Visite de Fukuoka et Nagasaki sur l’ile de Kyushu

Il y a quelques mois alors que j’atterrissais a l’aéroport de Yangon en Birmanie et j’ai rencontré en arrivant un japonais d’une vingtaine d’années avec qui j’ai pu sympathiser et visiter la capitale birmane pendant une journée.
Ce dernier m’avait invité à venir lui rendre visite dans sa ville de Fukuoka.
Je l’ai donc pris au mot en septembre. J’ai motivé un de mes potes et on s’est envolé pour Fukuoka, principale ville de l’ile de Kyushu, au sud du Japon.

Arrivé vendredi soir a l’aéroport de Fukuoka, on a pris un taxi (assez cher) pour le centre ville. Notre ami nous avait en fait dégoté un tatami chez un pote qui possède un appart en hypercentre de Fukuoka city. Sorte d’auberge espagnole, son ami, multi-entrepreneur, accueille dans son appart étrangers en vacances, amis pour collocation long-terme etc.

On pose donc nos affaires dans l’appartement et on part se promener dans le centre. On s’arrêtera manger dans un des typiques Yatai, stands-restaurant à ramen tonkotsu, spécialités de la ville. On choisit son type de nouille, sa cuisson (ferme, aldente, mou), sa sauce et sa viande, on a ensuite a disposition des condiments à rajouter.
Après ce rapide diner à base de ramen et bière, on repart se changer pour aller en soirée. Notre pote nous avait dégoté des places pour la grosse soirée étudiante du mois dans un club immense du centre ville, avec entre 1000 et 2000 personnes. Deux salles, deux ambiances, plutôt sympa. Et puis la musique au Japon, ils font généralement ca bien.

Yatai

Le lendemain, on se lève tant bien que mal, un peu tard et on part manger dans un bar a sushi classique. Puis direction le métro pour rejoindre l’est de la ville et aller visiter le quartier de Gion ou se trouve des temples bouddhistes et le tombeau Kushida. Ensuite on a continué vers l’ouest pour rejoindre le mall Canal City, qui est originalement disposé sur plusieurs étages avec une vue sur un canal artificiel. On en a profité pour faire une pause Time Crisis dans la salle d’arcade, histoire de rendre hommage aux jeux d’arcade dont les japonais sont des très grand fan. Puis après ce petit tour de Hakata, on est rentré via les boulevard et a traversé les shopping mall de Tenjin. La ville ayant deux centres : Tenjin et Hakata, qui sont divisé par la rivière. Le centre de Tenjin offre plusieurs shopping mall ainsi qu’un souterrain de boutiques, de quoi faire les magasins en été comme en hiver.

Gion

Le soir, on part manger avec un ami d’ami japonais ayant étudié en France. On discutera en français donc autour d’un bon repas. On a choisi l’un des meilleurs barbecue japonais de la ville ou le beef est délicieux mais pas à la portée de toutes les bourses. Quelque chose comme 100 usd par personne avec illimité de bière et suffisamment de viande pour 3. Cela dit, on a bien mangé et le boeuf wagyu fondait dans la bouche.
Après ce diner, on a pris quelques bières a l’appart puis on est parti en club au Infinity, un club plutôt sympa, pas très grand, avec de la musique assez classique par contre (les charts) et une population éclectique.

Beach

Après une longue nuit de clubbing, le lendemain on testera les kimonos de notre hôte qui ne jure que par cet habit traditionnel japonais. C’est d’ailleurs l’un de ses business, il achète des kimonos dans les dernières usines de production traditionnelles pour les revendre à ses amis en ville. Pour le déjeuner on va tester la chaine de ramen Ichiran, très connue dans l’ile de Kyushu et même à l’étranger. Le concept est assez particulier. Chaque personne a une cabine avec un volet a l’avant que le serveur ouvre pour vous apporter votre bol de ramen que vous désirez. Les choix sont simple, le type de ramen, leur cuisson, la viande (si porc ou non), les algues seches, le degré d’épices et si vous voulez un “refill” de ramen plus tard, un oeuf et autres side-dish. Un petit robinet pour se servir et il suffit d’attendre que le bol arrive pour manger… dans son coin. Les séparations entre personnes peuvent être ouvertes.

Kimono

L’après midi nous partons avec notre ami japonais réserver les billets de train pour Nagasaki directement à Hakata station ou se trouve les trains régionaux (et les Shikansen qui vont jusqu’à Tokyo). Ensuite on laisse notre ami pour aller faire un tour à la plage près de la Fukuoka Tower. La plage n’est pas très grande et il fait un peu froid mais ca peut être un endroit relaxant durant l’été. Et puis bon avec le port d’a coté l’eau ne doit pas être très propre. On repars en passant devant le Yahoo Statium (stade de baseball), on repasse a l’appart prendre nos sac et direction la gare. Après deux heures de train, nous voici arrivé a Nagasaki.

Arrivés le soir, on se dirige à pied vers notre Hostel, le Akari international hostel, basé dans un coin calme pas loin du centre ville. On part donc faire un tour dans le centre voir s’il y avait quelques bars ouverts ou autres. Visiblement, un dimanche soir, tout étaient fermés. On prendre un diner rapide et on rentre.

Nagasaki

Le lendemain, réveil aux aurores pour aller visiter. Direction les sites historiques. Avant de partir de l’hostel on récupère des coupons de reductions pour certaines attraction de la ville qui sont offertes à tout visiteur. On prend donc ensuite le tramway de la ville, qui a un style un peu old-school très sympa. Les musées et aux mémoriaux se trouvent plus au nord et il faut donc prendre le tramway pour remonter vers l’arrêt Hamaguchimachi. On commence par le Memorial Hall en hommage aux morts induits par la bombe atomique. Lieux très symbolique donc. Ensuite, juste à coté se trouve le musée sur la bombe atomique qui retrace la seconde guerre mondiale coté japonais avec surtout l’accent mis, évidemment, sur l’évènement de la chute de la bombe, ses dégats et des récits de survivants, Une mise en perpective et des explications scientifiques et diplomatique sur les effets de la bombe. Un musée très intéressant.

Peace Park

On sort du musée et on se dirige vers le parc de la paix ou se trouve la statue de la paix érigée 10 ans après la chute de la bombe en tant que mémorial. Elle se trouve exactement ou la bombe est tombé. La main gauche indique la paix tandis que la main droite pointe vers le ciel d’ou est venu la bombe et le danger de la guerre.
Après s’être promener dans le quartier on part manger dans un shopping mall se trouvant sur la route du retour. Une soupe de udon et une crêpe à la japonaise (c’est à dire avec plein de crème fouettée et des morceaux de brownies pour moi) et on est reparti pour aller sur l’observatoire du Mont Inasa. On choisi de prendre le cable car, qui est vide en cette journée… pour aller sur le toit de l’observatoire qui donne une vue sur toute la baie et la ville de Nagasaki. Soit disant l’une des meilleures vue du monde. Bon je préfère quand meme la skyline de Hong Kong mais bon. De l’observatoire on voit même l’ile de Hashima (Gunkanjima). Une ile minière abandonnée ou se trouve encore des immeubles entiers vides. Une ville fantôme visitable en une journée avec guide spécialisé. On peut apercevoir l’ile dans le dernier James Bond : Skyfall.
On redescend donc de notre mont pour aller visiter avant de partir un mausolé a la memoire des 26 martyrs (saints) du Japon qui furent crucifier au 16e siècle. Le musée derrière le monument contient de nombreuses lettres de St Francois Xavier.

Nagasaki

Fin d’après-midi, on re saute dans le train direction Fukuoka. C’est décidé pour le diner on fait un sushi et un bien. On choisit le meilleure restaurant à sushi de la ville. C’est ce qu’on appelle un : omakase. C’est a dire que le chef décide de ce qu’on mange, dans l’ordre ou on le mange et avec quel accompagnement. Pas question de tremper certains sushi dans la sauce soja. Les sushis sont fait par un unique maitre sushi, ils sont pas par paire et utilise les meilleurs ingrédient. Moi qui ait l’habitude de prendre des poissons habituels (saumon, thon, yellow tail …), cette fois-ci je me force a manger des poissons dont je n’ai jamais entendu parler et donc je ne pourrai donner le nom vu que personne ne parlait anglais. Faut dire que c’est bon, mais évidemment cher. 10000 yen par personne pour 9 sushi différents, et 400 yen pour le thé. Faut le vouloir.

Sake bar

Après s’être rempli la panse de bon sushis, on part prendre une bière dans un bar temporaire ouvert par Asahi, qui doit ainsi tester ses nouveaux produits. Pas donnée la bière quand même (600 yen le demi).On retrouve notre hote japonais qui décide de nous emmenez dans un bar avec ses amis, ce bar qui se trouve pas loin de l’appart propose un champ de tir avec cible et de nombreux pistolets/fusils airsoft. On est donc tout passé tester l’un des fusils et s’essayer a tirer sur des cible a 20 mètres. Evidemment, pour ceux qui connaissent l’airsoft, les répliques des armes sont extrêmement bien faites, elles font peu ou prou le poids exact d’une vraie.
Après cet entrainement au tir, notre hote décide de nous faire découvrir le pub crawl facon japonaise. C’est à dire, aller de bar en bar tester du saké ou sochu (plus fort) avec un petit plat spécifique au bar en question. Le premier est donc un bar à saké qui fait des tokoyaki, sorte de petite boule de farine remplie de crème et de calamar. Ensuite on passe à un autre niveau avec un bar qui propose du sochu et de la viande de canard crue en salade. Mieux vaut avoir l’estomac accroché.

Fukuoka

Le lendemain, mon pote repart pour Shanghai dans la matinée alors je pars visiter à pied le parc Ohori ou se trouve des reste d’un chateau. Je fais le tour tranquillement du lac et me balade dans le coin pour rejoindre le mausolée Gokoku.
Dernière courses puis direction l’aéroport en métro puis shuttle, vu que le terminal international est de l’autre coté du runway.

Budget : 650 euros

Transport : Hong Kong Express (300 euros)

Hotel : chez un pote (Fukuoka), Akari International Hostel (Nagasaki)

Album Photo

Advertisements

4 jours à Seoul

Profitant du jour férié en l’honneur de la rétrocession de Hong Kong à la Chine le 1er juillet, je suis parti 4 jours à Séoul retrouver un pote qui bosse chez Renault-Samsung Motors.

Cette fois-ci, j’ai pu prendre un avion de la compagnie Asiana Airlines, l’une des deux principales compagnies coréennes. Arrivé a Incheon, direction l’Arex (Airport Railroad Express) qui malheureusement est en express que toutes les 40 minutes (semblerait), donc j’ai pu faire tous les arrêts de la ligne et j’ai bien pris 1h40 pour rejoindre Gangnam-gu (enfin Yeoksam) ou se trouvait mon hôtel, l’IMI Gangnam.

Untitled

J’ai donc retrouvé mon pote a Gangnam pour aller directement boire un coup dans une soirée internationale. Arrivés a la bourre, on repart directement prendre un so-mak au 711 avant de se rendre a l’Eden, vide… Donc on change pour aller dans le plus chic des clubs de Gangnam (apparemment), l’Octagon. Comme dans la plupart des clubs de Gangnam, tout amateur d’électro devrait s’en sortir heureux. La musique est franchement sympa et ils ne passent pas les charts habituels. Les filles sont splendides, le club est grand et propose une grosse piste de dance. Par contre en terme de prix, c’est l’un des plus cher. On a payé 40k won, soit pres de 40 usd pour l’entrée avec une seule boisson. Cela dit, on a appris avec surprise que c’était une soirée spéciale avec comme DJ invité : Markus Schulz. On a terminé a 5h du matin au Burger King du coin.

Le lendemain, je pars visiter le Musée de la Guerre (War Memorial), l’un des plus grand de Seoul qui s’avère être l’un des meilleurs musée que j’ai fait honnêtement. Sur plusieurs étages, ils faut bien une après-midi pour le faire, mais il faut le coup. Retraçant l’histoire de la Corée et ses nombreuses guerres, entre empires, colonisation, guerre contre le japon, pour terminer avec la guerre de Corée. Dehors, de nombreux chars, avions et même un bateau sont exposé.

Untitled

Le samedi soir je retrouve mon pote pour aller manger un BBQ coréen illimité pour 12000 won à Hongdae. La viande n’est pas la meilleure mais ca rempli l’estomac. On ira se promener et tester les bars… je dirais les moins cher de corée nous proposant des cocktails a 1500 wons… faut dire que l’alcool ne devait pas être très bon ni en grande quantité, mais enfin… Ensuite on passé dans quelques clubs dont le Papa Gorilla. Hongdae, c’est le quartier plus étudiant, plus trash, moins cher avec plein de bars partout… On a fait un tour dans le parc ou se retrouve des chanteurs et danseurs de rues, de l’animation pour tout le monde. Puis on a pris un taxi pour Itaewon (quartier international), ou on a fait le Gold bar, rempli d’étrangers venant regarder les matchs de la coupe du monde. Un petit tour dans le quartier puis on est rentré à la maison.

Untitled

Untitled

Le dimanche, on a retrouvé des amis français pour faire un picnic rapide sur les bords de l’ile de Yeuido, ou bon nombres de coréen se rassemble pour manger des fried chicken épicés. Ensuite je suis parti avec un ami d’ami à un événement musical (branché/hipster) organisé sur le toit d’un immeuble en plein centre de Seoul ou apparemment la compétition se faisait sur la tenue vestimentaire. Bonne musique, beaucoup d’étrangers nord-américains et événement assez atypique pour l’Asie, ca change quoi. Après je suis parti me balader dans le centre pour ensuite retrouver une amie coréenne afin de manger un (encore) BBQ coréen, cette fois-ci de très bonne qualité et pour le coup pas au même prix (60 euros à deux). Faut dire que le boeuf était délicieux avec les feuilles de sésame, de l’oignon et du kimchi.

Untitled

Lundi je me met en tête de partir visiter tout le centre à pied. Je m’arrête a Dongdaemun puis je marche d’est en ouest. A dongdaemun history and culture park, un nouveau bâtiment sur la culture télévisuelle, les films et les métiers de animations vient de sortir de terre. Je me suis arrêté manger dans le marché de Gwangjang, une sorte de pancake au kimchi et soja, très bon (mais trop gros pour une seule personne) nommé BuChimGae. Ensuite j’ai suivi le ruisseau qui cours le long du centre ville, appelé Cheonggyecheon pour rejoindre Insadong un petite quartier touristique plutôt sympa. Je me suis arrêté faire le temple bouddhiste de Jogyesa puis je suis redescendue pour faire les grands boulevards ou se trouve les banques et autre multinationales. Ensuite je suis parti faire les soldes chez Lotte en attendant mon pote. On a pu ensuite manger un de mes plats préférés : un kimchi fried rice avec de la viande sur une plaque chaude (j’ai oublié le nom).

Untitled

Mardi matin je me lève tôt pour aller visiter dans le quartier de Gangnam, les tombes des empereurs : SeonJeonGneung. Le parc n’est pas gratuit (2usd) mais est très reposant, certains coréens prennent un abonnement au mois très surement pour pouvoir s’y balader à la pause du midi. Par contre pour les tombes, le spectacle n’est pas fou, on ne peut pas voir grand chose (il n’y a pas grand chose à voir de toute facon). On en oublierai qu’on est en plein Gangnam, l’un des quartiers les plus animés de la capitale. Puis direction Coex, le principal mall/convention center de Seoul, qui est en pleine rénovation… en gros plus rien a voir, tout est fermé ou presque. Je suis donc allé voir les temples de Bongeunsa puis je revenu manger un bimbimbap dans un des rares restaurants ouverts du Coex. C’était ensuite l’heure de rentrer prendre mon sac pour les 1h30 de route entre Gangnam et Incheon Airport. Retour à Hong Kong.

Budget : 600/700 euros

Transport : Asiana Airlines (350euros)

Hotel : IMI Gangnam (Yeoksam station)

Album Photo

Une semaine en Asie du Sud-Est

Profitant des jours fériés du nouvel chinois, j’ai pris une bonne semaine de congé afin de partir visiter l’Asie du Sud-est.
Les prix durant cette période étant exorbitants, il a fallu ruser. J’ai donc recherché comment visiter le Cambodge et le nord du Vietnam, tout en prenant les billets d’avion les moins cher.
Finalement, après de nombreuses recherches sur tous les comparateurs possibles, les compagnies aériennes asiatiques low-cost et agence de voyage… j’ai pu dénicher un tour plutôt intéressant pour moins de 670 euros (vols seulement, ce qui n’est pas forcement très élevé pour la periode).

Le tour part donc de Hong Kong pour Bangkok sur HK Airlines, continue avec Cambodia Angkor Air pour faire Bangkok – Phnom Pen, puis la même compagnie pour Siem Reap (Angkor) – Hanoi, et enfin Vietnam Airlines pour Hanoi – Canton/Guangzhou. Pour la partie : Phnom Pen – Siem Reap, nous avons pris un mini-bus et pour la partie Canton – Hong Kong, nous avons pris le train (Guangzhou East – Kowloon).

Tout ca, du vendredi soir 8 février au dimanche 17 février 2013.

9 jours, 5 villes, 4 pays. Intense mais efficace !

Alors qu’en est-il de ce voyage express en Asie du Sud-Est ?

Je vais découper mon récit par ville.

Arrivé le vendredi soir (ou plutot samedi matin) a Bangkok, taxi depuis l’aeroport, puis bonne nuit de sommeil à l’hotel King Royal Garden Inn. Ce dernier ne paye pas de mine mais possède une petite piscine sur le rooftop et se trouve juste à coté de la station de BTS Surasak. Matin a la piscine, après midi shopping. On commence par Kaohsan road, puis direction central avec le MBK center, qui se trouve être immense et proposer tous les souvenirs pour touristes nécessaires, aux prix… touristes. On est ensuite aller faire un tour dans Siam, que l’on a visiter de long en large pour finalement rentrer en fin d’après midi à l’hotel. Le soir, on a décidé d’aller prendre un verre au Sirocco bar, tout en haut du Lebua. L’hotel qui est mis en avant dans le film Hangover 2 (Very Bad Trip 2). La vue est sympa, les verres sont assez cher (normal) et il y a un peu beaucoup de touristes mais c’est à faire.
Ensuite direction sukhumvit soi 14 (nana) pour aller boire un coup à un bar/volkswagen avec des connaissances expat de mon ami.
Après quelques buckets, nous partons pour RCA et le plus grand club que j’ai vu jusqu’à présent en Asie : Route 66.

 

Le club qui déborde très largement sur la route (pour pas dire : prend le trottoir et toute la chaussée) est composé de 3 ambiances. Payant pour les étrangers, on a pris une table avec bouteille. Je ne me rappelle pas du prix exacte de la bouteille mais on a payé 300 baht l’entrée qui nous donnais des coupons, ca nous a permis d’avoir la bouteille a 6 personnes. Malheureusement, assez difficile de danser dans 2 des salles et de ce fait, assez compliqué de s’intégrer, sans compter que les thai savent que beaucoup d’occidentaux sont la que pour les vacances et qu’ils se comportent n’importe comment.
On a finalement terminé dans un bar/boite d’after dont je ne me souviens même plus du nom. On a bien fait la fête quoi.

Lendemain, direction l’aéroport pour un vol rapide vers le Cambodge et la capitale Phnom Pen. Arrivée au Cambodge, direction les comptoirs de la douane acceptant le E-Visa (fait sur Internet au préalable pour 28 USD).
Puis taxi pour 9 USD (assez cher) vers le centre ville, à notre hôtel Golden Noura. Staff plutôt sympathique et hôtel correct mais surtout bien placé à coté du palais royal. Malheureusement ce dernier n’était toujours pas ouvert du fait de la mort récente du roi. Par contre son tombeau et le parc ou il se trouve est ouvert et gratuit, et c’est très joli la nuit.
N’étant présent qu’une seule nuit sur place, nous sommes allé voir le musée Tuol Sleng, ancien lycée transformé en prison de torture durant la dictature de Pol Pot (Khmers Rouges qui ont ravagé le pays…). Entrée pour 2 USD. Notre touk touk nous a fait le chemin aller-retour plus un détour au Wat Phnom pour 4USD. On a pu donc aussi visiter le temple qui est payant 1 USD pour les étrangers.

 

En fait tout est payant ou presque, alors ca reste peu cher pour nous mais comparé au pays, vu qu’ils payent tout en USD et que la base de tout service est de 1USD, ca commence à faire… souvent même plus cher que les pays voisins qui sont pourtant plus riches. Alors il faut tout tout tout négocier, et durement des fois.
On est ensuite aller faire un tour sur le quai Sisowat, au bord du fleuve Mékong, on s’est arrêté pour manger dans un petit restaurant, un Amok, spécialité du pays. Puis on s’est rendu au petit marché de nuit. La ville n’est pas très grande et le marché l’est en conséquence.
Enfin on est sorti le soir pour se rendre au Pontoon, seul vrai lounge/club de la ville. Entrée gratuite ce soir la mais généralement 6 USD. Le club est fréquenté par la jeunesse dorée locale. On a pris un cocktail (4.5 USD) puis on est rentré à l’hotel. Je pense qu’il doit valoir le coup du jeudi au samedi soir, + conseil de local.

 

Le lendemain matin, nous avons décidé de nous rendre au Russian Market pour acheter des souvenirs. Malheureusement ce dernier était a 80% fermé. Juste pour information, contrairement à ce qui peut-être écrit sur Wiki Travel et autre, le marché ne propose pas de “sorties d’usine de grande marque”, tout est de la contre-façon pure et simple.
Ensuite nous avons fait la visite du musée national tout proche qui est plutôt sympa. Puis nous avons continué à visiter le quartier et fait le tour du palais. On a réussi à trouver une vue sur la ville dans l’hotel d’a coté, ou personne n’a remarqué notre entrée. Alors on est monté a on a pu observé a 360degrés la ville.

Dès 14h, nous avons pris un mini-bus (20 places) pour se rendre à Siem Reap. On a mangé a toute vitesse dans le bouiboui d’à coté. Plutôt peu confortable, on avait choisi ce bus plutôt qu’un car pensant qu’il irait plus vite … Au final, 4h30 de route annoncé et on en a fait 6h30. Je préfère pas imaginer le car. 12USD par personne pour un confort très sommaire, mieux vaut rentrer dans le bus en premier et bien choisir sa place. Heureusement le chauffeur a fait 2 arrêts chez ses copains le long de la route.

Arrivés à Siem Reap dans la soirée. On a voulu faire les malins et chercher notre hôtel tout seuls, pas de chance, notre guest-house se trouvait plutôt loin du stop ou nous avons été déposés (près de la bar street). Donc mieux vaut demander à l’agence de bus puis décider touk-touk ou pas touk-touk.
Siem Reap, la ville ou se trouve les temples d’Angkor, tourne grâce au tourisme. Il y a de nombreux pubs et restaurants, ainsi que des marchés de nuits et autres shops de souvenirs. De quoi faire après les visites des temples.

On a dormi donc a Bou Savy Guesthouse qui s’avère être plus excentré que prévu. Arrivée impeccable mais hélas, mon lit était infesté d’insectes et je me suis fait piquer toute la nuit, impossible de dormir. L’insecticide n’ayant pas marché (il fallait jeter le matelas), j’ai du dormir par terre la nuit suivante. Bref pour l’hotel… on aura vu mieux.
On a donc fait la visite du petit circuit de temples en 1 journée. C’est très beau et on a accès aux temples du parc après avoir montrer le pass (pass 1 jours de 25 USD), il ne faut donc pas le perdre. Il est nécessaire bien évidemment d’avoir un touk-touk a la journée avant de faire le tour. On a failli perdre le notre sur un des temples, donc il est important de s’accorder avec le conducteur de l’endroit ou se retrouver après la visite du temple. Les prix a l’intérieur du parc sont bien sur, un peu plus élevés, cependant près des temples plus petits et plus éloignés, les prix descendent vite. Faites attention par contre aux racoleurs pour les restaurants qui vous montreront un menu avec des prix bas et d’un tour de passe passe vous donneront un autre menu bien plus cher. Ex. je voulais manger un Amok au poulet, ce dernier s’affichait a 3.5 USD sur le premier menu et a plus de 5 USD sur le menu servi a table…
On est parti tot pour éviter la marée humaine, mais je crois que durant le nouvel an chinois, c’est peine perdue.

 

La journée de touk touk nous a couté 12 USD, transformé en 15 USD parce qu’on est 3… évidemment on aurait été blonds, je pense qu’on aurait pu payer quelque chose comme 20 USD…
Le soir, on a fait restaurant et pubs tranquillement, ainsi que shopping de souvenirs.
Pour finir en beauté, on a voulu confirmer notre touk touk pour l’aéroport du mercredi matin et on a vu le prix passer de 3 USD à 5 USD comme ca… On a donc demandé au manager de l’hotel de voir avec son collègue qui nous avait assuré que c’était 3 USD. Évidemment, après quelques mots, le collègue est revenu en disant qu’il n’avait jamais dit 3 USD mais bien 5 USD, qu’il avait mal compris l’horaire, alors qu’on en avait parlé pendant 15min le premier jour, vu que notre vol était a 7 du matin… Bref, le lendemain, notre touk touk était fort heureusement la, malgré notre engueulade avec le manager. Direction Hanoi sur Angkor Air.

 

Arrivée a Hanoi, on prend un taxi pour un tarif fixe “pseudo-négocié” de 350kVND (au compteur, ca doit être moins cher). Notre hotel (Indochina Gold Hotel/Aquarius Hotel) se trouvant dans la vieille ville Hoan Kiem, on est au milieu d’un petit quartier plutôt sympathique. Dès le midi, on part visiter le quartier de la vieille ville puis ensuite le temple de la calligraphie Van Mieu avec la moitié de la ville … On assiste a un jeu d’échec chinois grandeur nature. Petite sieste dans l’après midi.
On continuera par visiter la ville en se dirigeant vers le boulevard Dien Bien Phu. Quelques photos puis on rentre manger. Un petit verre dans un des bars au 4e étage de la place … puis ont rentra dormir.
Le lendemain, visite du mausolée d’Ho Chi Minh (gratuit), ou appareil photo et autre telephones sont interdits. On peut y entrer que le matin. Le corps de l’ancien président y est entreposé dans un cercueil vitré. Ensuite on est parti visiter le musée national a coté, dont la deco est plutôt sympa (2USD). Puis on a pris un taxi (6USD) pour se diriger a l’ouest de la ville pour visiter le musée de l’ethnologie qui raconte l’histoire du pays et son mixage ethnologique. On peut aussi y voir beaucoup d’affiches françaises du à un partenariat d’échange culturel.
On est ensuite reparti. On voulait rejoindre le sauna/spa/massage de Huong Sen (68 An Duong, très conseillé par les locaux) mais ce dernier était fermé pour la fête du Têt (nouvel an lunaire). Direction donc la pagode sur le lac au nord de la ville, qui paraissait plus grande sur la carte touristique de la ville. Puis on est rentré à pied à l’hotel.

 

Le soir nous sommes allé tester le Bun Cha (vermicelle de riz au porc) ou le Pho, je ne sais plus trop mais en tout cas on a testé ce que l’on pouvait à chaque déjeuner et diner. Puis nous sommes retourné boire un verre près du lac, tester les deux bières viet : Ha Noi beer et Saigon beer. Au passage, nous trouvons une petite agence de voyage proposant la visite de Tam Coc (le Ha Long Bay terrestre) pour 18 USD, je crois que c’est le moins cher qu’on aurai pu trouver.
Le lendemain donc, réveil assez tôt, on embarque dans le bus qui fera le tour des hôtels puis c’est près de 3h de route pour aller visiter l’ancienne capitale du Vietnam avec deux petits temples. D’autres français qui étaient avec nous dans le bus ne faisaient pas la visite mais se rendait juste a Ninh Binh, la principale ville près de Tam Coc. Le guide leur a dit que la visite de l’ancienne capitale se faisait avant l’arrivé à Ninh Binh. Ils avaient donc soit le choix de rester dans le bus pendant 45 min soit de venir avec nous. Le guide leur a demandé 50 000 VND puis leur a donné le ticket avec écrit le prix dessus, de 10 000 VND. Vendu 5 fois le prix, le groupe de français s’est senti lésé et a demandé le remboursement de la différence… et bien le guide a fait comme s’il entendait pas et n’a rien rendu… C’est assez fou comment il a réussi à arnaquer 10 personnes. Je crois même qu’un autre couple s’est fait avoir.

En gros, il faut bien faire attention et toujours éviter les coups tordu. Par exemple, le restaurant du midi propose trois plat viet pour 6 personnes sur une table de 4… Le soi-disant buffet invisible coute 7.5 USD par personne (carrément) et les boissons ne sont pas comprises. Évidemment pas de boisson comprise. Mieux vaut avoir prévu le coup. L’après midi on est donc allé faire un tour de bateau à Tam Coc. Sur un petit bateau à rame avec un/une rameur qui nous emmène sur la rivière et nous fait découvrir le paysage fait de montagnes/rocs qui semblent avoir pousser de la terre. On a traversé 3 grottes et la balade a duré environ 2h. Autour de la rivière de nombreuses rizières. C’est beau et l’air est un peu plus pure que la ville évidemment. Ca vaut le coup, rien que pour le tour à la campagne. A la fin de l’aller, des bateaux remplis de souvenir et boissons nous attendent, pour nous vendre quelque chose que l’on devrait donner au rameur/rameuse. On a préféré ne rien acheter et laisser un plus gros pourboire. En effet, bien que le tour soit payé, le guide nous avait prévenu que les rameurs demandent un pourboire et qu’il est conseillé de donner entre 1 et 2 USD. Voulant faire un geste, mon pote a laisser 5USD. On attendait un sourire et un merci, on a eu le droit a une plainte et une main tendu vers ceux n’ayant rien donné demandant un pourboire… On a bien regretté. Voulant s’assurer tout de même que 5 USD était un gros pourboire, on a demandé aux autres et oui, la plupart n’avait laissé que 1 USD et n’avait pas eu de plainte.
Bref, on est rentré sur Hanoi tranquillement. Au final on était content de la journée qui nous a rempli d’air frais avec un beau paysage, même si la pluie était au rendez-vous.

 

Le lendemain, on se réveille tranquillement, le taxi commandé à l’hotel nous attend (même prix qu’a l’aller). Direction le petit aéroport d’Hanoi (ils construisent un deuxième terminal à l’heure actuelle). Vol pour Canton / Guangzhou.

Arrivé en Chine, changement de monnaie puis taxi pour notre hôtel le Tavernew Hotel (110RMB), pas facile à trouver car au fond d’une rue a coté d’un parking, mais plutôt propre car tout renové (a part l’odeur de cigarette habituelle en chine). Pour cette fin d’après midi on a décidé de se rentre à la Canton Tower, le plus grand building de Chine. Malheureusement, pour monter, c’est cher : 150 RMB par personne juste pour la vue du sky desk. Pour un peu plus, on a même la chute libre au Sky Drop en extérieur (attraction de l’ascenseur qui tombe). Pour les plus fous il y a le pack romantique à 488 RMB pour monter au tout dernier observatoire, a l’air libre avec un repas je crois.
On est donc juste allé sur la terrasse qui coute 20 RMB, puis pris une bière avec la vue sur la skyline. Ensuite direction notre restaurant préféré (si je puis dire), c’est le Teryo Teppanyaki, un restaurant japonais qui propose l’illimité pour 168 RMB, entre sushi, viande au teppan et bière… on a été bien servi et fini complètement plein.

 

Vers 22h, on se dirige donc, vers le club que je voulais tenter : le Catwalk. Un club tout propre, tout neuf, dans une sorte de mall, immense et avec un catwalk au milieu, en lieu et place du dancefloor. Assez cher par contre, 800 RMB minimum pour la plus petite table, avec pour ce prix, une bouteille classique de whisky et 8 coca + glacons. Soirée arrosé. Club pas forcément très plein mais avec quelques shows sympathique. Il faut dire que le restaurant nous avait bien cassé, donc on est ensuite rentré tant bien que mal a l’hotel (grâce a la business card de ce dernier, objet indispensable en chine quand on ne parle pas chinois).

Le lendemain direction Guangzhou East Railway Station (la gare de l’Est). On a pris notre billet pour Kowloon (Hong Kong) pour 154 RMB chacun, sans trop de problème. Un petit fastfood et “hop en voiture” pour 2h de train. Arrivé à Hong Kong dans l’après midi, complètement crevés.

Budget : 670 euros pour les vols. Environ 10e par nuit par personne. Proche des 1000 euros tout compris (shopping included).

Transport : Hong Kong Airlines pour HKG-BKK, Angkor Air pour BKK-PNH et REP-HAN, Vietnam Airlines pour HAN-CAN. Mini-bus pour PNH-REP.

Hotel : King Royal Garden Inn pour Bangkok, Golden Noura Villa Pub pour Phnom Pen, Bou Savy Guesthouse pour Siem Reap, Indochina Gold Hotel pour Hanoi, Tavernew Hotel pour Canton.

Album photo

Infos pratiques Hong Kong

Etant donné que je suis parti pour un an, il y a toujours quelques points importants à étudier avant de s’expatrier. Voici un condensé de petites infos pratiques pour partir à Hong Kong et d’autres infos basées sur mes expériences… Bref, un peu de tout.

Sécurité Sociale

Lorsque l’on quitte notre beau pays ayant le meilleur système de santé du monde, il faut trouvé une assurance santé pour les coups durs de la vie ou tout simplement les petites maladies qui peuvent arriver et ainsi éviter de se ruiner en médicaments. Mon université me demandait obligatoirement une assurance santé (normal quoi), elle proposait donc soit la sienne (partenariat avec une assurance canadienne) soit de justifier la souscription chez une autre avec une copie du contrat.

En tant qu’étudiant je sais que la SMEBA, sécu étudiante chez qui j’étais (existe surtout dans l’Ouest de la France) proposait une assurance autour du monde à 33€ par mois environ. Cela permettait de couvrir la plupart des besoins.  Au final j’ai pris celle de l’école qui coutait que 40€ l’année. On verra bien, mais les consultations dans la clinique de l’école ne coutant que 1.3€ et l’assurance s’occupant des médicaments et frais hospitaliers (et autres rapatriements), je pense avoir ce qu’il faut.

Banque

Toujours important quand on part un an à l’étranger, comment payer et gérer ses frais sur place ? Surtout lorsqu’on est étudiant, on doit payer sa scolarité qui n’est pas forcément donnée et son loyer.

Personnellement, j’ai ouvert un compte chez HSBC France vu que HSBC est la banque “historique” de Hong Kong (HSBC voulant dire Hong Kong Shanghai Banking Corporation). Une VISA me permet ainsi de retirer sans frais dans tous les ATM (Distributeur Automatique de Billets) HSBC ou Hang Seng, la filiale de HSBC un peu “plus cheap” dirait-on. L’avantage étant donc que je peux me rendre directement en agence en cas de problème (ce qui a déjà été le cas).

HSBC building by stephenk1977

J’ai aussi ouvert un compte directement chez HSBC Hong Kong afin de faciliter les paiements de ma scolarité et du loyer. Je me suis rendu dans l’agence toute proche de l’université et la conseillère m’a indiqué que je bénéficiais d’un compte Advance gratuit pendant un an. Alors de deux choses, l’une : chez HSBC, les comptes sont au nombres de 3 types (voir 4 je crois), il y a le compte le plus bas, le plus classique, il y a ensuite le Advance et enfin le compte Premier ; deuxième chose, à Hong Kong, les comptes sont payants (comme en France) sauf si vous laissez un montant minimum sur votre compte (compte d’ailleurs divisé en deux partie : le current et le savings). Par exemple pour le compte Advance, je crois que c’est 3000€ et pour le Premier c’est 100000€. Sinon vous devez payer une somme qui peut être d’environ 38€ pour le compte Premier.

J’ai donc eut le droit à une carte de retrait HSBC qui me permet aussi de payer via les ATM. Parce que le gros plus à Hong Kong, c’est qu’on peut régler ses factures d’électricité, d’eau ou même sa scolarité directement à l’ATM. Suffit de donner le compte à prélever et quelques indications comme le numéro étudiant par ex. pour l’université. J’ai aussi demandé un accès internet. Par défaut, les virements internet sont limités à 0€, il faut alors remplir un formulaire pour débloqué la possibilité. Il ne rigole pas avec la sécurité à Hong Kong, alors pour se connecter à son compte HSBC Internet Banking, il faut 2 mots de passe ou un security device, sorte de petit porte clé qui affiche un code en fonction de l’heure qu’il est et qui permet d’éviter de taper le 2e mot de passe (non ca ne rigole pas !).

Pour payer mon loyer, malheureusement, je n’avais pas encore l’accès à mes virements bancaires par internet, j’ai donc du faire un cash deposit, solution largement la plus économique puisque c’est la seule sans frais. J’ai donc retiré plus de 1000€ chez HSBC pour parcourir le quartier à la recherche de la banque de mon loueur où j’ai pu faire un cash deposit sur son compte. Chose que je ne ferai plus maintenant que j’ai mes accès. Solution économique aussi pour faire des transferts entre mon compte HSBC France et HSBC HK. Suffit de retirer avec la carte française et déposer avec la carte HK dans les ATM. Bon vu que les plafonds des CB sont assez faibles, c’est pas très pratique, mais ca peut aider.

Transport

Pour se balader à Hong Kong, il ne faut pas chercher bien loin, c’est l’Octopus Card la plus pratique. J’en avais déjà parlé mais je voulais juste rajouter qu’une version étudiante permet d’obtenir 50% de réduction sur tous les trajets en MTR (métro). Elle permet de payer aussi les bus et les tram (pas les taxi), et aussi dans les petits shop comme 711, Circle K, Macdo et autres fast food.

Dès le début du mois de septembre (pas avant), il suffit de se rendre dans un Customer Information Counter pour prendre un formulaire, après l’avoir remplie et fait tamponner par l’école, on peut échanger sa carte Adulte contre une Student Temporaire qui permettra de ne pas attendre fin Novembre, date à laquelle on peut retirer la vrai carte Octopus étudiante, pour faire des économies.

by duncanwong

Concernant le MTR, quelques infos. Sur la carte vous verrez que certaines lignes se touchent en certains points, généralement c’est très bien fait et vous pourrez changer d’une rame à l’autre, à savoir, pas besoin de remonter dans le hall, suffit de traverser le quai. Ca parait évident pour ceux qui prennent le métro, mais bon, pour les lignes rouges et vertes qui se touchent : Prince Edwards permet de desservir le nord de la rouge et le nord de la verte que vous veniez du sud de la rouge ou du nord de la verte, Mong Kok s’occupe de desservir le sud de la rouge si on vient du nord. C’est bon à savoir. Sinon, ici pas de portique de sécurité, juste un tourniquet simple, mais pourquoi voler quand cela coute 25cents de faire 2 stations. Alors, ils nous aient arriver la première d’avoir un problème avec l’Octopus. Un des potes n’avait plus d’argent dessus et la Add Value Machine qui permet de la recharger se trouvait de l’autre côté de la barrière dans la zone payante. Et bien il faut savoir que lorsqu’il a essayé sur la machine après avoir sauter par dessus la barrière (wouah pas bien !), la machine a indiqué que la carte n’était pas active. En effet, elle s’active en rentrant dans la zone payante. Bon, vu qu’il était en négatif, le tourniquet ne voulait pas le laisser passer, on a du retrouver un guichet pour rechercher. A savoir, négatif, ne veut pas dire que vous devez de l’argent à la société de tram, mais que les 50HKD minimum de la carte sont entamés donc que vous ne pouvez plus vous en servir. Il faut qu’il reste toujours un minimum de 50HKD. La barre du zéro est basé sur ces 50HKD.

Quelques infos rapides sur les autres moyens de transport. Le tram qui se trouve que sur l’ile est l’un des plus vieux moyen de transport et il est pour l’instant en sursis (certains n’en voudraient plus). Il ne coute que 2HKD quelque soit la distance. On rentre à l’arrière, on paye à l’avant devant le conducteur en sortant. Très agréable, je le conseille pour faire toute la cote. Les bus quand à eux sont à tarif unique aussi et à payer dès l’entrée. Il sont tout le temps (je crois) à double étage… à l’anglaise quoi. Les mini-bus : pratique, ils tournent toutes la nuit, il sont à tarif unique aussi je crois. Ils ne coutent pas trop cher. Celui qu’on prend qui nous permet de rentrer de Central vers Kowloon (Mong Kok plus exactement), nous coute 12HKD par personne. Ils ne partent que s’ils sont pleins, il faut leur indiquer ou on l’on souhaite s’arrêter. On peut les prendre en cours de route mais faut connaitre leur chemin… pas facile. Les doubles bus fonctionnent comme chez nous. Enfin, les taxis, parlent généralement anglais, mais il vaut mieux souvent avoir le nom cantonnais ou un papier avec écrit dessus. Ils sont climatisés, prennent jusqu’à 5 personne et surcharge dès un passage payant comme le tunnel sous le Victoria Harbour ou un Tunnel. Ils sont de 3 couleurs et chacun a sa zone d’exercice.

Sortir pas cher

Sortir pas cher, c’est quelque chose recherché par tous les étudiantes. Pour les filles, comme je l’avais dit, il y a une ladies night quasiment tous les soirs. Donc en gros… gratuits pour mes demoiselles. Pour les mecs, la “technique” habituel qu’on apprend vite c’est le passage au 711 pour prendre des bières vu qu’il est autoriser de boire dans la rue. Pour les fumeurs c’est pareil qu’en France, interdit dans les zones publiques (même si dans les boites c’est jamais respecté). Ensuite, pour les tarifs bars, c’est pareil que chez nous généralement. Mais il y a quelques bons plans. Perso, j’aime bien le Skitz le mercredi soir pour l’Open Bar à 18€, le RockSchool en dessous avec les vodkamixers à 15HKD (Wan Chai) ou le Long Island à l’Oyster à 35HKD (LKF). Bref, il y a plein de bons plans à trouver.

Un bon plan pour sortir c’est aussi la Silver Black Card. C’est en fait une carte “VIP” qui permet d’avoir des réductions dans pleins de restaurants, bars, boites, fitness, bijouteries et autres magasins. Je l’ai prise surtout parce qu’elle permet de rentrer gratuitement dans certains clubs qui sont plutôt cher (de l’ordre de 30€ avec une conso). Cette carte coute 90€ environ pour un an (système d’affiliation qui fait gagner 1 mois). Elle est vite rentabilisée. Pour me remercier vous pouvez m’indiquer comme votre parrain en mettant : Friend (qui vous en a parlé), Antoine Boucherie et mon code d’affiliate : SBC01145. Je gagne un mois gratuit.

by hobinskii

Je continue aussi avec les courses de chevaux. Seul jeu d’argent autorisé à Hong Kong – pour les casinos Macau est à une heure de ferry – les courses hippiques se déroulent tous les mercredi soir à Happy Valley, hippodrome historique mais aussi à Shatin le dimanche après-midi. Pour se rendre au premier, il faut aller à CausewayBay et marcher ou prendre un des tram qui s’y rend directement. Pour le second, il faut prendre la ligne bleue claire en direction du nord (la chine) et s’arrêter à l’arrêt RaceCourse ou l’autre (en face sur la carte) et marcher 500m. Un bon plan pour Happy Valley, c’est la pinte de bière gratuite offerte si on like la page d’Happy Valley. Cool non ? (bon ca ne durera peut-être pas) L’entrée ne coute que 10HKD et il y a toujours de l’animation pour ceux qui ne sont pas friands de paris.

Musées

Pour les fans de culture, mis à part les nombreux temples éparpillés un peu partout dans Hong Kong et dont certains sont tout simplement magnifiques, il y a aussi quelques musées. Pour l’instant je n’ai eut l’occasion que de faire le musée des sciences. Il faut savoir que l’entrée en musée coute environ 17HKD, sauf qu’il est possible d’avoir une carte à l’année ou pour 6 mois qui permet de faire 6 musées autant de fois qu’on veut (les HKongais sont vraiment fans des cartes en tout genre et de l’illimité). Pour nous étudiant, on a payé 25HKD pour 6 mois, ce qui nous laisse le temps de voir les autres musées. La plupart sont sur Kowloon (Musée des Sciences, des arts, de l’espace, de l’histoire…). J’ai bien aimé celui des sciences même s’il est vraiment moins complet que celui de Stockholm. J’ai pu y retrouver certaines pièces prêté par la Cité de la Villette.

Achats en tout genre

Voici un rapide résumé des endroits ou acheter à HK.

  • Faire les courses : Wellcome, CitySuper, ParknShop, Taste, Vanguard…
  • Snacks, boissons, journaux, tabac : 711, Circle K
  • Produits d’hygiène et de beauté, produits bébés, compléments alimentaires : Mannings, Watsons, Sasa (cosmétiques surtout)
  • Médicaments : Watsons, ou tout dispensaire avec un Px rouge sur fond blanc (avec croix rouge)
  • Produits électroniques : Computer Center de Mong Kok ou Sham Shui Po (mais bon apparemment dans les petites boutiques moins touristiques c’est moins cher).
  • Fakes et autres babioles : ladies market à Mong Kok ou carrement en Chine à Shenzen
  • Fringues : dans un des très nombreux malls (les prix changent en fonction des mall bizarrement)
  • Fast-Food : McDo, Burger King, KFC, Mos Burger, Cafe de Coral, Yoshinoya, LIMX, PizzaHut…

Est de Stockholm : musée des Sciences, tour télécom

Recherchant de quoi visiter, on a pris le petit bouquin des musées à Stockholm. Il y a des musées pour tout à vrai dire. Des petits musées pour tout et n’importe quoi en fait. Mais il y avait un coin, à l’est de Stockholm, juste au nord de l’ile de Djurgarden, ou se trouvait le musée des technologies et une tour télécom donnant une vue exceptionnelle sur la ville.

Geeks que nous sommes, on y est allé et on y a passé du temps ! Presque une demi-journée pour faire un immense musée des technologies et une tour télécom de 100m.

Le musée des technologies c’est un peu notre cité des sciences. Une parties sur tous les types de déplacement, des voitures, des avions, des vélos etc. Une partie sur l’industrialisation, l’extraction des minerais, l’espace, des jeux sur la physique… Bref, on était comme des gosses et on a tout fait. Sur 3 étages, il y avait de quoi. Une partie entière sur les télécoms, les ordinateurs… Une zone pour faire découvrir la radio et la télévision aux enfants avec la création d’un mini-JT. Pfiou, il y avait de quoi faire et on en est ressorti avec mal au pattes mais content.

Ensuite nous sommes monté au 30e étage de la tour Télécom pour prendre quelques photos de la ville de Stockholm. Il est possible de manger tout en haut de la tour, celle-ci possédant un restaurant et aussi de sortir dehors. Attention vertige…

Gamla Stan : la vieille ville, le Musée Nobel, le palais royal

Stockholm à la particularité d’être dispersée sur plusieurs iles (plus d’une dizaine). Le centre de Stockholm comprend l’ile de Gamla Stan, qui, comme son nom ne l’indique pas pour des non-suédophone (ca se dit? ) veut dire Vieille Ville.

Gamla Stan c’est la vieille ville et ses bâtiments typiques, une église médiévale, le palais royal et le parlement. Très charmante, c’est la que les touristes logent et viennent faire du shopping pour acheter tout ce qui ne peut intéresser qu’eux. Le musée Nobel s’y trouve aussi et on l’a fait.

Voici un petit résumé :

La vieille ville et ses rues pavées. Des bars, des magasins, des échoppes et pas mal de petits trucs sympa. On y passe forcement. La nuit, il faut y aller tot pour prendre un verre, mais ce n’est pas l’endroit le plus dynamique loin de la.

Le palais royal, gardé jour comme nuit par des gardes (des fois “stagiaires”) en uniforme qui se les pèlent. La relève de la garde à 11h avec un petit air de musique est souvent bondé de touristes mais sympa à voir. Bon ce n’est pas Londres, mais c’est toujours sympa. Le palais comprend quant à lui 3 parties visitables dont les joyaux royaux, le palais en lui-même et … ben je ne sais plus, on n’a pas pu le faire vu que notre carte touriste était périmé.

Le musée Nobel, du nom de l’inventeur de la dynamite, est quand à lui assez petit et comprend surtout des vidéos sur des faits marquant de l’histoire se rapportant à tout ceux qui ont gagné un prix Nobel justement. On était un peu décu quand même.

L’église médiévale est l’un des 2 églises de l’ile. On peut la visiter et elle comprend de nombreuses pièces d’art (sculptures, peintures etc.) assez originale. C’est gratuit, donc n’hésitez pas.

L’ile de Djurgarden à Stockholm : des musées et des attractions

L’ile des touristes… c’est comme cela qu’on pourrait nommé l’ile de Djurgarden qui se trouve à l’est de Stockholm.

Pour s’y rendre, il faut prendre le bus ou le view tramway typique et très sympathique, qui propose même de prendre un café (dans certains). L’ile à ne pas manquer car elle comprend de nombreux musées, des zoos, un immense parc sur la culture Suédoise et même un parc d’attraction.

Alors voici dans l’ordre ce qu’on a fait et qu’on vous conseille de faire … ou pas.

Le musée Vasa du nom du bateau que l’on a repêché il y a quelques années dans la baie de Stockholm. Un magnifique bateau de guerre qui était le plus grand de son histoire et qui n’a fait que 50mètre avant de plonger et a pu être extrêmement bien conservé grâce à la boue. On a donc créé un musé autour de lui qu’on peut apercevoir de loin grâce au mat qui ressort du musée.

Le vivarium se trouvant pas loin du Vasamuseet. Intéressant, rapide et pas cher ou l’on plonge quelques instant dans une atmosphère étouffante pour observer des créatures de la jungle et autres poissons multi-colores.

GronaLund, c’est surement le plus grand parc d’attraction se trouvant en ville au monde (même s’il n’est pas immense bien sur). Malheureusement on n’a pu le faire car ouvrant fin avril (je crois). Pas mal d’attractions sympas si vous allez à Stockholm en été.

Le parc Skansen est très surement le parc à ne pas manquer. Comprenant plusieurs zoos, en plein air et en intérieur. C’est un parc comprenant de nombreux bâtiments typiquement suédois du 19e siècle (écoles, fermes…). Assez grand, il faut bien prendre une demi-journée pour en profiter (sachant qu’il ferme a 17h30/18h, comme beaucoup de choses). Il propose évidemment des évènements comme des concerts de musique folklorique et de nombreux endroits pour se restaurer.

Nordiska Museet : musée sur la culture nordique est un immense bâtiment magnifique qui propose une exposition sur plusieurs étages de la culture suédoise. On pensait avoir le droit à un truc sympa mais finalement il y avait beaucoup “à jeter”. Des présentations de chaises de toutes les couleurs, de l’art moderne etc. Bref, pas vraiment de la culture typique suédois à part peut-être au dernier étage une partie sur la culture Sami. On déconseille vu le prix.