Une semaine à Bali

A Hong Kong tout comme en Chine, la principale periode de vacances est durant (à la suite) du nouvel an chinois. Ce dernier étant basé sur le calendrier lunaire, les dates changent chaque année mais pas le remplissage des avions et trains au départ de Hong Kong

Il faut donc “maliner” pour trouver des vols pas cher au tout du moins abordables en cette periode. Lorsque j’ai vu, un peu hasard, en testant HKG-DPS sur Skyscanner, un vol aller-retour en direct pour 400 euros, j’ai sauté sur l’occasion.

Denpasar (Bali) est a 5h de vol de Hong Kong et les vols direct sont soient opéré par Cathay Pacific soit Hong Kong Airlines. Ou alors il faut prendre une escale à Singapour ou Manille ou Jakarta. Mais ca, c’etait avant. Puisque Tiger Air Mandala a ouvert une ligne Hong Kong – Bali en direct. Ce qui est une bonne nouvelle. A la base Tiger Air Group est un holding Singapourienne, dont j’avais déjà pu prendre un vol avec mais pour Singapour (bien évidemment).

Bref, on a réservé nos billets dans la foulée. Coup de chance supplémentaire, les horaires du vol : départ de nuit de Hong Kong pour arriver à 7h du matin a Bali et retour vers 1:30 du mat sur Hong Kong. Ce qui nous donnait 5 jours complets ou presque pour 1 jours de congés posé. Et tout expat en contrat local en Asie comprendra de quoi je parle, quand je dis “efficience de la pose de jour de congés”.

Nous voila donc arrivés à Bali le jeudi matin, plutôt complétement crevé car étonnement, ils n’ont pas éteint les lumières dans l’avion durant les 5heures de vol de nuit… sans parler d’un A320-200 habillage low-cost (= peu des place pour les jambes).On cherche les taxis. Il semblerait qu’il n’y ait qu’un stand avec prix fixes bien élevés. Après avoir tenter de faire le tour de l’aéroport pour prendre un taxi avec le meteur qui coutrait moins cher, on finit par negocier le même prix que celui affiché (wouhou…) de 70k roupies, direction Legian et notre hôtel Ananta. Ce dernier n’est pas trop mal pour le prix (moins de 50e la nuit), avec une piscine et son bar, et le petit dejeuner buffer compris (la bouffe n’est pas folle mais ils ont fait l’effort de varier le buffet un tant soit peu).

Petit sieste et piscine avant de prendre un taxi pour notre premier temple hindu, Tanah Lot. Ce dernier est posé sur un rocher qui est englouti par les eaux à la marée haute. La vue est superbe et on a pris pas mal de photos du littoral. Cela dit, c’est assez petit et après s’être rendu aux abords qui rocher qui est n’est pas visitable, on est allé prendre un verre a l’un des bars sur la falaise. Le taxi nous avait attendu pour 30k roupies durant cette petite heure. Il nous as ramené a l’hotel. Après s’être changé, nous nous somme dirigés vers la plage. Je n’avais jamais vu une plage aussi sale de ma vie. Le sol était jonché de détritus plastiques tout comme la mer. A peine rentrés dedans, l’on sentait tous les sacs plastiques nous passer entre les pieds. En fait, on l’a appris par la suite, cela se passe que durant la saison humide ou la mer est généralement agités et ramène vers la côte tous les déchets des iles… (les locaux n’ayant pas de systèmes d’égouts et d’ordure, jettent les déchets dans les rivières… qui s’écoulent ensuite). Apparemment c’est beaucoup mieux en été (enfin cela ne règle pas le problème non plus).

On a donc marché tous le long de la plage jusqu’a Kuta dans la rue marchande de Jalan Legian, ou se trouve la plupart des magasins, bars, restaurants et boites de l’ile. On a pu voir le monument aux morts de l’attentat de 92 qui avait fait près de 200 morts. Puis on s’est rendu sur la plage pour le couché de soleil. On est reparti à pied jusqu’à l’hotel, dans la nuit presque noire. Il faut dire qu’il y a un bout de chemin entre Legian et Kuta et que faire ca a pied, nous a bien pris 2 heures aller-retour pour faire le tour de la ville.

Un tour dans la piscine, une douche et on est reparti pour aller diner dans un restaurant indonésien-chinois. Pas forcément fou, faut dire que l’on n’a pas payé cher non plus (3 euros par personne). Puis direction la baie ou l’on a trouvé un restaurant plus sympathique qui nous a servi le dessert : crêpes, banane, chocolat, glace… carrément.

Le lendemain, après un bon petit dejeuner copieux, direction le sud. Nusa Dua ou la plage est apparemment bien : Geger beach. Taxi pendant une bonne demi-heure, jusqu’à l’hotel The Mulia (enfin a gauche juste avant, entrée de la plage payante). C’est vrai que cette fois-ci, l’eau est propre et l’on en profite pour se baigner tranquillement. Les sièges privées coutent presque rien (moins que la bière en tout cas), donc on se pose, histoire de bien prendre des coups de soleil.

Puis après s’être fait jeter du Mulia alors qu’on voulait juste prendre un taxi, on repart par la ou l’on est venu. En effet, les taxi peuvent déposer sur la plage, mais ensuite ce sont des chauffeurs privée qui ramènent, avec des prix évidemment différents… On remonte donc sur la route principale a 400m pour prendre un taxi. Direction le GWK (Garuda Wisnu Kencana Cultural Park) ou se trouve une statue de Garuda et autres. On fait donc nos touristes a prendre des photos de l’immense statue du dieu Garuda et de la statut d’un aigle (j’imagine). Et, coup de bol, on tombe sur des amis de Hong Kong… comme ca, par hasard. On décide alors de continuer la journée ensemble, il faut dire qu’on avait prévu le même parcours. On passe voir le spectacle traditionnel assez marrant puis direction la cote ouest de la partie sud de Bali, vers Blue Point (près de la fameuse plage de Padang Padang ou se retrouve les surfeurs).

La vue est superbe, on décide de manger à flanc de falaise dans un petit boui-boui ou le vent ferra des siennes. Après quelques photos, le temps pressant on repart, cette fois-ci dans la voiture de nos amis, direction le spectacle du temple d’Uluwatu, la danse Kecak.

Le prix par personne n’est pas donné, mais le spectacle est assez long. C’est une histoire chantée et jouée par les homme-singes (si j’ai bien compris) avec des acteurs représentant les dieux. Un méchant, une gentille, un singe sauveur, bref. Assez atypique et finalement, cela valait le coup, malgré l’ondée que l’on s’est pris pendant 5 min. Après quelques rapides photos de la falaise et du temple perché dessus, on repart pour notre hotel. Et la… 2h pour faire les quelques 20km qui nous sépare de Legian. Il faut dire les routes sont minuscule et tout le monde prend la voiture pour se déplacer.

Le soir, on retrouve nos amis à Seminyak ou ces derniers avaient pris une villa (ils avaient je pense eu tout a faire raison, vu le prix). Seminyak semble plus calme, plus classe et l’architecture beaucoup plus sympa que Legian ou Kuta. Il faut dire c’est le St Tropez local. On dine dans un restaurant italien (… pas très original je l’accorde mais carrément bon – Trattoria). Puis direction le Ku De Ta, un café lounge très classe et sophistiqué au bord de l’eau ou les cocktails coutent 15 euros. C’est le même groupe que celui de Singapour (en haut du Marina Bay Sands) ou de Bangkok. Un groupe français ? Je n’ai pas réussi à trouver de preuve mais ca ne m’étonnerai pas. En tout cas c’est très haut de gamme et forcément plus âgé. Après un petit verre dans ce bar, on a voulu aller en voir un autre, le Potato Head Beach Club… qui franchement met lui aussi la barre très haute en terme d’architecture. Vide on n’est pas resté, on pensait que c’était une boite mais en fait ce n’est qu’un bar-lounge sur la plage (certe de qualité). On a donc trouvé de la musique et un dancefloor digne de se nom à deux pas, au Hu’u. Ici encore, les prix sont les même qu’à Hong Kong, mais on s’est bien amusé et la musique était plutôt sympa (électro).

Le lendemain, direction Ubud ou l’on passe nos deux autres nuit. Le Sri Ratih Cottages est l’établissement, certes un poil excentré mais à la décoration très sympa, mélangeant cottage et jungle avec la piscine en arrière plan. Bon ce n’est pas non plus un resort mais ca nous suffisait largement. A noté, le temps mis pour s’y rendre de facile 1h30-2h, du encore une fois aux embouteillages. Il faut dire c’était le nouvel an chinois et les touristes chinois ont l’habitude de se balader en groupe et qui dit en groupe, dit en bus et qui dit en bus… dit embouteillages vu les petites routes de Bali.

Arrivés à Ubud dans notre cottage, on profite du jour pour aller directement visiter la “Monkey Forest”, sorte de parc au centre de la petite ville, ou se trouve quelques temples et beaucoup de singes en liberté. Les arbres de la jungle du parc ont une certaines majesté mais on passe surtout son temps a regarder autour pour éviter que l’un des macaques vienne nous sauter dessus. En réalité, ils sont juste intéressés par les gateaux. Quelques photos sympa et on part faire du shopping. Je passe chez Quicksilver ou les prix ne sont pas forcément exhorbitant (30euros). Contrairement aux magasins Polo Ralph Lauren, QuickSilver et RipCurl (et les surement les autres magasins de surf) ne sont pas des fakes. En effet Ralph Lauren n’a pas la marque en Indonesie et ne produit/vend rien. Ce n’est donc que de pale copie, vendus à un prix exhorbitant. Après quelques souvenirs, une glace, direction l’hotel pour profiter de la piscine. On ressortira manger dans le centre sur la rue principale avant d’aller se coucher.

Le lendemain, on avait booké un chauffeur pour faire le tour d’une journée qui fait : les rizières en terrasses, le temple de l’eau Tirta Empul, les plantations de café/cacao, la vue sur le volcan Batur, le temple Pura Besakih et finalement le Elephant cave Goa Gajah. Ce qui s’est passé c’est que notre chauffeur, très gentil nous a baratiner un truc pour nous emmener d’abords dans un shop de peintures puis dans un autre de sculpture sur bois. Malheureusement pour lui, on n’avait besoin de rien. On est allé dans les rizières se balader, ou il faut évidemment commencer par payer le péage du gouvernement puis mettre une donation pour la fabrication du pont en bois qui permet de traverser le ruisseau… bref, mais à part ca, super jolies et très calmes. Les gens y travaillent toujours (enfin semblerait). Pour ce qui est du temple de l’eau, il est assez atypique et les plus courageux/les bon vieux touristes qui aiment le pseudo sensationnel, iront se baigner avec les locaux pour prier sous les fontaines d’eau sacrée. Ensuite viennent les plantations de cafés. En gros il y en a tout le long d’une route. L’intérêt majeur de la visite, à part si vous voulez acheter le café le plus cher du monde (Kopi Luak), est d’apprendre comment on fait le café, comment est le cacao lorsqu’il est cueilli, quelle tête a la racine de ginseng etc. Ensuite une dégustation est offerte pour tous les produits vendu sur place (Organique… oui il parait) à des prix plutôt bien élevés. Surtout que bon le café venait de Java (l’ile d’a coté) mais cela ne veut pas dire qu’il est mauvais. Quand au café le plus cher du monde, celui dont les grains sont d’abords digérer par le petit animal qu’est le Luak, il serait fait sur place.

Suivant cette visite, on est parti monter sur la colline en face du volcan Batur, qui donne une vue imprenable surtout des restaurants. Un buffet pour 8 euros, pas forcément folichon mais ce n’est pas tous les jours que l’on mange devant un volcan (toujours actif). En repartant le conducteur nous indique que l’on ne devrait pas tenter le Pura Besakih, le plus gros de tous les temples car il y a un célébration et que les embouteillages sont présent sur 30km. On a bien voulu le croire, en voyant les voitures de locaux en habit de prière revenir sur la route. Il nous a amené à un autre temple à la place dont je ne me souviens plus du nom. On a raté le principal, on n’a pas pu vérifier. En gros ca peut très être une excuse car il ne voulait pas aller si loin… Bref on ne le saura jamais. On est tout de même passer voir un “centre” ou l’on peut monter a dos d’éléphant, pour 90 usd, soit 3 fois le prix de la thailande environ, on est reparti en courant. Finalement on a visité le dernier temple, l’éléphant cave, moins bien que les précédent je trouve, rien de bien spécial a part son petit chemin dans la rizière. Le soir, on a profité de la piscine puis on est allé manger dehors.

Le lendemain, dernier jour de notre voyage, on a reprise notre chauffeur pour aller vers Sanur, sur la cote est (contrairement a Kuta sur la cote ouest). On a manger tranquillement au bords de la plage dans l’un des restaurant d’hôtel, qui courent le long de ces 5km de sable. Puis on a marché tranquillement avant de reprendre le taxi pour l’aéroport. A l’aéroport, il ne faut pas oublier d’avoir encore sur soi 150k roupie pour payer les taxes de départ (comme aux philippines).

Finalement un voyage sympa qui permet de voir pas mal de paysage, de jolis architectures et toutes sortes d’activités. Cela dit je m’attendais a quelques chose de beaucoup moins construit, plus petit, plus haut de gamme. Quand on entend parler de Bali généralement, on n’imagine pas cela aussi construit que la Thaïlande… et pourtant si, même voir pire. J’y retournerai bien, mais plutôt au nord faire de la plongée ou alors sur l’ile de Lombok a l’ouest qui est beaucoup plus calme.

Budget : 800 euros

Transport : Tiger Air Mandala (400 euros) vol direct

Hotel : Ananta Legian et Sri Ratih Cottages Ubud

Album Photo

Un saut a Shanghai

Un petit passage a Shanghai pour aller voir un de mes potes parti travailler la-bas.

Court week-end, sans réelle préparation de voyage, surtout pour aller faire la fête.

Arrivé la-bas le jeudi soir, je suis allé découvrir la chaine de bar français qui marchent pas mal en ce moment : Le café des stagiaires.

Le lendemain, passage au fabric market près du Nanpu bridge ou j’ai pu faire quelques chemises a 100rmb. Elles ne sont pas de la meilleur qualité mais au mois sur-mesure et pour un prix vraiment attractif.

Le soir on est parti manger un bon steak dans Tianzifang, le quartier des artistes de Shanghai. Ensuite, rendez-vous au dernier Perry’s ouvert, sorte de bar de jeunes expats (étudiants la plupart) pour un anniversaire. On continuera à l’un des “nouveaux” gros club de Shanghai, le Muse. Au moins on avait de la place pour danser. 100 rmb pour 3 tickets de verre. On a terminé par le club Hollywood en fin de soirée.

Le lendemain, la journée vu assez courte. Je me suis baladé en ville autour de Xintiandi. On est allé manger dans le coin puis on a retrouvé un amis dans un bar américain avant d’aller faire une partie de soirée dans un appart.

Dimanche, j’ai pu aller visiter le Shanghai Urban Planning Exhibition Center sur People Square qui donne un aperçu historique de la ville et des prochains developpments urbain. Et hop dans l’avion pour retourner à Hong Kong.

Budget : 250 euros

Transport : Spring Airlines pour une centaine d’euros

Hotel : 24K International Hotel, People Square

Bangkok et Hua Hin pour un week-end

Gros week-end de nouveau en Thaïlande.

Mi-novembre j’ai un ami de France qui passe me voir pendant 2 semaines à Hong Kong. Comptant mes jours de congé sur les doigts de deux mains ou presque, je lui avais promis un long week-end on l’on partirai visiter une destination exotique.

Thaïlande cette fois-ci encore, avec une autre destination à la clef. Décollage le jeudi soir de Hong Kong pour Bangkok ou l’on a passé quelques jours tout de même histoire de lui faire visiter la capitale qui regorge de site touristiques.

Le temps n’était pas avec nous mais on a pu faire quelques sorties le vendredi en commençant par le Wat Arun de l’autre coté de la rivière Chao Praya. L’un des plus beau temples à mon avis, que l’on peut gravir pour avoir une vu sur Bangkok.

Quelques photos souvenir puis nous prenons la barge qui travers la riviere pour quelques bahts afin de marcher jusqu’au Wat Pho, le temple du buddha allongé. Le temple est assez grand et il y a plusieurs architecture sympa. Malheureusement arrivant après les 16:30 (ou 17h), le palais principal fermait. On continue jusqu’à Kao Shan Road pour aller acheter des souvenirs et autres cadeaux de noel. J’ai pu m’offrir des patchs ( a coudre) de drapeaux des pays que j’ai visité afin de les coudres sur mon sac de voyage (prix : 20 baht/piece).

Le soir, on part sur Sukhumvit soi 11 ou l’on boit un coup à l’un des “voiture-bar” qui se trouve tout le long de la route. Quelques discussion avec les gens autour puis on part pour tester le Levels, le gros club de la rue. Plein à craquer, deux salles avec deux ambiances. Un peu trop de monde en fait, difficile de rejoindre la piste, beaucoup de touristes (comme nous). Ce n’est clairement pas un club de locaux.

Le lendemain, direction Anusawari Chai (BTS Victory Monument) pour prendre un bus pour Hua Hin. 3 heures de mini-van serré comme des sardines. Il y en a toutes les demi-heures environ et le prix est fixe 180 baht. Les bus partent les uns a la suite des autres mais n’ont rien d’écrit dessus donc on passait notre temps à demander si c’etait bien celui-la. Finalement on a réussi a avoir des places pas trop pourris mais il y est clair qu’ils remplissent le van au max.

Arrivé à Hua Hin, on a pris un taxi qui nous a fait la course pour 80baht fixes, ce qui est évidemment bien de trop cher. En fait il y a des camions de couleur différentes qui font un circuit dans la ville et passe devant les principaux hôtels. Il permettent de se déplacer pour très peu cher (20 baht). Par contre ils faut savoir ou se poster et les heler quand il passe. Ils sont généralement facilement reconnaissable (on montent a l’arrière). Le pb est que des taxis privées utilisent le même genre de camion-pick up et qu’il ne pratique pas le meme prix, donc il ne faut pas se faire avoir. Il y a bien évidemment des touk-touks mais il faut négocier sec pour obtenir un bon prix, surtout la nuit.

Hotel sympa mais un peu excentré. Finalement, un peu cher j’ai trouvé pour ce que c’était. On avait au moins la piscine mais on était loin du centre (Smile hotel). On a donc profiter des deux jours pour visiter la ville, son marché, son temple, la gare qui est très sympa visuellement parlant. On est aussi allé voir la plage, qui malheureusement est très brassées, donc pas clair et qui a l’époque regorgeait de méduses (vivantes)… Cela nous a refroidit pas mal. Hua Hin n’est pas forcément le mieux pour les sports d’eau, l’eau n’étant pas clair, il est impossible de faire de la plongée.

Le soir on est allé dans la seul pseudo-boite qui se trouve accollé a l’hotel Hilton. Celle-ci accueille des live-band puis ensuite un dj. Le public est hétéroclite, et la salle ressemble plus à une auberge allemande qu’autre chose, m’enfin il y a que ca. Vers 2h, le bar ferme et on est parti dans l’un des lounges a coté. Pas forcément la meilleure ville pour la night-life.

Le dernier jour, on est reparti directement vers l’aéroport BKK cette fois-ci dans un grand bus VIP, beaucoup moins entassé qu’a l’aller. Par contre il vaut mieux preparer son retour a l’avance car il y a un nombre limité de départ et à horaire fixe évidemment. (http://www.airporthuahinbus.com)

On a atterri finalement vers 20h à Macau, ou j’ai pu faire découvrir les merveilleux casino de Cotai-Taipa à mon pote.

Budget : 450 euros

Transport : AirAsia à l’aller et Thai Airways au retour (pour macau). AR a 165 euros environ

Hotel : Bally’s Studios Suites à Bangkok et Smile Hua Hin Resort.

Album Photos

Taichung et Tainan, au centre de Taiwan

Nouveau week-end. Retour à Taiwan.

Le but était de visiter le centre et de peut-être, si on avait le temps, visiter le mont Ali (Alishan national parc).

Arrivés à Taichung vers 23h, on retire du cash et direction les taxis. Cela commence mal, on doit être 30 à 40 personnes à attendre et il n’y a aucun taxi. Tous les bus sont arrêtés, les employés de l’aéroport rentrent chez eux, la route est vide de voiture… et on est en fin de queue. Alors que personne ne faisait rien, je repars dans l’aéroport pour leur demander d’appeler le central. 1 à 2 taxis toutes les 15min… Bref, direction le boulevard où j’en ai vu passer un. Coup de chance, un taxi est de l’autre coté de la voie. Je lui indique qu’il y a une queue de personnes attendant au taxi stand et lui dit de venir en chercher. Il me dit ne pas pouvoir. Je lui dit d’appeler le central, il ne comprend pas et me dit de monter, alors j’appelle mon pote et on prend le taxi, direction l’hotel. Ce que j’apprendrai plus tard c’est qu’il faut une licence spéciale de l’aéroport pour pouvoir venir chercher les voyageurs… n’importe quoi ce système !

Arrivé dans notre hôtel un peu désuet, on se change, et on est parti pour la boite de nuit. Direction le 18TC. Le club est assez grand, rempli de mecs et de quelques jolies taiwanaises (600NTD pour 2 verres). Un belge nous indiquera qu’il y a un autre club au coin de la rue, qu’on ira découvrir. Le X-Cube, plus jeune, proposant l’open-bar pour 600NTD (enfin c’est 3 verres officiellement). Rentrés à 4h du matin.

Au réveil, on décide de se rendre tout de suite à la station HSR (le TGV taiwanais) pour booker nos places du soir (Taichung-Tainan). Le midi, on part pour aller manger au nord-est, où se trouve un restaurant qui reprend la décoration de Taiwan sous occupation japonaise avec un ancien wagon à peine assez haut pour mon 1m90. Trop d’attente, on est donc parti se balader. Le temple de Confucius d’abords puis descente vers le sud avec la visite du quartier autour du Chungyo Department Store. On trouvera à manger dans un petit restaurant taiwanais. Visite rapide du Taichung Park ou un groupe de musique de tambours chinois fait l’attraction. On est parti ensuite vers la station de Taichung puis le Modemall. Après une pause “visite du Carrefour”, on part vers l’Electronic Bazaar qui s’avèrera plutot fermé en ce samedi. On remontera vers l’ouest puis vers la zone au nord du Chunglu parc. L’endroit est vert et entouré de nombreux restaurants. On marchera jusqu’au musée d’art moderne puis on continuera vers le nord jusqu’à la tour One qui d’ailleurs propose une vue sur la ville depuis l’un des restaurant/bar (ouvert après 6pm). On a continué de remonter vers le Taiwan Boulevard (Sec.2) ou se trouve Sogo (mall japonais). Le quartier est franchement sympa et les taiwanais viennent profiter de la verdure pour promener leur animaux ou jouer avec leurs enfants au baseball.

Le soir, on prend donc un taxi pour rejoindre la station HSR qui se trouve à quelque 25min du centre (400-500NTD). Évidemment… à faire les malins à tout faire à pied durant l’après-midi, on a eu du mal a retrouver notre hotel et on a perdu 15min, ce qui fait que l’on a raté notre train de 3min. Alors tentant le tout pour le tout, on se dirige au comptoir pour savoir si on a pas moyen de changer notre billet ou autre. En fait, on peut prendre le suivant sans aucun frais, il suffit de demander au staff qui se trouve au barrières d’entrée. On prendra donc celui 20min après. Arrivée a la station de Tainan, encore un long taxi de 30 min. Les stations ont été récemment construites et se trouvent à la périphérie des villes. Mais bon les trains sont rapides, pas cher, très propres, silencieux et franchement mieux que nos TGV (qui sont bien plus vieux je l’accorde). Il suffit de 1h30 pour traverser tout le pays du nord au sud.

Notre deuxième hôtel, qui s’avèrent faire aussi office de love hotel, est un peu vieux mais bien placé. A 50 mètres de la Shennong Street et tout près de plusieurs restaurants typiques taïwanais qui servent en extérieur. Un vrai plaisir de manger local, boire de la bière locale et écouter un groupe chanter sur une scène au dessus du restaurant, et tout ca, dehors ! Cela peut paraitre idiot mais a Hong Kong ca n’existe pas (ou presque). Ensuite, direction la boite local, le MUSE. C’est plein à cracker. Et alors la, on se rend compte que l’on ne vit pas dans le même monde : il y a deux barmen qui servent à deux endroits bien précis du bar et, partent de la, deux queues d’environ 50 personnes. Faire 20min de queue en boite pour avoir un verre… c’est bien la première fois que je vois ca. Finalement, fatigués de la veille, on ne restera que 2 heures.

Le dimanche matin, on part visiter Tainan. Direction la station de train (la vieille gare) du centre ville ou se trouve l’office de tourisme. Après récupération de la carte de la ville, on part manger dans le food court du mall d’à coté puis on marche vers l’université de Tainan, visite son parc ou les taiwanais, en plein dimanche, font du basket, du foot, de la dance etc. Ensuite on a enchainé les monuments en commençant par le temple de Confucius (20NTD), puis le monument qui servait d’entrainement pour les arts martiaux, puis la ChihKan Tower construite par les néerlandais au 17e siècle. On continuera notre visite du centre pour rentrer à pied à l’hotel. Ressorti pour aller faire le Flower night market. Plutôt grand et surtout bondé. Entre food stands de mets taiwanais et autres stands de fringues, les taiwanais adorent les night markets. Moitié foire, moitié marché. On a pu jouer et perdre au classique chamboule-tout. Plus tard, on retrouve une copine taiwanaise pour aller manger dans un pub (Tin Pan Alley) ou se produise des amateurs de musiques (des américains pour la plupart).

Le lendemain, on a décidé de partir visiter la vieille ville qui se trouve dans le quartier d’Anping. On mangera dans un chaine taiwanaise qui fait les Chou Shrimp Roll et un plat de riz au porc typique de Tainan. On visitera le temple puis le fort d’Anping (50NTD). La tour reconstruite il y a peu permet d’avoir une vue sur la ville. Petit stop dans un café taiwanais pour déguster des nougats et des gâteaux a l’ananas (que j’adore). Enfin on visitera le Anping Tree House qui dispose d’un musée sur l’histoire de Tainan durant la colonisation néerlandaise, du commerce dans la zone et de la cohabitation entre population indigène, chinoise et européenne. Vraiment intéressant. Il y a aussi une ancienne batisse ou les Banyan trees ont poussé dessus. Suite à cette visite du vieux quartier, on est reparti pour l’hotel prendre nos bagages puis direction la station de HSR pour Taichung. Le soir on dégustera une pizza dans un Pizza Bar (Pizza Rock) tenu par un québecois qui y vit depuis 13 ans (no.1 sur tripadvisor). Le mardi, réveil à 5:30 pour notre vol vers Hong Kong.

Budget : 400-450 euros

Transport : Hong Kong Airlines en vol direct (170 euros)

Hotel : King Set Hotel Taichung, Aiwa Hotel Tainan, Zaw Jung Business Hotel Taichung

Album Photos

Week-End à Taipei

Quoi de mieux qu’un petit week-end entre mecs à Taipei ?

Décidés à aller faire la fête à Taiwan, on a pris une demi-journée pour aller profiter des clubs de Taipei. Alors, évidemment j’ai eu le droit a mon intoxication alimentaire juste avant de partir… Faudrait pas trop en profiter quand même…

Pour moi c’était ma deuxième fois à Taipei (3e à Taiwan). On est allé dormir dans un petit hostel au sud-ouest de la ville, pleins de gens sympathiques, le Mango53Inn, près du Longshan Temple. Personnellement, pas en forme pour aller clubber, je suis resté dormir pendant bien 12h, pendant que mes compères sont allé “Spark-er” dans le club du même nom, au pied de la Taipei 101. Apparemment toujours aussi bien.

Le lendemain, m’étant un peu remis, j’embarque mes deux potes “hangovered” à la découverte du quartier jeune de Ximending. Ressemblant drôlement aux quartiers japonais (harajuku), rempli de petits shops et resto, on a mangé sur place et s’est baladé. Puis on a fait un tour dans le coin pour voir le Zhongshan Hall. D’humeur a marcher, on est parti a pied vers l’est : on est passé au memorial hall Chiang Kai-shek, puis direction le parc Da’an ou l’on s’est posé regarder les taiwanais s’adonner à tout sorte de jeux de plein air comme le foot, du pseudo-baseball, du lancer avec des manchon en plastique, du patin a roulette… Après cette pause dans le parc, on a continué notre marche vers la 101. Oui, on s’est fait tout le boulevard, enfin la route Xinyi.

Voulant se faire un diner au Din Tai Fung, le restaurant Taiwainais typique, on est allé dans le 101 mall, mais perdu d’avance, vu tous les touristes du mainland… 40min d’attente. On est donc allé manger au LA café dans le coin très sympathique et très jeune près du World Trade Center et des cinemas Vie Show. Puis après un passage a l’hostel, je suis ressorti avec l’un de mes deux potes pour aller tester le deuxième club de notre to-do list (le premier étant le Spark), le Myst qui se trouve dans le Att 4 Fun en face de la 101 (ou presque). 700 TWD l’entrée avec deux verres, soirée DJ des UK.

J’ai, je crois jamais fait un club aussi grand et aussi bien. 3 salles, des terrasses qui courent tous le long du bâtiment avec une vue sur la 101, au moins 3 ou 4 bars… Et le pire, c’est qu’il était rempli ! J’imagine que l’on devait bien être du millier de personne ou presque. Tout neuf, avec une petite piscine en intérieur, des tables chics dehors et a l’intérieur, un grand dancefloor et des la bonne musique. Et comme si ce n’était pas suffisant, des jolies filles, à en pleuvoir… Bref, très bon spot pour aller s’amuser. Le mieux étant de connaitre des locaux car ce n’est pas forcément facile de discuter, même si les mecs avec qui on a discuté ont tous fait une partie de leur études aux USA… Super cool, comme d’hab, avec les taiwanais de toute facon. Après quelques heures de clubbing on est rentré a l’hostel en taxi, en se demandant une seule chose : c’est quand la prochaine fois ?

Le lendemain, on retourne a la 101, voir si le Din Tai Fung avait désempli… pire que la veille. On ira donc au California Pizza Kitchen, se remplir le bide. Puis direction les Maokong Gondola, cable cars qui montent dans la montage. Petite aventure champêtre, histoire de respirer l’air pur de la foret avant de repartir pour l’hostel prendre nos sac et direction l’aéroport.

Le résumé de ce week-end, c’est que Taipei est définitivement une ville ou il fait bon vivre, ou les gens sont sympas comme tout. Alors certes, elle n’est pas aussi dynamique que Hong Kong, mais cela a aussi son avantage. Hong Kong proposant une vie a 200km/h… Taipei permet d’accéder à la culture chinoise dans une ville ou l’on trouve de tout, ou la vie est abordable et ou les gens sont accueillant (loin d’être le cas des autres pays d’Asie d’ailleurs…).

Budget : 155 euros pour le vol. Environ 20e par nuit par personne.

Transport : Hong Kong Airlines

Hotel : Mango53Inn

Album photo

Un week-end à Shenzhen

Habiter à Hong Kong et ne pas aller en Chine continentale serait une hérésie, donc après s’être procuré des visas pour le continent, nous nous sommes rendu dans la ville cousine qu’est Shenzhen.

Nous avions réservé une nuit dans un hôtel via internet et nous prévoyions de rester une nuit de plus, si possible, dans un spa que “nos anciens” nous avaient fortement conseillé. En effet, il ne nous as fallu que 40 min de MTR de notre station pour atteindre la frontière la plus utilisée au monde.

Parti le samedi matin après avoir changer un millier de Hong Kong dollars en RMB (renmibi, la monnaie du peuple littéralement, le nom du yuan) dans un bureau de change du coin, nous prenons le MTR direction le nord et la Chine Continentale.

La frontière est assez atypique puisque c’est une frontière entre deux lignes de métro. La séparation entre Hong Kong et la Chine est faite par une rivière (détournée de son lit pour fabriquer la frontière). Il faut donc sortir de Hong Kong d’un coté, passer la zone duty free, traverser la rivière, arriver en zone duty free chinoise et ensuite passer l’immigration chinoise (petit papier de l’immigration à remplir comme partout avec le nom de l’hôtel important à mettre).

Nous étions donc rendu en chine continentale. Premier problème, la langue. Pour l’anglais c’est plutôt mort. Heureusement la plupart des directions – à la sortie de la frontière – sont écrites avec les sinogrammes et notre alphabet latin. On se dirige vers les taxis et c’est parti pour une explication sur papier en montrant les adresses. Il vaut mieux avoir la version en chinoise plutôt que le nom latin… ou savoir le dire en mandarin. Direction le quartier ou est censé se trouver notre hôtel, puisque le taxi ne comprend pas le nom de la rue. Mon pauvre mandarin ne sera donc pas suffisant, même si j’ai pu capter quelques petites choses durant le week-end, il faut s’avérer que fort heureusement les jeunes chinois parlent l’anglais – ou tout du moins le baragouine.

Arrivés dans la rue de l’hôtel, on questionne en anglais pour savoir dans quel sens marcher et une vingtaine de minutes plus tard on arrive enfin à notre Green Tree Hotel, qui s’avère être une grosse chaine chinoise. L’hôtel est plutôt propre même si certains points laissent à désirer (moquette pourrie). J’en profiterai pour glaner le max d’infos de la part de la réception de l’hôtel, c’est à dire les noms en chinois des endroits que l’on souhaite visiter (je n’avais malheureusement pas tout pris avant de partir).

Conseil : un papier et un crayon toujours sur soi vous sauve la vie. Si vous connaissez des bribes de mandarin ca sera toujours utile pour écrire lorsque l’on vous comprend pas ou vice-versa. Pratique pour les adresse en chinois à montrer aux taxis.

L’aventure, un peu mais pas trop, mourant de faim on se dirige vers un macdonald. La rue est en plein travaux, enfin la rue… le boulevard style ex-URSS… On sent bien l’architecture froide du communisme. Bon le bon point c’est que les travaux en cours c’est pour y mettre un tram ce qui rendra surement le quartier plus convivial parce que c’est leur fort, et ce, dans toute la ville. Ville moderne et jeune mais moche et sans vie… (pour ce qu’on aura vu)

Je continue mon histoire. Au macdonald ils parlent un peu anglais, de toute façon c’est comme à HK, il faut donner les chiffres et le mieux c’est de connaitre la version cantonaise de faire les chiffres avec une seule main (version chinoise standard). Ensuite on prend deux taxis pour se rendre a Window of the World, un parc d’attraction de reproduction miniature des monuments du monde entier. 140 RMB pour un adulte, c’est vraiment cher pour la Chine et pourtant c’est plein à craquer. Je reviens rapidement sur le taxi, on paiera 50rmb pour le trajet qui s’avère est particulièrement long, il faut dire, qu’au risque de me répéter… la ville est grande et étendue. Un autre point aussi, il ne savent pas conduire en Chine, taxis compris (surtout), mais bon c’est toujours la même histoire en Asie du Sud-Est.

Window of the World, c’est un grand parc d’attraction qui se trouve d’ailleurs juste à coté des autres parcs que sont Happy Valley (rollercoasters et animations) et Splendid China (reproduction de villages typique chinois). Il faut bien une bonne demi-journée pour tout faire. En plein week-end du nouvel an chinois, le parc était over-peuplé et certains attractions demandaient de faire queue pendant une heure. On a fait le tour  de tous les monuments miniatures jusqu’à la tombée de la nuit. Il faut dire qu’il y a aussi un cinéma dynamique, un rollercoaster dans l’eau, des murs d’escalades, des spectacles de danse, du tir à l’arc, des bars et même une piste de ski style Dubai… Par contre tout est payant ou presque (vive le communisme lol). Nous rentrerons vers 21h sans regarder le spectacle (les estrades étant déjà complètement remplies). On négociera un retour pour 100rmb à notre hôtel a 9 dans le mini-van (sérrés comme des sardines).

Un ami grec qui passait le week-end avec nous a contacté une de ses amis vivant sur Shenzhen et nous sommes donc parti en sa compagnie manger dans un mall. Au menu : spring roll, fried rice, noodle soup etc. Puis on fera un tour rapidement dans le coin. La différence avec Hong Kong : trop de place. Trop grands boulevard, ville trop espacée ce qui fait que les gens sont éparpillés et la ville n’est pas vivante. On a est donc parti à la recherche d’une boite pour passer la soirée dont on nous avait parlé. On a donc retrouvé le Cash Club. Arrivé en boite, on rencontre un italien qui organise des soirées et nous négocie notre open-bar pour 100rmb chacun (au lieu des 150). Shot, cocktail, mixes… tout est compris dedans, plutôt pratique et pas cher. On passera la soirée. Le club est pas mal, mais les chinois ont une autre façon de faire la fête (comparé au style occidental qui est celui de Hong Kong), ils jouent tous à des jeux à boire à tables à plusieurs (bouteilles de cognac) et ne dansent pas. Ce qui fait que les pistes de danse sont soit inexistantes soit minuscules. On change de club pour se rendre vers 4h au Rich Baby Club. Cette fois-ci le club est bondé et il n’y a pas un européen (gros avantage de la chine continentale par rapport à Hong Kong). On y restera une heure avant de partir dormir.

Le lendemain, je retrouve une chinoise rencontrée la veille en boite qui nous propose un restaurant typique (il est toujours très pratique d’avoir quelqu’un qui parle la langue), malheureusement à 15h de l’aprem, ils n’ont pratiquement plus rien, on se rabat donc vers un fastfood chinois. Il faut dire que l’on a du faire le checkout de l’hôtel pour se rendre au Queen Spa, l’endroit ou on passera la nuit. Spa qui s’avère être à deux pas des clubs de la veille. Après manger, on se décide pour aller faire le viewpoint le plus haut de Shenzhen, au 69e étage de la plus haute tour (Shun Hing Square) pour 60rmb par personne. Une vue a 360 degré de la ville, un petit cinéma et c’est à peu près tout.

On décide de rentrer au Spa pour profiter du complex sur 5 étages de détente et relaxation qui est malheureusement comble pour ce week-end du nouvel an chinois. Pas de chance aussi pour la partie piscine mixte qui est rénovation. On se contentera donc de la partie réservé aux hommes qui proposent plusieurs bains à différentes températures, un hammam et un sauna. Puis on mettre un pyjama pour monter au étages supérieurs qui proposent fruits et boissons à volonté, un restaurant, une salle de jeu, des salles de repos, des lits avec télévision à la demande, salle de massage, salles privées, salles business… On a donc mangé dans le restaurant pour pas trop cher puis certains sont allés faire leur massage. En effet, le prix du SPA est de 100rmb pour 24heures (oui c’est bien prévu pour dormir dedans) mais ce prix disparait si on prend un massage ou tout autre service a plus de 160rmb. Donc en gros en payant 160rmb on a 90 minutes de massage (différents styles) et l’accès pendant 24h au Spa. Personnellement j’ai souhaité reporté le massage pour sortir avec l’ami grec et retrouvé l’amie chinoise pour boire un coup en ville.

Cette fois-ci elle nous a emmener dans un coin plutôt sympathique ou plusieurs grands bars se trouvent les uns à coté des autres proposant de prendre un verre sous des vrais arbres … près des centres commerciaux fermés a cette heure. J’ai donc pu apprendre le jeu de dés (jeu à boire) auquel jouent tous les chinois. Après deux petites heures on est rentré au Spa faire notre massage. Bon personnellement j’avais demandé le massage chinois mais j’ai pu avoir aussi le massage dit Hong Kongais avec les pieds (la masseuse marche sur le dos en se tenant à des barres au plafond). La mauvaise surprise est que les masseuses forcent la main pour avoir un tip/pourboire et vu que l’on paye tout dans le Spa avec un bracelet magnétique (qui permet d’ouvrir le casier ou on laisse nos affaires), il leur suffit de faire signer une feuille et de cocher une case pour obtenir leur tip. Bon 40rmb c’est pas non plus… après tout ca, on est parti dormir dans la salle de repos en demandant le réveil a 9h histoire de pouvoir faire un tour dans le mall près de la frontière. En effet a Lo Wu se trouve un immense mall de petit commerçant vendant… du fake (contrefaçon) la plupart du temps. Bon à 11h ils étaient presque tous fermés donc on est reparti à Hong Kong directement.

Prochaine étape, demander un visa multiples entrées pour pouvoir faire des aller-retours plus souvent car Shenzhen c’est grand et il reste des choses à faire. Sans compter Guangzhou qui se trouve à 3h de train.