Jakarta, Yogyakarta et Gili Trawangan

Début octobre fut la Golden Week en Chine. Golden Week, ou “semaine dorée” est tout simplement une semaine de vacances du au positionnement de plusieurs jours fériés côte à côte. En Chine continentale, c’est même une semaine de vacances entière offerte à tous les travailleurs, tandis qu’à Hong Kong, il fallait poser 3 jours au lieu de 5.

Profitant de ces 10 jours de vacances, j’ai décidé de partir un peu plus loin que d’habitude histoire de faire plusieurs villes, direction l’Indonésie.

J’ai retrouvé à Jakarta, la capitale du pays, un ami me rejoignant depuis Londres. Un peu hasard, des collègues prenaient aussi le même vol que moi. On a donc passé un week-end à Jakarta tous les 4.

IMG_5553

Jakarta, est connue pour ses embouteillages. Heureusement on a atterri assez tard le vendredi soir – vers minuit – et on a pas eut besoin de taxi car mes collègues avait des amis locaux qui nous ont emmené en voiture. 45min d’autoroute pour rejoindre le Central Business District ou on est allé boire un verre sur le rooftop du Westin hotel. Ce dernier est flambant neuf et possède un petit bar avec une terrace qui était fermée pour cause de pluie, mais ou on a pu prendre quelques photos l’ondée passée. J’ai ensuite pris un taxi pour aller a mon hotel, le Mercure Sabang du centre ville de Jakarta. J’avais pas entendu que du bien de Jakarta mais finalement, j’avais surestimé le “bazar”. Certes il y a beaucoup de trafic, mais moins que je ne l’imaginais. Niveau urbanisation, il y a beaucoup de building neufs – condo, centre commerciaux – , même si la voirie laisse a désirer. Disons que la ville n’est pas faite pour les piétons. Les locaux utilisent souvent des “Jek”, scooter, pour se déplacer et les nombreux services type Uber, Grab et GoJek (service indonésien) permettent à tout à chacun de prendre rapidement une voiture ou un scooter. Après une bonne nuit de sommeil, je suis donc parti à pied visiter le MONAS, la tour centrale de la capitale et le musée national. Ce dernier est minimaliste et mériterait qu’on s’en occupe un peu plus car je pense qu’il y a montrer sur un pays aussi grand. Je ne conseille pas, même si l’entrée est très peu chère. Après ce petit tour culturel, je suis descendu au shopping mall Plaza Indonesia et à son cousin adjacent Grand Indonesia. Ils méritent le coup d’oeil. Ce sont des centres énormes et modernes. Le premier est le mall “luxe” tandis que le second comprend toutes les marques internationales milieu de gamme avec un immense food court aux derniers étages et une décoration qui mérite le coup d’oeil. J’en ai profité pour déjeuner et acheter une carte sim pour 4 euros les 5GB.

IMG_5649

Je suis ensuite retourner à l’hotel pour attendre l’arrivé de mon pote venant de Londres. Après nos retrouvailles de longue date, on a décidé de partir diner avec les collègues dans un restaurant indonésien haut de gamme dans le CBD, puis on est parti boire une bière au Beer Garden du South CBD, sorte de bar d’extérieur, spécialisé dans les bières du monde entier, avec deux piscines et DJ. Les indonésiens savent faire la fête. Suite à cet apéro, on a marché jusqu’au Dragonfly, l’un des clubs huppé de la ville. Décoration très sympa et moderne. On a pu rentrer gratuitement grace à une connaissance des collègues, et je ne sais pas du tout combien il fallait payer en entrée, cela étant dit, les prix a l’intérieur étaient digne des boites de Hong Kong… cher, très cher. 12-14 euros le verre… Finalement avait le decalage horaire pour l’un et le contre-coup de la soirée précédente pour les autres, on est rentré assez tôt car le lendemain un vol nous attendait.

IMG_5661

Le dimanche, on se lève tot et on part visiter le parc MONAS puis la mosquée immense de Istiqlal. La visite guidée est gratuite pour tous, une donation est cependant attendu a la sortie (voir largement suggérée). On ne peut pas aller partout mais on a une vue sur toute la pièce principale depuis l’un des balcons. On peut aussi faire le tour dans la cours. De l’autre coté de la route, se trouve la Cathédrale de Jakarta de style néo-gothique. On arrivera après la cérémonie et il y a du monde à en faire la visite. Après un peu de marche, on recupère finalement un taxi qui n’essaiera pas de nous voler (contrairement aux touk-touk) et on part manger au mall Grand Indonesia. Après quelques emplettes (une valise pour mon pote), on recupère nos affaire à l’hotel et on part pour l’aéroport, bien en avance, direction Yogyakarta, la ville culturelle et religieuse de Java. On avait prévu 1h a 1h30 pour le trajet. Finalement on le fera en moins d’une heure, sauf qu’on sortira au mauvais terminal. Le terminal pour Lion Air domestique est le terminal 1. Heureusement il y a un shuttle gratuit entre les 3 terminaux qui tourne tous les 10min. Arrivés a notre terminal, on fait la queues avec … beaucoup de monde. On check-in et on part direction la sécurité. Tout se fait rapidement. Il n’y a pas de restaurant mais des vendeurs de gateaux et autres confiseries près de chaque gate. Il semble y avoir beaucoup, beaucoup de monde a attendre dans le terminal et on va l’apprendre a nos dépends. Sur les écrans tous les vols semblent à l’heure mais personne ne semble embarquer. Lorsque l’on approche de notre heure d’embarquement, toujours rien sur l’écran. Puis viens l’heure du départ, 18:05. A 18:06, notre vol, qui apparaissait comme “à l’heure”, disparait de l’écran. On a donc la confirmation que la plupart des vols sont en retard, mais comme personne ne parait choqué, on se dit que ca doit être habituel. Sauf que l’on recoit aucune news. De temps à autre, des vols réapparaisse sur l’écran, toujours “à l’heure” et embarque… 4h après leur départ orignal. On y croit. Le temps passe. Cela fait près de 4h30 qu’on attend. On commence à sympathiser avec les autres européens qui prenait le même vol que nous : des francais, des belges, des allemands. On est tous dans la même incompréhension. Alors on décide de sortir du terminal et d’aller demander ou on a fait notre check-in, au customer service. On fera ca 2 ou 3 fois. Avec une réponse : “on ne sait pas” et après avoir un peu poussé : “l’avion est a jakarta, restez près de votre gate”. Le vol précédent direction Yogyakarta, qui devait décollé à 17h, finalement est annoncé à 23h30. Les belges avec nous, décident de faire le forcing et de trouver des places dans ce dernier. On est les perds de vue et on en conclu qu’ils ont du y arriver. Vers minuit et demi (on était à l’aéroport depuis 15:50), on les voit revenir, verdict : “impossible de décoller, l’aéroport de Yogyakarta est fermé”. Conclusion, notre vol ne partira jamais. Et semblerait 40 autres vols non plus. C’etait le chaos dans l’aeroport. Faut dire que passé la sécurité, il n’y a aucun staff nul part. Les gens peuvent aller sur le tarmac, aller dans des avions qui ne leur correspond pas… tout le monde fumait à l’intérieur, sous les panneaux interdictions de fumer et un groupe de 50 mec étaient descendu au customer service demander réparation. A tel point que la police sur place commencait a stresser. Finalement après attente, on est allé aux arrivés et on a demandé au mec de l’aéroport de nous sortir nos baggages. Certains on réussit a se faire rembourser en cash mais nous non, vu qu’on avait commandé via une agence en ligne (Ctrip.com). On récupère donc nos valises directement à la main, on commande des billets pour le prochain vol sur une autre compagnie, 6h du mat, Air Asia. Tous les européens feront comme nous et on se retrouvera tous cote a cote dans l’avion. Il était donc 2h du mat, on change de terminal, part manger dans le seul fast-food ouvert, avec les autres francais et on décollera a l’heure sur Air Asia. Arrivés, après une nuit blanche, dans notre hotel à 8h30.

Pour info, Lion Air ne nous a jamais remboursé. Ctrip.com non plus, prétextant que le vol avait décollé à l’heure selon les informations qu’ils avaient reçu de la compagnie aérienne. Donc quand tout le monde ment… difficile d’en tirer quoi que ce soit. Je boycott donc maintenant Lion Air et Ctrip.com et vous en invite a faire autant. C’est tout simplement du vol.

IMG_5811

On décide donc de faire une sieste jusqu’a 13h, histoire de récupérer. Loupé. Le réveil sonna mais on ne la pas entendu et je me suis réveillé en sursaut a 17h30. On part donc visiter la ville à pied, de nuit, direction le palace au centre-ville, qui est bien entendu fermé et la rue du shopping de Malioboro ou se trouve un marché de nuit pour touristes. On retrouve les collègues qui n’ont pas eut de problème d’avion eux et n’avait pas perdu leur journée. Une petite bière puis une fantastique pizza chez Nanamia Pizzeria dans un cadre tropical.

IMG_5786

Le lendemain, réveil aux aurores vers 3h30. J’avais réservé sur internet (trouvé sur TripAdvisor), pour la veille théoriquement, une voiture avec chauffeur pour visiter les temples principaux que sont Borobudur (bouddhiste) et Prambanan (hindouiste), pour 500 000 IDR la journée. Heureusement j’avais contacté l’organisateur pour repousser à ce jour. On part donc de nuit pour faire le lever du soleil depuis le temple. On arrive dans un hotel adjacent au temple qui propose, semblerait de manière privée, l’accès au temple avec une lampe torche et un thé offert à la sortie. Le package Borobudur + Prambanan est impossible pour la visite du matin, c’est donc une entrée a 450 000/personne pour le lever du soleil. On monte dans le noir et on essaye de trouver une place parmi les touristes pour voir le soleil se lever. Il y a du monde, mais bien moins que plus tard dans la journée, ce qui nous permet de faire quelques belles photos. Ce temple est assez particulier car il de forme pyramidale à niveau avec de nombre statues de bouddha sous cloche en son sommet. La vue depuis ce dernier sur la ville et la jungle donne quelques photos très mystiques. On a fait le tour plusieurs fois, sur chaque étage et on est partie monter sur une butte plus loin dans le parc pour avoir une vue d’ensemble. On redescendra pour une pause petit-dej à l’hotel avant de retrouver notre chauffeur. Ce dernier ne nous avait pas vraiment dit combien de temps on avait alors on avait pas perdu trop de temps. Au programme pour la suite, le volcan Merapi. Naif que je suis, je pensais que vu que c’était dans le programme, c’était compris dans le prix. Pas vraiment. En haut du volcan se trouve bon nombre de vendeur de “jeep-tour”. Des tours à quelques km du volcan dans des vieilles jeep de la 2nde guerre, restaurées pour l’occasion. Pas le choix, on prend un tour d’une heure pour 360 000IDR. Alors il faut dire que c’est assez marrant et bien “tape-cul”. On s’arrête a des spots photos avec des points payants (rien de nouveau), dans un musée qui rappelle la dernière eruption subite qui a fait beaucoup de dégats, et devant un abri en béton de secours, qui a été recouvert de lave et vu la mort de deux personnes (du à la temperature et le manque d’oxygène). IMG_5769

Suite a ce petit tour bien fun, on est redescendu pour manger chez des amis du chauffeur qui revendait des billets pour le temples de Prambanan pour 10 000IDR de moins (on a vérifié) que le prix officiel. On avait vu sur les rizières, pas désagréable. Pour le repas, on a allé a l’essentiel avec des nouilles et du poulet. Après cette pause rafraichissante, on a repris la voiture pour arriver à Prambanan qui se trouve au nord-est de Yogyakarta, avec … un peu d’avance. Disons qu’on avait un peu plus de 3h pour visiter le parc.

IMG_5889

Prambanan est un parc de 3 temples hindouistes, construits au 9e siècle, les plus à l’est de l’Asie. L’entrée est payante 325000/pax IDR avec la reduction du copain du chauffeur. Evidemment, 3h c’est beaucoup trop mais 2h pour faire le parc tranquillement, c’est bien. On a donc déambulé tranquillement quitte à se faire des petites siestes sur les bancs alentours. La première partie est la plus impressionnante avec les plus gros temples dédiés aux principales divinités hindou : Shiva, Vishnu, Brahma. Tout autour des centaines de petit temples dont la plupart n’ont pas survécu aux tremblements de terre de la région au courant des siècles.

IMG_5993

Plus loin, à quelques centaines de mètres, se trouve deux aux temples dont l’un était sous importante rénovation. Peu de monde dans ce coin et il est donc agréable de s’y balader dans les allées. Sur le 3e, beaucoup de petits temples n’ont aussi pas encore été reconstruit. On a essayé ensuite de faire le musée fermé. A cours d’idée, on est sorti et on est allé manger dans l’un des boui-boui qui longe la sortie du parc. Tous sont offrent les même plats basiques à des prix plancher (les prix pour locaux quoi). On a donc repris une petit casse-croute pour 10 000IDR. A la sortie du parc se trouve aussi un immense marché de souvenirs avec à peu près tous les bibelots habituels à prix négociables évidemment. On a repris la voiture direction l’aéroport ou nous avons laissé notre chauffeur après l’avoir payé.

IMG_5952

Une fois n’est pas coutume notre vol Lion air a 90 min de retard. Cette fois-ci on l’apprend durant le check-in. On s’est donc fait une pause au Starbuck, puis on attend dans le terminal. A l’heure ou l’avion est censé décollé, on nous annonce que nous pouvons récupéré un petit sandwich pour nous faire patienter. On en aura passé du temps dans les aéroports à attendre. Finalement on embarque, direction Lombok International Airport. Après un peu plus d’une heure de vol, on arrive de nuit donc. Sorti de l’aéroport, c’est un peu le bazar avec, semblerait, aucune ligne de taxi officiel. On parle donc a un rabatteur qui nous confirme que ca sera le prix du meter. Il nous conduit à son pote taxi 10m plus loin. Un petit jeune, qui nous emmene avec le meter, au Kila Sengiggi Beach, notre resort/hotel pour la nuit. On passera un peu plus d’une heure dans le taxi et on s’en sortira pour à peu près 160 000IDR. Arrivé au Kila Resort, on fait notre check-in, prend la petite voiture de gold pour nous rendre a notre bungalow. On déposer rapidement nous affaire et on retourne au restaurant de la piscine ouvert 24/24 pour un diner de minuit avant d’aller se coucher. Le lendemain on se lève tot afin de profiter du resort, qui est l’un des meilleurs du coin. Palmiers, herbe verte, piscine, vue sur la mer, bungalow… on n’avait pas choisi le pire des hotels. L’avantage c’est qu’il se trouve a 3min à pied du port d’ou partent certains ferrys pour les iles Gili (Scoot Cruise par eg). On a donc bien profité de la plage, de la piscine avant d’aller se faire le buffet du petit déjeuner, plutot sympa. Puis vers 11h, on a check-ou, pris nos valises et marché jusqu’au ferry pier. Une fois n’est pas coutume, notre ferry pour Gili Trawangan était 1h en retard. On avait réservé en ligne sur Scoot Fast Cruises, une des compagnies qui proposent des tours entre Bali, Lombok et Gili. Je conseille de réserver tous ses billets de ferry en avance sur internet pour éviter les mauvaises surprises, il y a souvent du monde. Finalement on embarque, les sièges sentent un peu la sueur, mais bon on en aura que pour 30min pour arriver à Gili T, notre destination. En arrivant au premier stop (le notre), petite surprise : on ne débarque pas sur un ponton mais sur la plage. Mieux vaut avoir prévu les chaussures (tong) adequate pour prendre l’eau sur les premiers mètres. L’équipage s’occupe heureusement des gros sacs qui sont en cale.

IMG_6050

Finalement arrivé sur Gili Trawangan, ou Gili T pour les intimes. Pas de voiture mais des charrettes tirées par des chevaux/poneys qui ont l’air d’avoir quand même bien chaud les pauvres. L’autre solution, c’est le vélo et mieux vaut en louer un pour faire le tour de l’ile car même en vélo, il y en a pour une bonne heure. On a marché jusqu’à notre hotel, un peu plus loin au sud… un peu plus que prévu en fait, surtout avec les valises. Le Trawangan Resort, dans un coin un peu plus calme, sans être trop loin non plus du centre-ville (l’est de l’ile), juste en face du spot de surf. Ce dernier est assez bizarrement fichu, car les chambres sont toutes dans des sortes de bengalow en dur, à l’arrière de l’hotel. On déposera nos affaires avant d’aller manger dans l’hotel d’a coté : The Pearl, qui lui ne paye pas de mine (c’est l’un des meilleurs de l’ile) avec son immense restaurant tout en bambou et ses plats plutot bons il faut le dire. Après cette pause dej, on part vers le nord et on se fait tous les centre de plongée histoire de comparer les prix. Soit-disant aligné, c’est finalement le Buddha Dive club qui s’avère être le moins cher avec des Fun Dive à 200 000IDR. Je book pour une plongée le lendemain après-midi et on repart ver le nord-est de l’ile pour aller nager sur une plage ou se trouve apparemment des tortues. On n’avait pas choisi la bonne période apparemment, car un local nous a indiqué qu’il fallait venir a marée haute. Le soir, on retrouve des amis de Hong Kong pour un repas barbecue, très copieux (et très cher du coup) au Scallywags, le restaurant/hotel australien. On choisit ses brochettes de viandes ou de crustacés et ensuite on a accès illimités au buffet de salade. Autant dire qu’on a eut les yeux plus gros que le ventre.

IMG_6110

Le lendemain, après un petit-déjeuner au bord de l’ocean, avec la vue paradisiaque associée, on loue deux vélos au shop d’a coté pour 250 000IDR pour deux jours et on part faire un tour vers l’Ouest. C’est le coin plus calme ou se trouve quelques resorts mais surtout des “sunset bars” ou la moitié de l’ile se retrouve pour la tombée du soleil un cocktail à la main. On s’arrêtera a l’un des restaurants pour prendre un cocktail et aller plonger avec masque et tuba. Les plages sont pleines de rochers/coraux et mieux aller en marée haute ou prendre avoir soi des chaussures adaptées. Après le repas du midi, nous partons pour le centre de plongée en faisant le tour complet de l’ile d’abords. Arrivés au Buddha Dive Center, on enfile nos combi et nous voila parti avec un petit groupe en bateau pour Sunset point. Pendant que je descend en bouteilles, mon pote pars nager avec son masque et tuba en pleine mer. La plongée sera très décevante, non pas pour l’endroit qui était plutot sympa mais car mon masque n’arrêtait pas de faire de la buée… Le soir, on a décidé de manger la meilleure pizza du coin. Un restaurateur italien s’est installé ici et a créé un restaurant de pizza napolitaine qui s’appelle Pizza Regina. Je conseille grandement. Difficile de trouver des pizzas aussi bonnes, en Asie en règle générale, donc ici perdu sur une petite ile en Indonésie, c’est une agréable surprise (cuites au feu de bois dans un four en brique). Et puis, pour un prix quand même très bas : 80 000IDR la pizza. Après cette bonne découverte, on rentre a l’hotel après un petit cocktail au bord de l’eau. Il faut dire qu’il y a de quoi faire la fête avec tous les bars/boites le long de la cote est de l’ile. Certains sont plein à craquer !

IMG_6115

Vendredi, réveil assez tot pour ma deuxieme plongée, cette fois-ci sur shark point. Bonne surprise, c’est la ou se trouve l’un des seul wreck (épave) dans les Gilis. C’est un remorqueur qui a été acheté par les centres de plongée de l’ile, vidé de tout materiel et coulé par 30m de fond. On peut passer facilement a l’intérieur. Une nouvelle expérience pour moi. Alors évidemment il faut faire attention de ne pas se couper les doigts ou de taper avec la bouteille. Le spot est aussi un repère pour requins a pointe noire. Malheureusement, j’ai loupé celui qui est passé a coté de nous mais je n’ai pas raté les nombreuses tortues (deux grosses). Vers midi je retrouve mon pote et on reprend le vélo pour aller a nord-ouest de l’ile faire un tour de snorkeling après un repas au restau d’un resort. La marée a deja baissé et il devient très compliqué de passer le reef. On nage dans 40cm d’eau. Enfin je nage dans 40cm d’eau car mon pote a des chaussures, heureusement pour lui. Finalement 200m plus loin, on arrive dans une zone avec du fond et la zone est vraiment sympa. Un conseil, prendre des chaussures de plongée pour éviter de se blesser avant de rejoindre une zone potable pour snorkeler. Pas de tortue cette fois-ci. On a quand même passé quelques heures a nager dans le coin avant de rentrer à l’hotel. Le soir on décide d’aller manger thai en ville et de prendre une dernière bière dans un des bars du centre ville.

IMG_6146

Le lendemain, c’est le départ pour Bali avec Blue Water Express. Cette fois-ci, on commande un taxi-poney. On part pour être au ferry (dans le centre-ville) une demi-heure en avance et, … on doit être les derniers du groupe. Il y a une foule de gens, entre ceux qui arrivent et ceux qui attendent leur ferry. Mieux vaut arriver en avance pour le check-in (qui se fait dans l’un des bars). On embarque de la même façon que l’on avait débarqué, c’est à dire, via la plage. Cette fois-ci le bateau, similaire, est un peu mieux géré avec des télévisions qui diffusent un dvd en anglais, du staff sympa et un message de sécurité, très certainement fait par le gérant du business. On a même le droit a une petite serviette fraiche et des bouteilles d’eau. 3h de bateau environ, avec un stop au port de Bangsal (Lombok) pour le check avec les autorités portuaires. Arrivés à Bali Serangan, à l’ouest de Kuta. On est accueillit par du staff de Blue Water qui s’occupe de nous dispatcher dans des mini-vans dépendamment de notre hôtel de destination (compris dans le prix du ferry). On passe donc à l’hotel de Seminyak ou résidera mon pote pour la semaine qui vient et on décide d’aller manger au bord de la mer dans un restaurant italien fusion tout en bambou, au bord de la plage, avec une très belle présentation et un service excellent : La Lucciola. Après notre tour de plage, on remonte direction le fameux Potato Head. On se perd en cours de route et on tombe sur le Mrs Sippy, un genre de pool-bar (à defaut de beach) avec plongeoir, DJ et bouées dans tous les sens. L’entrée est payante quelques 100 000IDR par pers, mais ca semble valoir le coup pour une aprèm au bord de la piscine. Finalement on retrouve notre chemin et on va prendre un vers au Potato, très certainement le plus mythique bar de Bali. Il faut dire qu’il a une architecture sans-pareil, avec une piscine au bord de l’océan, parfait pour le coucher de soleil. C’est aussi évidemment, un restaurant (en vrai plusieurs zones de restaurant) et un club. Après un cocktail on pars sur la plage et on remonte via le W hotel ou le vigile n’était pas très serein de nous laisser entrer. Puis après être repassé par l’hotel, on prend un taxi. On a du tomber sur le plus roublard de tous… direction mon hotel à Kuta, près de l’aéroport, pour ma dernière nuit. On passe à l’aéroport domestique pour récupérer la copine de mon pote avant de prendre un dernier verre tous ensemble.

IMG_6197

Dernier jour de vacances pour moi, réveil assez tot direction le terminal domestique de Bali, pour un vol Lion Air (encore… ) cette fois-ci à l’heure ! pour Jakarta. C’est à Jakarta que mon vol Cathay Pacific pour Hong Kong aura 2h de retard. Un conseil, mangez avant de rentrer dans la zone de sécurité, il n’y a rien après. En réalité, il vaut mieux manger avant même de passer l’immigration, vu le nombre limité de restaurants dans la zone internationale du terminal 2 (environ 4 petits boui-boui). Retour à la maison, après une longue journée de trajet, vers 22h.

Budget : 6000HKD

Transport :

  • Cathay Pacific (36000 miles + 800 HKD en Premium Eco), 3 vols Lion Air (400HKD/vol) mais je déconseille cette compagnie et ce groupe en fait, préférez Air Asia ou Scoot si possible.
  • Scoot Fast Cruises pour faire Senggigi Lombok – Gili T (correct pour 30min) 16USD/pax
  • Blue Water Express pour Gili T – Bali Serangan (bonne qualité) 52USD/pax.

Hotel : Mercure Sabang Jakarta (bien), Gallery Prawirotaman Yogyakarta (bien), Kila Senggigi Beach Lombok (super), The Trawangan Resort (ok)

Album Photo

Advertisements

Une semaine à Bali

A Hong Kong tout comme en Chine, la principale periode de vacances est durant (à la suite) du nouvel an chinois. Ce dernier étant basé sur le calendrier lunaire, les dates changent chaque année mais pas le remplissage des avions et trains au départ de Hong Kong

Il faut donc “maliner” pour trouver des vols pas cher au tout du moins abordables en cette periode. Lorsque j’ai vu, un peu hasard, en testant HKG-DPS sur Skyscanner, un vol aller-retour en direct pour 400 euros, j’ai sauté sur l’occasion.

Denpasar (Bali) est a 5h de vol de Hong Kong et les vols direct sont soient opéré par Cathay Pacific soit Hong Kong Airlines. Ou alors il faut prendre une escale à Singapour ou Manille ou Jakarta. Mais ca, c’etait avant. Puisque Tiger Air Mandala a ouvert une ligne Hong Kong – Bali en direct. Ce qui est une bonne nouvelle. A la base Tiger Air Group est un holding Singapourienne, dont j’avais déjà pu prendre un vol avec mais pour Singapour (bien évidemment).

Bref, on a réservé nos billets dans la foulée. Coup de chance supplémentaire, les horaires du vol : départ de nuit de Hong Kong pour arriver à 7h du matin a Bali et retour vers 1:30 du mat sur Hong Kong. Ce qui nous donnait 5 jours complets ou presque pour 1 jours de congés posé. Et tout expat en contrat local en Asie comprendra de quoi je parle, quand je dis “efficience de la pose de jour de congés”.

Nous voila donc arrivés à Bali le jeudi matin, plutôt complétement crevé car étonnement, ils n’ont pas éteint les lumières dans l’avion durant les 5heures de vol de nuit… sans parler d’un A320-200 habillage low-cost (= peu des place pour les jambes).On cherche les taxis. Il semblerait qu’il n’y ait qu’un stand avec prix fixes bien élevés. Après avoir tenter de faire le tour de l’aéroport pour prendre un taxi avec le meteur qui coutrait moins cher, on finit par negocier le même prix que celui affiché (wouhou…) de 70k roupies, direction Legian et notre hôtel Ananta. Ce dernier n’est pas trop mal pour le prix (moins de 50e la nuit), avec une piscine et son bar, et le petit dejeuner buffer compris (la bouffe n’est pas folle mais ils ont fait l’effort de varier le buffet un tant soit peu).

Petit sieste et piscine avant de prendre un taxi pour notre premier temple hindu, Tanah Lot. Ce dernier est posé sur un rocher qui est englouti par les eaux à la marée haute. La vue est superbe et on a pris pas mal de photos du littoral. Cela dit, c’est assez petit et après s’être rendu aux abords qui rocher qui est n’est pas visitable, on est allé prendre un verre a l’un des bars sur la falaise. Le taxi nous avait attendu pour 30k roupies durant cette petite heure. Il nous as ramené a l’hotel. Après s’être changé, nous nous somme dirigés vers la plage. Je n’avais jamais vu une plage aussi sale de ma vie. Le sol était jonché de détritus plastiques tout comme la mer. A peine rentrés dedans, l’on sentait tous les sacs plastiques nous passer entre les pieds. En fait, on l’a appris par la suite, cela se passe que durant la saison humide ou la mer est généralement agités et ramène vers la côte tous les déchets des iles… (les locaux n’ayant pas de systèmes d’égouts et d’ordure, jettent les déchets dans les rivières… qui s’écoulent ensuite). Apparemment c’est beaucoup mieux en été (enfin cela ne règle pas le problème non plus).

On a donc marché tous le long de la plage jusqu’a Kuta dans la rue marchande de Jalan Legian, ou se trouve la plupart des magasins, bars, restaurants et boites de l’ile. On a pu voir le monument aux morts de l’attentat de 92 qui avait fait près de 200 morts. Puis on s’est rendu sur la plage pour le couché de soleil. On est reparti à pied jusqu’à l’hotel, dans la nuit presque noire. Il faut dire qu’il y a un bout de chemin entre Legian et Kuta et que faire ca a pied, nous a bien pris 2 heures aller-retour pour faire le tour de la ville.

Un tour dans la piscine, une douche et on est reparti pour aller diner dans un restaurant indonésien-chinois. Pas forcément fou, faut dire que l’on n’a pas payé cher non plus (3 euros par personne). Puis direction la baie ou l’on a trouvé un restaurant plus sympathique qui nous a servi le dessert : crêpes, banane, chocolat, glace… carrément.

Le lendemain, après un bon petit dejeuner copieux, direction le sud. Nusa Dua ou la plage est apparemment bien : Geger beach. Taxi pendant une bonne demi-heure, jusqu’à l’hotel The Mulia (enfin a gauche juste avant, entrée de la plage payante). C’est vrai que cette fois-ci, l’eau est propre et l’on en profite pour se baigner tranquillement. Les sièges privées coutent presque rien (moins que la bière en tout cas), donc on se pose, histoire de bien prendre des coups de soleil.

Puis après s’être fait jeter du Mulia alors qu’on voulait juste prendre un taxi, on repart par la ou l’on est venu. En effet, les taxi peuvent déposer sur la plage, mais ensuite ce sont des chauffeurs privée qui ramènent, avec des prix évidemment différents… On remonte donc sur la route principale a 400m pour prendre un taxi. Direction le GWK (Garuda Wisnu Kencana Cultural Park) ou se trouve une statue de Garuda et autres. On fait donc nos touristes a prendre des photos de l’immense statue du dieu Garuda et de la statut d’un aigle (j’imagine). Et, coup de bol, on tombe sur des amis de Hong Kong… comme ca, par hasard. On décide alors de continuer la journée ensemble, il faut dire qu’on avait prévu le même parcours. On passe voir le spectacle traditionnel assez marrant puis direction la cote ouest de la partie sud de Bali, vers Blue Point (près de la fameuse plage de Padang Padang ou se retrouve les surfeurs).

La vue est superbe, on décide de manger à flanc de falaise dans un petit boui-boui ou le vent ferra des siennes. Après quelques photos, le temps pressant on repart, cette fois-ci dans la voiture de nos amis, direction le spectacle du temple d’Uluwatu, la danse Kecak.

Le prix par personne n’est pas donné, mais le spectacle est assez long. C’est une histoire chantée et jouée par les homme-singes (si j’ai bien compris) avec des acteurs représentant les dieux. Un méchant, une gentille, un singe sauveur, bref. Assez atypique et finalement, cela valait le coup, malgré l’ondée que l’on s’est pris pendant 5 min. Après quelques rapides photos de la falaise et du temple perché dessus, on repart pour notre hotel. Et la… 2h pour faire les quelques 20km qui nous sépare de Legian. Il faut dire les routes sont minuscule et tout le monde prend la voiture pour se déplacer.

Le soir, on retrouve nos amis à Seminyak ou ces derniers avaient pris une villa (ils avaient je pense eu tout a faire raison, vu le prix). Seminyak semble plus calme, plus classe et l’architecture beaucoup plus sympa que Legian ou Kuta. Il faut dire c’est le St Tropez local. On dine dans un restaurant italien (… pas très original je l’accorde mais carrément bon – Trattoria). Puis direction le Ku De Ta, un café lounge très classe et sophistiqué au bord de l’eau ou les cocktails coutent 15 euros. C’est le même groupe que celui de Singapour (en haut du Marina Bay Sands) ou de Bangkok. Un groupe français ? Je n’ai pas réussi à trouver de preuve mais ca ne m’étonnerai pas. En tout cas c’est très haut de gamme et forcément plus âgé. Après un petit verre dans ce bar, on a voulu aller en voir un autre, le Potato Head Beach Club… qui franchement met lui aussi la barre très haute en terme d’architecture. Vide on n’est pas resté, on pensait que c’était une boite mais en fait ce n’est qu’un bar-lounge sur la plage (certe de qualité). On a donc trouvé de la musique et un dancefloor digne de se nom à deux pas, au Hu’u. Ici encore, les prix sont les même qu’à Hong Kong, mais on s’est bien amusé et la musique était plutôt sympa (électro).

Le lendemain, direction Ubud ou l’on passe nos deux autres nuit. Le Sri Ratih Cottages est l’établissement, certes un poil excentré mais à la décoration très sympa, mélangeant cottage et jungle avec la piscine en arrière plan. Bon ce n’est pas non plus un resort mais ca nous suffisait largement. A noté, le temps mis pour s’y rendre de facile 1h30-2h, du encore une fois aux embouteillages. Il faut dire c’était le nouvel an chinois et les touristes chinois ont l’habitude de se balader en groupe et qui dit en groupe, dit en bus et qui dit en bus… dit embouteillages vu les petites routes de Bali.

Arrivés à Ubud dans notre cottage, on profite du jour pour aller directement visiter la “Monkey Forest”, sorte de parc au centre de la petite ville, ou se trouve quelques temples et beaucoup de singes en liberté. Les arbres de la jungle du parc ont une certaines majesté mais on passe surtout son temps a regarder autour pour éviter que l’un des macaques vienne nous sauter dessus. En réalité, ils sont juste intéressés par les gateaux. Quelques photos sympa et on part faire du shopping. Je passe chez Quicksilver ou les prix ne sont pas forcément exhorbitant (30euros). Contrairement aux magasins Polo Ralph Lauren, QuickSilver et RipCurl (et les surement les autres magasins de surf) ne sont pas des fakes. En effet Ralph Lauren n’a pas la marque en Indonesie et ne produit/vend rien. Ce n’est donc que de pale copie, vendus à un prix exhorbitant. Après quelques souvenirs, une glace, direction l’hotel pour profiter de la piscine. On ressortira manger dans le centre sur la rue principale avant d’aller se coucher.

Le lendemain, on avait booké un chauffeur pour faire le tour d’une journée qui fait : les rizières en terrasses, le temple de l’eau Tirta Empul, les plantations de café/cacao, la vue sur le volcan Batur, le temple Pura Besakih et finalement le Elephant cave Goa Gajah. Ce qui s’est passé c’est que notre chauffeur, très gentil nous a baratiner un truc pour nous emmener d’abords dans un shop de peintures puis dans un autre de sculpture sur bois. Malheureusement pour lui, on n’avait besoin de rien. On est allé dans les rizières se balader, ou il faut évidemment commencer par payer le péage du gouvernement puis mettre une donation pour la fabrication du pont en bois qui permet de traverser le ruisseau… bref, mais à part ca, super jolies et très calmes. Les gens y travaillent toujours (enfin semblerait). Pour ce qui est du temple de l’eau, il est assez atypique et les plus courageux/les bon vieux touristes qui aiment le pseudo sensationnel, iront se baigner avec les locaux pour prier sous les fontaines d’eau sacrée. Ensuite viennent les plantations de cafés. En gros il y en a tout le long d’une route. L’intérêt majeur de la visite, à part si vous voulez acheter le café le plus cher du monde (Kopi Luak), est d’apprendre comment on fait le café, comment est le cacao lorsqu’il est cueilli, quelle tête a la racine de ginseng etc. Ensuite une dégustation est offerte pour tous les produits vendu sur place (Organique… oui il parait) à des prix plutôt bien élevés. Surtout que bon le café venait de Java (l’ile d’a coté) mais cela ne veut pas dire qu’il est mauvais. Quand au café le plus cher du monde, celui dont les grains sont d’abords digérer par le petit animal qu’est le Luak, il serait fait sur place.

Suivant cette visite, on est parti monter sur la colline en face du volcan Batur, qui donne une vue imprenable surtout des restaurants. Un buffet pour 8 euros, pas forcément folichon mais ce n’est pas tous les jours que l’on mange devant un volcan (toujours actif). En repartant le conducteur nous indique que l’on ne devrait pas tenter le Pura Besakih, le plus gros de tous les temples car il y a un célébration et que les embouteillages sont présent sur 30km. On a bien voulu le croire, en voyant les voitures de locaux en habit de prière revenir sur la route. Il nous a amené à un autre temple à la place dont je ne me souviens plus du nom. On a raté le principal, on n’a pas pu vérifier. En gros ca peut très être une excuse car il ne voulait pas aller si loin… Bref on ne le saura jamais. On est tout de même passer voir un “centre” ou l’on peut monter a dos d’éléphant, pour 90 usd, soit 3 fois le prix de la thailande environ, on est reparti en courant. Finalement on a visité le dernier temple, l’éléphant cave, moins bien que les précédent je trouve, rien de bien spécial a part son petit chemin dans la rizière. Le soir, on a profité de la piscine puis on est allé manger dehors.

Le lendemain, dernier jour de notre voyage, on a reprise notre chauffeur pour aller vers Sanur, sur la cote est (contrairement a Kuta sur la cote ouest). On a manger tranquillement au bords de la plage dans l’un des restaurant d’hôtel, qui courent le long de ces 5km de sable. Puis on a marché tranquillement avant de reprendre le taxi pour l’aéroport. A l’aéroport, il ne faut pas oublier d’avoir encore sur soi 150k roupie pour payer les taxes de départ (comme aux philippines).

Finalement un voyage sympa qui permet de voir pas mal de paysage, de jolis architectures et toutes sortes d’activités. Cela dit je m’attendais a quelques chose de beaucoup moins construit, plus petit, plus haut de gamme. Quand on entend parler de Bali généralement, on n’imagine pas cela aussi construit que la Thaïlande… et pourtant si, même voir pire. J’y retournerai bien, mais plutôt au nord faire de la plongée ou alors sur l’ile de Lombok a l’ouest qui est beaucoup plus calme.

Budget : 800 euros

Transport : Tiger Air Mandala (400 euros) vol direct

Hotel : Ananta Legian et Sri Ratih Cottages Ubud

Album Photo