3 jours de ski à High1 en Corée

Début mars, profitant de la fin de saison, je suis parti avec ma copine et un couple d’ami direction la Corée du Sud pour skier… pour 3 jours.

Effectivement c’est court, beaucoup trop court, surtout que les pistes sont plutôt pas mal.

On est donc parti sur HKexpress (ma low cost préférée)vers 20h direction Incheon, l’aéroport international de Seoul. Puis on a pris un bus limousine vers minuit. On est sorti tellement vite de l’aéroport que l’on est arrivé avant que le bus public qui va vers Gangnam n’arrive, du coup on a payé 16k won au lieu des 9k pour un bus limousine, plus confortable, qui nous a déposé devant le Sheraton du sud-est de la ville.

Pour aller à High1, l’une des principale station de ski du pays (et la plus neuve – 10ans en 2017), on a pris un bus à Nambu Terminal (sud-est de Seoul, près de Gangnam). On avait réservé une nuit dans un motel près de Nambu Terminal (IMP Hotel – correct 50USD/n) afin de ne pas perdre trop de temps. Pour la reservation de cet hotel, on est passé par son site officiel (peut aussi booker sur YaNolja). Pour le bus, direction Sin Gohan, on l’a réservé sur le site Tx Bus T-money, ce qui nous a permis de venir tranquillement un peu avant 13h, à la gare de bus, de retirer les billets sur les machines et de prendre un casse croute (18USD/pers).

IMG_0773

Le bus part donc de Nambu, direction Sin Gohan (Gohan station), pour 3 heures de route avec un bon tiers pour essayer de sortir de la mégapole de Seoul. Arrivés à Gohan, on appelle le loueur de ski avec qui on a réservé : ski, vêtements, pass de ski, hotel.

High1-PisteMap

High1 est l’une des plus grandes stations en Corée, situé dans une zone connue pour avoir plus de chute de neige en moyenne que les versants voisins. En effet, les montagnes coréennes ne sont pas très hautes et les saisons sont donc plus courtes que ce qu’on peut avoir en France. La station est toute neuve (10ans) et propose bon nombres de pistes vertes, bleues, rouges et violettes (pas de noires). Le niveau est, je pense un peu plus faible que pour les Alpes. Pas de piste à bosses mais un petite zone de freestyle. Par contre, les vertes sont plus proches d’un niveau de bleue. Il n’y a qu’une minuscule zone qui est plutôt facile pour apprendre et celle-ci se trouve a mi-flanc.

IMG_0774

La station propose plusieurs hotels qui sont relié aux pistes. Des oeufs/gondoles relient les hotels. A part, le High1 hotel qui est excentré et a sa propre gondola pour rejoindre les pistes, les 3 hotels que sont : Valley, Hill, Mountain Condo se trouvent au pieds des pistes. Mais comme leur nom l’indique, ils se trouvent à plusieurs niveaux différents et sont relié par une gondola… plutôt lente. Comme c’était la fin de saison, on a pu réserver que pour le Mountain Condo, qui semblerait est le plus chic. Cela dit, ce n’était pas forcément le condo le plus pratique et je pense que le Valley Condo est plus intéressant aux vues des pistes que l’on a le plus pratiquées.

IMG_0884

Pour le package, on a donc réservé, en coréen, via un loueur de ski. Cela nous a permis de substantielles économies. Mais, sans notion de coréen, cela devient compliqué. Notre loueur se trouvait à Gohan, mais la station High1 a ses propres loueurs aussi (surement plus cher). Pour indication voici les prix que l’on a payé :

    • Hotel Mountain Condo : 140krw par nuit pour un appart de 2 chambres avec kitchenette et salon (120krw durant la semaine)
  • Ski Pass : 23USD par tranche de 4 heures (8-12/12-16/18-22, entre 16-18h, ils refont les pistes)
  • Vêtements (sauf gants, écharpe, bonnet) : 60USD pour 3 jours par pers. Gants achetés pour 12USD.

Les mecs de la boutique nous ont emmené en voiture jusqu’au condo et ils reprendront les skis aussi depuis le condos. Entre la chambre (Condo F) et la piste, il n’y a pas grande distance mais c’est assez glissant. De plus toutes les chambres ont un placard pour y mettre les skis et chaussures.

IMG_0874

Le seul problème que l’on a eut, c’est que les ski pass sont imprimés tous les matins et il est impossible de les avoir à l’avance. Hors nos loueurs n’avaient “apparemment” pas le droit de monter au mountain condo pour nous donner les pass (je suppose que c’est plutôt qu’ils n’en avaient pas envie car leurs autres clients arrivaient au valley condo). Ils avaient donc un camion dans le parking du valley condo, en bas des pistes, à 20min de gondola pour nous. On a du descendre le samedi et dimanche chercher nos pass en gondola. Car impossible d’emprunter les pistes de ski qui descendent du mountain condo vers le valley condo sans avoir les pass. Et oui, il faut badger pour emprunter une piste même s’il n’y a pas de remontée mécanique… les malins… J’ai trouvé ca quelque peu abusé car du coup on a perdu 30 min alors qu’on aurait pu descendre en 6min. Résultat, on a même pas eut le temps d’emprunter cette piste verte ultra longue durant notre week-end.

IMG_0785

Donc à part cette mauvaise surprise (et perte de temps), cela s’est bien passé. Notre appartement était grand et tout équipé. Il faut juste noté qu’il y a deux chambres, l’une avec un lit et l’autre avec édredon seulement à même le parquet (à la coréenne). Il y a un convenience store qui permet d’acheter de quoi manger dans tous les condo. Il y a quelques fast-food dans les ski-house (bâtiments juste en bas des pistes) et autres cafeteria/food court/restaurants. Il y a aussi un Casino a Kangwonland hotel qui est ouvert aux étrangers et aux locaux (le seul de Corée). Semblerait que bon nombres de coréen sont accroc et c’est donc le premier casino que je vois qui fait payer son entrée (9000krw) ! Un casino qui fait payer son entrée… c’est le monde à l’envers. Bref, j’avais oublié mon passeport de toute façon donc on est juste passé devant. Il y a des shuttle bus gratuit des condos vers le casino et le village de Sabuk en bas des pistes.

IMG_0792

Le samedi soir on est descendu en shuttle + taxi vers Gohan (on est allé au casino en shuttle où l’on a pris un taxi) pour aller manger du Hanwoo beef, le boeuf coréen qui serait l’equivalent du boeuf de Kobe japonais. Un boeuf, très cher, très gras, ultra délicieux. Je conseille. 27000 krw pour 100g, c’est a peu près deux fois moins cher qu’a Seoul.

IMG_0810

On a donc skier vendredi soir, samedi après-midi et soir et le dimanche matin rapidement. L’hotel demande de checkout vers 11am, ce qui n’est pas trop en adéquation avec leur pass du matin de 8-12h. On est donc revenu a 10:50 pour prendre une douche et vider l’appart. On a manger a la cafetera de la Ski house du Mountain Condo. Notre bus High1-Seoul (Jamsil/Myeongdong/Sinchon) partait à 13h depuis le parking de la Ski House (1F en extérieur). Bus booké sur le site : http://www.tourtokorea.com/bus-2/

IMG_0842

Notre retour s’est fait tranquillement. On a pu faire un tour de 2 heures dans le quartier de Hongdae (près de Hongik University) ou l’on a fait shopping et a mangé l’un de mes plats préférés : Chicken Dakgalbi (à l’une des restaurant de la chaine Yoogane). Puis on a pris l’Arex direction Incheon pour rentrer à Hong Kong.

Budget : 1900HKD de vol, 5000 HKD en tout

Transport : HKexpress + bus

Hotels : IMT Nambu et Mountain Condo High1

Album Photo

Un long week-end a Hakuba, Nagano pour skier

Cela faisait presque 7 ans que je n’avais pas chaussé les skis. Enfin, à part, la piste intérieure de Dubai – Mall of the Emirates – mais cela ne compte pas…

Quand on est en Asie, il y a peu de choix pour avoir des pistes correctes avec des stations dignes de ce nom proche de Hong Kong.
Il y a le Japon bien sur, la Corée du Sud avec Yongpyong – la station la plus grande/connue – et puis maintenant la Chine qui a su développer quelques stations, dont la plus connue pour les français est Yabuli où se trouve l’un des premiers Club Med de Chine.
On a choisi le Japon et plus particulièrement la préfecture de Nagano avec la station Hakuba qui a accueillie une bonne partie des Jeux Olympiques d’hiver 98 (Nagano 1998). On était donc sur de s’y retrouver en matière d’installation.
Il faut dire que c’est l’une des stations les plus connues du Japon. Pour les amateurs de bonne poudreuse (Hakuba en avait déjà un bon paquet), il y a aussi la station de Niseko, sur l’ile d’Hokkaido, à quelques heures de bus de Sapporo.
Le problème de Niseko, c’est que ce n’est pas tout près. Il me semble qu’il y a des charters pour Sapporo à certains moment de l’année avec Hong Kong Airlines, mais sans cela, c’est vol pour Tokyo puis un vol domestique pour Sapporo puis le bus… Et Niseko est apparemment plus chère. Donc en gros a réserver aux gros budgets, déjà que le ski en règle général ce n’est pas gratuit, si vous rajoutez le fait de partir a 4000km pour en faire…
Bref, on a tout de même réussi a gérer notre week-end plutôt bien.
Vol Hong Kong express pour Tokyo Haneda (aéroport le plus près du centre) pour 210 euros par personnes un vendredi soir. Retour dans la nuit du mercredi/jeudi suivant.
Bon point, car c’est un vol vraiment pas cher que l’on a pu avoir. En plus avec des horaires parfaits et atterrissant a Haneda, ce qui évite de faire 2h de bus pour atteindre le centre (si arrivée a Narita).
On a donc pris un taxi directement pour Roppongi… 9000 yens… ouch.
A peine après avoir posé les affaires dans notre hôtel, on repart pour aller clubber, direction le Vanity (V. Tokyo). 3500 yen avec deux verres. Cela a augmenté. Enfin, c’est ce que je pensais, jusqu’à ce qu’on s’aperçoivent qu’en fait, il y a avait un invité spécial pour la soirée : Taboo des Black Eyed Peas, qui lance un single en solo au mois d’avril (potable au debut, mais avec un sample bizarre en plein milieu).
Petite soirée tranquillement au Vanity donc, ou la musique est plutôt correcte et le ratio garçon/fille aussi bien. On fera donc la fermeture aux alentour de 5h.
Le lendemain, réveil à 10:30 par le téléphone… on n’avait pas vu que le checkout de notre hôtel était a 10h.
On se lève donc rapidement, encore pas très frais de la veille. Direction la location de voiture qui se trouvait en face de l’hotel.
On loue donc une voiture pour 4 jours (une petite Nissan). Le retour se fait sur la meme agence et il faut signer tout un tas de papier avec des assurances en tout genre à choisir (franchise et choses comme ca). Check de la voiture et paiement. Puis petite video de presentation du genre d’accident qui peut arriver sur les routes enneigées.
On passe manger un bol de riz dans un boui boui a coté avant de partir. Encore une fois la sélection du repas et le paiement se fait sur des machines automatiques en japonais. Heureusement un monsieur qui parlait anglais nous a donné un coup de main.
Ensuite, on prend la voiture direction Hakuba. Fort heureusement le GPS était réglé sur anglais (sinon, ce n’est pas la peine). Déjà que ce n’est pas forcement simple sur l’autoroute, alors dans Tokyo même… A part que les japonais roulent à gauche (et que l’on s’en est rendu compte au moment de prendre la voiture… oui honte sur nous – faut dire a Hong Kong aussi donc on a pris l’habitude), les routes sont en très bon état et le personnel de péage sait aligner les deux mots anglais nécessaire. Il faut juste savoir éviter les borne automatiques (ce qu’on appelle liber-t en France) , les ETC, et bien garder ses tickets. Les SA sont les stations d’autoroute avec station service tandis que les PA sont sans station service (si j’ai bien compris). De bonne qualité aussi sans aucun doute.
Arrivé a Hakuba, direction l’hotel. Faut dire que la ville n’est pas très grande ni très peuplé, c’est plutot un village, mais s’y balader a pied, devient compliqué.
On loue donc nos skis, chaussures, vêtements, bâtons… Pour moi qui ait tout pris, j’ai du payer une centaine d’euros (un peu moins) pour les 3 jours. Même ordre de prix pour les forfaits sur 3 jours qui donne accès a tous les domaines (1 domaine par jour).
Hotel pas trop mal placé, même si sans voiture… cela devient plus compliqué. Certes la navette passe tous les matins et soir pour desservir les stations, mais pour aller manger le soir, il n’y a plus rien après février (sinon il y a le party bus qui emmène jusqu’à Echoland ou se trouve quelques restaurants et bars). Le restaurant de l’hotel propose un buffet a 4000 yens, ce qui revient un peu cher. Par contre, bon point il y a un Onsen intérieur et extérieur dans l’hotel (sorte de bain chaud public, pour les hommes d’un coté et pour les femmes de l’autre).
Tous les soirs on dinera donc à Echoland ou se trouve une rue plus animée avec des restaurants et bars. En Mars, cela était bien vide mais on a pu manger tranquillement des plats japonais et western.
Niveau ski, le lendemain nous partons pour la station principale d’Happo-One, celle qui a accueillie une bonne partie des épreuves de ski. On peut même y retrouver encore les sigles olympiques un peu partout.
J’ai suivi mes deux compères, qui ont plus l’habitude que moi de skier le premier jour, j’en ai donc un peu chier. Mais j’étais assez surpris d’arriver à suivre même sur deux noires (sans bosses). Rouge étant pour moi le maximum usuellement, sinon je n’y prend pas gout. Le soir pour la dernière descente (les pistes ferment à 17h précise et de toute façon il n’y a plus assez de lumière), on s’est retrouvé tout en haut dans le brouillard complet, on ne voyait plus qu’a trois mètres devant soi… La neige n’étant plus qu’un pseudo amas de soupe, j’ai du tomber quelques fois dans la neige pour finalement me tromper de piste (ne voyant rien) et arriver donc sur une noire à bosses… C’est dans ses moments la qu’on se demande pourquoi on est venu faire du ski. Finalement ca s’est bien passé mais plutot fatigué.
Le lendemain, direction Goryu/Hakuba 47, une double station qui fonctionne en même temps. Ici c’est plutôt le paradis des snowboarder, il y a des grandes et larges vertes mais aussi des rouges plus haut. La neige était bonne et je pense que ca vaut le coup de tester.
Le dernier jour, on est revenu sur Happo-one. Lors de mes dernière remontées, alors seul sur la piste (de la soupe mais quand même), j’ai réussi a bien m’effondrer dans la neige en pliant mon bâton par la même occasion. Après cette dernière descente, je ne voulais pas terminer sur un échec donc je remonte pour me rendre compte que j’étais celui avec les clefs de voiture et que j’étais sur une remonté mécanique en bas de la montage, différente de celle ou se trouvait le parking et la voiture… (on s’était séparé en cours de route). Grosse frayeur. Consultation du plan, il n’y a pas de piste qui me permettent de revenir sur la zone du parking, les remontés principales montant plus haut étaient déjà fermées… Arrivé en haut de la remontés, je vois un panneau sauveur indiquant qu’il y avait finalement un passage. Je redescend tranquillement, arrivant comme un sauveur devant mes potes : c’est bon, j’ai la clef. (ils avaient déjà commencé a demander pour appeler les autres remontés afin de me faire revenir a pieds… j’en aurai quand même bien chier si j’avais du faire les 800m avec les skis et les chaussures sur la route…
Le dernier soir on est allé manger dans un petit restau d’Echoland qui vendait des pizzas, on a pu discuter avec la serveuse qui nous racontait ses péripéthies en France, travaillant pour Ducasse en cuisine de l’un des restaurants près de Lyon, puis étant revenu car elle voulait pouvoir faire du snowboard tous les jours…
Le lendemain, on se lève tot, direction Nagano pour visiter le temple principal dont je ne me souviens plus du nom. Le stop sera court, c’était surtout pour l’un de mes deux amis qui venait pour la première fois au Japon. Le temple est pas mal grand avec un jardin autour, le quartier aux alentours est sympa mais on ne s’y ait pas trop attardés.
On est ensuite parti vers Nakano, une autre ville ou se trouve des onsen naturel et plus particulièrement le Snow Monkeys parc ou l’on peut voir les singes qui vont se réchauffer dans les sources d’eau chaude durant l’hiver. Pas mal. Je pense que c’est plus joli lorsqu’il y a plus de neige, c’est à dire en Janvier.
On est finalement rentré sur Tokyo, avec quelques embouteillage à la clef sur le périphérique (arrivée vers 18h aussi…). Puis passage sur Shibuya, restaurant de sushi (pas bon du tout) et café pour prendre quelques bières avant de partir. On fera notre chemin en métro depuis Roppongi jusqu’à Shibuya, puis de Shibuya jusqu’à Haneda Airport. Il faut prendre la circle line jusqu’à Shinagawa puis ensuite prendre un train et s’arrête a un arrêt particulier pour ensuite prendre le train qui va jusqu’à Haneda. C’est pas le plus pratique. Bon il y a quand même des directs de Shinagawa mais pas souvent.

Budget : 1000 euros

Transport : Hong Kong Express (210 euros) vol direct, puis location de voiture Nippon rent-a-car (380euros)

Hotel : Marroad Inn Hotel à Roppongi, Hakuba Hotel à Hakuba

Album Photo

Stop-over à Dubai d’une nuit

Rentrant en France pour les vacances de Noël, j’en ai profité pour faire un stop-over à Dubaï avec un pote, histoire de voir la ville dont tout le monde parle.

Depuis quelques années, Dubaï est surtout connue pour sa compagnie aérienne Emirates, l’une des meilleures du monde au niveau service, y compris en Eco. Les émirats étant situés au carrefour de l’Europe, l’Afrique et l’Asie (sans parler du Moyen Orient évidemment), beaucoup de vols long courrier pour rejoindre l’Asie passe par soit Dubaï, soit Doha au Qatar, Abu Dhabi aux émirats ou finalement Amman en Jordanie (Emirates, Qatar Airways, Etihad et Royal Jordanian).

Les vols sont peu chers et la qualité même en économie est incomparable. Donc finalement, j’ai pris mon vol de retour via Dubaï, en décalant le retour d’un journée afin de rester plus de 30h sur place pour visiter.

Malheureusement je n’ai pas pu avoir le Dubai Connect, sorte de package offert par Emirates qui comprend hôtel et transport pour les escales de plus de 8h. Semblerait que ce package soit disponible seulement quand vous êtes obligés de faire une escale de plus de 8 heures sans autre solution. Or pour nous, les vols Dubai-Paris qui suivaient n’était pas pleins et donc on ne pouvait pas avoir plus de 8h d’escale. On a du choisir manuellement nos deux vols (HKG-DXB et DXB-CDG).

Cela dit, on a choisi un hôtel pas trop cher dans la vieille ville (si je puis dire) pour 90euros la nuit (5 étoiles quand même… sur le papier).

Arrivés a 5h du matin à Dubaï, on se dirige vers le taxi stand. Le prix est assez cher depuis l’aéroport car il y a une prise en charge minimum, elle écrite sur les panneaux et dans les taxis. Le prix des courses dans la ville est ensuite bien moins cher (quoique la ville est grande).

A l’hotel, nous récupérons notre chambre a 6h du matin et allons faire une sieste histoire d’être en forme pour visiter. On mangera dans le shopping mall en dessous de l’hotel histoire de faire vite. Puis direction la vieille ville et son marché d’or. Franchement assez déçu, ils y a beaucoup de touristes et la ville ne paye pas de mine. En fait il y a beaucoup d’échoppes mais il ne semble pas y avoir de vie de quartier. C’est assez bizarre. De toute façon la majeure partie des habitants viennent des pays alentours, de l’inde, du pakistan et des européens forcément. On prendra donc le petit bateau qui traverse la rive pour aller visiter l’autre coté, près du fort retransformé en musée.

Afin de ne pas perdre trop de temps, on n’a pas fait la visite du musée, on est allé directement au métro pour rejoindre le Dubai Mall, un des plus grand mall du monde qui se trouve au pied de la Burj Khalifa (la plus grande tour du monde). On avait déjà booké nos places pour le Sky desk de la Burj Khalifa, ce qui fut une bonne idée quand on voit le nombre de touristes au mètre carré. On a pu voir le soleil se couché tranquillement depuis 600mèters de haut. Cela ne reste pas si impressionnant car il n’y a pas beaucoup de tours suffisamment grande autour. Tout semble petit, le désert et la mer entourant la ville.

Ensuite on est allé dans l’Armani hotel qui se trouve dans la tour, cherchant désespérément un coin pour prendre un verre tout en regardant le spectacle d’eau et lumière de la marina, mais il fallu que l’on rejoigne le mall pour trouver quelque chose a manger et une bonne vue. Après ca, on est allé manger un couscous dans un restaurant adjacent au boulevard près de la marina (impossible de me rappeler le nom) mais de toute facon ca ne valait pas le coup. Très cher et pas forcément bon.

Tout est cher à Dubaï, j’imagine a cause de l’importation des produits. Cela dit les architecture et la décoration des hôtels et restaurants est recherchés et il est vrai que c’est agréable d’avoir des espaces nouveaux et luxueux qui sont finalement abordable au simple touriste. Par contre évidemment les prix sont aussi élevés qu’en Europe.

Après notre repars, on est parti au Four Points by Sheraton ou se trouve le bar Level43, qui est un rooftop avec la vue sur le boulevard et la Burj Khalifa. On a pris un cocktail dans le froid (beaucoup de vent) puis on est rentré dormir.

On n’est pas sorti en boite mais on a appris que les soirée étaient les jeudi et vendredi soir, vu que le dimanche doit être un jour travaillé dans le pays musulmans.

Le lendemain, réveil assez tôt, direction The Mall of the Emirates en taxi. Ce n’est pas tout près du vieux centre, ils nous a bien fallu 25min de route. Dans ce mall se trouve la piste de ski couverte que l’on voulait essayer.

40 euros pour 2heures, tout fournis : ski, combinaison, bâtons. Il manque juste des gants qu’il est possible d’acheter pour 3euros dans le shop d’à coté. -4 degrés a l’intérieur mais bien sec, ce n’est pas forcément désagréable.

Bon la piste n’est pas immense mais c’est déjà ca. Malheureusement le téléphérique est très lent et le tire-fesse n’est ouvert qu’après midi. Pour ceux qui ont déjà skier, on se fait chier au bout d’une heure… surtout a passer notre temps dans le téléphérique. M’enfin c’est fait 🙂

Retour a l’hotel puis taxi pour l’aéroport, direction Paris.

Verdict : c’est tout même une ville sans âme, très matérialiste et remplie de touristes et expats. C’est clairement par contre un bonheur pour les architectes et les promoteurs immobiliers qui peuvent s’en donner à coeur joie. Je pense que j’y retournerai en stop-over aussi surement afin de voir les quelques points que je n’ai pas pu voir. Par contre il est difficile d’y rester une semaine. Et puis, tout est cher et pour ce que c’est … ca ne vaut pas le coup.

Budget : 150-200 euros (avec souvenirs et ski)

Transport : Emirates (le vol a couté moins de 500 euros, HKG-CDG avec l’escale de 34h.

Hotel : Al Ghurair Rayhaan by Rotana (90 euros la nuit)

Album Photo