de la ville pour essayer de trouver un club où l’on pouvait danser, nommé The Venue. On a terminé par faire un billard dans un des bars 24/24 au bord de la baie.

Le lendemain, petit dej tranquillement puis direction pour moi, vers un shop de plongée. J’ai choisi Big Apple Dive qui pratiquait des prix un peu plus faibles que la concurrence (2200php au lieu de 2500) pour la plongée dite de Discovery. En effet, je n’ai jamais eu le temps de passer le premier niveau de plongé Open Water de PADI (certification américaine) ce qui fait, que je n’ai accès que au dive de découverte avec un instructeur. Alors m’etant renseignés, on m’avait dit que j’aurai une plongée de 12m, pas trop loin (mais semblerait en prenant le bateau). In fine, la plongée s’est faites dans la baie. Les rappels sont fait dans 1.5m d’eau, mais je pensais prendre le bateau… perdu, on est en fait parti de la plage. Alors il y a des coraux et des poissons, j’en ai même vu quelques uns que je n’avais jamais vu mais a 6m des profondeur, avec des coraux assez épars, ca impressionne pas beaucoup (surtout comme dans mon cas, c’est la 3e plongée découverte). Apparemment il y a des spots très sympa, mais il faut soit : passer son Open Water, soit l’avoir et partir en dive classique. Mon instructeur était britannique, cela faisait plus de 20 ans qu’il vivait dans la région, très sympa, mais je le soupçonne d’avoir cherché la facilité en ne prenant pas de bateau pour faire un meilleur spot (ce qui coute en gasoil).

2015-02-21 16.03.57

Mes potes étant partis à White Beach pour bronzer, je retourne donc sur l’allé principale de Sabang pour trouver un tricyle. Au final, je suis monté a l’arrière d’une moto pour 200php. Mieux vaut pas avoir froid au yeux, parce qu’évidemment le casque… c’est en option (une bonne partie de la route), et dans la montagne…
Après avoir retrouvé mes compatriotes sur la plages, on mangera dans un très bon restau tout au bout de la plage. Petite bière, puis rebelotte, un tour de jetski. Cette fois-ci, pas le même jet, et mon pote étant un peu plus lourd (180kg à nous deux sur le jetski environ), la balade a été mouvementé. On a failli prendre l’eau et on s’est même fait ejecté au moment ou jai voulu tourner alors qu’une vague nous a surpris. Plus de peur que de mal, évidemment, sautant sur l’occasion ils nous ont demandé de rentrer, ce que l’on a pas fait, il nous restait quasiment 10min de jetski (non mais oh !).

Le soir, retour sur Sabang, degustation d’un bon plat dans le steakhouse local tenu, par semblerait, un expat (bonne quantité et bonne bouffe encore une fois).
Finalement, la soirée se terminera calmement au billard.
Lendemain, depart. Petit déjeuner rapide, puis on prend le bateau plein à craquer (ca en devient plus ou moins inconfortable). Mais le pire c’est surtout la houle. Le bateau n’avance pas et ca craque de partout. On sent le stress monter. Surtout, que même si la traversé n’est que d’une heure et demi, bon nombre des gens (surtout les locaux) ne savent pas nager. Et lorsque l’on des matelot distribue des gilets de sauvetage pour éponger les bancs qui ont pris l’eau qui a passé par dessus, certaines paniquent et demande leur propre gilets au plus vite. Finalement plus de peur que de mal, mais j’imagine que durant un temps mauvais, personne ne veut prendre le bateau. On reprend ensuite notre bus pour manille ou on profitera d’un film local avec le son à fond (une horreur, j’ai cru devenir sourd) pendant 2h.

L’après-midi se passera a Fort Bonifacio, l’un des quartier chic qui s’est construit sur les 20 dernières année, avec un petit air aseptisé de Singapour. Ou l’on trouve tours résidentielles de luxe, banque et un mall avec son parc. Très sympa. On passera la nuit chez une amie en attendant notre vol au petit matin direction Hong Kong.

Budget : 400 euros

Transport : Cebu Pacific (2300HKD HKG-MNL)

Hotel : Hilik Boutique Hotel (286HKD/n) et Seashore Beach Resort Sabang (1300HKD/ 3n)

Album Photo

Un week-end à Busan au sud de la Corée

Petit break à Busan, deuxième ville de Corée du Sud.

Busan se trouve au sud-est de la péninsule, c’est la plus grosse ville après Seoul et la principale station balnéaire de Corée (après Jeju island). En effet, elle se trouve le long de la cote, juste en face du Japon, possédant plusieurs plages éparpillées dans la ville.

Haeundae Beach

J’y suis donc parti pour visiter la ville. J’ai pris un hôtel a Haeundae, ou se trouve la plus belle plage. Beaucoup d’hôtel et de restaurant dans le coin, cela dit le temps était un peu maussade. J’ai retrouvé une amie sur place et on s’est donc baladé pour visiter la cote. Parti de la plage de Haeundae, on a longé la cote vers la presqu’ile de Dongbaek, passant près de la statue de la petite sirène (fable coréenne notable, copié sur celle de Copenhague ?), puis du siège de l’APEC, pour se retrouver en face d’immense tours résidentielles construite pour accueillir à la fois les résidents et les touristes durant l’été. Très modernes, ces skyscrapers, coupe un peu avec l’architecture de la ville aux alentours. On a continué notre chemin le long de la cote pour rejoindre la deuxième plage principale de Gwangalli, très grande et bien entretenue, qui donne une vue sur le pont du même nom qui propose un show de lumière tous les soirs. Après avoir longé tout la cote, on est parti se perdre dans les petites rues derrière la plage pour finalement renter dans un barbecue spécialisé dans le “Eonyang Bulgogi”. Pour faire simple, c’est de la viande de boeuf préparé façon bulgogi (mais “oldschool” apparemment) que l’on met au barbecue. C’est délicieux. Après ce bon repas, on est reparti à pied pour une marche digestive. On est allé faire un tour à la micro fête foraine du coin puis on s’est enfilé des grosses gelato bien mérité après les kilomètres de marche de la journée.

Gamcheon

Le lendemain, on prend le métro pour aller visiter le mémorial des Nations Unies, érigé en souvenir des soldats qui sont tombés durant la guerre de Corée et qui n’ont pu avoir de tombes. Le mémorial est donc géré par des soldats de l’ONU. Ils veillent à ce que les gens qui y rentre soient correctement habillés pour ce lieu de respect. Le soldat m’a aussi demandé mon pays, j’imagine soit pour des fins statistiques ou peut-être parce que les pays non adhérents ne peuvent y entrer… mystère. Ensuite on a pris un taxi pour mon coup de coeur du week-end, le quartier de Gamcheon (Cultural Village), dit le Santorin de l’est. Il faut savoir que durant la guerre de Corée, les communistes avaient pris plus de 75% de la Corée et les coréens du sud (on va dire) qui ont fuit leur terres à l’époque, se sont rassemblé autour de Busan, seul bastion protégé par les USA qui avait subsisté à l’envahisseur. Ils vivaient donc dans des bidonvilles qui sont restés tel quel durant plusieurs décennies le temps que la Corée se transforme économiquement. Le quartier de Gamcheon était l’un des bidonvilles de Busan. Cependant au lieu de le raser pour en faire des tours, le village a été gardé et les habitations reconstruites en dur et de multiple couleurs, ce qui donne un village magnifique à flanc de colline ou bon nombre d’artistes s’adonne à la creation pour les visiteurs. On a donc déambulé dans ce quartier, pris quelques photos et visiter les quelques maison-attractions puis on est descendu tout en bas du village pour prendre un bus direction le vieux centre de Busan et son fameux marché de poisson Jagalchi.

Jagalchi Market

Les poissons et autres crustacés sont vendus à deux pas du port d’ou arrivent les bateaux des pêcheurs au petit matin. Il y a donc des calamar vivant à tester. C’est la spécialité du coin, manger des tentacules qui bougent encore dans la bouche et s’accroche au parois du palais, quitte a presque s’étouffer, j’ai évité. On a continué a pied jusqu’au Lotte department store qui se trouve a 500m du marché pour monter sur le toit. Il y a une vue à presque 360 degrés à la fois sur le port et sur les montagnes qui entourent la ville. Le soir on décide d’aller manger dans le “nouveau centre”, plus animé de Seomyeon qui ressemble plus à un Gangnam, rempli de restaurant. Pour ce diner (à 18h) on est allé faire un  spicy chicken-fried rice.  Une plaque chaude avec du poulet et des légumes (dont du kimchi) le tout bien épicé avec le chili coréen habituel, auquel on rajoute par la suite en option, du riz ou des nouilles (il vaut mieux, c’est quand même bien épicé). Un petit tour dans le quartier puis on est rentré sur Haeundae. Le soir, ayant encore une petite faim (c’est ca de manger trop tot), on est reparti sur le bord de mer pour se faire un soju + chimek (du soju, de la bière et du poulet fris… un délice).

Busan

Dernier jour, réveil difficile du au soju … direction Seomyeon pour y déposer mon sac dans un locker puis ligne 1 vers Beomeosa. Le temple du même nom se trouve en haut de la montagne. C’est un très joli temple bouddhiste qui propose même aux plus aventureux des retraites avec les moines pour vivre comme eux pendant quelques jours. Sur la gauche du temple est le depart d’un chemin de randonnée qui monte tout en haut de la montagne et possède plusieurs points de vue sur la ville de Busan. Malheureusement, limités en temps et n’ayant pas du tout les chaussures adéquates, on a fait qu’une heure et demi de randonnée jusqu’à la “porte nord”. Il faut dire que ca monte et vu la pluie les rocs étaient un peu glissant. Une petite promenade de santé quand même. Le soir avant de repartir on est allé manger à Seomyeon des nouilles froides avec du bulgogi, puis direction l’aéroport de Gimhae qui est accessible en métro en 35min.

Beomeosa

Se balader à busan : le bus et le métro accepte la T-money card, celle utilisée à Seoul, cependant il faut la recharger dans un convenience store car les machines du métro ne le permette pas. Pour les bus on bip a l’entée et la sortie.

Budget : 450 euros

Transport : Air Busan (270 euros)

Hotel : Haeundae On Hotel (75e/n)

Album Photo

Petit week-end à Panglao, Bohol aux Philippines

Ayant un de mes potes de France venant me voir à Hong Kong pour deux semaines, on a décidé de prendre un week-end pour partir visiter ensemble une destination asiatique. On a choisi les Philippines et plus particulièrement Cebu.
Enfin Cebu… ce fut notre aéroport d’arrivée mais on y allait pour rejoindre l’ile de Bohol et plus particulièrement sa petite soeur, l’ile de Panglao, station balnéaire bien connue.

C’est donc samedi matin, aux aurores que l’on se lève pour aller prendre l’avion, direct Cebu Pacific pour … Cebu. Un taxi direction le ferry. Deux compagnies : OceanJet et SuperCat. La première a plus d’horaires de ferry que l’autre. Je n’ai pas retenu tous les horaires mais ils sont disponibles sur internet. Le port de destination pour Bohol est Tagbilaran, et le billet coute 500 php pour un aller et 800 pour l’aller retour mais il faut connaitre son horaire de retour.

Après 2h de bateau, on arrive a Tagbilaran city. Évidemment chaque taxi/tricycle pratique ses propre tarif à la tête du client. On négociera 250php pour aller a Alona Beach ou se trouve notre hotel. Presque 45min de tricycle pour se rendre à notre hotel, le Harmony. On a gardé la carte du chauffeur et on a bien fait car on a pu faire le retour pour le même prix alors que l’hotel nous demandait 600php.

La fin d’après midi nous l’avons passé dans la piscine et a se balader sur le bord de la plage. La plage n’est pas très grande ni très longue (800m) et bon nombre de touts sont la pour vous vendre le même package que partout. On a mangé notre diner les pieds dans le sable blanc.
Le lendemain, premier vrai jour, on se lève un peu, tard on fait un tour a Alona Beach pour manger et on part en recherche d’un centre de plongé par trop cher pour faire un dive, dit de “discovery”. Un baptême en fait, vu que c’est la seule chose disponible pour ceux n’ayant pas de diplôme PADI. Environ 3200php par personne. On a vu des prix entre 2800 et 3500. Celui que l’on a pris a 3200php avait des instructeurs français avec qui on a discuté, cela nous a rassuré pour partir plonger, surtout que c’était la première fois pour mon pote. Après manger, on retourne donc au centre de plongé pour faire la partie théorique, puis premier essais avec bouteille dans 1m50 d’eau au bord de la plage. On part donc en bateau au bord d’une espèce de falaise sous-marine ou il y a donc 10-15m de profondeur et des coraux à observer. J’ai pris la GoPro de mon pote et je me suis amusé a nager dans tous les sens afin d’essayer de faire une video correcte. On a pu quelques poissons sympas (dont nemo). Au final, c’est moi qui a consommé le plus d’air. Mais tout s’est bien passé et ca m’a redonné envie de plonger. Un jour je ferai mon OpenWater.
Après cette plongée on a pris la petite bière nécessaire et on reparti a l’hotel avant de revenir diner.

Le lundi, on avait booké un tour de l’ile de Bohol avec chauffeur pour 2500php (sans les entrées). Notre chauffeur nous emmène donc voir plusieurs choses : les tarsiers, ce petit mammifère qui a servi d’inspiration pour le film E.T., les chocolate hills, ces montagnes en forme de petits domes de “chocolate” (que l’on a fait sous la pluie), la forêt faite par l’homme (ou les arbres sont parfaitement alignés), un mini-musée sur les papillons, un restaurant sur l’eau avec buffet et chanson à la clef, une tyrolienne a couper le souffle (pas mal, même si un peu chère), l’église la plus vieille de l’ile construire par les hispaniques, un monument ériger pour le pacte passé entre les hispaniques et les philippins au temps des colonisations.
Le soir, on passera faire un tour a la piscine et on mangera au bord de l’eau.

Le mardi, levés aux aurores (5h30) pour prendre un bateau qui nous emmènent voir des groupes de dauphins qui “s’échauffent” dans les eaux au large de la petit ile de Balicasag. On était environ une dizaine de bateau autour du banc de dauphins mais ca n’avait pas l’air de les déranger, ils sautaient un peu partout en groupe, passant sous les bateaux.
Ensuite petite pause sur l’ile chez les copains du capitaines ou l’on recupère (payant) un masque (pas très étanche malheureusement) et des palmes pour aller faire du snorkeling par 1m50 d’eau dans les coraux. Alors la zone est délimitée (et il faut apparemment payer une eco-taxe pour en profiter) mais la partie la plus intéressante est évidemment après les boués ou se trouve la falaise sous-marine et ou il y a plus de poissons (plus profond aussi). On a eu la chance de tomber sur deux tortues de mer qui passaient par la.
Ensuite on reprend le bateau pour aller sur un banc de sable au milieu de la mer et ou se trouve une ile privée. Sur ce banc de sables, rien à part des étoiles de mer et des vendeurs de jus de noix de coco.
On rentrera sur Alona Beach ou on fera trempette avant de check-out et de manger un truc pour repartir prendre le ferry de 15h. On reprendra notre touk touk. On est arrivé 5min avant le depart mais on a eu notre ferry.

A Cebu city, on prendra un taxi pour notre hotel, le Best Western Lex Plus qui se trouve dans le centre ville. Assez crevés, on a juste faire un tour dans la piscine sur le rooftop de l’hotel et on a mangé pour pas trop cher dans l’hotel lui-même un bon petit repas.
Le mercredi, départ a 4h30 de l’hotel pour l’aéroport, direction Hong Kong.

Budget : 400 euros

Transport : Cebu Pacific (130euros), OceanJet (1000php)

Hotel : Harmony Hotel Panglao, Best Western Lex Plus Cebu

Album Photo

Une semaine à Bali

A Hong Kong tout comme en Chine, la principale periode de vacances est durant (à la suite) du nouvel an chinois. Ce dernier étant basé sur le calendrier lunaire, les dates changent chaque année mais pas le remplissage des avions et trains au départ de Hong Kong

Il faut donc “maliner” pour trouver des vols pas cher au tout du moins abordables en cette periode. Lorsque j’ai vu, un peu hasard, en testant HKG-DPS sur Skyscanner, un vol aller-retour en direct pour 400 euros, j’ai sauté sur l’occasion.

Denpasar (Bali) est a 5h de vol de Hong Kong et les vols direct sont soient opéré par Cathay Pacific soit Hong Kong Airlines. Ou alors il faut prendre une escale à Singapour ou Manille ou Jakarta. Mais ca, c’etait avant. Puisque Tiger Air Mandala a ouvert une ligne Hong Kong – Bali en direct. Ce qui est une bonne nouvelle. A la base Tiger Air Group est un holding Singapourienne, dont j’avais déjà pu prendre un vol avec mais pour Singapour (bien évidemment).

Bref, on a réservé nos billets dans la foulée. Coup de chance supplémentaire, les horaires du vol : départ de nuit de Hong Kong pour arriver à 7h du matin a Bali et retour vers 1:30 du mat sur Hong Kong. Ce qui nous donnait 5 jours complets ou presque pour 1 jours de congés posé. Et tout expat en contrat local en Asie comprendra de quoi je parle, quand je dis “efficience de la pose de jour de congés”.

Nous voila donc arrivés à Bali le jeudi matin, plutôt complétement crevé car étonnement, ils n’ont pas éteint les lumières dans l’avion durant les 5heures de vol de nuit… sans parler d’un A320-200 habillage low-cost (= peu des place pour les jambes).On cherche les taxis. Il semblerait qu’il n’y ait qu’un stand avec prix fixes bien élevés. Après avoir tenter de faire le tour de l’aéroport pour prendre un taxi avec le meteur qui coutrait moins cher, on finit par negocier le même prix que celui affiché (wouhou…) de 70k roupies, direction Legian et notre hôtel Ananta. Ce dernier n’est pas trop mal pour le prix (moins de 50e la nuit), avec une piscine et son bar, et le petit dejeuner buffer compris (la bouffe n’est pas folle mais ils ont fait l’effort de varier le buffet un tant soit peu).

Petit sieste et piscine avant de prendre un taxi pour notre premier temple hindu, Tanah Lot. Ce dernier est posé sur un rocher qui est englouti par les eaux à la marée haute. La vue est superbe et on a pris pas mal de photos du littoral. Cela dit, c’est assez petit et après s’être rendu aux abords qui rocher qui est n’est pas visitable, on est allé prendre un verre a l’un des bars sur la falaise. Le taxi nous avait attendu pour 30k roupies durant cette petite heure. Il nous as ramené a l’hotel. Après s’être changé, nous nous somme dirigés vers la plage. Je n’avais jamais vu une plage aussi sale de ma vie. Le sol était jonché de détritus plastiques tout comme la mer. A peine rentrés dedans, l’on sentait tous les sacs plastiques nous passer entre les pieds. En fait, on l’a appris par la suite, cela se passe que durant la saison humide ou la mer est généralement agités et ramène vers la côte tous les déchets des iles… (les locaux n’ayant pas de systèmes d’égouts et d’ordure, jettent les déchets dans les rivières… qui s’écoulent ensuite). Apparemment c’est beaucoup mieux en été (enfin cela ne règle pas le problème non plus).

On a donc marché tous le long de la plage jusqu’a Kuta dans la rue marchande de Jalan Legian, ou se trouve la plupart des magasins, bars, restaurants et boites de l’ile. On a pu voir le monument aux morts de l’attentat de 92 qui avait fait près de 200 morts. Puis on s’est rendu sur la plage pour le couché de soleil. On est reparti à pied jusqu’à l’hotel, dans la nuit presque noire. Il faut dire qu’il y a un bout de chemin entre Legian et Kuta et que faire ca a pied, nous a bien pris 2 heures aller-retour pour faire le tour de la ville.

Un tour dans la piscine, une douche et on est reparti pour aller diner dans un restaurant indonésien-chinois. Pas forcément fou, faut dire que l’on n’a pas payé cher non plus (3 euros par personne). Puis direction la baie ou l’on a trouvé un restaurant plus sympathique qui nous a servi le dessert : crêpes, banane, chocolat, glace… carrément.

Le lendemain, après un bon petit dejeuner copieux, direction le sud. Nusa Dua ou la plage est apparemment bien : Geger beach. Taxi pendant une bonne demi-heure, jusqu’à l’hotel The Mulia (enfin a gauche juste avant, entrée de la plage payante). C’est vrai que cette fois-ci, l’eau est propre et l’on en profite pour se baigner tranquillement. Les sièges privées coutent presque rien (moins que la bière en tout cas), donc on se pose, histoire de bien prendre des coups de soleil.

Puis après s’être fait jeter du Mulia alors qu’on voulait juste prendre un taxi, on repart par la ou l’on est venu. En effet, les taxi peuvent déposer sur la plage, mais ensuite ce sont des chauffeurs privée qui ramènent, avec des prix évidemment différents… On remonte donc sur la route principale a 400m pour prendre un taxi. Direction le GWK (Garuda Wisnu Kencana Cultural Park) ou se trouve une statue de Garuda et autres. On fait donc nos touristes a prendre des photos de l’immense statue du dieu Garuda et de la statut d’un aigle (j’imagine). Et, coup de bol, on tombe sur des amis de Hong Kong… comme ca, par hasard. On décide alors de continuer la journée ensemble, il faut dire qu’on avait prévu le même parcours. On passe voir le spectacle traditionnel assez marrant puis direction la cote ouest de la partie sud de Bali, vers Blue Point (près de la fameuse plage de Padang Padang ou se retrouve les surfeurs).

La vue est superbe, on décide de manger à flanc de falaise dans un petit boui-boui ou le vent ferra des siennes. Après quelques photos, le temps pressant on repart, cette fois-ci dans la voiture de nos amis, direction le spectacle du temple d’Uluwatu, la danse Kecak.

Le prix par personne n’est pas donné, mais le spectacle est assez long. C’est une histoire chantée et jouée par les homme-singes (si j’ai bien compris) avec des acteurs représentant les dieux. Un méchant, une gentille, un singe sauveur, bref. Assez atypique et finalement, cela valait le coup, malgré l’ondée que l’on s’est pris pendant 5 min. Après quelques rapides photos de la falaise et du temple perché dessus, on repart pour notre hotel. Et la… 2h pour faire les quelques 20km qui nous sépare de Legian. Il faut dire les routes sont minuscule et tout le monde prend la voiture pour se déplacer.

Le soir, on retrouve nos amis à Seminyak ou ces derniers avaient pris une villa (ils avaient je pense eu tout a faire raison, vu le prix). Seminyak semble plus calme, plus classe et l’architecture beaucoup plus sympa que Legian ou Kuta. Il faut dire c’est le St Tropez local. On dine dans un restaurant italien (… pas très original je l’accorde mais carrément bon – Trattoria). Puis direction le Ku De Ta, un café lounge très classe et sophistiqué au bord de l’eau ou les cocktails coutent 15 euros. C’est le même groupe que celui de Singapour (en haut du Marina Bay Sands) ou de Bangkok. Un groupe français ? Je n’ai pas réussi à trouver de preuve mais ca ne m’étonnerai pas. En tout cas c’est très haut de gamme et forcément plus âgé. Après un petit verre dans ce bar, on a voulu aller en voir un autre, le Potato Head Beach Club… qui franchement met lui aussi la barre très haute en terme d’architecture. Vide on n’est pas resté, on pensait que c’était une boite mais en fait ce n’est qu’un bar-lounge sur la plage (certe de qualité). On a donc trouvé de la musique et un dancefloor digne de se nom à deux pas, au Hu’u. Ici encore, les prix sont les même qu’à Hong Kong, mais on s’est bien amusé et la musique était plutôt sympa (électro).

Le lendemain, direction Ubud ou l’on passe nos deux autres nuit. Le Sri Ratih Cottages est l’établissement, certes un poil excentré mais à la décoration très sympa, mélangeant cottage et jungle avec la piscine en arrière plan. Bon ce n’est pas non plus un resort mais ca nous suffisait largement. A noté, le temps mis pour s’y rendre de facile 1h30-2h, du encore une fois aux embouteillages. Il faut dire c’était le nouvel an chinois et les touristes chinois ont l’habitude de se balader en groupe et qui dit en groupe, dit en bus et qui dit en bus… dit embouteillages vu les petites routes de Bali.

Arrivés à Ubud dans notre cottage, on profite du jour pour aller directement visiter la “Monkey Forest”, sorte de parc au centre de la petite ville, ou se trouve quelques temples et beaucoup de singes en liberté. Les arbres de la jungle du parc ont une certaines majesté mais on passe surtout son temps a regarder autour pour éviter que l’un des macaques vienne nous sauter dessus. En réalité, ils sont juste intéressés par les gateaux. Quelques photos sympa et on part faire du shopping. Je passe chez Quicksilver ou les prix ne sont pas forcément exhorbitant (30euros). Contrairement aux magasins Polo Ralph Lauren, QuickSilver et RipCurl (et les surement les autres magasins de surf) ne sont pas des fakes. En effet Ralph Lauren n’a pas la marque en Indonesie et ne produit/vend rien. Ce n’est donc que de pale copie, vendus à un prix exhorbitant. Après quelques souvenirs, une glace, direction l’hotel pour profiter de la piscine. On ressortira manger dans le centre sur la rue principale avant d’aller se coucher.

Le lendemain, on avait booké un chauffeur pour faire le tour d’une journée qui fait : les rizières en terrasses, le temple de l’eau Tirta Empul, les plantations de café/cacao, la vue sur le volcan Batur, le temple Pura Besakih et finalement le Elephant cave Goa Gajah. Ce qui s’est passé c’est que notre chauffeur, très gentil nous a baratiner un truc pour nous emmener d’abords dans un shop de peintures puis dans un autre de sculpture sur bois. Malheureusement pour lui, on n’avait besoin de rien. On est allé dans les rizières se balader, ou il faut évidemment commencer par payer le péage du gouvernement puis mettre une donation pour la fabrication du pont en bois qui permet de traverser le ruisseau… bref, mais à part ca, super jolies et très calmes. Les gens y travaillent toujours (enfin semblerait). Pour ce qui est du temple de l’eau, il est assez atypique et les plus courageux/les bon vieux touristes qui aiment le pseudo sensationnel, iront se baigner avec les locaux pour prier sous les fontaines d’eau sacrée. Ensuite viennent les plantations de cafés. En gros il y en a tout le long d’une route. L’intérêt majeur de la visite, à part si vous voulez acheter le café le plus cher du monde (Kopi Luak), est d’apprendre comment on fait le café, comment est le cacao lorsqu’il est cueilli, quelle tête a la racine de ginseng etc. Ensuite une dégustation est offerte pour tous les produits vendu sur place (Organique… oui il parait) à des prix plutôt bien élevés. Surtout que bon le café venait de Java (l’ile d’a coté) mais cela ne veut pas dire qu’il est mauvais. Quand au café le plus cher du monde, celui dont les grains sont d’abords digérer par le petit animal qu’est le Luak, il serait fait sur place.

Suivant cette visite, on est parti monter sur la colline en face du volcan Batur, qui donne une vue imprenable surtout des restaurants. Un buffet pour 8 euros, pas forcément folichon mais ce n’est pas tous les jours que l’on mange devant un volcan (toujours actif). En repartant le conducteur nous indique que l’on ne devrait pas tenter le Pura Besakih, le plus gros de tous les temples car il y a un célébration et que les embouteillages sont présent sur 30km. On a bien voulu le croire, en voyant les voitures de locaux en habit de prière revenir sur la route. Il nous a amené à un autre temple à la place dont je ne me souviens plus du nom. On a raté le principal, on n’a pas pu vérifier. En gros ca peut très être une excuse car il ne voulait pas aller si loin… Bref on ne le saura jamais. On est tout de même passer voir un “centre” ou l’on peut monter a dos d’éléphant, pour 90 usd, soit 3 fois le prix de la thailande environ, on est reparti en courant. Finalement on a visité le dernier temple, l’éléphant cave, moins bien que les précédent je trouve, rien de bien spécial a part son petit chemin dans la rizière. Le soir, on a profité de la piscine puis on est allé manger dehors.

Le lendemain, dernier jour de notre voyage, on a reprise notre chauffeur pour aller vers Sanur, sur la cote est (contrairement a Kuta sur la cote ouest). On a manger tranquillement au bords de la plage dans l’un des restaurant d’hôtel, qui courent le long de ces 5km de sable. Puis on a marché tranquillement avant de reprendre le taxi pour l’aéroport. A l’aéroport, il ne faut pas oublier d’avoir encore sur soi 150k roupie pour payer les taxes de départ (comme aux philippines).

Finalement un voyage sympa qui permet de voir pas mal de paysage, de jolis architectures et toutes sortes d’activités. Cela dit je m’attendais a quelques chose de beaucoup moins construit, plus petit, plus haut de gamme. Quand on entend parler de Bali généralement, on n’imagine pas cela aussi construit que la Thaïlande… et pourtant si, même voir pire. J’y retournerai bien, mais plutôt au nord faire de la plongée ou alors sur l’ile de Lombok a l’ouest qui est beaucoup plus calme.

Budget : 800 euros

Transport : Tiger Air Mandala (400 euros) vol direct

Hotel : Ananta Legian et Sri Ratih Cottages Ubud

Album Photo

Un week-end a Sanya

Un week ralongé, histoire de faire une pause à Sanya, plus grande ville de l’ile de Hainan (Haina Dao), en RP de Chine. J’avais eu envie d’y aller pour voir ce que donnait le “Hawaï chinois”. Oui oui, c’est comme ca qu’il le vende.

Alors le truc c’est qu’il y a 4 grand spots, les principales baies, ou se trouve tous les hotels/resorts. On était sur Yalong Bay, la plus grande et la plus “western”, au Cactus Resort. Pas forcément très rempli, mais au moins plus que les autres d’à coté, il faut dire que début novembre est tout juste le début de la haute saison. Cependant, l’ile profite d’un climat presque constant sur toute l’année, mis à part la saison de la mousson en automne.

La ville est donc une station balnéaire composée de 4 grandes plages ou se concentrent les resorts. Les touristes restent généralement bloqué entre la piscine de l’hotel, le restaurant de l’hotel et la plage… Entre les touristes russes et les touriste chinois du continent, nous étions les seuls français dans l’hotel, voir même la ville entière.

Alors oui le “Hawai chinois” car il fait beau, apparemment tous les riches font construire, il y a même une nouvelle ile avec 4 tours sublimes, dont les apparts ont été vendus pour des tarifs hallucinant… Il doit surement y avoir aussi des marina pour les Yachts et des maisons de folies aux alentours. Mais cela n’a que très peu d’intérêts de toute manière.

La vieille ville, une ville chinoise classique ne voit que peu de touristes. Chacun profitant des activités des hôtels proposées à des prix exorbitant (pour la Chine). Mais bon vu qu’il n’y a QUE des resorts et même pas de bar/restaurant (tout du moins sur Yalong), pas le choix, il faut soit prendre un taxi pour la ville, soit manger pour 20 euros un buffet vraiment pas extra.

Vu qu’il  n’y a pas grand chose a visiter culturellement parlant… On a été un peu fainéants et on est resté a l’hôtel. Même pas de jetski vu le tarif (autant qu’en France)… Donc piscine, massage et sorties en ville le soir.

Pourtant il y a bien quelques attractions à faire comme les temples de Nanshan (qui ont 20 ans) a l’ouest de la ville avec la statue, les sources d’eau chaudes accessible dans un espace de parc d’attraction au nord ou encore l’ile de Wuzhizhou au nord-est qui ne possède que des hôtels aussi. Mais comme tout se trouve super loin et que ce qu’on a lu sur internet ne nous a pas trop enchanté… on est resté a la piscine.

Par contre on est allé tester la nightlife de la ville. Bon 700 000 habitants c’est “pas beaucoup” mais il y avait quelques clubs. Bar Street qui se trouve exactement ici (demander Yuya Lu) comprend les principaux bars et clubs de la ville. Et franchement il n’y en a pas beaucoup. On a pas testé tout mais on a fait un tour, le seul club qui nous a parru plutot classique ou on est allé deux nuits de suite était le MJ club. Sinon le Soho est je pense un club de la chaine, vu qu’a Shenzhen il y a exactement le meme club, avec que des tables en bois et 2 podium pour danser. Donc MJ Club à conseiller si besoin, mais par contre assez tot. Tout ferme vers 3h et dès 22h tout est rempli. Les prix sont très correct pour la chine (40e pour bouteille, soft et snacks… ca vaut le coup).

Bon au final rien d’extraordinaire pour ce week-end. On s’est bien reposé et on a fait un peu la fete. Je ne retournerai certainement pas a Sanya, surtout vu les prix et ce qu’il y a a faire… Mais ca peut etre bien pour un week-end tranquille dans un bel hotel, à condition d’y mettre le prix (ou d'avoir des codes promo hotels.com). Bref il y a mieux et surtout moins cher pas si loin, comme les Philippines je pense.

Budget : 300 euros pour le package vol + hotel. Proche des 450 euros tout compris.

Transport : Hong Kong Airlines pour le vol et exclusivement taxi pour le reste

Hotel : Cactus Resort à Yalong Bay

Album photo

Une semaine en Thailande : Pattaya, Bangkok et la full moon party de Koh Phangan

Profitant des nombreux jours férié du calendrier Hong-Kongais, je suis parti en direction de la Thaïlande, pour la deuxième fois.

Cette fois-ci, le but principal était de visiter la capitale, Bangkok. Cependant, vu que l’on attendait un pote pour commencer la visite de BKK, on est parti faire quelques jours à Pattaya, station balnéaire bien connue à une heure et demi de la capitale.

Arrivée en Thailande, on a passé une nuit dans un hotel près de l’aéroport (le Rafael Mansion Bangkok Airport). Le lendemain matin on a pris un taxi qui nous a emmené pour un peu moins de 1100 baht (26e) directement à Pattaya. Une bonne heure et demi de trajet pour arriver en plein centre de la station balnéaire. Ensuite on a repris un scooter taxi pour 100 baht afin de rejoindre notre hotel, le PRS hotel.

Bon, première erreur, le taxi c’est cher et pour 120 baht par personne, un mini bus au départ de l’aéroport fait le trajet jusqu’a Pattaya. Forcément c’est un peu plus long et un peu moins confortable, mais pour une heure et demi… Ensuite deuxième erreur : les scooters quand on se trimbale des sacs remplis à craquer qui ne sont pas des sac à dos, il faut faire attention… (200 kilos sur un scooter, ce n’est pas ce qu’il y a de plus maniable 🙂 )

Le choix de notre hôtel était particulièrement bon, car pas trop cher et tout neuf. Avec piscine et salle de muscu. Bon on était loin d’être les seuls français dans l’hôtel… Français qui d’ailleurs parlaient pas un seul mot d’anglais… faudra m’expliquer ce qui passe par la tête de certains, de parler français a des thai en espérant que ceux-ci comprennent… les dictionnaires ca existent au pire.

Bref, vu que l’hôtel était à 15 (bonnes) minutes de marche, on a décidé de faire tous nos trajets à pied (ligne droite vers la plage). Pour faire court, on a passé 3 nuits dont le réveillon de noël à Pattaya.

On pensait qu’on allait pouvoir bronzer sur la plage… perdu, la plage est très longue mais peu large et rempli de parasol et transats pour tous les bars de plage. Oui c’est agréable, mais pas un seul endroit pour poser sa serviette et bronzer… pas grand monde dans l’eau non plus, il y a deux ou trois espace de baignade seulement. Alors par contre pour faire du jet ski c’est le pied, parce qu’il y a de la place et c’est très peu cher : 15e la demi-heure. Faut embarquer sa montre par contre, car ils essayent de gratter. On s’est bien marré. On a fait la plage de long en large avec son marché ou il y a de quoi trouver de nombreux souvenirs et autres tazers … (oui oui, c’est assez bizarre).

Il y a quelques gros malls avec des marques internationales un peu moins chères que chez nous (avec les tailles pour thais par contre). On est allé faire les courses dans celui se trouvant en dessous du Hilton, histoire de se faire un réveillon digne de ce nom.

Niveau bars, c’est un tout autre sujet. La walking street est la plus connue des avenues pour aller boire un coup. Je vais pas passer par quatre chemins, Pattaya, c’est pire que Patong Beach (Phuket). Tous les bars et club de la walking street sont des bars à filles (à gogo). Et puis, vu qu’il n’y a que ca… Bon, tout est assumé en Thaïlande donc tout le monde vient s’y balader, prendre un verre ou plus.

Pattaya, c’est la station balnéaire ou le public est plutôt slave/russe. Ca se remarque rapidement et étonnement, la plupart du temps, les russes y viennent en famille ou tout du moins avec leur femme (russe). Généralement, bien que bondé et rempli de testostérone, je n’ai pas vu de baston. Faut dire qu’il y a plus de prostituées que de clients…

Alors Pattaya, c’est marrant deux jours, mais après on se fait vite chier si on n’est pas venu pour les bars… Heureusement j’ai retrouvé des amis de Hong Kong. Rapidement les deux clubs de la walking street : Insomnia et Mix. Le premier est en plein dans la walking street et les filles viennent y travailler tandis que l’autre a un public de touristes ou l’on a pu dancer tranquillement.

On est ensuite rentré sur Bangkok, en taxi aussi (on ne savait pas ou se trouvait les bus). Direction notre guesthouse : Sinad Guesthouse. Pas loin du quartier des touristes dont la rue : KoahSan Road est rempli de guesthouses, bar et autres petits hotels. Bon, notre choix c’était porté sur la localisation. Pour le coup, on avait bien fait, par contre niveau de la décoration (je dirai), ca laissait a désirer. Disons que c’était le minimum.

Je vais commencer par les points à connaitre sur Bangkok. C’est rempli de touristes, c’est surement la capitale touristique de l’Asie du sud-est. La ville se développe vite et les infrastructures de transport semblent être de mieux en mieux et de plus en plus nombreuses. Il y a beaucoup de choses à visiter à Bangkok, dont beaucoup de temples. A choisir donc, afin d’éviter de passer sa semaine dans les temples. Point important, on enlève ses chaussures lorsque l’on rentre dans un temple (prévoir les chaussures adéquates). Tenu appropriée pour les filles et les garçons : pas de short, pas de débardeur… Bref, on a pas fait nos visites en jeans quand même, mais pour le palais principal, on a du louer des pantalons en toiles.

Les touk-touks : à savoir, ils ne sont pas forcément moins cher que les taxis (qui ont l’air conditionné) si vous payez le prix de la courses. En effet, ils gagnent aussi de l’argent en emmenant leur clients chez des tailleurs de Bangkok. En échange il reçoivent un bon pour 5L de carburant (quelque chose comme ca). Donc en gros, soit vous payez 10 à 20 bahts la course (voir même gratuit des fois) et vous passez chez un (oui 1) tailleur, soit vous payer 100 à 150 la course sans vous arrêter. Donc ca se négocie c’est en fonction du temps que vous avez. Par contre il faut être clair avant de partir sinon il risque de vous faire perdre du temps et faire plusieurs arrêts. Chez les tailleurs, il faut faire l’effort de rester 5 min. Par contre, ne vous attendez pas à des prix intéressants. Ok, ca vaut le coup par rapport à la France, où de toute façon il est inenvisageable d’acheter un costume sur mesure pour le commun des français, par contre personnellement il me proposait le double du prix de hong-kong (qui est déjà assez cher pour l’Asie) pour une veste… Donc on s’est fait foutre à la porte comme des malpropre (on l’avait pas trop cherché pourtant), mais notre conducteur à toucher son bon d’essence 🙂

Pour faire court, les points touristiques à visiter, tous payants ou presque (pas trop cher) : le grand palais-temple Wat Phra Kaeo, le temple Wat Pho, le temple Wat Arun (autre coté du fleuve avec une belle vue), le temple Wat Traimit (Golden Buddha), le temple Wat Saket (pour la vue sur toute la ville), Jim Thompson House (super intéressant à propos de la soie), une croisière sur le fleuve Chao Phraya (on a payé 9000 baht ce qui est cher pour ce que c’est), un max de thai-boxing ( on a loupé ca, mais conseil pour payer moins cher le tarif touriste : prendre un billet pour les derniers matchs de la soirée, que certains jours dans la semaine – Lumpinee Boxing Stadium). On l’a pas fait, mais la State Tower, tour que l’on voit dans Very Bad Trip 2, est pratique pour admirer Bangkok d’en haut.

Faites attention aux gens qui viennent vous vendre les visites en pre-textant que tel ou tel monument est fermé et qu’il faut aller la-bas. Référez-vous qu’aux vrais office de tourisme car les pseudos guides mentent tous. La fête du grand Bouddha ou fête nationale, à les écouter, c’est tous les jours à Bangkok…

A part ca, il peut etre intéressant de voir le développement de la ville avec les immenses mall que sont Paragon et Central World (plus grand mall d’Asie je crois). Les prix pour les grandes marques sont généralement moins cher que chez nous.

Pour sortir le soir, il y a de quoi faire. Dans le style Pattaya il y a Soi Cowboy et Patpong avec les bars à gogo. Sinon pour les boites de nuit, on a fait le Mix qui se trouve sous un hotel (Continental …) et qui comporte deux salles. On est aussi rentré rapidement à l’Insomnia. Même branche qu’a Pattaya. Sinon, le Bed SupperClub a l’air bien mais c’est très cher pour Bangkok, c’est à dire 20/25euros l’entrée (il est un-ratable vu son architecture). Alors le problème c’est qu’on ne sait jamais si les filles qui sont dans les club sont la pour travailler ou pas, et pire, des fois, on ne sait même pas si ce sont des filles… 🙂 (problématique récurrent de la Thailande).

Après une semaine éprouvante à visiter, acheter des souvenirs, sortir, manger des curry thai… On a décider de passer notre réveillon du premier de l’an sur l’un des plages les plus bondées du monde !

Réveil, 5h du matin, direction l’aéroport de Bangkok pour un vol interne vers Surathani, ville au sud-est du pays. Arrivée la-bas, direction l’hotel avec 40 min de route tout d’abords. On pose nos affaires, on se change (maillot de bain, tshirt, chaussure et carte bancaire + ID). Direction le centre-ville de Surathani. On prend nos billets de car, on mange dans un petit restaurant puis 1h30 de car, direction le port. Ensuite Raja Ferry pendant 2h pour l’ile de Koh Phangan. Oui, Full Moon pour le nouvel an. Enfin, soirée du nouvel an, sur la plage de la célèbre Full Moon (ca revient au même, avec plus de monde). Arrivé sur l’ile, direction l’opposé de celle-ci en taxi partagé avec des brittaniques. Les taxi sont ultracher les soir de Full Moon. Faut dire que ca dure bien une demi-heure. Arrivée près de la plage, on a commencé a se rendre compte de la chose. Plein de petits restaurants, des pharmacies et autre faux 7eleven et surtout un nombre hallucinant de western (anglo-saxons pour la plupart) déjà allumés pour certains (à 18h) habillé en tshirt fluo une bière à la main. On a mangé et on a commencé a faire le tour de la plage. Des bars tout du long propose à boire et de la musique à fond. Plus la nuit tombe, plus la plage (pas si grande que ca) se rempli pour atteindre le summum vers minuit. L’accès à celle-ci devient payant vers 21h (200 baths), cotisation pour le nettoyage de la plage. Il y a des spectacles de jongleurs de feu, une corde a sauter en feu, un tobogan sur le haut d’une pagotte, des estrades pour danser. Bref c’est un bordel monstre, une orgie, un festival sans aucune sécurité ou l’on peut boire de la prétendu smirnoff/gordons (vu le prix, c’est de la fausse vodka/gin) dans des saut en plastique et se peinturlurer le corps avec de la peinture fluo réagissant à la lumière noire. Sur le papier ca a l’air fun, mais fatigué de la semaine, sans hotel sur place pour se reposer, passer la nuit sur la plage a pas vraiment été notre meilleur idée. On a pris le premier ferry à 6h30 le matin (que l’on a failli rater vu que les tickets ne sont pas vendu au meme endroit que l’embarcadère). Puis on s’est fait le chemin dans l’autre sens : ferry, bus, taxi pour prendre une douche et s’écrouler dans notre lit à l’hôtel de Surathani. A tester une fois dans sa vie, mais il faut être accrocher, boire avec modération, garder ses chaussures (morceaux de verres partout), éviter les cochonneries et les idiots déchirés. Et pour les filles, y aller en groupe. En cas de pépin, il y a des médecins qui vous factureront sans problème les points de sutures nécessaire. En tout cas, il ne faut pas perdre son cash sur la plage 🙂

Après un journée au lit, on est parti manger dans le centre de Surathani. Puis on a eu aucun problème à se recoucher. Direction Bangkok puis Hong Kong le lendemain. Dure semaine en tout cas.

 

Budget : Facile 650 euros (700 je pense)

Transport : Air Asia pour HKG-BKK et BKK-URT (Surathani), touk-touk et taxi, taxi scooter, Raja Ferry et bus de Surathani. On a aussi testé le métro de Bangkok en prenant des tickets.

Hotels : Rafael Mansion Bangkok Airport, PRS Hotel a Pattaya, Sinad Guesthouse à Bangkok, Grand Thara

Clichés de Seoul, Pattaya, Bangkok et Shanghai dans mon album Diana sur Flickr